AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Melyana pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Melyana pour vous servir...    Dim 3 Avr - 18:47

    Fiche de
    mon Personnage


    © Poison Ivy

    Nom : Qu'importe...
    Prénom(s) : Melyana
    Sexe : Féminin enfin jusqu'à preuve du contraire ^^
    Rang : Le texte au-dessus de votre pseudo. Si ce champ n'est complété, le staff le fera pour vous, uhuhu.
    Orientation sexuelle : Choix non arrêté, là où y a de la gêne, pas de plaisir....
    Âge : 17 ans
    Origines : Française

    Divinité servie : Je m'en remet au grand Belzeneff...
    Élu dominant : Et là aussi.
    Grade : Simple Pantin
    Don : La dernière chose qu'elle se souvint de sa vie sur Terre c'était cette rose qui la narguait... Une rose qu'elle devait venir chercher pour les beaux yeux et le bon plaisir de Jenny. Cette rose c'est le symbole de ce qu'était sa vie, la servitude, la docilité et la revanche qu'elle prit le jour où elle s'éveilla sur cette nouvelle terre.
    Melyana peut donc faire apparaître des ronces, des ronces parsemées de roses blanches qui émergent du sol obéissant à la volonté de la jeune femme. Les lianes végétales peuvent donc attraper, agripper, saisir, retenir ceux et celles qui passent à leur portée, elles peuvent former un mur pour protéger leur créatrice. Leurs épines lacèrent, déchiquettent toute chair quelles frôlent... Toutes ou presque puisque Melyana elle ne semble pas pouvoir être affectée par celles ci.
    La portée de ce don n'est pas illimité et bien sur plus le nombre de ronces est élevé, plus la belle s'affaiblit. De plus, étant nouvelle, la jeune femme ne maitrise pas son don, en tout cas pas pour l'instant, celui ci se déclenche sous le coups de ses sentiments.

    Arme(s) utilisée(s) : Un poignard

    Description Physique : Avant d'arriver sur la terre d'Alea Jacta Est, Melyana était une fille quelconque, ni jolie, ni laide, ni splendide, ni atroce, bref une fille fade... Avec grande peine, elle parvint à la fin de sa croissance à dépasser les 1 mètre 56, enfin ça c'était pour la bonne nouvelle, puisque pour son plus grand malheur, la jeune femme n'avait rien d'admirable, sa poitrine était inexistante, ses lèvres trop fines, la peau parsemée de gros grains de beauté, les cheveux coupés trop court par une mère envahissante qui la faisaient ressembler à un champignon...
    Depuis qu'elle avait 5 ans, elle portait des lunettes, bien évidement choisit par sa mère, toujours elle, bien rondes, monture épaisse et rose criard... Et encore, s'il n'y avait que cela... Son nez était trop petit, ses pommettes trop saillantes, ses oreilles décollées...
    Puis un jour, elle s'était réveillée dans la peau d'une autre, Jenny plus exactement et tout changea. Son visage était devenu fin, son nez qu'elle trouvait petit ne jurait plus avec ses pommettes adoucies, ses yeux en amande brillaient de cette lueur anthracite qu'elle avait toujours rêvé d'avoir. Ses mains étaient fines, ses doigts longs, féminins, bien loin de ses mains d'enfant. Et mieux encore, elle était grande, une beauté racée à la poitrine voluptueuse... On aurait pu croire que les premiers pas qu'elle fit dans ce nouveau corps, dans cette nouvelle peau auraient pu être maladroit, un peu comme un vestige de son ancienne démarche lorsqu'elle rasait les murs de son lycée en se tassant sur elle même pour ne pas se faire remarquer... Mais tout au contraire, sa démarche était légère, gracieuse, assurée... Elle fit un tour sur elle même, se prenant pour une ballerine, puis un sourire s'afficha sur ses nouvelles lèvres gourmandes et charnues, tandis que d'un geste gracieux elle dégagea ses longs cheveux cuivrés qui dévalaient en boucles légères sa nuque et ses épaules. Une nouvelle femme était née.

    Description Mentale : Vous l'aurez comprit, sur Terre, la jeune demoiselle était une sorte de fantôme, une victime timide, naïve, frêle, rasant les murs de son lycée, le regard baissé, presque tremblante. Chacun de ses choix, même à 17 ans était prit par sa mère, une femme envahissante au goût en matière de mode plus que douteux, bref, Melyana n'avait aucune personnalité, aucun intérêt, aussi fade et insipide qu'une image qu'on aurait laissé trop longtemps au soleil, délavée et triste...
    Au lycée, elle trainait avec une bande de filles, enfin disons plutôt qu'elle « parasitait » une bande de filles en mal d'admiratrices, qui trouvaient dans ces pseudo amies des marionnettes répondant à leur moindre volonté, à leur moindre désir. Un claquement de doigt et la gentille Melyana accourait, trop contente de servir à quelqu'un, trop contente d'exister aux yeux d'une autre, même si ce n'était que pour quelques secondes... La jeune femme n'était pas bête, loin de là mais elle était en mal de liens sociaux, n'en pouvant plus des soirées tricots qu'organisait sa chère mère et pendant lesquelles elle tenait docilement la pelote dans un silence absolu...
    Et puis il y eut un jour, ce jour où elle passa de l'autre coté... Bon, on ne dira pas que ce changement de physique la transforma en femme fatale adulée et charmeuse, non, mais disons qu'il lui permit d'assumer ce qu'elle était au fond, de révéler son désir de plaire, son assurance encore hésitante mais qui ne souhaitait qu'une chose, exploser à la face du monde... Et puis l'admiration qu'elle avait pour Jenny avait laissé quelques traces, Melyana trouva un attrait à la manipulation, au machiavélisme, même si elle n'était encore qu'une novice dans ces domaines...
    Bref, la demoiselle était devenue une femme qui commençait à prendre conscience de ses charmes, de ses atouts et qui tentait de les utiliser au mieux.
    Signes particuliers : Aucun.
    Talents spéciaux : Des talents spéciaux ? C'est un bien grand mot, Melyana n'est pas une artiste, elle ne sait ni jouer d'un instrument quelconque, ni dessiner, ni chanter, surtout pas chanter... Ses seuls loisirs consistaient à rester assise pendant de longues heures dans un fauteuil épais tapissé de fleurs aux cotés de sa mère, tenant patiemment une pelote de laine, dans un silence religieux... Ou alors elle assistait patiemment aux réunions de lecture de sa maternelle, toujours en silence... Le seul avantage c'est que cela lui a conféré une certaine capacité d'analyse, d'observation dont elle n'a pas vraiment conscience.
    Aimez-vous les rhododendrons ? Yep' [Réponse validée par un gnuf égaré qui mange des rhododendrons (owi c'est bon) Kamui.]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Non
    Citation : Qui aime bien châtie bien.
    Biographie :
    Melyana Astrid Camille est née il y a de cela 17 ans dans une petite bourgade française, elle grandit au sein d'une gentille famille, des parents aimant qui n'avaient pu avoir qu'un seul enfant, bien qu'ils eut tentés tous les moyens que la science avait pu mettre à leur disposition pour combler leur désir de pouponner,enfin ça c'était au début. De cette période là, « l'age d'or », la jeune femme n'avait aucun souvenir, rien hormis peut être une sensation de bonheur paisible, de sérénité apaisante, chose qu'elle n'avait plus jamais retrouvé, non, plus jamais.
    La mère de Melyana, une certaine Françoise s'était mariée très jeune avec son voisin, Patrick. Lui était fils d'agriculteur, après leurs noces, ils s'installèrent ensemble dans la ferme familiale, le père aidant ses parents vieillissant, la mère avait obtenu un diplôme de dactylo et travaillait dans un petit bureau comme secrétaire. Après dix ans de mariage, ils avaient eut une petite fille.

    Lorsqu'elle avait eut 6 ans, les parents de cette petite fille s'étaient séparés, son père s'était plongé à corps perdu dans sa petite exploitation arrivant tant bien que mal à nourrir les siens et cette situation financière n'était plus devenue supportable pour Françoise. Cela faisait quelques années que son patron lui faisait de l'œil, un jour que la situation était devenue inextricable, la mère de la petite fille tomba dans les bras de l'intellectuel à lunettes qui lui avait promit monts et merveilles.
    C'est vrai que contrairement à sa fille, Françoise était une belle femme, élégante, gracieuse, coquette et ce monde de « l'agriculture » les deux pieds dans le crottins étaient venus à bout de sa fidélité, de son amour qui s'étaient usés en même temps que le vieux meuble en bois massif qu'elle voyait tout les jours et qui appartenait à la famille de Patrick depuis deux générations...

    Le divorce fut prononcé quelques mois plus tard, au même moment Françoise reçut sa lettre de licenciement et son ex-patron repartait au bras d'une splendide créature aux longs cheveux blonds, aux jambes sans fins.
    Ce fut pour la mère célibataire le début de la fin.

    Cette rupture n'avait été soudaine que pour l'amoureuse qui n'avait d'yeux que pour son bel amant, tandis que lui n'avait d'yeux que pour les demoiselles qu'il rencontrait lorsqu'il était en déplacement professionnel bien entendu, or, le chagrin d'amour qui en suivit dévora la vie de Françoise et par analogie celle de sa très chère enfant sur laquelle elle reporta toute sa frustration amoureuse.

    Certes Melyana avait été aimé, aimé à en mourir, aimé à en être étouffé. Trop, partout, tout le temps sa mère était là, posant son regard dépressif remplit d'amour maternel, formulant pour sa petite fille chérie tous les choix qu'elle avait à faire, de la couleur de ses chaussettes le matin jusqu'à celle de ses cheveux, sans parler de la petite barrette qu'elle plaçait tendrement, avec délicatesse dans ses cheveux... C'était mignon, très mignon oui... Seulement dans ce monde plein de guimauves et de napperons brodés qui fleurissaient sur chaque centimètre carrés de libre, dans chacune des pièces de leur petit appartement miteux, Françoise avait oublié un détail... Et un détail de taille... Sa fille grandissait et ce qui était mignon à 10 ans ne l'était plus à 15, ni à 16, encore moins à 17.

    Alors oui, la jeune fille avait bien tenté de se rebeller, de se débattre au moment de la pose de la nouvelle petite pince rose agrémentée de strass sur le haut de sa tête, mais à chaque fois qu'elle avait élevé la voix, à chaque fois qu'elle s'était dégagée, le regard de sa mère s'était embué et des milliers de larmes avaient dévalés sur ses joues, tandis que des milliers de « pardon » passaient ses lèvres en sanglotant et ça, Melyana ne pouvait pas le supporter, alors elle ravalait sa colère et se laissait faire...

    Au fil des années, toute résistance avait peu à peu disparue, anéantie par ce coté trop « gentil » qui avait fait de la petite fille une jeune femme victime de ses camarades de classe tout au long de ses années, qui l'avait poussé à devenir invisible, inexistante... Et puis un jour, elle entra en seconde et si jusque là elle avait l'habitude d'être ballotée entre les différents groupes de la classe auprès desquels elle tentait tant bien que mal de trouver l'amitié, était apparue dans sa vie Jenny...
    Jenny était belle, grande, gracieuse et pire que tout, elle en avait conscience. Dans son lycée, elle était l'égérie, la star, la fille avec laquelle toutes auraient aimés être ami et il se trouve qu'elle avait trouvé en Melyana sa docile petite esclave... Sans broncher le parasite du groupe consentait à faire tout ses devoirs, à exécuter chacun de ses désirs, à subir les pires humiliations rien que pour lui plaire...

    Et puis le destin s'en était mêlé, car chaque année elles se retrouvaient ensemble, dans la même classe et le calvaire recommençait sans que Melyana ne puisse déterminer si elle détestait cela ou l'adorait. C'est qu'elle l'admirait tant que son contact même s'il jouait en sa défaveur était la chose la plus plaisante de son existence, dans son regard fourbe et servile la jeune femme fade avait l'impression d'exister, de vivre... Ah, ce qu'elle n'aurait pas donné pour être elle. Mais d'un autre coté elle la haïssait, profondément, obligée à se ridiculiser, à obéir...
    Heureusement pour Melyana, l'obéissance avait eut une fin et ce jour là, elle bascula dans un autre monde.




    Test RP


Cela aurait pu être une journée comme les autres, enfin à ceci près qu'il fut le dernier que passa Melyana sur Terre. Depuis environ vingt heures, la classe de Terminale ES du lycée rue Gambetta était en vacances, enfin en vacances c'était un bien grand mot, disons plutôt qu'on avait congédié les élèves pour qu'ils s'adonnent aux dernières révisions avant de passer leur bac.
Mais comme les élèves de cette classe avaient bien d'autres idées en tête que de travailler, enfin pour la plupart, ils s'étaient donnés rendez vous dans grand parc afin de se détendre un peu et de s'échanger quelques conseils de révision.

Melyana était arrivée en avance au lieu de rendez vous, elle passa les grilles du parc, prit la première allée à droite, longea les parterres de fleurs, tête baissée, enfoncée entre ses épaules, trainant des pieds dans son pantalon en velours mauve, tripotant nerveusement les pochettes plastifiées qu'elle tenait contre sa poitrine et redressant ses lunettes roses sur son nez. Dans les pochettes, le travail de toute une année, car Melyana n'avait pas attendu les dernières périodes de révision pour s'y mettre, non, dès les grandes vacances de l'année précédente, avant même de mettre les pieds en terminal, elle avait commencé à ficher les cours des différents bouquins qu'elle avait acheté avec grand soin et qui retraçaient l'ensemble du programme dans chaque matière.

Elle dépassa la fontaine regardant autours d'elle dans l'espoir d'apercevoir celle qu'elle ne supportait plus mais dont elle ne pouvait pas se passer; Jenny. Enfin, elle la vit, et un timide sourire s'afficha sur le visage du parasite, elle n'était qu'à quelques mètres de là, assise sur un banc au milieu de l'herbe verdoyante, entourée de ses amies.
Immédiatement, Melyana avait pressé le pas, Jenny détestait de son esclave soit en retard, enfaite de manière générale, elle détestait attendre, plusieurs fois son adorée l'avait violemment giflée pour ce motif... Mais aujourd’hui, aujourd’hui Melyana le savait, Jenny allait lui sourire.

« Oh, tu es là... »

Lui lança la belle Jenny seule assise sur le banc tandis que toutes les autres devaient se contenter du sol. Dans sa voix, une pointe d'ironie qui provoqua les gloussements de la cohorte d'admiratrices, sans aucun doute que son accoutrement n'y était pas étranger.

« Il est joli ton pantalon... On dirait le même violet que le pull que ma mère à acheter à son caniche le week end dernier... »

Jenny sans aucun doute paradait au milieu de ses ouailles, les rires de ses consœurs agrandirent le sourire qu'elle arborait lui donnant encore plus de charisme, encore plus de superbe... Melyana n'avait rien dit, elle était subjuguée et habituée.

« Mais qu'est ce que tu tiens là, hein ? » Fit elle en désignant d'un signe de tête les pochettes qu'elle tenait contre son affreux haut fleuris.
Immédiatement, la jeune femme avait tendu le précieux chargement à son « amie » qui le lui arracha presque des mains.

« C'est le programme de révision... » murmura timidement l'adolescente. « Je les ai fichés... »

Ses mains se tordaient devant elle piteusement, l'attitude de Jenny s'était subitement adoucit, mielleuse, mais avec toujours cette pointe de sarcasme.

« Tu les as photocopiés j'espère ? Sinon comment veux tu que tes amies révisent ? » Elle désigna du regard chacune des filles présentes, insistant sur ses bras droits, Charlène et Anaïs, deux vipères, deux profiteuses qui suivaient Jenny comme son ombre.

« Non... Je... Je n'y ai pas... »

Mais l'adolescente n'eut pas le temps de finir, Jenny s'était levée, furieuse jetant au sol les documents qui glissèrent des pochettes.

« Tu n'y as pas quoi penser ?! Incapable va, mais où avais tu la tête hein ? »

Les documents avaient juste eut le temps de toucher terre que Melyana s'était quasiment jetée sur le sol pour les ramasser.

« Tu vois ce que tu me pousses à faire ? » Sanglota presque Jenny, retombant sur le banc tandis que Charlène et Anaïs se précipitaient sur elle pour l'éventer, la consoler, la calmer. « Tu n'as pas de coeur Mely... Moi qui suis si gentille avec toi... » Son regard larmoyant se posa dans celui de sa victime préférée qui rampa à genoux jusqu'à elle pour ramasser jusqu'au dernier papier...

Et puis son regard s'était soudainement illuminé, la fourberie apparut telle une ombre sur ce beau visage à la peau d'ivoire...

« Non, tu n'as pas de coeur. » Jenny connaissait bien Melyana, elle pouvait sentir jusqu'au frisson qui naissait dans sa nuque lorsque sa voix se faisait plus triste... Elle savait que la jeune femme ne supportait pas de la rendre triste, non jamais...

« Si, si... » s'empressa d'assurer l'adolescente maladroite toujours à genoux devant son bourreaux.. Ses mains d'enfants se posant sur les genoux de cette amie dont elle ne pouvait se défaire.

« Vraiment ? » Une note d'espoir et toujours ces gloussements qui résonnaient...

« Oui je te le jure, je ferais tout pour toi. » Et c'est vrai qu'elle aurait tout fait pour elle, tout quel qu'en soit les conséquences...

« Alors dans ce cas... »

* * *

Le soir même, alors que le parc commençait à se vider, Melyana traversa la clôture rouillée qui s'élevait au fond de celui ci, derrière elle suivaient Charlène et Anaïs et bien évidement Jenny... Le lieu où elles se trouvaient à présent était une ancienne voie ferrée qui n'était plus entretenue et qui ne servait d'ailleurs plus depuis plusieurs années. Une passerelle en mauvais état était encore présente reliant les deux rives de la voie, mais en dessous il n'y avait plus rien, plus rien hormis une mère de rosiers sauvages et c'était justement cela qui intéressait Jenny.

Sans grande difficulté, Melyana passa la barrière sur laquelle une vielle pancarte indiquait « Défense de passer. Danger de mort. », mais l'adolescente n'y prêta pas attention, et tandis qu'elle se retrouvait de l'autre coté de cette barrière, la pancarte tomba sur le sol dans un bruit métallique qui fit sursauter l'intrépide...

Ce qu'elle venait chercher ici, c'était une rose, une magnifique rose d'un blanc éclatant que Jenny avait vu en passant dans le coin à l'aller ce jour là... Et cette rose, elle la voulait.
Melyana progressait difficilement sur la passerelle grignotée par la rouille où les trous foisonnaient, plus d'une fois, elle avait voulu abandonner, mais à chaque fois elle revoyait le regard de Jenny, le plaisir qu'elle avait vu briller lorsqu'elle avait évoquer la rose...

Cette rose que Melyana pouvait à peine apercevoir et qui pourtant la narguait... Doucement, elle s'approcha de la balustrade, monta sur la marche de métal, la passerelle n'était plus praticable et bien que le passage soit endommagé et que la grimpette ne soit pas son activité fétiche, l'adolescente n'était plus qu'à quelques mètres de la rose...

Enfin, elle était là... Jamais la jeune femme n'avait été aussi près du bonheur absolu, espérant bien que Jenny la remercierait pour son exploit, ne serait ce qu'avec un sourire, un mot gentil... Melyana se pencha par dessus la balustrade, elle tendit le bras pour saisir la fleur... Mais celle ci demeurait encore inaccessible, oh, de peu, de si peu, que la jeune femme se pencha encore...
Elle se sentit basculée en avant, un craquement terrible brisa le silence et sans qu'elle ne puisse comprendre ce qui était entrain de se passer, le ciel passa au dessus d'elle et bientôt, elle ne put voir que lui... Pendant quelques secondes, elle eut une impression de flottement puis la douleur lui arracha une grimace.

Elle se trouvait là, allongée dans une mer de rosier, des épines lacérant sa peau, son visage, ses mains, une nouvelle grimace crispa ses traits, péniblement, elle leva les yeux au ciel flou sans ses lunettes... Son corps avait mal, son corps semblait épuisé, à bout, sur le point de lâcher et au dessus d'elle cette rose qu'elle avait entrainé dans sa chute.

La chute avait été vertigineuse, fatale car sous les roses et leurs épines demeuraient des gravats qui avaient réceptionnés douloureusement la jeune fille trop téméraire. Un goût de sang lui remplissait peu à peu la bouche, provoquant une quinte de toux, du bout des doigts elle attrapa la rose blanche qu'elle macula de sang...

Quelle idiote... Elle est fichue.

Jenny n'accepterait jamais une rose tachée de sang... Une larme apparut au coin de ses yeux... Elle n'était qu'une incapable, ah, si seulement elle avait été Jenny...

« Nyolo ! »

Melyana papillonna des yeux, le ciel au dessus de sa tête était grignoté par les branchages des arbres, une brise douce soufflait sur son corps, la douleur n'existait plus. Sans aucune difficulté, la jeune femme s'était relevée, assise en tailleur dans cette forêt étrange... Étrange et silencieuse...

« Jenny. » Ce fut le premier mot qu'elle prononça. Un mot qui jeta un froid désagréable car cette voix n'était pas la sienne... Non, la tonalité, la mélodie... Cette voix n'était pas la sienne et pourtant, sa gorge avait bien vibré...

C'est alors qu'elle découvrit ses mains, des mains fines et gracieuses... Ces mains non plus n'étaient pas les siennes... La jeune femme se leva subitement, son dernier souvenir venait de lui revenir...
Elle était sur ce pont, sur ce pont à quelques centimètre d'une rose... Une rose blanche et Jenny à quelques mètres de là.
Elle était tombée, oui tombée... Mais alors que faisait elle là ? Son regard s'affola, passant sur chaque aspect de cette forêt qu'elle ne reconnaissait pas. Le vent souffla à nouveau faisant passer ses mèches rousses par dessus ses épaules... Des mèches qui n'étaient pas les siennes. Et ses yeux, ses mains, étaient descendus sur ces seins qui n'étaient pas les siens, sur ces jambes longues, si longues qu'elle en eut presque le vertige... Rapidement ses doigts vinrent se poser sur son visage, tandis que sa mâchoire s'entrouvrait de stupéfaction.

Ce n'était pas elle, tout ceci, ce n'était pas elle... La panique la gagnait, ses mains se portèrent sur ses oreilles, s'enfonçant dans ses cheveux longs bouclés, soyeux qui n'étaient pas les siens et dans sa tête ce mot qui se répétait sans cesse.

« Nyolo ! Nyolo ! Nyolo ! »

Un vertige lui emporta les sens, la forêt tournoyait autours d'elle, ce n'était pas possible, ce n'était pas vrai... Elle tomba à genoux tandis que du sol apparaissait quelques ronces, éventrant la terre, des ronces timides qui agrippèrent le jupon blanc qu'elle portait. Sa tête était en feu, des larmes lui montèrent aux yeux et ces ronces qui grimpaient à peine à quelques centimètres du sol, jusqu'à ce qu'apparaisse une rose blanche.
Le feu de son esprit s'estompa, la douleur se calma, son regard vide fixa cette rose qu'elle saisit entre ses doigts... Puis tout devient sombre, sombre et silencieux. Son corps glissa sur le sol, sur ce lit de roses qui ne pouvaient pas la blesser... Tout devint calme et silencieux. La paix.


Dernière édition par Melyana le Lun 4 Avr - 6:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Melyana pour vous servir...    Lun 4 Avr - 0:05

Hooooo des cheveux roux ! Belzeneff aussi a pensé à se faire faire une teinture. Nous avons récemment essayé une perruque rose, nyolo. Nous ressemblions grandement à un grand fou du siècle passé. Malthus NYOLO.

Hooooooo des... des des... DES BOOBIES NYOOOOLOOOOOO ! Nous aimons beaucoup la jolie poitrine que voici nyolo ! Belzeneff va se faire greffer des implants mamères NYOLO !

    Petit Questionnaire
    Vicieux, nyolo !



    Dis à Belzeneff qui a été
    ton plasticien, nyolo.
    Belzeneff aussi veut des boobies,
    NYOLO.
    Alors dis nous, nyolo ! C'est comment de ressembler à poil de carotte ?
    Nous voyons... Nyolo ! Ca te tente d'imiter le lapin ? Même si ça te tente pas, tu fais, nyolo !
    C'est quoi cette fleur, nyolo ? Nous pouvons la manger nyolo ?
    À ton avis, nyolo, si les chats dominaient le monde, est-ce qu'il préfèreraient le citron ou le homard ?
    Oui je sais, nyolo. Elles sont ch*antes mes questions. Mais Belzeneff ne te donne pas le choix NYOLO !
    C'était quoi ton genre de musique sur Terre, nyolo ?
    Et moi, tu m'aimes bien nyolo ?


Code du questionnaire nyolo :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Melyana pour vous servir...    Lun 4 Avr - 6:29

Votre grandeur, c'est un honneur.
Ils vous plaisent votre seigneurie ? J'en suis ravie... Faites attention loucher ça peut laisser des séquelles... Mon plasticien... Vous devriez le savoir, c'est votre création, comme tout le reste de ce vaste monde...

    Petit Questionnaire
    Vicieux, nyolo !



    Dis à Belzeneff qui a été
    ton plasticien, nyolo.
    Belzeneff aussi veut des boobies,
    NYOLO.
    Alors dis nous, nyolo ! C'est comment de ressembler à poil de carotte ? C'est chooouuuettteee votre grandeur, pourquoi cela vous déplait t'il ? Et puis c'est mieux que de ressembler à Fifilolotte Victuaille Cataplasme Tampon Fille d'Efraïm Brindacier, là la vie aurait été atroce...
    Nous voyons... Nyolo ! Ca te tente d'imiter le lapin ? Même si ça te tente pas, tu fais, nyolo !Le lapin genre le lapin tout blanc d'Alice toujours en retard ? Ou le lapin crétin ? Ou le lapin bélier nain à poil angora de ma cousine Sophie ? Dans le doute *sort une montre à gousset en prenant un air paniqué, ricane bêtement en louchant et saisit une carotte qu'elle grignote*
    C'est quoi cette fleur, nyolo ? Nous pouvons la manger nyolo ?Une rose blanche toute mimi... Bien sure que vous pouvez votre grandeur, vous êtes un dieu et les dieux ça peut tooouuut faire... Euh ça peut avoir des indigestions les dieux ?
    À ton avis, nyolo, si les chats dominaient le monde, est-ce qu'il préfèreraient le citron ou le homard ? Les citrons pour faire des jets d'acide dans la tronche de tous les chiens de la planète et pour en mettre dans leur croquette !!!
    Oui je sais, nyolo. Elles sont ch*antes mes questions. Mais Belzeneff ne te donne pas le choix NYOLO ! Votre grandeur devrait relire le titre de ce topic, il verrait que je suis à son entière disposition...
    C'était quoi ton genre de musique sur Terre, nyolo ? Les seules autorisées chez moi, le silence... Musique un peu humm calme et silencieuse à la longue... Ou André Rieux... Et très honnêtement j'ai un faible pour le silence...
    Et moi, tu m'aimes bien nyolo ? A votre avis votre seigneurie....
Revenir en haut Aller en bas
Layca
PNJs ♔ The Mighty One

PNJs ♔ The Mighty One
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Melyana pour vous servir...    Lun 4 Avr - 20:48

Bien le bonsoir belle rose égarée,

C'est avec un délicieux plaisir que je remercie ton inscription en ces lieux. Ta vie n'a pas été un réel cadeau, mais ici, tu pourras profité d'une liberté conditionnelle digne de ce nom, ou non.
Après lecture de ta fiche, je n'ai aucune remarque à faire, à part que ton histoire est en tout point originale, et que ton don me semble être fort prometteur. Utiliser des lianes, tu vas pouvoir en briser des cœurs. De plus la belle rousse que tu incarnes n'est là que pour faire rêver les mirettes des hommes de ce monde.

De ce fait, aux vues de ta plantureuse poitrine, j'ai l'honneur de te décerner comme guide spirituel... BOOB... Linoa. Elle saura te guider et t'aider à prendre tes marques dans ce monde. N'hésite pas à la contacter par MP afin de pouvoir établir une relation plus personnelle, et envisager de futurs RPs en sa compagnie. Ou, si tu as une idée précise en tête, n'hésite pas à poster une proposition dans le topic prévu à cet effet.

C'est donc avec un grand honneur que moi, Layca, te déclare membre permanent de ma Cité et de notre monde macabre !



Te voilà des nôtres !
N'oublie pas de compléter la fiche de ton profil !

Amuse toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Melyana pour vous servir...    Dim 7 Aoû - 22:42

Déplacement de la fiche dans le cimetière pour cause de non-recensement.
Si jamais l'envie te prend de revenir parmi nous, sache que tu seras accueilli à bras ouverts et qu'il te sera possible de reprendre cette fiche.

Adieu et merci d'avoir participé à cette grande aventure qu'est AJE !
NYOLO-BISOUS !
Now r rdy 2 invade z

*mange la fiche*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Melyana pour vous servir...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Melyana pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ichiiro, pour vous servir.
» [Ik-Mass] pour vous servir ! (Rhum ? Pression ? ^^)
» Très bonne nouvelle pour vous !
» De retour pour vous (re) jouer un mauvais tour.
» ~Callista pour vous servir~
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: