AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Jins, bien des questions sans questionnements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Jins, bien des questions sans questionnements   Mar 22 Mar - 19:32

    Fiche de
    mon Personnage


    © Dessin d'un catcheur : L'Undertaker

    Nom : Seonam
    Prénom(s) : Jins
    Sexe : Masculin
    Rang : Plus malin qu'une table !
    Orientation sexuelle : Hétérosexuel
    Âge : 27 ans
    Origines : Oslo, Norvège

    Divinité servie : Layca.
    Élu dominant : Kamui.
    Grade : Simple pantin.
    Don : Au dé-secours : Jins est capable de pousser un hurlement rauque et grave. Ce dernier permet de faire accourir et de rendre féroce toutes les créatures des alentours. Ainsi il pourrait se retrouver avec une armée d'alliés redoutables pour un combat ! Seulement, le petit souci. C'est que les créatures attaquent la première personne qu'elles voient. Et comme Jins est plutôt imposant, et qu'il est classé dans les "personnes", souvent, elles ne voient que lui, n'attaquent que lui. Ce qui s'avère, au final, être un désavantage considérable. Mais il continue malgré tout à utiliser ce don avec obstination, comme si un jour, il pourrait lui être utile.
    Arme(s) utilisée(s) : Une grande pioche, un peu vieille mais classique. Son manche est long de sorte qu'il peut s'en servir d'appui pour marcher.

    Description Physique : Jins est grand et large. Environ deux mètres pour une centaine de kilos. Cette carrure fait de lui ce que les gens pourraient parfois appeler : Un colosse. De bonnes épaules, de bons bras, de bonnes jambes, et tout ce qui va avec. Ses cheveux sont longs et noirs, cela lui donne un air inquiétant, lugubre. Et par cette précision physique, on lui attribue souvent la qualité de "métaleu", c'est le cas. Jins n'est pas réellement laid, dommage pour lui qu'il soit vraiment beaucoup trop stupide, car il aurait pu plaire. Son visage est dur, la mâchoire carrée ornée d'une barbe touffue, les yeux noirs, haineux et vides, pommettes rentrées, joues creusées. Lorsque l'on ne voit pas la profondeur, inexistante, de ses pupilles, ni son attitude, on lui attribue souvent un age et une mentalité qui vont au delà de ses 27 ans. Niveau vestimentaire, il va être sur du gothique. Rangers noires et boueuses, bracelets de forces et d'autres à piques, bagues têtes de morts, ceintures de spikes, beaucoup d'accessoires qu'il porte toujours, sans varier. Ses pantalons sont toujours noirs, sans particularités. Tout comme les hauts qu'il arbore, n'allant guère au delà des t-shirts noirs et des blousons de cuir.
    La première impression que l'on peut avoir, en le voyant de loin, c'est de la peur. Seul, marchant dans l'ombre, avec sa pioche sur l'épaule. La seconde serait plutôt du doute, et la troisième du mépris ou de la pitié. Jins ne fait pas parti de ces colosses qui semblent n'être fait que pour suivre et protéger un nabot malin. Il n'a pas l'air d'un leader non plus. Pour tout dire, il n'a l'air de rien, capable simplement de foirer tout ce qui serait à la longue portée de son bras.

    Description Mentale : Depuis qu'il est tout petit, comme si cela avait été inscrit dans chacun de ses gènes, Jins est fainéant. Mais là je ne vous parle pas de la fainéantise de bas niveau, celle qui consiste à dire que l'on est pas toujours de bonne volonté pour travailler. Non. Là je vous parle de la fainéantise modèle géant. C'est à dire : Aucune, aucune, pas la moindre bonne volonté ni volonté tout court à faire quoi que ce soit. Travailler il ne veut pas, courir il ne veut pas, marcher il ne veut pas, rester debout il ne veut pas, manger il ne veut pas, dormir il ne veut pas. Les seules choses qu'il aime faire dans la vie, c'est poser ses fesses derrière un bar pour boire une bonne bière fraiche, et écouter du métal volume maximum en cherchant ses crottes de nez.
    Jins n'est pas quelqu'un de très intelligent. Ou plutôt : Jins est profondément stupide. Son Q.I. de singe amnésique l'amène à faire toute sortes d'absurdités comme : Jouer à essayer de lancer un couteau en l'air pour l'attraper avec les dents (jeu auquel il joue tout seul sans même avoir quelqu'un pour lui lancer le défi), ou encore se gratter la tête avec les deux mains alors qu'il conduit sa moto (du temps ou il l'avait encore). Venant après sa forte débilité, Jins n'est pas vraiment cultivé, même pas du tout. Les rares connaissances qu'il a, il ne les étales même pas, contrairement à ce que dit le proverbe.
    Car cet homme ne parle pas beaucoup. On pourrait le nommer taciturne, même si cela ne correspondrait pas tout à fait. Son manque d'esprit bavard vient simplement du fait qu'il n'a rien a dire, la plupart du temps, ou bien qu'il ne voit pas l'intérêt de l'ouvrir. Les rares fois où il parle, voir crie, il le fait vraiment. Un flot de parole inimaginable sort alors de sa bouche, et ce dans l'unique cas où il a l'impression que l'on se moque de lui.
    D'habitude plutôt calme, sa réaction quand à la moquerie est vraiment spectaculaire. Il devient totalement hors de lui, hurlant dans tous les sens, harcelant la personne et menaçant de ses gros poings. Parfois la raison est aussi bête que lui, ce qui va de soi.
    En bref, Jins est un esprit simple, dans une tête inintelligente.

    Signes particuliers : Un tatouage "I ♥ Mom" lui prend une bonne partie de l'épaule. Il l'avait en se réveillant un matin, sans vraiment se souvenir de la soirée précédente. Sauf du bar. Un autre tatouage de tête de mort lui habille tout le dos, et un dernier "Drowning Pool" sur les fesses. Ce sont ses seuls signes particuliers.

    Talents spéciaux : Il est capable de boire une bouteille de deux litres sans respirer. Mais uniquement lorsque c'est de l'alcool. Sinon, Jins peut conduire une moto. C'est bien pour lui. Il ne sait pas vraiment écrire, ni vraiment lire, ni compter, c'est presque un talent d'en savoir si peu.
    Aimez-vous les rhododendrons ? J'aime aucun oiseau, je préfère les arbres, avec des fleurs. [Code validé par Astaroth. Un norvégiiiiiien ! *saigne du nez en headbangant*]
    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Oui, il ne se souvient que de bribes de son passé. Un flou grisâtre.
    Citation : Le gin, c'est de l'alcool.

    Biographie : une petite musique pour coller à l'ambiance...

    Pour Jins, tout à commencé lorsqu'il a été recueillit par un groupe de gens louches, paumé à 5 ans dans les rues d'Oslo.
    - Il est marrant ce gosse. Regarde comment il réagit quand je tape dans mes mains.
    Les doigts rencontrèrent violemment la paume creuse. Clac.
    - Ouais. Il cligne des yeux. Super.
    - Tu serais pas un peu défoncé ?
    Ils l'étaient tous les 4, défoncés. Un gros groupe de potes toxico, et démunis, voilà ses sauveurs.
    Une bâtisse grise. Le papier peint qui part en lambeaux, déchiré, laissant des parois blanches. Tout était sale. Les radiateurs ne marchaient pas. Des cafards, des araignées, toutes sortes de bêtes. Jins, les cheveux sales, longs et gras, regardait par terre. Son petit corps assis dans un coin. Des petits gémissements provenaient de la pièce d'à côté, accompagnés de la plainte d'un vieux lit. la porte, elle était ouverte, laissant passer la lumière et les sons. Ces derniers s'arrêtèrent au bout d'un moment. Et une femme apparut dans l'ouverture. Pâle, une tige fumante accrochée aux lèvres, renfilant ses habits. Elle ouvrit de grands yeux à la vue de l'enfant, demandant derrière elle :
    - Ah ! Tu l'as encore ce gosse Ben ?
    De sa voix détaillée et moqueuse.
    - Qui ? Jins ? Ouais.
    - Haha ! Tu vas le garder jusqu'à quand ?
    Jusqu'à 2 ans plus tard. Peu après les 8 ans de Jins. Ben était un peu trop naïf et confiant, dommage pour lui. Les personnes comme ça, elles feraient mieux de ne pas jouer les dures...

    Dans la même pièce. Dans l'ombre. Des coups de feu rapides. Du sang qui coule. Des cris de peur. Jins ne réagissait pas, comme insensible, dos au mur. Plusieurs personnes en costumes noir marchaient dans les couloirs. Toutes sortes d'armes dans les mains. Ben était debout, juste là, il regardait tout autour de lui, cherchant sans doute une issue. Mais un homme aux cheveux grisonnants entra dans la pièce. Sa tête se pencha, son sourcil se leva.
    - C'est toi.. Ben ?
    - Je vous en prie, c'était pour notre consommation personnelle c'est tout ! On est pas des dealers !
    L'homme passa une main dans son dos, il en sortit un long pistolet. L'embout se posa sur le front ruisselant du toxicomane.
    - C'est bien toi Ben ?
    - On sortira du trafic je vous promet ! Vous entendrez plus jamais parler de nous ! Même qu'on achètera chez vous !
    Le porteur de l'arme fit une moue, un peu comme s'il était gêné. Simplement un peu gêné, dérangé par quelque chose.
    - Acheter nécessite un apport d'argent. Là est le problème. Parce que ces derniers jours, tu n'avais pas l'air de l'avoir bien imprimé. Quand on me prend sans rien en retour, je ne réagis pas toujours bien tu sais ?
    La glotte de Ben ne cessait de monter et de descendre, ses yeux injectés de sang lui sortaient des orbites. Ses dents claquaient, formant une sorte de ronronnement avec son souffle rauque.
    - Oui.. Je sais mais je vous promet que..
    Le doigt appuya sur la détente, la phrase ne fut finie. L'homme aux cheveux gris roula les yeux, et ils se posèrent sur Jins. Le même sourcil que peu avant se leva. Il s'approcha, s'accroupit, et demanda :
    - Dis moi mon petit, tu ne saurais pas où se trouve des sortes de petits pavés de poudre blanche ?
    - Le sucre ? Dans le matelas du lit.
    - Haha ! Ça c'est un bon petit.
    Disait-il en lui tapotant la tête.
    Grâce à cette qualité de "bon petit", on peut dire que le jeune Jins a réussi à se faire recueillir par une autre famille. Mais pas du même genre. Ça valait peut-être mieux pour cet abruti de se retrouver dans la mafia Russe, plutôt que chez des gens encore plus irresponsables que lui. Quoi qu'il en soit, il resta à Oslo jusqu'à 16 ans environ, hébergé par ce nouvel ami, ce nouveau papa, dans sa riche villa et ces épais draps. Et c'est à cette période précise qu'une question évidente surgit dans sa grosse tête.
    - Mais j'ai des parents moi ou pas ?
    Du temps passa avant qu'il ne se rende à l'évidence qu'on ne pouvait naitre sans parents. Il fallait s'appeler Jésus pour naitre d'une maman vierge, ce petit con avec sa face de niais n'allait pas prétendre être plus exceptionnel que le christ tout de même ! Une fois qu'il avait sa réponse, il ne les chercha pas. Bonne idée. Bonne idée. Oui je le dis deux fois, pour une fois que je peux dire ça de Jins ! J'en profite ! Bonne idée.
    Quoi qu'il en soit, à ses 17 ans, il fut envoyé à Saint-Pétersbourg, pour y rencontrer un "grand homme"...


    La pièce était blanche. De longs rideaux fins, lustres majestueux, gros sièges de cuir, beaux tableaux. Jins, haut de sa taille adulte, ne dut même pas se baisser pour passer par la porte. Cela l'étonna. Il y avait un bureau, un homme, vieux et ridé, griffonnait sur une feuille. Il leva les yeux pour regarder le jeune homme, et pointa la chaise devant lui. Brillant d'une lumière de lucidité, Jins tira le dossier vers lui et posa ses grosses fesses sur le siège moelleux.
    - Vus êtes Monsieur Seonam, oui ?
    Demanda le vieux, un accent Russe dans son Norvégien. L'interrogé se racla la gorge, leva les épaules et s'enfonça d'avantage dans son siège.
    - Ouais c'est moi.
    Le vieillard sourit, il avait les yeux fixés dans ceux de son invité. Au bout de quelques instants, il se leva et s'approcha d'une armoire de disques de musique. Saisissant l'un des boitiers, il le regarda quelques secondes, et finit par enfiler le disque dans un lecteur.
    - Vus aimez la Tosca, Monsieur Seonam ?
    Jins soupira et fit :
    - Je préfère la bière.
    Le vieux Kargatchev était un peu trop sénile pour réagir à une remarque aussi stupide. S'en suit une discussion peu amusante, qui se termina de cette façon :
    - Safez vus, purquoi nus afons autant de richesse ?
    Jins regardait dans le vide, au son de l'opéra, il releva les pupilles et sursauta à moitié en voyant celles du vieil homme qui attendaient quelque chose de lui. Il chercha dans sa mémoire la question qu'on venait de lui poser, le visage inexpressif, et fini par demander :
    - Vous pouvez répéter ?
    Le sourire s'afficha de nouveau sur le visage de Kargatchev.
    - Oui, pardonnez mon accent. Il est mauvais.
    En fait, Jins n'avait même pas écouté ce qu'avait dit le vieillard, ça l'arrangeait qu'il s'accuse lui-même. C'est pourquoi il approuva en hochant la tête. Et Kargatchev ne réagit encore pas, il parla de nouveaux, avec ses "r" roulés.
    - Je me reprend : Nus sommes riches ici, oui ?
    Le temps se suspendit. Le Norvègien regardait dans le vide. Une mouche lui tournait autour. Bzzzz. L'air était lourd, il ajoutait un halo sourd dans les oreilles. Un bruit grave, continu, qui grandissait. Et disparu soudain.
    - Euh... Ouais.
    - Vus aimeriez être aussi riche ?
    - Bah... Pas...
    - Pur cela c'est simple, il suffit de faire ce que je vus dirais.
    La réponse se fit attendre. Le vieillard était sûr de lui, le regard malin et autoritaire. Jins n'avait absolument rien capté à la situation le pauvre, il était un peu perdu sur le coup. Après tout.. Il s'en foutait je pense. Le colosse fini par dire :
    - Sympa votre musique. Ils doivent avoir du bon matos en micro et tout.
    Ainsi, par cette réplique nase, se finit ce superbe entretient qui voua notre mec à une vie de merde. Aux ordres de Kargatchev, Jins exécuta toutes sortes de missions, commençant par l'escorte, et allant jusqu'à l'assassinat. Il était un bon homme de main. Et dans les rues de Saint-Pétersbourg, le Russe, il devait le connaitre.
    - (En Russe : ) Tu la veux mousseuse ta bière mec ?
    - (En Russe : ) Non, merci. Les journal ça commence.
    - (En Russe : ) Euh... Donc sans mousse ?
    - (En Russe : ) Si si.
    - (En Russe : ) Putain tu me gaves mec ! Décide toi merde ! On va pas passer 5 heures sur ta bière !
    - (En Russe : ) Oui, je regarde du métal.
    - (En Russe : )... Bon je te la met mousseuse.
    Et c'est au bout de 4 ans qu'on lui désigna un coéquipier : Fillip.
    - Sérieux t'es Norvégien ?
    - Ouais.
    - Putain moi aussi !
    - Cool.
    - Trop ! Je te raconte pas ! J'en avais vraiment marre d'essayer de baragouiner du Russe ! J'ai toujours un peu de mal !
    - Je pourrais traduire pour toi si tu veux. Je le maitrise le Russe.
    - C'est vrai ?
    Non, mais pas grave. Quoi qu'il en soit, ils exécutèrent des demandes, à deux. Devenant de bons amis. Plus ou moins. Jusqu'à ce qu'un jour..

    On va changer de musique... Oui Jins est un grand fan de Drowning Pool. Ah je vous l'ai pas dit ? Désolé pour ceux qui aiment vraiment cette musique. C'est pas parce qu'un idiot l'écoute qu'il faut la fuir...

    Jusqu'à ce qu'un jour, on lui désigna, et à lui seul, une mission très importante : Transporter une grande quantité d'héroïne, dans une mallette, et la livrer en Norvège. Ce jour là, son avion il était le lendemain, et sa mallette il l'a laissée dans sa chambre d'hôtel de Saint-Pétersbourg pour aller boire un coup. C'est lorsqu'il revint en moto, en pleine nuit, que commence cette scène débordante de ridicule.
    Jins, le casque posé mais pas accroché sur la tête, sur sa moto, à une vitesse incroyable, sa grande gueule ouverte, entrain de rire tout seul et de hurler sans raisons :
    - WOOOOOOOOO WOOOOOOOOOOO !
    Le vent lui secouait les cheveux, donnant l'air encore plus bête. Et son regard vide fixait le compteur de vitesse. Il affichait un nombre à trois chiffre. Sa bouche bavant, langue pendante.
    - WOOOOO WOOOOOO WOWOWOOOO !
    C'est alors que ses pupilles remontèrent sur la route. Il y avait des petites choses brillantes là. Des lucioles ? Non..
    - WOOOOOWOOOOWOOO.. Des phares. ..WAAAAAAAAAAAAAAAAAH
    Bruit de frein, long, qui fait tout ralentir. Le corps de Jins qui part lentement vers l'avant, ses yeux sans expressions qui contre-disent sa bouche horrifiée, alors que son casque s'envolait. La chute sembla durer des heures, apparemment la moto n'avait pas encore touché la voiture, alors que le norvégien s'exposait sur le sol. Le casque sous les parties intimes.
    - Outch.
    Noir.

    Et quelques jours plus tard.. Jins rouvrit les yeux. Dans un hôpital. Il avait mal partout. Son corps était blanc, couvert de bandages. Flou. Tout flou. Mâchoire engourdie, douleur. Ses yeux épuisés se levèrent au dessus. Il y avait deux personnes à son chevet. Deux hommes. L'un d'eux, assis, le nez tout près de son visage, le regard dur. L'autre, debout, derrière, des papiers dans les mains. Jins n'en connaissait aucun des deux. Quoi qu'il en soit, ils se mirent à parler à toute vitesse en Russe.
    - Ah ? T'es enfin réveillé ! Eh bah on peut dire que t'as bien trainé mec ! Trois jours quoi !
    - Trois jours et demi ! Précisa l'homme debout derrière en levant un doigt.
    - Mais durant ces trois jours, j'ai attendu, sans jamais sortir d'ici. Fallait que je te vois en face fumier.
    Bien entendu, Jins ne comprenait rien à ce qu'on lui disait, rien du tout. Celui qui était assis reprit la parole, montrant une photo de voiture :
    - Tu sais ce que c'est ça ? Ça mon pote, ça oui, ça ! Ça c'est une BMW !
    - Une BMW toute équipée ! Ajouta l'homme debout.
    - Ça c'est ma voiture ! Une B..M..W !
    - Une BMW toute équipée !
    - Tu sais combien ça coûte ? Hein ? Tu as une petite idée du prix ? Ça coûte su-per cher.
    - Suuuuu-per.
    - Alors mon gars, toi t'as peut-être pas de boulot, l'argent c'est sans doute pas ton fort mais.. Montre lui les images machin !
    L'homme debout derrière leva quelques photos de carrosserie de voiture, noire, sans rien.
    - Met les plus à la lumière pour qu'il voit le connard ! Plus près !
    On lui flanqua les photos sous le nez, avec une lampe de chevet à pleine puissance dessus. On pouvait percevoir deux petites rayures, d'une dizaine de centimètre de long.
    - TU LES VOIS LES RAYURES FUMIER ?!
    - Elles ont marqué la voiture à vie.
    - C'EST TOI QUI LES A FAITE AVEC TA PUTAIN DE MOTO DE MERDE !
    - Alors que vous étiez en excès de vitesse, sans casque, et que mon client était juste entrain de faire sa paisible balade du soir dans sa BMW.
    - TOUTE ÉQUIPÉE !
    - Toute équipée.
    - TOUTE.. ÉQUIPÉE PUTAIN ! FUMIER !
    - Oui.
    Un moment de pause, l'homme assis reprit :
    - Je crois que tu n'as pas encore bien compris à qui tu avais à faire. Moi je suis capable de tout.
    - Oui.
    - J'ai attendu 3 jours.
    - Trois jours et demi !
    - Pour pouvoir te dire : QUE JE VAIS TE COLLER UN PROCÈS A TON GROS CUL ! Avec l'aide de mon avocat que tu viens de rencontrer ici même.
    - Et nous n'avons aucune chance de perdre.
    - Je te retrouve au tribunal face de pet.
    - Nous ne pouvons perdre.
    - Tu vas voir au tribunal.
    Les deux hommes sortirent de la pièce, claquant la porte. Et, suite à ce tumulte de parole impressionnant, une voix mourante et cassée se fit entendre :
    - Hein ?

    J'ai oublié de vous préciser : Cette année là, Jins avait atteint ses 27 ans d'age. Même si ça ne change pas grand chose. Quoi qu'il en soit, il mit plus d'un mois à se remettre de ses blessures, et c'est en rentrant enfin à sa chambre d'hôtel avec Fillip que..
    - Et merde.
    Il se rendit compte que la mallette n'y était plus.
    - Qu'est ce qu'il s'est passé ?
    - J'en sais rien..
    Et alors, quelques secondes plus tard, arrivèrent l'homme de l'hôpital et son fidèle avocat. Parlant toujours en Russe.
    - Encore eux ?
    - C'est qui ? Demanda Fillip.
    - (En Russe) C'est nous qui avons ta mallette !
    - (En Russe) Nous sommes dans notre droit !
    - (En Russe) Elle est bourrée de trucs louches !
    - Ah les enculés. Lâcha Fillip.
    - Qui ?
    - Bah eux ! Ils ont ta mallette !
    - Qu'est-ce qu'ils foutent avec ces abrutis ? Ils veulent crever ?
    - (En Russe) Où vous l'avez trouvé ? Demanda Fillip.
    - (En Russe) Bah ici du con !
    - Ils l'ont trouvé ici.
    - Mais qu'est-ce qu'ils foutaient ici ?
    - (En Russe) Qu'est-ce que vous foutiez ici ?
    - (En Russe) On cherchait des preuves !
    - (En Russe) Nous étions dans nos droit, la chambre n'était plus louée et le propriétaire avait disparu sans prendre ses affaires.
    - (En Russe) On cherchait des preuves pour le tribunal !
    - Ils cherchaient des trucs pour le tribunal.
    - Hein ? Quoi ? Le tribunal ? Mais ils ont picolés ou c'est juste des échappés de l'asile ?
    - (En Russe) Vous avez picolés ou..
    Des bruits de feu se firent entendre. Jins sauta à terre. Ça tirait à travers le couloir, des balles perçaient les murs. Le colosse regarda vers le haut, il y avait cinq personnes de la mafia Russe, le visant avec des kalachnikov. Il prit un couloir et se rua dans un escalier de secours, son souffle s'intensifiait, tout tournait autour. Une porte s'ouvrit, elle donnait dehors. Des voitures de police, partout. Jins s'enfuit dans l'autre sens et percuta un homme de plein fouet. La porte se referma derrière. L'homme, maintenant par terre sur les fesses, c'était le fouineur qui avait volé la mallette.
    - (En Russe) On va négocier mec ! Si tu nous donne raison au tribunal, on prévient pas les flics pour ta mallette !
    - Hein ? (En Russe) Je comprend pas.
    C'est alors que l'homme fit une imitation magistrale de la sirène, et des policiers, et mima tout ce qu'il avait dit.
    - Mais.. Ils sont déjà là les flics gros débile.
    Et c'est juste à ce moment là que des policiers enfoncèrent la porte en tirant dans tous les sens. Jins prit une balle dans l'épaule et une autre dans le dos, alors qu'il remontait l'escalier à toute vitesse. Visiblement, le voleur de mallette avait succombé à la délicatesse des des forces de l'ordre.
    Jins, en fait, il savait même pas où il fuyait, il faisait demi-tour chaque fois qu'il voyait des gens avec des armes, et il y en avait partout, qui voulaient tous sa peau. En quelques minutes, il récolta 3 autres bastos dans le buffet.
    Alors le norvégien se réfugia dans sa chambre. Son sang se rependait sur son torse. Il tomba contre un mur. C'est alors que Fillip arriva auprès de lui, il devait s'être caché dans la chambre dès le début.
    - Oh Jins ! Jins je suis désolé ! Je savais qu'ils avaient envoyé des types pour t'exécuter, ils me l'avaient demandé aussi !
    - Putain de putain de putain de..
    - C'est pas le type à la mallette qui a alerté les flics !
    - Bordel mais bien sûr que c'est pas lui je sais merde !
    - C'est moi ! Je suis un infiltré ! Voilà c'est dit, j'aurais du te le dire depuis des années mais..
    - Mais merde tu vois pas que je suis entrain de crever ? J'en ai rien à carrer de tes histoires.
    - .. Je crois que c'est l'amour de mon travail qui m'en a empèché, comme un sorte de flambeau qui me..
    - TA GUEUUUULE !
    - ..maintenait en vie tu sais ! Comme une vodka bien forte.
    - Ou une bière. Putain d'ailleurs j'ai pas payé en sortant du bar l'autre jour..
    Jins a toujours eu le truc pour faire des phrases tragiques dans les moments pleins d'émotions. Ceci, ces phrases pourries, furent ses derniers mots. Il est mort.
    Sa vue se brouilla, et.. Il se retrouva dans un autre monde. Prêt à les contaminer de sa débilité, eux aussi.



    Test RP


Des tabourets, des étagères pleines de bouteilles, un comptoir. Et une chope vide qui se pose sur celui-ci. Jins, la barbe imbibée d'alcool, souriait niaisement. Il aimerait bien pouvoir passer sa journée à faire ce genre de choses, il aimerait bien. C'est d'ailleurs ce qu'il faisait pour l'instant. Ses yeux louchèrent sur le fond de la choppe alors qu'il la relevait, il ne restait vraiment rien. Cela lui rappelait un souvenir, un peu flou : Des rires d'enfants, une lumière filtrée, une sensation de gêne, quelque chose comme ça. Le colosse ne comprenait rien du tout à son passé. Les rares souvenirs précis qu'il en avait parlaient de sucre, de Tosca-vodka et de "Wooooo". Pourquoi "Wooooo" ? Bonne question.

- Oh tavernier ! Une autre bière !

Au moins ça, là, il était sûr de lui quand il demandait sa boisson. Sûr et fier ! Gorgé de liquide abrutissant jusqu'aux cheveux, on peut dire que c'est comme ça qu'il se considérait vivant. Une femme était assise à côté de lui, il ne l'avait pas encore remarqué. Jins tourna la tête vers elle, et lui fit un clin d'œil vide. La fille avait la tête tournée dans l'autre sens, forcément elle ne le vit pas, à moins que l'arrière de son crane dispose de caméras.

- Eh dis toi ?

La proie ne semblait pas l'entendre. Il lui secoua, presque doucement, l'épaule. Manquant de tomber de son tabouret, elle fit valser sa tête en arrière pour regarder Jins dans les yeux.

- Euh... Oui ? Pardon.

Elle était belle, les cheveux soyeux et dansant sur son visage frais. Ses fins sourcils miroitant une onde de malice, et ses lèvres subtiles souriant avec légèreté. L'ex-norvégien était ébahi, et en lâcha un rot d'une puissance magistrale, qui fit sursauter quatre personne dans la salle, et évanouir un vieux qui avait trop chaud. Sans oublier la jeune femme, qui plaça une main secrète devant son nez pour cacher l'odeur. Et alors qu'il hoqueta, et émit quelques répliques, Jins reprit sa tentative d'approche.

- Comment c'est ton nom ?

La bière lui fut servie, enfin. Il soupira de plaisir et la saisit à pleine main, alors qu'on lui répondait :

- Je me nomme Aphenossa. Aphen pour faire plus court. Et toi ?

Elle était pleine de bonne volonté ! C'était le jour de chance de notre héros ! Il devait sauter sur l'occasion, à tout prix ! Alors il prit sa pose la plus classe, accoudé au bar comme il sait le faire, et fit d'un ton mystérieux :

- Je suis Jins.

- Jins ?

- Le gin c'est le l'alcool.

- C'est aussi une marque de pantalons.

Fit remarquer une voix derrière le colosse. Ce dernier ne prit même pas la peine de réfléchir. Phrase stupide : il ne prend jamais la peine de réfléchir. Il se retourna à une vitesse hallucinante et colla un coup de poing de toute la longueur de son bras dans la tête de l'homme qui venait de parler. Ce dernier s'envola à travers l'auberge. Et la bagarre du soir commença !
Revenir en haut Aller en bas
Layca
PNJs ♔ The Mighty One

PNJs ♔ The Mighty One
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Jins, bien des questions sans questionnements   Mer 30 Mar - 1:26

Très cher petit pantin,

Tout d'abord, laisse-moi te remercier d'être venu te joindre à notre grande et belle équipe.

J'ai pris énormément de plaisir à lire ta fiche, et ai beaucoup ri en lisant ta bio (As-tu pensé à en faire un roman ? Non, franchement, best-seller dans la section humour). Malgré l'idiotie congénitale de ton personnage, la fiche est rédigée de façon exemplaire, peu, voire aucune faute n'a été décelée à la lecture. Le nombre de lignes est plus que respecté, et chaque élément cité est défini de façon claire et précise.
Je tiens à saluer ton exploit, il me semble bien que ta biographie soit plus longue que celle d'Astaroth, et très sincèrement, je ne pensais pas tel exploit humainement réalisable. Me donneras-tu ton secret ? (Es-tu seulement humain ?)

Je tiens à trinquer à la vodka !



Te voilà validé, Sieur Undertaker ! Pense à faire tourner la machine, et n'oublie surtout pas de poster, puisque tu es désormais en mesure de participer pleinement à la petite vie du forum !

Ha au fait... Puisque tu aimes les grands discours, je ne vois pas meilleur Élu qu'Alvaro pour te surveiller... Amusez-vous bien.

Amuse-toi bien et essaye de ne pas tuer trop de monde avec ta conner... folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Jins, bien des questions sans questionnements   Ven 6 Mai - 22:16

Jins nous ayant fait part de son désir de nous quitter, nous déplaçons sa fiche dans le cimetière.
Paix à son âme, nyolo ! Que la puissance et l'intelligence de la chaise te guident !

Si jamais il lui vient à l'esprit de revenir parmi nous, qu'il n'hésite pas à nous faire signe.

Au revoir et merci pour ta brève (mais amusante) participation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Jins, bien des questions sans questionnements   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jins, bien des questions sans questionnements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Je n'm'enfuis pas. Je vole. Comprenez bien : je vole. Sans fumée, sans alcool, Je vole. Je vole.
» Questions diverses sur les Tyranides
» Quand on s'ennuie, faut bien s'occuper.
» Votre perco à bien drop sans mourir?
» Personnage sans icône et quelques autres questions
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: