AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Lahja : une Reine bien folle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Lahja : une Reine bien folle    Mar 6 Déc - 19:48


    Fiche de
    Lahja


    © Bayonetta

    Nom : Ce n’est pas très important ! Si ? Personne ne m’appelle par mon nom de famille alors franchement, autant l’oublier. Mais, si vous insistez, je vais vous le dire : Väyrynen
    Prénom(s) : Ici comme sur terre mon prénom est et restera Lahja qui peut signifier cadeau, don ou talent. Cela me caractérise parfaitement, vous ne croyez pas ?
    Sexe : Mais avec plaisir mon chou ! C’est quand tu veux ♥ ! Ohhh, tu veux savoir mon sexe. Allons allons, je suis une femme et ce à 200%
    Rang : ♦ Diamant brute ♥ (ou si vous trouvez quelque chose de mieux, n'hésitez pas !)
    Orientation sexuelle : J’aime sentir la force d’un torse tout contre mon corps. J’aime les hommes. Ils sont à croquer Miam !
    Âge : *se tord de rire soudainement, comme si ce que vous veniez de demander était drôle* Je ne sais pas vraiment, je dirais plus de 61 ans *rit de nouveau devant votre regard éberlué, sans voix* Enfin ça, c’était quand j’étais sur Terre. Ici, j’ai repris l’apparence de mes vingt-cinq ans. Je suis une beauté pas vraie ? *rit de nouveau*
    Origines : J’étais, je suis, je serais Finlandaise. Eternellement.

    Divinité servie : J’ai le droit de remplir cet endroit moi. Je suis du côté de Oppse.
    Élu dominant : Normalement c'est la même chose que pour la divinité, on vous fait la surprise. Mais si vous désirez servir un Élu particulier, mettez son nom quand même, on sait jamais...
    Grade :Hihihi, je suis … Parrain. Comme le film “Le Parrain” mais en mieux !
    Don : La Reine aux Diamants.
    Qu’est-ce ?
    Un pouvoir. Un don plutôt.
    Un don ?
    Oui, cela t’étonne ?
    Ça pourrait faire le titre d’un conte de fée.
    Hum … pas faux mais … c’est MON don ! Vois et apprend mon chou ♥

    « Fragilité, ton nom est femme » W. Shakespeare

    Ici, c’est tout à faire le contraire. Lejha est capable de transformer son corps en un diamant si pur et si résistant qu’il en est presque incassable, on ne peut pas le tailler ni l’entailler. Un Diamant à grande échelle. Un Diamant humain. Sa peau devient si dure que le tranchant des lames d’épées ne semble que de douce caresse sur l’encarvure de ce corps resplendissant. Si dure que ces dernières tombent en morceau facilement. Si dure que la pointe des flèches transperçant la chair si molle des hommes ne devient en fait qu’une piqûre de moustique pour elle. Du Diamant à l’était brut. Un Diamant.
    Autre point fort de ce don … elle devient pour les télépathes, une forteresse impénétrable. Il risque bien d’y avoir quelques migraines atroces si ces personnes veulent absolument entrer dans son esprit pas aussi pur que le Diamant.
    Elle reflète également la lumière telle l’eau claire d’une mer d’été. Certes, cela ne sert pas vraiment à quelque chose mais ça fait très beau.
    Enfin, dernièrement, sa force est plus que décuplé lorsqu’elle active son pouvoir. Elle qui, au naturel, ne peut pas casser –ou très difficilement- un bras, une jambe ou autre, se retrouve à devoir faire attention à ses alliés si elle les prend dans ses bras pour ne pas leur briser la colonne vertébrale comme si cette dernière n’était qu’un fétu de paille balayer par une tornade. Elle peut très facilement tuer son adversaire. Si facilement que ce n’est pas drôle d’ailleurs … enfin, pour elle et pour les sadiques !

    Les points faibles maintenant. Il n’y en a pas beaucoup mais elle les trouve tout de même un peu handicapant voire carrément « chiant » si je puis me permettre cette expression.
    Tout d’abord, son poids. Son poids augmente tellement qu’elle à l’impression de faire une tonne. Non mais sérieusement quoi. Comment le Diamant peut-il oser lui faire cela à elle, Lahja ! Ce n’est vraiment pas cool du tout. Mais alors pas du tout, du tout.
    Qui dit poids lourd dit vitesse réduite. C’est le cas ici, son poids l’empêche de courir aussi vite qu’elle ne le fait habituellement. En fait, elle a l’impression qu’elle ne fait que marcher. Ben quoi, essayer de courir avec une tonne sur le dos, vous verrez que ce n’est vraiment pas facile et que vous allez être bien ralenti mes chéris.
    Dernière chose, même si les télépathes ne peuvent entrer dans son esprit lorsque son pouvoir est activé, elle est cependant sensible aux illusions et autres attaques psychologique. Pour le moment. Elle espère bien qu’elle pourra très rapidement contrer ce petit aspect négatif !

    Son pouvoir se déclenche lorsqu’elle se sent en danger ou lors d’une bataille. Elle l’active en se concentrant. Le début de sa « transformation » est un peu lent et l’inconvénient c’est qu’il commencer par les jambes alors qu’elle voudrait qu’il commence par le torse ou bien la tête pour éviter de se faire tuer. Elle évite de bouger lorsqu’elle se transforme parce qu’elle trouve que c’est plus rapide lorsqu’elle reste sur place. Cependant s’il y a une flèche qui se dirige vers elle, elle va l’éviter bien entendu. Pas folle la guêpe !

    Arme(s) utilisée(s) : Son arme principal est, comme vous devez vous en doutez, son pouvoir. En effet, c’est plus facile d’écrabouiller, de faire de la bouille, de la charpie, de la chair à pâté de ses ennemis n’est-ce pas ?
    Sinon, elle se bat très souvent rien qu’avec les jambes bien qu’elle n’est jamais fait de Tae Kwon Do de sa vie, elle trouve sa marrant et puis, grâce à ses longues jambes, elle a une grande allonge.
    Enfin, dernièrement, méfier vous des chaussures qu’elle a à ses pieds. Souvent se sont des New Rock à talon. Pas seulement à talon à vrai dire. En effet, lorsqu’elle appuie fortement sur le sol, des lames apparaissent et, croyez-moi, elles ne sont pas en plastique !

    Description Physique : Laissons la place à un narrateur externe si vous le voulez bien ….

    « Lahja. Je l’ai rencontré il y a quelques jours mais je n’arrive jamais à me l’enlever de la tête. Elle est … Elle est … Pfff … Rien que son image en moi est magnifique alors vous imaginez quand elle est devant moi. Son image s’est incruster en moi aussi facilement que si c’était naturel. On ne peut pas oublier Lahja sous peine d’être puni. Je vais vous dire, la première fois que je l’ai vu j’ai pensé que ce n’était qu’une illusion. Un fantasme s’échappant de mon cerveau. Un rêve. Une déesse. Un ange.
    Venez, entrez dans mes souvenirs. Soyez sous le même choc que je l’ai été…

    FLASH-BACK

    Une femme s’avance droit sur moi. Epoustouflante. Merveilleuse. Brillante. Breathtaking. Ravissante. Belle à en mourir. Un frisson me parcourt l’échine de bas en haut et de haut en bas. Tellement belle que les mots n’arrivent même plus à traverser mon esprit. Décidément, elle est capable de séduire un homme sans même le regarder, sans même lui parler. Une vraie beauté de la vie.

    Elle s’avance vers moi d’une démarche féline et tranquille. Une démarche de séductrice. Ses hanches se balancent aux rythmes de ses pas. Dieu que c’est hypnotisant ce mouvement de hanche. Je crois que je suis tombé en extase. Oui, ça doit être ça. Ses jambes sont sans fin, longues, fines derrière ce vêtement si moulant et si sexy. Pourtant, ces jambes semblent plus musclés qu’il n’y parait au premier regard. Ou alors j’imagine ? Non. J’ai raison.

    Mon regard se détache enfin de ses jambes si longues et belles pour se lever un peu. S’arrêtant sur la poitrine de la demoiselle. Je sais, je passe pour un pervers mais on ne peut que s’arrêter et admirer. Je suis sûr que tout le monde, homme ou femme, la regarde aussi alors, pourquoi pas moi ? Elle à une poitrine à se damner. Je suis sûr que même les Dieux seraient prêt à tout pour venir la toucher ou même à la regarder. Désolé si j’ai blasphémer mais … vraiment … sa poitrine est le fantasme de tous les hommes de ce monde. Belle d’un premier coup d’œil. Certains diraient qu’elle est trop grosse mais moi je trouve qu’elle est parfaite. Je crois que je suis sous le charme.

    Mes yeux se lèvent encore alors qu’elle arrive tout juste devant moi. Dieu tout puissant sauvez-moi ! Elle n’a pas seulement un beau corps mais aussi un magnifique visage. Succube. Voilà le nom qui me vient à l’esprit mais, si elle est une vraie succube alors cela ne me dérange pas de mourir ou de devenir son pantin ! Un visage fin, féminin, sculpté par les plus grands artistes de la Terre. Cette femme possède une peau pâle sans pour autant être vampirique ou paraître malade. Non, une peau des gens du Nord. Une bouche rouge pulpeuse que j’ai envie d’embrasser, de goûter. Bouche qui s’étire en un sourire sympathique mais si beau. Un petit nez légèrement en trompette adorable que j’ai envie de croquer. Des yeux d’un magnifique vert émeraude pétillant de malice, de joie de vivre derrière ces lunettes qui ne gâche en rien sa beauté. Des cheveux couleur corbeau, long … très long … très très long. Je suis certains que si elle les détachait, ils traîneraient sur le sol. Je me demande comment elle fait pour les avoir aussi beau ! Je crois que je suis émerveillé.

    FIN DU FLASH BACK

    Après ce jour-là, nous nous sommes rencontré plusieurs fois. Aujourd’hui, c’est la quatrième fois et nous sommes dans un endroit un peu isolé. Elle est toujours aussi belle et ses vêtements sont toujours aussi provocant, sexy, la mettant parfaitement en valeur, elle et ses formes affriolantes. Vêtements un peu bizarre je dois dire mais peut-être qu’elle les fait elle-même ? Je ne sais pas vraiment.

    Elle s’assoit à mes côtés déposant un léger baiser sur ma joue et je frissonne. Elle sent bon. Exquis et exotique. Fantastique. Nous parlons et rions. Bizarrement, sa voix n’est pas aussi douce que je ne l’aurait cru au début mais elle n’est pas pour autant froide ou sèche non. Pas du tout. Elle a une voix plus grave que la plupart des femmes. Et le rire qui va avec bien sûr. Pourtant je ne le trouve pas si moche que cela. Peut-être parce que je suis charmer par cette demoiselle.

    Je la regarde parler. Subjugué. Et puis, je ne sais pas ce qu’il me prend, je dépose mes lèvres contre les siennes. Elles sont aussi douces et appétissante que je l’avais imaginé. Elle répond à mon baiser et nous l’approfondissons. Très vite mes mains commencent à caresser son corps par-dessus ses vêtements. Cependant, très vite, nous nous retrouvons nu et je ne peux pas m’empêcher d’observer un long moment son corps avant de plonger sur elle pour me délecter de chaque parcelle de peau. C’est encore mieux que je ne l’avais pensé mais … C’est censuré !

    Le rideau tombe sur ses pensées.»

    Hum … Oui … heu … cette personne exagère un petit peut tout de même hein. C’est vrai qu’elle est plus jolie que la plupart des femmes mais tout de même, il y va un peu fort.
    Il a oublié de vous dire qu’elle à quelques cicatrices dût à quelques combats avant qu’elle n’arrive à, a peu près contrôler son pouvoir.
    Elle a aussi un tatouage à l’intérieur de la cuisse droite représentant une fée en couleur
    En dessous du genou gauche jusqu’à la cheville se trouve également une magnifique fleur de lys en couleur elle aussi.

    Description Mentale :

    . Extravagante : « Fou, bizarre, fantasque, qui est contre le bon sens, contre la raison »
    Lahja est ainsi. Elle est différente des autres. Elle n’aime pas vraiment être dans la norme, même quand elle était sur Terre elle était un peu extravagante, de par ses vêtements mais aussi de par ses goûts musicaux qui étaient radicalement différent de ceux des personnes âgées ! Disons qu’elle est toujours dans l’air du vent et qu’elle adore entraîné les gens dans son univers fantasque, délirant, dynamique, tourbillonnant. Bon, évidemment, tout le monde n’aime pas forcément ça mais elle s’en fou. Elle est comme ça et c’est pas autrement. Non mais franchement hein, c’qui faut pas entendre. La normalité n’est pas dans son vocabulaire pourtant varié et variable. Elle est du genre à nager à contrecourant en fait.

    . Extravertie : « Se dit d'une personne qui tend à extérioriser ses sentiments, ses réactions. »
    Elle n’aime pas retenir ses sentiments. Comme elle n’est nullement timide, elle est capable de faire tout et n’importe quoi en pleine rue. Si elle a envie de rire à gorge déployé au milieu d’une foule, elle le fera même si cela lui vaut quelques regards réprobateurs. Si elle veut pleurer, elle pleure. Si elle veut hurler, elle le fait. Pourquoi être coincé hm ? Après tout, on a le droit de laisser aller ses sentiments si on n’a envie non ? En plus de cela, ses yeux émeraude sont vraiment très expressifs et peuvent, à eux seul montré si elle est de bonne humeur ou pas. Mais même si ses yeux le montre, ça sortira toujours et c’est parfois moche à voir.

    . Drôle : « Qui amuse, qui divertit …. »
    Elle a un sens de l’humour assez particulier, parfois enfantin, parfois cruel. Elle peut aussi utiliser l’humour noir. Elle adore voir les gens rire et sourire autour d’elle. Non, franchement, c’est super non ? Elle n’hésite pas à utiliser des grimaces, son corps qu’elle positionne d’une drôle de façon grâce à sa souplesse. Parfois elle sort des phrases qui ne veulent rien dire et qui font rire. Bien sûr, parfois, les gens ne sont pas réceptif à son humour car, après tout, nous n’avons pas tous le même humour n’est-ce pas ? Elle adore rire et faire rire. C’est un clown à elle toute seule. Vous savez les vieux clowns qui font parfois rire sans la moindre parole, juste en faisant des gestes farfelues mais parfaitement calculer, sûr.

    . Nymphomane : « Femme recherchant le plus possible de plaisir sexuel. »
    Oui, elle aime le sexe et alors ? Maintenant, elle fait ce qu’elle veut, elle est libre non ? Alors laissez-là ! Non mais franchement hein ! Mais, elle ne fait pas l’amour pour faire l’amour. Pour elle, le sexe c’est aussi un moyen de communication sensuelle. Les deux corps sont connectés, se comprennent, se touchent. Même si elle aime le sexe, elle n’ira pas faire l’amour à n’importe qui et ce dès le premier soir ! Non … Sauf si cette personne lui plaît énormément et qu’elle sent qu’ils peuvent le faire … Bref … Elle ne se laisse aller à cette expression que quand cette personne lui plaît bien sûr. Car, cela passe surtout par le désir physique que cette nymphomanie se présente.

    . Imprévisible : « Qu’on ne peut pas prévoir »
    Quand on est extravagante comme Lahja, on est aussi très imprévisible. Que ce soit dans un combat ou bien dans la vie quotidienne, ce qui peut être très utile d’ailleurs. Je vous l’ai dit, elle n’aime pas la normalité ! Quand vous posez une question, vous vous attendez à une réponse claire généralement n’est-ce pas ? Eh bien, vous risquez bien d’être surpris par la réponse bizarre, mystérieux qu’elle pourrait bien vous faire. Parfois, dans un combat, elle fait des feintes. Imaginons, elle utilise son poing droit qu’elle dirige en plein dans le visage de son adversaire mais en fait, pendant qu’il essaie de bloquer son poing, la jambe de Lahja frappe avec, plus ou moins de force, les côtes de son adversaire. Un brin de folie et d’imprévisibilité, un cocktail explosif et merveilleux, n’est-ce pas ?

    . Sympathique : « Agréable, Aimable, Amical, Avenant, Cordial, Engageant … »
    Souriante, polie, gentille. Elle peut rendre service à n’importe qui à condition que ce soit quelqu’un qu’elle aime bien. Inutile de lui demander quoi que ce soit si vous lui avez fait la moindre vacherie par contre !

    . Grande gueule ou Franche : « Qui dit ouvertement ce qu'il pense, qui agit conformément à ce qu'il dit. »
    Elle dit tout ce qu’elle pense sans mâcher ses mots, sans complexe ni prohibition même si elle fait mal à la personne à laquelle elle dit cette chose. Elle déteste l’hypocrisie à cent pour cent et c’est pourquoi elle balance ces quatre vérités à la personne en face à face. Pourquoi ne pas dire ce que l’on pense alors qu’on le peut hm ? Elle s’inhibe par rapport à sa vie sur Terre !

    . Sans gêne ni tabous : « qui agit à sa guise où qu'elle soit. » et « n’a pas peur d’aller contre un principe, une morale de la société »
    Elle ne cache rien, elle parle de tout sans que cela là dérange, sans aucun complexe au risque d’être prise pour une effronté, une folle à lier. Elle ne se refuse rien. Certains pensent qu’elle ferait mieux de se taire parfois ou bien de changer de mode vestimentaire car ils trouvent cela provocant, vulgaire mais elle s’en fout et elle n’a pas l’intention de changer pour eux. Elle aime son corps et elle le montre !

    . Adore donner des surnoms : Lahja tutoie très facilement les gens autour d’elle sauf les personnes comme les Elus et autres personnes qui sont haut dans la hiérarchie. Du coup, elle donne aussi des surnoms très facilement, même à ceux qui n’en veulent pas. Ces surnoms peuvent être recherché comme ils ont pu arriver très naturellement, de n’importe où. Ils peuvent aussi être méchants si elle n’aime pas cette personne. Le surnom peut venir de n’importe quoi, d’une expression que la personne utilise ou fait beaucoup, de son métier, de son Don, d’une anecdote etc. Vous êtes prévenu.

    . Sérieuse : « Qui attache de l'importance à ce qu'il dit ou fait, respecte ses engagements, agit conformément à ce qu'on attend de lui, avec attention, soin »
    Quand on lui demande de faire quelque chose, elle le fait sans s’arrêter, avec réflexion, parfois avec passion. Elle se concentre sur cette tâche et elle semble transformer, transcender comme si elle était une toute autre personne. La personnalité dynamique, joyeuse, folle fait place à un vrai calme et à une concentration de tous les instants. En clair, on peut compter sur elle car elle tient toujours ses engagements.

    . Sociable : « Capable de vivre avec ses semblables en société et avec qui il est facile vivre. »
    Elle aime rencontrer des gens, leur parler, rire avec eux, jouer avec eux, écouter de la musique, débattre, s’entraîner etc. Garçon ou fille. Enfant ou adulte.

    . Peut devenir méchante : Elle peut devenir méchante si vous insulter les personnes qu’elle aime beaucoup ou qu’elle aime tout cours, que vous piétiner sa liberté de penser et d’expression, que vous piétiner ses valeurs, que vous la preniez de haut par exemple. Mais elle peut aussi devenir méchante parce que, naturellement, elle ne vous aime pas –insulte, coup bas, coup de poings, coup de pieds, croche pieds et parfois la mort-. Ce seront les maîtres mots entre vous. Ouhhhh la vilaine demoiselle que voilà !

    . Radine : « qui a de l’argent mais refuse de le dépenser »
    Elle n’aime pas dépenser. Mais alors vraiment pas du tout. Elle essaie toujours de jouer de ses charmes pour négocier les prix au plus bas. Elle a toujours été comme ça bien qu’elle faisait des exceptions pour les concerts dans les années 90 jusqu’à sa mort.

    . Prétentieuse : «Personne qui a une opinion trop avantageuse d’elle-même»
    Elle l’est un peu. Elle sait qu’elle est belle et n’hésite pas à le dire, le montrer, à en jouer. Mais elle n’est pas qu’une femme belle, elle a aussi une cervelle et vous le démontrera !

    . Gourmande : « Qui aime la bonne nourriture et qui sait l'apprécier »
    Ohhhh !! Le beau mille-feuille ! Miam il me donne faim
    *une ombre passe*
    Ben, il est passé où le …
    *mange le mille-feuille*
    LAHJAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!
    Hum ?
    Il était pour moi celui-là !
    Ah ? Désolée, t’avais qu’à le manger tout de suite et pas le laisser là !
    Tch ! Je suis sûre que t’a pas mangé que ça !
    C’est vrai ! Choux à la crème, forêt noire, brownie, éclair au café !
    Ouai j’ai compris ça va *dit-elle exaspéré*
    *éclate de rire*
    Vous voyez le genre ? Elle adore manger et surtout les pâtisseries. Au lieu de lui apporter des fleurs, emmener lui des pâtisseries, elle en sera super heureuse !

    A vous de mieux la connaître par la suite ! Je vous conseille d’aller la voir d’ailleurs, je suis sûre qu’elle en sera très heureuse !

    Signes particuliers : Lejha, comme dit précédemment à de longues, très longues jambes fines mais musclée. Cette jeune femme est aussi d’une très grande souplesse et peut se contorsionner un peu comme elle le veut. C’est très utile parfois, croyez-là. Sinon, rien de particulier à part sa beauté en plus !
    Talents spéciaux : Elle peut faire le grand écart ! Si, si ! Mais elle peut aussi faire toute sorte de position aussi car elle est très souple et agile. Elle sait coudre, cuisiner et faire tout ce que les femmes doivent faire –tout du moins à l’époque- mais ici, franchement, elle ne se bouge pas vraiment pour faire ça ! Sinon hum … rien à signaler !
    Aimez-vous les rhododendrons ? Gné ? Ca se mange se truc ? Oui ? C’est mortel ou pas ? Non ? Ah … Ben écoute, j’en sais rien à vrai dire ! [Validé par Astaroth. Owiiii ma nympho <3]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Non M’sieu, M’dame. Le grand NYOLOOOOO à décider, dans sa grande bonté de lui laisser toute sa mémoire. Elle le remercie d’ailleurs pour ça. Même si, parfois, il y a quelques souvenirs qu’elle aurait voulu oublier !
    Citation : « I live my days
    every moment and it's memory,
    not only to survive: to die alive.”
    Die Alive Tarja



Dernière édition par Lahja le Mer 7 Déc - 15:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Mar 6 Déc - 19:48

    Biographie :

    Chapitre 1 : La naissance de Lahja


    C’est au beau milieu de la seconde guerre mondial que naquit Lahja. Seconde guerre mondial dans laquelle la position de ce beau pays était chancelante et compliqué. Cependant, la petite Lahja naquit dans la ferme familiale avec ces deux parents. Elle n’était pas la première née de ce couple, ni la dernière. Ce couple eut dix enfants et elle fût la cinquième née.

    La naissance de Lahja se fît un beau jour de printemps lorsque les oiseaux gazouillaient, les abeilles bourdonnaient, les chiens aboyaient, ses frères et sœurs jouant ou bien attendant que l’enfant pousse ses premiers cris. Le docteur avait été prévenu par l’aîné des enfants, un garçon qui avait sept ans à cette époque-là et qui courait aussi vite qu’Usain Bolt, si vous voyez de qui je veux parler. Grâce au médecin notre beauté naquit sans trop de soucis bien que la Maman était très fatiguée après cela.

    Lorsque le médecin ouvrit la porte de la chambre conjugale, les quatre enfants et le père étaient présent. Un sourire apparut sur le visage légèrement bourru du médecin et le soulagement se lu sur tous les visages. Le père raccompagna le médecin jusqu’à sa calèche avant de se précipiter près de sa femme. Celle-ci lui sourit et lui montra le bébé qui dormait dans ses bras.

    « Lahja est née. »
    « Oui. »
    « Elle ressemble à un poupon. » dit la plus jeune des filles
    « Oui, ma petite fille, c’est normal. Elle est aussi fragile que ceux-là. »
    « Vraiment ? Elle peut se casser en mille morceaux ? »
    « Oui … enfin, pas comme les poupons … tu comprendras quand tu seras plus grande ma chérie. »

    La petite famille discuta ainsi un petit peu avant que la maman ne s’endorme lentement. Le père déposa délicatement la nouvelle née dans son berceau avant de virer le reste des enfants et d’aller au champ pour continuer ce qu’il faisait avant que sa femme n’est les premières contractions.

    Chapitre 2 : Les premières années et les amis(es)


    La nouvelle née grandit bercer par l’amour de ses parents, entre les cris, les disputes, les rires, les pleurs de ses frères et sœurs. Pourtant, dès qu’elle est née, elle avait déjà une sorte de don. Fait rire les autres. Comme beaucoup de bébé, dès qu’elle faisait un nouveau geste ou un sourire ou un rire, les autres faisaient des compliments, souriaient, s’attendrissaient et parfois riaient. Elle avait ce don de faire rire tout le temps les uns et les autres. Pourquoi on ne savait pas vraiment à vrai dire. Sa petite bouille adorable et rigolote peut-être ?

    Bref, toujours est-il qu’il y avait toujours du bruit dans la maison familiale. Elle grandit ainsi entouré par toutes ces personnes et elle apprit à éviter, en grandissant, les coups que ses frères aimaient à se donner les uns les autres. C’était vraiment des jeux de garçons ça. Elle aimait bien ses sœurs mais, bizarrement, était légèrement plus proche de ses frères tout de même. Elle aimait courir dans les champs que la famille cultivait. Elle aimait relever les défis parfois stupides ou dangereux que ses frères lui lançaient. Elle aimait monter aux arbres avec eux en riant. Ah … la belle époque.

    Et puis un jour, elle dû aller à l’école pour la première fois. L’école des filles car à cette époque, garçons et filles étaient séparés par un mur dans leur cours mais ils arrivaient toujours à se retrouver en dehors de l’école et elle se fît très vite des amis aussi bien fille que garçon.

    C’était marrant de voir à quel point la fillette qu’elle était se forgeait et ressemblait déjà, caractériellement parlant, à la femme d’aujourd’hui. Elle courait, sautait, jouait, montait aux arbres, se salissait, se blessait et faisait toujours autant rire les gens. Elle avait un petit groupe d’ami qu’elle voyait tous les jours que ce soit dans les champs de son père, dans sa maison ou chez les autres car, généralement, aux aussi étaient fils et filles d’agriculteurs.

    Chapitre 3 : Le temps passe, on change, nos amis(es) aussi ?


    C’est à l’âge de dix ans qu’elle commença à être très populaire auprès des garçons. Belle, grande, intelligente, elle avait tout pour plaire, sauf son caractère mais cela ne les arrêtaient pourtant pas. Forcément, les filles étaient moyennement heureuses du succès de la jeune fille qui ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait. Ah ! Innocence. La jalousie des filles –que ce soit amies ou non- conduisit à ce que Lahja se retrouve presque seule car il y avait tout de même des filles qui restaient avec elle parce qu’elles l’aimaient bien.

    Qui dit jalousie dit … Coups bas des filles. Oui, comme à notre époque en fait. Au début ce n’était que quelques tirages de cheveux par-ci par-là, quelques remarques désagréables aussi car elle n’avait que dix ans à l’époque après tout mais lorsqu’elle eut atteint un certain âge, quinze ans pour être précise, il n’y eut pas que cela. Des rumeurs commencèrent à apparaître toutes disaient qu’elle était une fille de petite vertu. Une prostitué quoi. Bien sûr Lahja depuis ses dix ans avaient murit, grandit et elle comprit qu’elle était victime de son succès auprès des hommes. Mais, elle ignorait comme une reine les rumeurs que les filles de son âge se disaient entre elles. Elle restait avec ses vraies amies et quelques amis garçons aussi. Après tout, si elles voulaient se ridiculiser toutes seules, qu’elle le fasse !

    Elle quitta l’école comme beaucoup de jeune à cette époque pour aider sur l’exploitation agricole et du coup, avait moins de temps pour ses amis(es) mais ce n’est pas pour autant qu’elle les oubliait et que les rumeurs se faisaient moindres ! Surtout que le plus beau garçon du coin lui courait après ! Toujours est-il qu’elle travaillait sans vraiment être gêné par ces rumeurs jusqu’à ce que des petites frappes viennent la voir. Ils semblaient prendre au sérieux ces rumeurs mais elle leur fît comprendre par A+B qu’il n’en était rien. Comment ? Oh, rien de plus simple. Quelques kicks, quelques mots rudes et leur tour était jouer. Enfin, ça, c’est ce qu’elle croyait …

    Les jeunes sont revenues en plus grand nombre et elle fût rapidement coincée dans le champ. Elle ne perdait pourtant pas son calme et alors qu’elle allait être attaquée, le beau garçon du coin arriva en courant avec les frères de la jeune fille. Les jeunes furent repoussés à grand coup de râteaux dans les fesses, quelques coups de poing de l’aîné. Les jeunes s’en allèrent en courant et Lahja tomba sur les genoux, tremblante légèrement. Elle avait eu peur oui même si elle n’en avait rien fait paraître aux autres !

    A partir de ce moment-là, elle accorda sa totale confiance à Edvard, le beau garçon.

    Chapitre 4 : Attends que je t’attrape toi !


    Cela continua un long temps avant que Lahja ne commence vraiment à se mettre en colère. Elle savait qui avait commencé ces rumeurs qui plombaient sa réputation et son moral. Elle savait qu’elle devait se venger et elle le ferait. Chaque fois que les demoiselles se croisaient, c’était la guerre froide qui se déclarait dans leurs yeux. Seulement, Lahja préparait un coup. Il fallait que son plan ne faillisse pas. Elle voulait enfin avoir la paix.

    Ainsi, elle commença, discrètement à lancer des rumeurs sur la jeune demoiselle qui était bien pire que ce qu’elle avait lancé. Bien sûr, la demoiselle savait que c’était Lahja qui lançait ses rumeurs et elle commença, elle aussi, à se retrouver seule, petit à petit, sans qu’elle n’en prenne réellement conscience au début. Et puis, petit à petit, elle sentait une présence la regarder, l’observer, l’épier. Cela lui faisait peur et elle se réfugia ainsi dans un endroit qu’elle connaissait bien pour y être souvent et parce que son petit ami y était ainsi que ses potes qui fumaient, buvaient et se faisaient des orgies à tout va, entre hommes, entre femme ou entre hommes et femmes !

    Bien sûr, cette présence qui épiait, c’était Lajha et elle assista ainsi, pour la première fois de sa vie à une partie de jambe en l’air orgiaque. Elle en fût à la fois choquer et étonner de voir qu’on pouvait prendre tant de plaisir avec quelqu’un d’autre. Elle sentit un désir gronder en elle mais elle savait parfaitement qu’elle ne devait pas faire la même chose qu’elle afin de prouver que les rumeurs étaient fausses. Elle s’enfuit donc avant de se faire attraper par quelqu’un, on ne sait jamais !

    Elle fît en sorte que quelques personnes qui étaient cru aillent à cet endroit et le scandale éclata. Ainsi, la demoiselle et toute la bande du partir loin afin d’éviter l’humiliation et on lava Lahja de toute souillure. Personne ne sût jamais qu’elle avait été l’auteur de cette rumeur qui avait révélé tout cela. Jamais.

    Ce jour-là, Lajha se cacha dans le champ et pleura et ria en même temps pendant des heures sans pouvoir s’arrêter. A la fois parce qu’elle s’en voulait d’avoir été si lâche, parce qu’elle était soulagé, parce qu’elle était libéré et lavé de tout soupçon.

    Chapitre 5 : Confession. Un mariage ?


    Les années passèrent plus heureuse pour la jeune Lahja qui était enfin soulagé d’un lourd fardeau. Edvard déménagea à la ville et il ne se voyait plus beaucoup mais s’écrivait souvent. La jeune fille lui racontait parfois qu’elle avait reçu une ou plusieurs confession dans la journée mais qu’elle avait rejeté tous les garçons car elle voulait rester, pour le moment à l’exploitation de ses parents pour les aider le plus possible. Edvard lui répondait qu’elle avait raison avant de lui dire qu’il avait eu la chance d’entrée au lycée et à l’université, ce qui était rare et qu’il avait de grande opportunité de carrière.

    Cela dura ainsi pendant deux ou trois ans et Lahja atteignit l’âge de vingt ans. Elle était toujours célibataire et travaillait toujours aussi dure pour l’exploitation agricole. Un jour, alors que cela faisait un an qu’elle n’avait pas vu Edvard, celui-ci fît une visite surprise à la jeune femme. Elle arrêta son travail pour le temps d’une journée pour profiter de son ami qu’elle ne voyait pas si souvent que cela. Il était beau comme un Dieu, blond, les yeux bleu vert, aussi grand qu’elle, un corps qui semblait musclé. Bref, tout pour plaire. Ils se promenaient tous les deux dans leur campagne de naissance lorsqu’Edvard lui dit :

    « Lahja, cela fait longtemps que j’y pense maintenant et … Enfin, je me disais que, peut-être tu te sentais prête pour quitter l’exploitation et penser à ton avenir ! »
    « Edvard, mon avenir c’est de travailler à l’exploitation, je n’ai pas d’autres diplômes que celui qu’on nous a desservie à l’école communale ! Je ne suis pas comme toi ! »
    « Je peux te trouver un travail, je peux t’apprendre, je vais devenir professeur ! »
    « Et pourquoi ferais-tu cela ? Tu as déjà fait beaucoup pour moi ! »
    « Parce que je t’aime Lahja. Je t’ai toujours aimé ! »
    « Quoi ? »
    « Tu n’as jamais compris que j’essayais de m’approcher de toi pour que tu tombes amoureuse de moi ! Tu n’as jamais compris mes sentiments. Jamais compris que je te courais après ! »

    Lahja le regarda bouche bée, sans voix pendant un moment. Edvard était rouge pivoine mais soutenait son regard. Il voulait une réponse avant qu’il ne reparte ce soir-là bien qu’il sache que ce n’était pas quelque chose à prendre à la légère. Le silence fût briser par un soupir et la famille de Lahja sortit des champs où les blés étaient haut. Tous les deux sursautèrent mais ne bougèrent pas le moins du monde. Le père de la jeune fille dit :

    « Edvard, amène loin d’ici. Elle n’est pas faite pour rester toute sa vie ici. Elle à besoin de voir du monde, trouver un autre emploi. Je sais que tu prendras soin d’elle ! »
    « Papa ! »
    « Tais-toi Lahja, je sais que tu as toujours rêvé de voir la ville, ne gâche pas cet opportunité ! »
    « … Si je vais avec Edvard à la ville juste pour cela, ce ne serait pas très juste vis-à-vis de sa franchise. Je veux y réfléchir tranquillement. »

    Et, sans que personne ne puisse l’arrêter, elle s’en alla en courant de l’endroit où ils étaient. Elle courait vite et personne ne savait où elle allait. Elle avait un endroit secret à elle où elle se réfugiait quand elle n’était pas bien et s’y cacha. Edvard parti.

    Lahja ne revient pas à l’exploitation familiale le soir, ni le lendemain. Elle ne revient que trois jours après, épuisé, boueuse, sale. Elle évita tout le monde et alla prendre un petit bain avant de dormir pendant plus de neuf heures d’affilés.

    Elle en parla avec sa mère un long moment avant d’écrire sa réponse à Edvard qui vient la chercher une semaine plus tard pour l’emmener chez lui. Ils faisaient bien sûr chambre à part. On ne devait perdre sa virginité qu’après le mariage même si c’était ridicule selon Lahja.

    Chapitre 6 : Apprendre, travail et un mariage tant attendu.


    Dans les premiers temps de son arrivé à la ville, Edvard fît visiter à Lahja cette dernière mais il notait le regard parfois pervers des hommes et envieux, jaloux des femmes. Ainsi, il lui prenait la main comme un couple pour leur dire « elle est avec moi, je l’aime alors pas touche ! ». Et puis, il lui apprenait l’histoire, la géographie, les maths, la physique, la SVT, les arts plastiques, la musique et il lui faisait découvrir quelques groupes et différent genre. Lahja était totalement et définitivement fasciné par tout cela et ne demandait qu’une chose, continuer à apprendre.

    Quand il partait travailler, elle faisait le ménage avant de faire ses « devoirs » pour, par la suite se poser dans un fauteuil de la bibliothèque et lire des bouquins sur un peu tout et n’importe quoi. Elle adorait lire et se passionnait pour tout, gourmande d’apprendre et de connaître beaucoup de choses.
    Au bout d’une année complète, Edvard lui fît un énorme contrôle d’une centaine de pages sur tous les sujets pour voir si elle était prête à travailler.

    Lorsqu’il eut terminé sa correction il fût extrêmement surpris mais très heureux de lui annoncer qu’elle avait son bac. Ainsi, comme promis, il demanda à un ami à lui de la prendre en essaie en tant que secrétaire dans l’école où il enseignait et il accepta. La période d’essai était d’un mois. Ce mois d’essai avait été fantastique pour la jeune femme et elle s’habitua plus vite qu’elle ne l’aurait cru au boulot de secrétaire. Le principal l’engagea à la fin du mois d’essai et elle sauta sur Edvard pour le remercier et ils partagèrent un premier baiser sur la bouche.

    Quelques mois plus tard, ils se marièrent à l’église du petit village où ils étaient nés et une grande fête se déroula là-bas. Quand Edvard avait vu Lajha dans sa robe de marié, on l’avait vu s’étouffer à moitié tellement il l’avait trouvé magnifique, superbe, angélique, breathtaking. La promesse d’éternité –ou tout du moins, jusqu’à ce que la mort les sépare- fût faites entre eux.

    Lajha lui montra l’endroit où elle se réfugiait toujours le lendemain de leur mariage et leur première fois fût sous les frondaisons des épais arbres. Dehors, comme Adams et Eve. Heureusement qu’il faisait chaud ce jour-là. Lahja comprit alors soudainement qu’elle s’était passée d’une chose très importante pendant vingt et un an et elle comptait bien rattraper le temps perdu. Cette chose importante, c’était le sexe car elle avait compris que c’était également un langage universel.

    Chapitre 7 : Années bonheur et rencontre


    Lahja n’était pas amoureuse de son époux. Elle l’aimait beaucoup et le respectait mais pas comme une femme devait aimer son époux. Cependant, elle était très heureuse avec lui et il semblait heureux avec elle. C’était tout ce qui comptait non ? De ce couple Lahja/Edvard naquit quatre enfants. Deux filles et deux garçons.

    Un jour, Edvard reçu une lettre et il en sembla très heureux. Il alla voir Lahja qui s’occupait du deuxième né et lui montra la lettre. Elle là lu avant de lui dire :

    « Qui est Aaron ? »
    « Tu ne te souviens pas de lui ? »
    « Non, pas vraiment. »
    « Il est né dans le village et il a grandi là-bas jusqu’à nos sept ans avant que ses parents ne partent aux Etats-Unis. Il va bientôt venir en Finlande. »
    « Comment a-t-il trouvé notre adresse ? »
    « Eh bien disons qu’Aaron à des informateurs. Il a bien réussit sa vie celui-là ! »
    « Invite-le à la maison alors ! »
    « C’est vrai ? Je peux ? »
    « Allons, tu n’as pas besoin de me demander la permission et puis, j’aimerais voir si je reconnais un peu son visage ! »

    Quelques mois plus tard, la cloche de la porte sonna et Edvard accueillis Aaron tandis qu’elle finissait de s’habiller correctement. Aaron et Edvard s’installèrent dans le salon et Lahja arriva quelques minutes plus tard vêtu d’une jolie robe acheté pour l’occasion. Les yeux d’Aaron rencontrèrent ceux de Lahja et chacun sentit un frisson couler le long de leur colonne vertébrale pour aller se réfugier dans leur cœur. Aaron sourit et lui fît un baisemain avant de dire :

    « Tu es bien la jeune Lahja qui adorait courir dans les bois et se salir ? »
    « Je pense bien que c’est moi, effectivement. Et vous ? Il me semble vous reconnaître mais … c’est flou. »
    « Tu es magnifique. Tutoie-moi comme tu avais l’habitude de le faire auparavant ! Tu ne te souviens pas d’un jeune garçon très pâle de peau qui s’était tordu la cheville et que tu avais pris sur ton dos ? »
    « Hein ? Ce garçon, c’est toi ? Sérieusement ? Whoua ! tu as bien changé dis-moi ! Tu n’es plus pâle ! »
    « J’espère que j’ai changé en bien ! »
    « Plutôt oui ! »

    Ils s’asseyèrent enfin chacun sur un fauteuil et ils parlèrent longuement jusqu’à ce que la fille aîné arrive en courant sur ses petites jambes. Elle salua timidement le monsieur et demanda à sa mère de venir. Lahja s’excusa et elle disparut pendant un petit temps avec sa fille. Les garçons en profitèrent pour parler de la demoiselle jusqu’à ce qu’elle revienne avec les deux enfants qui étaient déjà né. Elle les présenta à Aaron avant qu’ils ne passent à table tous ensemble.

    Pendant des mois, Aaron passa souvent chez eux et à chaque fois Lahja sentait son cœur bondir dans sa poitrine. Elle savait ce que c’était mais refusait de se l’avouer. Non, elle ne pouvait pas tomber amoureuse de lui, ce n’était pas possible, elle n’avait pas le droit. Elle était mariée et avait deux enfants ! Mais, elle abandonna la partie. Elle était bien amoureuse de lui …

    Un jour, alors qu’Edvard et Lahja étaient invités, sans les enfants, chez Aaron, Edvard bût plus que de raison et s’endormit dans le canapé du salon. Lahja était extrêmement embarrassée et n’arrêtait pas de s’excusez auprès d’Aaron qui ne lui en voulait pas. En fait, il en profita pour entourer la taille de Lahja de ses bras musclés pour lui murmurer à l’oreille trois mots qui fît bondir son cœur de joie. Elle se recula et lui répondit classiquement :

    « Je suis mariée ! »
    « Et alors ? je n’ai pas le droit de t’aimer parce que tu es marié ? Dis-moi plutôt que tu ne m’aime pas ! »
    « Je … Je … ce n’est pas ça Aaron. Moi aussi je t’aime mais je ne peux pas trahir Edvard, c’est mon mari, il m’a tout donné ! »
    « Laisse-moi te tenir dans mes bras une seule et unique fois. Je vais bientôt repartir pour les Etats-Unis. Je veux avoir un souvenir impérissable de toi ! »

    Elle regarda son mari qui dormait à point fermé avant de lever la tête vers le ciel comme dans une prière pour se faire pardonner. Elle s’approcha de lui et déposa un langoureux baiser sur ses lèvres. Les deux amants s’en allèrent vers la chambre où leur corps, leur cœur et leur âme ne fît plus qu’un pour quelques heures.

    Chapitre 8 : Adieu et Découverte


    Comme Aaron l’avait dit, il partit deux semaines plus tard. Lahja et sa petite famille l’accompagna à l’aéroport et ils discutèrent jusqu’à ce qu’une voix ne dise que les voyageurs en partance pour les Etats-Unis de devaient embarquer. Ainsi, ils se séparèrent, calmement mais Aaron, comme Lahja, étaient déchirés de cette séparation mais ils n’en montrèrent rien. Un adieu vient passé les lèvres d’Aaron et il passa la porte de l’embarquement.

    Quelques jours plus tard, Lahja ne se sentit pas bien. Elle connaissait ces symptômes. Cela ne pouvait dire qu’une chose. Elle était enceinte. Or, elle n’avait pas fait l’amour à son mari depuis plus de quatre semaines. Une seule explication vient alors à elle. Aaron était le père de cet être qui grandissait en son sein. Afin de ne pas éveiller les soupçons de son mari, elle fît en sorte qu’ils fassent l’amour plusieurs fois cette semaine-là et environ deux semaines plus tard elle lui annonça la bonne nouvelle. Ouf.

    Elle était si heureuse d’avoir un enfant de l’homme qu’elle aimait véritablement même si, elle le savait bien, elle ne le reverrait jamais. Edvard ne sût jamais que le troisième enfant n’était pas le sien. Lahja avait eu cinq enfants en tout dans sa vie. L’enfant qui naquit d’elle et d’Aaron était une fille qui ressemblait, heureusement, à la mère.

    Chapitre 9 : Années 80, tragédie


    Les années passèrent, les enfants avaient grandi. Ils avaient maintenant 25 ans, 23 ans, 22 ans, 20 ans et 20 ans oui, il y avait des jumeaux. Ils avaient grandi pleinement dans la joie et la bonne humeur, entourée de leur cousins/cousines et de leurs amis (es). Chacun avait un métier ou allait entrer dans la vie active et les deux plus vieux étaient même marié. La plus grande avait même un enfant déjà, depuis un an.

    Les enfants ne vivaient plus chez leur parent depuis quelques temps déjà et ils étaient eux-mêmes à la retraite donc, ils aimaient voyager un peu dans les pays qu’ils pouvaient atteindre ou bien aller à la campagne. Bref, toujours est-il qu’un jour, alors qu’ils partaient pour un petit week-end en vieux couple sur les bords d’un lac de Finlande, un chauffard ivre rentra dans leur voiture alors qu’ils allaient quittés la ville.

    On appela les pompiers, les ambulanciers afin de pouvoir extraire les victimes, toutes évanouis ou dans un état grave. On réussit à extraire facilement Edvard et Lajha mais le chauffard explosa avec sa voiture. Edvard était dans un état critique tandis que Lahja semblait un peu moins toucher que son mari. On emmena le couple à l’hôpital où Edvard décéda quelques heures plus tard. Lahja, quant à elle était sortie d’affaire et elle ouvrit les yeux le lendemain. Elle garderait tout de même une cicatrice sur le corps. Elle fondit en larme lorsqu’elle apprit la mort d’Edvard et décida de quitter l’hôpital pour assister à l’enterrement de son mari, ami et confident. Ce fût extrêmement dur pour elle mais aussi pour les enfants. Lahja resta un long moment devant la tombe de son mari en ce demandant pourquoi lui seul était mort dans cet accident.

    Le deuil fût long et douloureux. Vraiment. Ses enfants lui conseillèrent de faire de petits voyages afin de pouvoir se changer les idées. Elle accepta. Après tout, pourquoi pas ?

    Chapitre 10 : La découverte d’une véritable passion !


    Cependant, ce n’est que lorsque le mur de Berlin tomba qu’elle se décida à faire quelque chose. Maintenant elle pouvait. Enfin. Elle rassura ses proches et acheta une voiture dans laquelle elle mit une valise et elle s’en alla. Elle voyagea ainsi en Suède où, dans la rue, elle entendit un style de musique un peu bizarre et qu’elle n’avait jamais entendu auparavant. Elle s’approcha de l’endroit et n’aperçut que des jeunes autour d’elle. Des jeunes avec de drôle de tête et des tatouages. Elle écouta jusqu’au bout ce que le groupe chantait et elle se renseigna auprès d’un jeune qui répondit poliment à toutes ses questions. Elle le remercia et s’en alla en souriant. Elle venait de se trouver une nouvelle passion.

    Elle commença alors à chercher un peu tous les groupes qu’elle pourrait aimer entendre et, très rapidement se retrouva avec une assez grande culture musicale punk, rock et surtout métal. Parfois, elle battait même les pire métalleux dans sa connaissance ce qui lui valait des regards hagard, étonné et des bouche cousu. Ainsi, elle voyagea dans beaucoup de pays européens, revenant à chaque fois en Finlande pour dire à sa famille ce qu’elle avait vu, entendu. Ses petits enfants étaient vraiment surpris qu’elle connaisse ces bandes car quelques-uns aimaient ce genre de musique ce qui fait qu’ils étaient très proche de leur grand-mère tandis que ses enfants étaient aussi bouche bée que les autres jeunes.

    Les petits enfants adoraient leur grand-mère. C’était une grand-mère moderne comme on le dit souvent. Comme elle voyageait souvent, elle leur ramenait souvent des CD qui ne se vendaient que dans les pays d’où les bandes étaient originaires, ce qui les rapprochaient un peu plus de leur grand-mère qui semblait aussi dure que de l’acier quand ils faisaient des pogo durant des concerts. Qui l’eut cru hm ?

    Et puis un jour, elle se dirigea vers l’Allemagne où elle entendit un tout jeune groupe. Gaps and Edges. Elle les écouta et apprécia leur musique avant de voir le groupe au grand complet. Lorsque ses yeux émeraudes se posèrent sur le chanteur, son petit cœur se souleva aussi fort qu’il avait battu pour Aaron. Il était beau comme un Dieu Grec et aussi bien foutu qu’eux d’ailleurs. La vieille femme devient alors leur plus grande fan. Elle les suivit donc dans leur tourné et harcela même le chanteur pour qu’il tombe dans ses bras mais, forcément, cela ne marcha pas. Lahja étant une vraie têtue et avec une détermination sans faille ne laissa pas tomber et forma un fan club en Finlande où elle devient la présidente incontestée. Elle avait le respect des filles qui la suivait et c’était elle qui donnait souvent le signal de départ d’un pogo monstrueux. Et ben oui ! Méfiez-vous des apparences Messieurs Dames. Toujours est-il qu’elle était une VRAI fan mais, pour autant, elle écoutait d’autres groupes, il ne fallait pas croire. Ses petits-enfants lui avaient même fait écouter du Visual Kay japonais, elle avait plutôt apprécié. C’était intéressant !

    Chapitre 11 : La fin ?


    Et puis un jour, alors qu’elle était dans la folle –non pas septique- d’un concert de Tarja, au moment de l’entracte, alors que le concert allait recommencer, un murmure circula dans la salle et Lahja se figea. Elle devient aussi blanche qu’une poupée de porcelaine. Elle n’en croyait pas ses oreilles. Kurk, le plus beau garçon de la planète, SON chanteur était dans le coma après avoir sniffer trop de coc ?! Non, ce n’était pas possible.

    Une grande douleur se fît sentir dans son cœur, celui-ci accéléra de manière drastique. Allant peut-être jusqu’à deux cent kilomètres heures. Elle se plia en deux sous le coup de la douleur, essaya de chercher son souffle en vain. Quelqu’un lui demanda si elle allait bien mais elle n’entendait plus vraiment, elle était comme dans du coton. Tout lui paraissait si loin. Elle sentit des mains la prendre et la sortir de la fosse rapidement. Son cœur battait maintenant si faiblement qu’on se demandait si elle était encore vivante.

    On essaya de la ranimer mais, son cœur s’arrêta de battre définitivement ce jour-là. Sa famille était très touchée par sa mort et beaucoup de monde vient à son enterrement. Son corps repose auprès de celui de son mari …



Dernière édition par Lahja le Mer 7 Déc - 13:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Mar 6 Déc - 19:48

    Test RP

    Chapitre 12 : Le début d’une nouvelle histoire. Une renaissance …

    Pour ce chapitre, ce sera Lahja qui parlera …

    J’ai froid. Je me sens si légère que j’ai l’impression d’être une plume balayer par le vent. Cette une impression bizarre mais fantastique. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je sais juste que j’étais au concert de la belle Tarja quand je me suis évanoui. Est-ce que je vais me réveiller à l’hôpital ?

    « Nyolololololololololo »

    Quoi ? Qu’est-ce ? Quel drôle de rire. Que se passe-il ? J’ai soudainement plus chaud, comme si on me réchauffait. Comme si on avait mis des couvertures sur moi. Je me sens plus lourde. Mon corps me fait mal, ma poitrine aussi. Je n’arrive pas à ouvrir mes yeux. Pourquoi ?

    J’ai chaud. Très chaud. Trop chaud. J’ai l’impression de fondre comme neige au soleil. De nouveau, je me sens plus légère. La douleur c’est intensifier aussi. Immense. Horrible. Désagréable. Pourquoi est-ce que mon corps joue au yo-yo ainsi ? Pourquoi ? Argh !

    « Nyololololololololololo »

    Encore ce rire. Qui est-ce ? Pourquoi rit-il ? Se moque-il de moi ? Ne pourrait-il pas me venir en aide ? Je suis seule face à la douleur. Vais-je mourir ? Ou est-ce que je vais enfin me réveiller ? Je veux me réveiller, je dois combattre et résister. Je dois revenir à la réalité. Je dois y arriver. Laissez-moi ouvrir les yeux ! Laissez-moi tranquille ! Arrêtez de me torturer ! Arrêtez cette chaleur et cette douleur insupportable !

    Je m’enfonce dans les méandres noirs de l’inconscience …

    ….
    …..
    ……
    Je … Je suis vivante ? Je … Je ne sens plus la douleur et il ne fait ni chaud ni froid, comme si c’était une température ambiante. Est-ce que je peux ouvrir mes yeux ? Oui ! Je peux. Un œil puis deux s’ouvre.

    Première question : Où suis-je ?
    Deuxième question : Qu’est-ce que je fous en plein milieu d’une plaine ?
    Troisième question : C’est qui ce fou qui est mort de rire ? Ce rire est celui que j’ai entendu pendant que j’étais à moitié consciente. Drôle de bonhomme.

    Je me redresse lentement, assise sur les fesses je le regarde et, méfiante, je lui demande :

    « Qui êtes-vous ? »

    Bizarrement, je ne reconnais pas ma voix. Elle semble avoir changé. C’était une voix de jeune.

    « Je suis Belzeneff Nyolo ! »
    « Où suis-je ? Je me souviens que je me suis évanouie, je devrais être à l’hôpital ! »
    « Nyololololololololololololololo »
    « Heu … mais encore ? »
    « Tu es morte »
    « Je suis morte merveilleux … Attends … QUOI ? JE SUIS MORTE ! »
    « C’est globalement ce que je viens de dire oui Nyolo. Tu gueules fort petit Gnuf »
    « Mais c’est pas possible ! Je suis en pleine forme ! »
    « Ca c’est parce que je t’ai emmené sur Alea Jacta Est. Tu aurais dû aller rejoindre ton mari mais je t’ai attrapé avant Nyololo. »
    « Comment ? »
    « Comment j’ai fait ? Je suis un Dieu, je fais ce que tu ne sais pas faire petit Gnuf ! »

    « Heu … »
    « Regarde-toi dans la rivière »

    Je m’exécutais et bondit sur mes jambes en voyant mon visage. Mais … mais … mais … C’est moi en jeune ?! Qu’est-ce que c’est ce binz ? Je suis super heureuse bien entendu mais … c’est très bizarre. Je me tourne vers Belzeneff mais il n’est plus là. Merveilleux et je vais où moi hein ?

    Je me suis décidé à partir. Je bondissais dans tous les sens tellement j’étais heureuse d’avoir retrouvé mon corps jeune et magnifique parce que, il faut bien le dire, c’est le cas. Je bondissais, galopait, courait, marchait sans vraiment faire attention où j’allais lorsque je rentrais dans quelqu’un. Je suis tombé en arrière, sur les fesses et, lorsque j’ai relevé la tête j’ai vu un homme à la beauté fascinante. Je lui souris doucement quand il me dit :

    « Tu ne peux pas faire attention non ! »

    Beau gosse mais langue de vipère. Tu commences mal mon chou, je ne vais pas me laisser faire ! Je me relevais et répondit :

    « Oh ! Excusez-moi votre Seigneurie mais si vous n’étiez pas planter comme un piquet au milieu de nulle part je ne vous serais pas rentré dedans ! »

    Il sembla surpris mais je n’en avais pas fini :

    « En plus, c’est une façon d’accueillir une demoiselle perdu, qui ne sait pas où aller ni quoi faire hein ? Alors, j’aurais besoin de réponse. C’est quoi Alea Jacta Est ? Où est-ce qu’on est exactement ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que je fous là ? »

    L’homme resta silencieux quelques instants avant de me répondre comme si cela le faisait chier quand même. Je l’écoutais silencieusement avant d’éclater d’un grand rire pour ensuite répliquer :

    « Eh ben ! C’est assez épique. Dis Astharoth ! Je peux rester avec toi ? Le temps que je m’habitue à cet endroit ? Aller, aller, aller ! S’il te plaît ! »
    « Non »
    « Sans cœur ! »
    « C’est toujours non »
    « Radin ! »
    « Non ! »
    « Méchant ! »
    « Non ! »
    « OUINNNNN ! Je vais me faire kidnapper, violer et tuer et tout ça se sera de ta faute !! » Dis-je en couvrant mon visage de mes mains.
    « …. Heu … n’exagère pas ! »
    « Snif Snif ! »
    « Bon ... d’accord mais jusqu’à la ville et après tu me lâche !
    « Yahouuuu ! » hurlais-je en lui sautant au cou pour déposer un baiser sur ses joues

    Nous sommes ensuite parti tous les deux et je crois bien que je l’ai saoulé à force de parler mais j’ai quand même réussit à voir, de temps ne temps, un sourire sur ses lèvres. Ca c’est la classe ? Finalement, je crois que je vais rester un peu plus longtemps avec lui, je l’aime bien moi Asthi !


Dernière édition par Lahja le Jeu 8 Déc - 13:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Mer 7 Déc - 15:51

Voilà, je pense avoir terminé ^^
Dites-moi si je dois modifié/rajouté/enlever des trucs ^^
J'espère que vous aimerez !

Désolée pour le Test RP pourris. J'étais en manque d'inspiration je crois xD.
Il y a des choses dont je n'ai pas parler comme par exemple le pouvoir ou les rumeurs comme quoi Kurk serait ici mais c'est fait exprès xD.
Revenir en haut Aller en bas
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Jeu 8 Déc - 20:44

Mais non, mais non Mamie Nova, ta fiche est très bien et le test RP. Même Belzeneff il aime !
Voici le questionnaire :3
    Damned and Divine


    Oh nyolo ! La sulfureuse keupine
    d'Astaroth et de Kurk ! Faisons connaissance !
    Bonsouuuâr vieille métalleuse ! Belzeneff il connait pas très bien le métal et le rock alors raconte-nous ! C'est quoi ton genre de métal préféré ? Le nyolo métal ?
    Donc, si tu devais choisir une chanson, une unique chanson nyolo, pour te décrire, ce serait laquelle ?
    Nyolo, comment ils sont tes petits enfants ?
    Tu penses que ça ferait plaisir à Kurk et à Astaroth de connaitre ton vrai âge ?
    Et donc, qu'est-ce que tu nous donnes pour pas que nous allions leur dire, nyolo ?
    As-tu quelque chose que tu détestes tout particulièrement ?
    Enfin nyolo, quelle est ta patisserie préférée ?


Code du questionnaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Jeu 8 Déc - 21:01

Merci Belzi ♥️

    Damned and Divine


    Oh nyolo ! La sulfureuse keupine
    d'Astaroth et de Kurk ! Faisons connaissance !
    Bonsouuuâr vieille métalleuse ! Belzeneff il connait pas très bien le métal et le rock alors raconte-nous ! C'est quoi ton genre de métal préféré ? Le nyolo métal ? VIEILLE ? Comment ça vieille ? Je ne suis pas vieille. Je suis une jeune et belle femme ♥️. Ahhh le métal c'est juste la chose la plus merveilleuse de monde humain. En genre musical hein et selon mon goût. Si tu pouvais écouter les chansons, la musique et tout, tu en tomberais amoureux Belzi, j'en suis sûre ! Mon Métal préféré ? Hmm ... je crois que je n'en ai pas vraiment. J'aime beaucoup de groupes différents, dans différentes catégories ♥️
    Donc, si tu devais choisir une chanson, une unique chanson nyolo, pour te décrire, ce serait laquelle ? Pourquoi une ? Pff pas juste Belzi, tu me donne du fil à retordre là ! Hummm ... Réfléchissons .... Nymphomaniac Fantasia par Nightwish ? En fait, je ne sais pas trop ^^ !
    Nyolo, comment ils sont tes petits enfants ? Rien que de penser à eux me réchauffe le coeur. Ils sont comme moi je dirais ... Enfin, tout du moins certains sont aussi fou/folles que moi de métal ou fou/folles tout court. Je les adore ♥️
    Tu penses que ça ferait plaisir à Kurk et à Astaroth de connaitre ton vrai âge ? *imagine leur tête et éclate d'un grand rire. En fait, ça vire vite en fou rire, il lui faut plus de 10 minutes pour s'arrêter avant de pouvoir répondre* Je crois qu'il n'y croirais pas en fait !
    Et donc, qu'est-ce que tu nous donnes pour pas que nous allions leur dire, nyolo ? Eh bien, je pourrais te donner des chats, marionnettes ou vrai et tout ce que tu aimes à condition que ce ne soit pas trop cher ♥️
    As-tu quelque chose que tu détestes tout particulièrement ? Qu'on me traire de vieille peut-être ? Ouai, ça. Et puis d'autres choses m'enfin ça, on le verra au fur et à mesure Razz
    Enfin nyolo, quelle est ta patisserie préférée ? Argh ! Comment choisir quand on sait que le mille-feuille peut être à la fois croquant et fondant. Quand on sait que la Forêt Noire à le meilleur chocolat du monde. Comment choisir quand l'éclair au café nous donne faim rien qu'en le regardant. Hum ... dur question et quel dilemme ! Je dirais pourtant que je suis fana de choux à la crème ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Oppse
PNJs ☬ Your Divine Master

PNJs ☬ Your Divine Master
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Jeu 8 Déc - 21:18

Bonsoir et à nouveau bienvenue !

Merci de ton inscription. Astaroth est très heureux d'avoir enfin trouvé sa compagne. Prends seulement soin de ne pas abimer mon fils, veux-tu ?
Très jolie fiche, marrante et qui contient tout ce qu'il faut savoir sur notre sexagénaire favorite. Le personnage est très bien repris. Cependant, encore une fois fais attention aux fautes d'étourderie qui viennent gâcher ta plume. Pense bien à te relire et n'hésite pas à passer tes posts au correcteur. Je laisse le topic ouvert pendant un certain si tu veux corriger tout ça.



Te voilà officiellement validée ! Tu peux commencer le RP sous la tutelle de Stramoine et ô surprise, de son viril Bras Droit Kurk. Et une nouvelle dans la clique des tarés, cela promet. Fais juste attention à tes deux pantins sous ta surveillance : Ren et Ingrid.
Amuse-toi bien parmi nous et bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    Dim 4 Mar - 21:06

Suppression du compte et déplacement de la fiche pour cause de non-recensement.

Si jamais il te prend l'envie de revenir parmi nous ou que tu souhaites simplement nous contacter (questions, contestation, gnufion), n'hésite pas.

Merci d'avoir participé à cette grande aventure qu'est AJE.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Lahja : une Reine bien folle    

Revenir en haut Aller en bas
 

Lahja : une Reine bien folle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» mes bien cher soeurs
» Les BD qu'elles sont bien
» Mission 6 : Rira bien qui rira le dernier !
» J'aimerais bien qu'on fasse un film sur...
» [Fan-Fictions] Comment bien écrire ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: