AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Benedict Adriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benedict Adriel
L'Homo Post-it

L'Homo Post-it ☐
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Benedict Adriel    Sam 26 Nov - 20:25

    La franchise est le moyen le plus déguisé d'être malveillant à coup sûr


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

©Kiyama Hiroto

Nom : Adriel

Prénom(s) : Benedict

Sexe : Homme

Rang : Benedict et moi sommes parfaitement conscients du risque que nous prenons. Nous choisissons néanmoins en âme et conscience de laisser le remplissage de cette partie au bon soin du staff.

Orientation sexuelle : Homosexuel osé, avéré, affirmé, revendiqué, à tel point que la plupart des gens en doute sérieusement. Mais bon, Benedict ne ment jamais, donc ce doit forcement être vrai ?

Âge : Il n’est pas très sûr, ses souvenirs sont trop flous. Disons… la vingtaine ? Même s’il fait jeune, il est absolument certain d’avoir déjà fêté ses dix-neuf ans.

Origines : Aucune idée. Pas suffisamment de souvenirs. Visiblement européennes. Il pense venir d’une famille aisée car il avait un anneau en or passé au doigt à son réveil. Ou du moins, qu’il espère être en or. Qu’il affirme être en or. S’il le dit, ça ne peut qu’être vrai.

Divinité servie : Layca

Élu dominant : Stiigma

Grade : Benedict n’aspire à rien. Il ne sait même pas qu’on peut aspirer à quelque chose. Il est là pour faire ce qu’il fait le mieux : chier les gens. Un point c’est tout.

Don : Exaspérer les gens. Ce n’est pas un don? Bon bah… Il peut matérialiser des post-it. Autant qu’il veut et à l’endroit où il veut. Par contre, il n'a toujours pas compris comment marchait l'invocation, qui ne se produit pour l'instant qu'en cas de gros choc émotionnel. Il peut donc se retrouver enfoui sous les post-it simplement après avoir croisé une grenouille, animal dont il a une sainte horreur. Et non, ce n’est pas un pouvoir de merde, affirme-t-il, bien qu’il ait été très déçu en le découvrant. A côté de ça, exaspérer les gens ressemble bien à un don, n’est ce pas ? Mais ne vous inquiétez pas pour Benedict, il a de l’imagination. Vous ne voulez pas savoir ce qu’il peut vous faire, simplement en matérialisant un malheureux post-it à l’endroit approprié. Si utiliser son don ne le fatigue pas, cela lui donne à chaque fois un sérieux coup au moral, à cause de ce qui est arrivé à Swann. Et si un papier a une certaine efficacité (même très discutable) sur un être vivant, un mur ou un tronc d'arbre n'en sera aucunement perturbé. Il ne peut pour l'instant matérialiser des post-it que dans un rayon de 3 mètres. Une petite arme de jet lancée habilement et pouf! plus de Benedict.

Arme(s) utilisée(s) : Outre les post-it ? Ses poings. Certes, ce n’est pas vraiment original, mais c’est « efficacité prouvée » depuis les temps immémoriaux. Et à ce jour, on a encore rien trouvé de mieux question maniabilité, encombrement, autonomie et défouloir.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Description Physique :
Benedict et grand, et très mince. Ce qui ne l’empêche pas de frapper. Fort. S’il ne peut pas casser des briques, la réciproque est également vraie et il vous faudra beaucoup de persévérance si vous envisager de l’assommer, ce qui finira invariablement par arriver.
Il a les cheveux rouges, bien qu’il maintienne qu’ils sont roux, merci bien, et que leur couleur est tout à fait naturelle. En réalité, il n’a aucune idée de la teinte qu’ils avaient avant qu’il ne soit envoyé ici et ne peut donc absolument pas savoir si c’est leur couleur naturelle, une teinture, ou simplement une autre bizarrerie de ce monde. Ses yeux sont bleus, mais peuvent parfois paraitre verts en fonction de l’éclairage. Il a la peau claire, dépourvue de la moindre cicatrice ou autre imperfection. Ses mains sont longues, fines et en parfait état, ce qui peut paraitre étrange étant donné l’usage violent qu’il en fait.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Il aime être bien habillé et à une sainte horreur des vêtements de sport. Aversion qui cohabite difficilement avec sa passion immodérée pour tout ce qui est rond, noir et blanc, et qui accepte d’être roué de coups de pied d’un bout à l’autre d’un terrain. Le football se marie difficilement avec les costumes-cravates, quoi qu’en disent les ladies.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Il a la curieuse habitude de porter du vernis à ongle, son préféré étant un vert transparent proche de la couleur du sirop de menthe. La moindre remarque désobligeante à propos de cette fantaisie vous donnera l’occasion d’admirer sa splendide manucure de très, très près, ainsi que de vous délester de quelques dents dont vous n’aurez de toute manière aucunement besoin arrivé aux portes de l’Enfer.
Officiellement, il est myope, et doit par conséquent porter des lunettes. Dans la pratique, il préfère aller aveuglement s’empaler sur une lance que d’être vu avec cet ustensile sur le nez.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Description Mentale :
Exaspérant. Réellement. Comme il a pour principe de toujours dire l’entière vérité, Benedict se fait toujours une joie de vous dire très exactement tout le mal qu’il pense de vous, avec, parait-il, les meilleures intentions du monde. Si vous le questionnez à ce sujet, il vous répondra d’un air choqué que la franchise et la sincérité sont deux valeurs essentielles aux relations humaines et qu’il ne fait que les suivre, avec un peu trop d’enthousiasme, certes. Bien entendu, il applique également cette règle à lui-même. S’il dit toujours ce qu’il pense de vous, il dira toujours avec la plus grande sincérité ce qu’il pense de lui. Que du bien, généralement. Il se fera d’ailleurs un plaisir de dire ce qu’il pense tout court. Qu’il soit heureux, inquiet ou déprimé, vous pouvez être sûr d’être immédiatement mis au courant, que cela vous intéresse ou non.
Il est également excessivement égoïste. La générosité s’apparentant pour lui à de l’hypocrisie, elle est contraire à sa logique de franchise. Même si votre vie en dépendait, il ne vous cèderait pas l’objet qui lui est le plus inutile, à moins que vous ne représentiez un quelconque intérêt à ses yeux. Vous serez dans ce cas immédiatement classé dans la catégorie des espèces protégées et bénéficierez d’un psychologue attitré. Vous en aurez besoin.
Bien entendu, il n’a pas que des mauvais côtés. La sincérité allant de pair avec la loyauté, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour venir en aide à quelqu’un qu’il considère comme un ami ou à qui il est redevable. Vous ne saurez généralement pas ce que vous avez fait pour méritez ça et le regretterez bien vite. Il peut se révéler très étouffant.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Il a un grand sens des responsabilités et ne vous fera jamais défaut. Encore plus maintenant qu’avant.
Il est difficile à vexer, et vous ne saurez que vous êtes parvenu à l’énerver que lorsque vous vous réveillerez à l’hôpital, ou aux portes du Paradis selon la gravité de votre offense.
Benedict est très expressif, voir carrément exubérant. Dans un environnement inconnu et hostile, il est conseillé de le retenir avant qu’il ne se fasse dévorer par « cette superbe bestiole qui ressemble à un petit lama avec de grandes dents ». Ayant perdu la mémoire, le concept de « féroce loup » lui est complètement étranger. Bizarre, dans ce cas, qu’il puisse se rappeler ce qu’est un lama. Encore que ce ne doit pas être très clair dans sa tête, un lama, même petit, ne ressemblant pas tellement à un loup, même pour un myope.
S’il lui est facile de lier une amitié sincère, pour peu qu’il trouve quelqu’un ayant un self-control suffisant pour le supporter, il n’a, de mémoire d’homme, jamais entretenu de relation amoureuse avec qui que ce soit.
Il est chiant, et il le sait. Certaines personnes le détestent, pour sa « franchise », son orientation sexuelle ou diverses autres raisons, et il le sait. Ce n’est pas pour autant qu’il va changer. Il est fier de ce qu’il est et ne mentira jamais, que ce soit pour bien se faire voir, survivre, ou pour faire plaisir aux autres.


Signes particuliers : Un mec exaspérant aux cheveux rouges et aux ongles vernis matérialisant des post-it, vous ne trouvez pas déjà cela assez particulier ?


Talents spéciaux : Il sait très bien se battre au corps à corps. Il chante également particulièrement bien, mais je doute que vous ayez souvent l’occasion de l’entendre. En plus, il n’aime pas trop ça.


Aimez-vous les rhododendrons ? Moi, oui. Benedict trouve ça absolument horrible, et le fait savoir.

Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Oui, il n’a que quelques vagues souvenirs de sa vie d’avant.


Citation : Dans certaines occasions, dire ce qu’on pense est plus qu’un devoir : c’est un plaisir. (citation d’Oscar Wild, maxime de Benedict)

Biographie :
Benedict a perdu la mémoire à son arrivée. Par conséquent, il peut difficilement vous raconter sa biographie. Mais moi, je me souviens de tout, donc je peux me permettre de vous donner quelques aperçus de la vie de celui qu’on appelle Benedict Adriel.

NAISSANCE
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-C’est un garçon ! chantonna la sage-femme en brandissant le bébé bien plus haut que ne devait le conseiller le règlement.
-Et merde ! jura le père en fouillant rageusement dans sa poche.
-Henri ! Pas devant le bébé ! fit mine de s’offenser sa femme en tendant la main à son mari.
Celui-ci y déposa un billet d’une somme conséquente puis se tourna vers le nouveau-né.
-A peine arrivé, tu me portes déjà malheur. Sale gosse.
-Tu n’avais qu’à pas parier contre l’échographie. Le réprimanda sa femme. Ce n’est pas de sa faute si tu t’estimes plus compétent que…
L’enfant se mit soudainement à hurler et la sage-femme intervint.
-Je crois qu’il veut un prénom !
Henri fronça les sourcils.
-Vous ne croyez pas plutôt qu’il a faim ?
-Mais non ! Allez, un prénom pour ce beau bébé ?
-Benedict. Déclara la mère sur un ton qui ne souffrirait aucune contestation ;
Le père ouvrit la bouche deux ou trois fois dans une veine tentative d’objection mais ne trouva pas le courage de contredire sa femme et rendit les armes.
-Valérie ma biche, ce n’est pas un prénom de fille ? risqua-t-il néanmoins.
-Mais pas du tout chéri. S’exaspéra la mère. C’est le nom d’un moine parti habiter dans une grotte pour y mener une vie de prière et de solitude.
L’infirmière et l’heureux papa dévisagèrent la jeune femme quelques instants.
-Bienvenue au monde, Benedict. Finit par soupirer Henri, comme une excuse.

SOCIABILISATION
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Bonjour Solène.
-Bonjour Valérie ! Oh, tu as amené ton petit Swann, ça lui fait quel âge maintenant ?
-Deux ans le mois dernier. C’est fou ce qu’il grandit vite, n’est ce pas ?
-Oui, c’est vraiment impressionnant, on doit sans arrêt acheter de nouveaux vêtements, ça rend Henri fou. Swann a le même âge que Benedict alors ! C’est bien, il n’a jamais joué avec des enfants de son âge, mon mari refuse catégoriquement qu’on le mette à la crèche et on ne reçoit pas beaucoup d’enfants. Mettons-les à jouer ensembles et allons prendre le thé, tu veux bien ?
Les mères déposèrent les deux garçons dans une pièce et partir en direction du salon tout en discutant.
Benedict n’ayant aucune réaction, le petit Swann se dressa vaillamment sur ses jambes et s’approchant de son petit camarade en tanguant dans l’intention de faire connaissance. Benedict sourit.

Quand les mères revinrent chercher leur progéniture, Benedict n’avait pas bougé d’un pouce et souriait toujours. Le fils de Valérie, quand à lui, était debout et faisait de louables efforts pour ne pas fondre en larmes et se précipiter dans les bras de sa mère.
-Swann ?! Qu’est ce qu’il t’arrive ? Benedict t’a embêté ?
Le petit secoua négativement le tête.
-Nan, gentil ‘nédict, gentil. Articula-t-il en évitant néanmoins de croiser le regard de son camarade.
-Oh tu dois simplement être fatigué dans ce cas, c’est vrai qu’il est tard. On va vite rentrer à la maison.
-Tu pourras revenir jouer avec Benedict plus tard, ne t’inquiète pas. lui assura gentiment Solène.
Les deux femmes se firent leurs adieux, mais aucune ne remarqua l’air horrifié qu’avait pris Swann quand la mère de Benedict lui avait dit qu’il allait revenir.
Une fois Valérie partie, la mère de Benedict se tourna vers son fils.
-Alors, comment tu trouves Swann ? Je pense que vous irez dans la même école, donc essaie de t’en faire un ami mon chéri. Il est gentil, non ?
Le petit hocha la tête.
-Gentil Sa’nn. Obéissant Sa’nn.


FOOTBALL
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Benedict fronça les sourcils en continuant de se balancer. Devant lui, un inconnu faisait rebondir une balle noire et blanche sur son pied. Le garçon devait avoir sept ans, comme lui, mais il dégageait une assurance extraordinaire. Swann, qui goutait sur la rambarde de la balançoire du parc, paraissait intéressé par le ballon que l’enfant utilisait. S’en apercevant, l’inconnu bomba le torse.
-Je m’appelle Khalis Meopoli et je vais devenir le meilleur footballeur du monde ! déclara-t-il d’un ton pompeux.
Impressionné, le petit blond applaudit poliment en regardant la balle avec envie et Benedict vit immédiatement le danger. Il fallait qu’il apprenne à utiliser cette chose, sans quoi, son jouet risquait de se faire capturer par l’autre. Jusqu’à maintenant, il était toujours parvenu à éloigner Swann des autres –ou plutôt les autres de Swann- et n’avait pas l’intention de se le faire ravir par un idiot à la coiffure ridicule.
Il sauta de sa balançoire et s’avança vers l’inconnu, un air de défi sur le visage.
-T’as un nom bizarre. Commença-t-il posément.
-C’est pas bizarre, c’est indien. Protesta l’enfant, vexé.
-T’as un nom bizarre, et tu ne seras jamais le meilleur parce que je vais te battre.
L’affirmation ne souffrait d’aucune protestation. Le dénommé Khalis fusilla son adversaire du regard et shoota dans son ballon, qui atteignit Swann au visage, le faisant tomber de son perchoir. Benedict resta bouche bée quelques instants pendant que l’autre le regardait d’un air suffisant puis partit récupérer le ballon à petits pas. Il tapota la tête de son ami qui pleurait et lança la balle sur le jeune indien qui se jeta sur lui.
Les mères des trois enfants accoururent en entendant les cris de leur progéniture et séparèrent les enfants en s’excusant mutuellement.
Une fois revenu à la maison, Valérie raconta à son mari les évènements du parc. Celui-ci toisa Benedict.
-Et ta mère t’a arrêté ? Mais voyons, un combat doit être mené jusqu’au bout mon fils !
Sa femme fronça les sourcils et Henri continua, l’air penaud.
-Mais il ne faut pas se battre à main nue, nous ne sommes pas des chiffonniers. Tu dis que ce garçon avait un ballon de foot ? Parfait, je vais t’inscrire au club. Après, à toi de le battre sur son terrain.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


COMING OUT
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
A la sortie des cours, une jeune fille blonde entraina Benedict à l’écart. Elle devait être un peu plus jeune que lui, deux ou trois ans maximum, puisqu’elle portait déjà l’uniforme du lycée. Il était en tout cas certain de ne l’avoir jamais rencontrée et le lui fit savoir. L’inconnue paru quelque peu déstabilisée par le manque total de tact du garçon, mais se lança quand même.
-Hum… Voilà, je… je m’appelle Alice, je suis en Seconde. Ça fait… quelques semaines que je t’observe, et je me demandais… Tu veux bien sortir avec moi ?
Le jeune homme la regarda avec curiosité et la blonde commença à regretter sa démarche.
-En Seconde ? Tu es un peu un bébé, non ? Bon, tu n’es pas vraiment moche, mes tes cheveux, on dirait des spaghettis trop cuits, c’est perturbant, reconnais-le. Et tu ne sais vraiment pas t’habiller. L’uniforme a beau laisser le choix des chaussures, c’est pas une raison pour mettre des horreurs. Mais le principal problème n’est pas là. D’après ta poitrine, certes discrète, mais existante, tu es une fille. Hors, personnellement, je préfère les hommes. Sur ce, à la prochaine !
Le sourire aux lèvres, Benedict planta là la jeune fille qui le regarda partir les larmes aux yeux.

Le lendemain, lorsqu’il arriva au lycée en compagnie de ses amis, la nouvelle semblait avoir fait le tour de l’établissement.
-Tu es vraiment gay ? se risqua un grand brun de l’équipe de volley.
Benedict afficha un sourire désarmant.
-Bien sûr, pas toi?
Swann fusilla longuement son ami du regard, qui finit par comprendre qu’il n’avait pas dit ce qu’il fallait.
-…Oui… risqua-t-il de nouveau, se concentrant pour prendre un air contrit. Pourquoi une telle question ?
Fier de lui, il se tourna vers le blond en quête d’un assentiment, mais ne croisa qu’un nouveau regard exaspéré. La dose de réprimande envoyée par les yeux de Swann ayant néanmoins baissé, il jugea inutile de faire une troisième tentative.
-Ça te pose un problème? Iança Khalis au volleyeur.
Celui-ci dévisagea le grand indien.
-Pas vraiment non. Marmonna-t-il d’un air gêné. Mais il a fait pleurer ma sœur alors…
-Allez, tu vas pas en faire tout un plat, ce n’est pas la première fois que je fais pleurer une fille ! Si j’avais refusé avec un air distant et ténébreux pour ne pas la blesser, elle n’aurait certes pas pleuré, mais elle aurait été malheureuse toute sa vie, mourant d’amour pour un être inaccessible. C’est plutôt un service que je lui ai rendu, non ?
Les trois garçons dévisagèrent Benedict qui affichait un sourire ravi puis se détournèrent en l’ignorant.
-Après réflexion, je crois que je préfère la voir pleurer. Adriel n’est pas net.
Les deux garçons hochèrent la tête d’un air entendu.
-Juste par curiosité, comme il est gay… est-ce que l’un d’entre vous sort avec lui ?
-Bien sûr que non ! intervint Benedict. Eux, ce sont mes esclaves personnels. Je me réserve pour l’homme parfait.
Malgré les regards assassins qu’ils lui lancèrent, aucun de ses deux amis ne protesta. Le frère d’Alice leur lança un regard compatissant et s’éloigna.
-Benedict ? appela Swann au bout d’un moment, sans pour autant se tourner vers son interlocuteur. La prochaine fois que tu nous entraines dans ton naufrage, je te laisse couler.
-Ou je te noie moi-même. Ajouta Khalis. Je crois que l’humanité m’en sera reconnaissante.
Avec un grand sourire qui témoignait des multiples fois où il avait entendu ces paroles, Benedict passa ses bras autour des épaules des deux garçons et les entraina vers leurs amis en riant.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MORT
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Swann et Benedict étaient dans une boutique de décoration pour trouver un cadeau à la mère de ce dernier. Khalis était sorti avec Alice et n’avait donc pas pu les accompagner, au grand désespoir du blond qui savait à quel point son ami roux était infernal dans les magasins. Quand Benedict n’aimait pas quelque chose, il le disait haut et fort, et Dieu seul connaissait le nombre d’objets que le garçon détestait ici, pour X raisons.
Juste avant que la vendeuse ne perde patience et ne cède à l’envie de jeter ce malotru dehors, Benedict finit par jeter son dévolu sur un coussin brodé qu’il paya en expliquant que l’objet n’avait aucun charme, mais que cela s’associerait donc parfaitement avec la décoration de la chambre de sa mère.
Swann dû faire appel à toute son expérience pour persuader son ami de sortir avant que la jeune femme ne découvre les milles usages que l’on pouvait faire d’un magnifique sabre de décoration pour faire taire un client récalcitrant.
Soulagé d’avoir évité à la vendeuse la prison pour meurtre, Swann sortit du magasin sans prendre garde et rentra dans un vieillard qui arrivait à contre-sens. Les deux hommes tombèrent à terre. Benedict commença immédiatement à invectiver le vieillard, sans s’apercevoir que son ami ne se relevait pas, cherchant désespérément à retrouver sa respiration. Il ne vit pas non plus la vendeuse se précipiter vers le jeune homme à terre, seule à comprendre que quelque chose n’allait pas. Pas plus qu’il ne vit la poitrine de Swann cesser de se définitivement de soulever. Il était trop occuper à crier sur le vieil homme qui n’avait lui non plus rien remarqué. La seule chose que vit Benedict, ce fut le petit carré de papier jaune que son ami gardait toujours collé sur son portefeuille qui était tombé à terre lors du choc avec le vieillard. Le petit carré de papier jaune qui portait l’inscription « si je m’évanouis, merci de me donner le médicament situé dans la poche droite de mon blouson et d’appeler immédiatement l’hôpital : je suis cardiaque. ». Il fit immédiatement tout ce qui était indiqué sur le papier. Ce n’était pas la première fois que Swann avait une crise. Tout comme Khalis, Benedict avait l’habitude de réagir dans une telle situation. Mais d’habitude, il n’intervenait pas aussi tard.
D’habitude, Swann était toujours conscient.
D’habitude, sa poitrine se soulevait de nouveau avant même l’arrivée de l’ambulance.
D’habitude, l’infirmier ne secouait pas la tête d’un air désolée en voyant le corps de son ami.
D’habitude, aucun médecin ne notait l’heure du décès sur la fiche qu’on lui faisait remplir.
D’habitude, il n’avait pas cet horrible sentiment de honte et de culpabilité qui broyait le cœur pour la première fois de sa vie.
D’habitude, tout ne devenait pas noir autour de lui.
D’habitude, il ne se retrouvait pas dans un autre monde alors que son meilleur ami venait de mourir.
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

    Test RP


Benedict se réveilla nez à nez avec une créature non identifiée.
-AAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!! hurla-t-il en découvrant la bête.
-AAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!! hurla-t-il de nouveau quand le charmant animal ouvrit la gueule, dévoilant une dentition impeccable qui ferait à la fois pâlir d’envie un requin blanc et le mannequin de la pub Colgate.
-AAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!! hurla-t-il finalement quand la gueule de la créature se remplie de petits carrés de papier jaune.
Le monstre ne tarda pas à mourir, étouffé par les post-it et par le sang qui coulait des multiples coupures que les papiers avaient provoquées, et s’écroula sur le jeune homme, qui resta cette fois silencieux. Involontairement bien sûr, essayez de crier alors qu’un dérivé de sanglier vous écrase les poumons, vous verrez comme c’est simple !
Après quelques minutes de panique, le jeune homme tenta de se calmer. Sentant qu’il ne pourrait de toute manière pas se dégager seul, Benedict tenta de faire le point. Ses souvenirs étaient embrouillés, il n’arrivait même pas à se rappeler qui il était. Un nom traversa soudain sa mémoire. Benedict Adriel. Oui, ce nom lui était familier, il l’entendait depuis qu’il était tout petit. C’était certainement le sien. Oui, il en était sûr maintenant, c’était son nom.
L’image d’un grand garçon aux cheveux roux en bataille lui traversa l’esprit. Impossible de se rappeler de qui il s’agissait, mais il savait que c’était quelqu’un d’important et qu’il se proclamait indien, malgré son apparence très européenne. Il se souvenait également d’une grenouille… il fronça les sourcils mais ne trouva pas d’où pouvait provenir ce souvenir. Il fouilla un peu plus profondément dans son cerveau et se rappela d’un autre jeune homme, aux cheveux d’un blond presque blanc. Ses poings se crispèrent sous la violence du souvenir, dont la précision extrême déchirait sa mémoire vide. Il se rappelait de chaque seconde de la mort de son ami. C’était sa faute, sa faute à lui. Il aurait dû intervenir. Si seulement sa satanée franchise ne l’avait pas occupé ailleurs. Il se détestait. Il se souvenait avec une précision étonnante de Swann, de son caractère, de ses centres d’intérêt, de ses mimiques, de sa mort…
Benedict bloqua sa mémoire. Au début, être amnésique l’avait affolé. Mais si c’était pour se souvenir de moments aussi horribles, il ne voulait pas de mémoire. Il était Benedict Adriel, meurtrier de son ami Swann, et c’était déjà bien trop.
Fermant à double tour la porte de son esprit qui aurait pu le mener à d’autres souvenirs dont il n’était pas sûr de vouloir se rappeler, il se recentra sur sa situation.
Allongé sur le sol, le corps du sanglier l’empêchant de bouger, il ne pouvait pas voir où il se trouvait. Dans un endroit avec de l’herbe, et des cailloux qui lui rentraient dans le dos. C’était tout ce qu’il savait. Ah, et il pouvait matérialiser des post-it, il n’était donc pas sur Terre. Sa mémoire avait beau être vide, il était certain que cette capacité n’était pas habituelle.
Le jeune homme essaya de se dégager, mais le cadavre lui bloquait les bras et le buste et il pouvait à peine tourner la tête. Le sang chaud de l’animal s’infiltrait sous ses vêtements, coulant sur sa peau en une sensation insupportable.
Epuisé après s’être tortillé dans tous les sens pendant plusieurs minutes, Benedict commença à s’affoler. Il se mit à crier à l’aide aussi fort que ses poumons écrasés le lui permettaient.
Il entendit bien vite des crissements de feuilles mortes écrasées. Il s’insulta mentalement. Bien sûr, ça pouvait être de l’aide. Mais ça pouvait également être autre chose, et il n’avait pas particulièrement envie de se retrouver avec un autre monstre sur le ventre, surtout qu’il n’était pas certain de ses capacités de défense.
Cherchant une arme du regard, ses yeux se posèrent sur les post-it jaunes éparpillés sur le sol et il eu un sourire amer. Quelle que soit la raison pour laquelle il s’était retrouvé ici, celui qui en était responsable s’était assurer qu’il n’oublie pas ce qu’il avait fait à Swann : chaque carré de papier portait l’inscription « si je m’évanouis, merci de me donner le médicament situé dans la poche droite de mon blouson et d’appeler immédiatement l’hôpital : je suis cardiaque. » dans une imitation parfaite de celui que portait son ami. Sauf que l’encre utilisée était rouge. Rouge sang.
Ignorant les papiers, Benedict se tordit le cou pour tenter d’apercevoir la nature de la chose que s’avançait vers lui. Une silhouette noire emplit soudain son chant de vision.
-Nyolo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Benedict Adriel    Dim 27 Nov - 15:36

    À ne pas oublier...

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    Nyolobwaaaaaaaah !
    Nyolooo, nooon ! Tu as tué Kiki notre sanglier de compagnie ! Qu'as-tu à dire pour ta défense ?
    Ouais, ouais c'est nyolo-çaaaa ! Et tu crois vraiment pouvoir rivaliser avec Belzeneff en matière de chianterie ?
    Et pourquoi t'as les ongles verts d'abord ?
    Donc menthe ou grenadine, nyolo ?
    Bon, puisque tu es momosexuel, tu vas nous parler de ton homme parfait, veux-tu ?
    C'est bête que Belzeneff t'ait enlevé tes souvenirs d'avant, tu ne penses pas ? Si ça se trouve tu étais une ravissante jeune fille, nyolohohoho.
    Combien tu nous payes pour qu'on te rendre la mémoire, nyolo ?


Code du questionnaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Adriel
L'Homo Post-it

L'Homo Post-it ☐
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Benedict Adriel    Dim 27 Nov - 17:49

    À ne pas oublier...

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    Nyolobwaaaaaaaah !
    Nyolooo, nooon ! Tu as tué Kiki notre sanglier de compagnie ! Qu'as-tu à dire pour ta défense ?
    Non mais vous êtes pas un peu malade! Un animal de compagnie? Ce truc? Remarquez, vous êtes quoi, vous? Une serpillière vaudou qui porte un gant de toilette en forme de chat? Je n'aime pas adresser la parole à des serpillières, ça me perturbe.
    Et puis d'abord, pourquoi c'est à MOI que vous vous en prenez? C'est votre Kiki qui m'a agressé! Et cette phrase n'est PAS tendancieuse, inutile de sourire comme ça. Et d'abord, comment une serpillière peut sourire, hein?
    Concernant votre monstre sanguinaire, de un, c'est lui qui a commencer, de deux, s'il est assez fragile pour se faire tuer par des bouts de papier, plaignez-vous au fabriquant, et de trois comment je pouvais prévoir que je peux matérialiser des post-it? Hein? Comment? Allez-donc vous en prendre à l'illuminé qui m'a infligé ça!

    Ouais, ouais c'est nyolo-çaaaa ! Et tu crois vraiment pouvoir rivaliser avec Belzeneff en matière de chianterie ? Oui, je crois! J'en suis même certain. Je sais pas quel âge vous avez jeune vieux truc, mais même si je ne m'en souviens pas, j'ai des années d'expériences derrières moi dans ce domaines! Mais attendez... C'est vous Belzeneff? C'est quoi ce nom totalement tordu? Et pourquoi vous parlez de vous à la troisième personne? Vous êtes quoi au juste?
    Et pourquoi t'as les ongles verts d'abord ? Pourquoi pas? Le vert, c'est classe, et j'avais de la place sur les ongles. 1+1=2, c'est fait! C'est beau, élégant et ça allonge les ongles.
    Donc menthe ou grenadine, nyolo ? Menthe, aucune hésitation. la grenadine, c'est une boisson de fillette, ce que je ne suis pas, merci bien. Par contre, je suis certain que vous adorez cette boisson.
    Bon, puisque tu es momosexuel, tu vas nous parler de ton homme parfait, veux-tu ? Pardon? Vous me demandez de décrire mon homme parfait? Pourquoi, vous êtes intéressé? ... Désolé, vous êtes vraiment pas mon type. Quoique j'arrive pas vraiment à voir à quoi vous ressemblez, je suis toujours sous votre sanglier hein!
    Bon, puisqu'il le faut... Vous voyez le prince Eric, dans La Petite Sirène? Bah c'est lui. Un mec mignon, courageux et pas doué, que je pourrai traumatiser à loisir.
    Plus sérieusement, j'ai pas vraiment de préférence physique, je veux juste un mec classe et pas baraqué, je supporte pas les brutes épaisses. Mais fort quand même, parce que s'il se fait rétamer la gueule toute les secondes, ça va pas être possible. Et qui a de la répartie, sinon, c'est pas drôle. Je veux surtout qu'il soit sincère, une relation, ça m'a déjà l'air suffisamment compliquée par nature, j'ai pas envie que ça me prenne encore plus la tête.
    C'est bête que Belzeneff t'ait enlevé tes souvenirs d'avant, tu ne penses pas ? Si ça se trouve tu étais une ravissante jeune fille, nyolohohoho. Belzeneff, c'est bien vous alors? C'est à cause de vous si je me souviens de rien et que je me retrouve dans un endroit bizarre attaqué par des bêtes tout aussi étranges! Et non, je ne trouve pas ça bête d'avoir perdu mes souvenirs. j'en ai eu un... bref aperçu, et je préfère éviter de connaitre le reste. Je rate sans doute plein de bons souvenirs, mais je suis pas sûr qu'ils compensent les mauvais.
    Une fille? Et puis quoi encore, un lapin blanc, une anémone? Je suis amnésique, pas con, je sais ce que je suis quand même! Mais... attendez... si ça se trouve... vous avez pu me changer... non, quand même pas... non... Saleté de mémoire défaillante, j'arrive même pas à être sur de ça!
    Combien tu nous payes pour qu'on te rendre la mémoire, nyolo ? J'ai un gros doute à cause de vous! ça vous amuse à ce point de traumatiser les pauvres enfants innocents et les beaux éphèbes perdus, parce que je ne suis pas vraiment un gamin, encore moins innocent? Malgré tout, je ne veux pas de ma mémoire. Trop gros risque à prendre. Et si j'étais une fille avant, merde! Maintenant, je suis un mec, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layca
PNJs ♔ The Mighty One

PNJs ♔ The Mighty One
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Benedict Adriel    Dim 27 Nov - 20:18

Bonsoir Benedict,

Tout d'abord, je tiens à te remercier de ton inscription parmi nous. C'est toujours avec un grand plaisir que nous voyons de nouvelles petites recrues peupler l'horizon d'AJE. Surtout quand elles sont motivées comme tu sembles l'être !

Toutefois, avant m'étaler dans un éloge pour ta personne, je vais m'enquérir de ta fiche.
Pour commencer, une fiche rédigée avec soin et complète. Les descriptions ne manquent pas de charme et sont on ne peut plus représentatives d'un personnage qui semble avoir du mordant.
Ton don. Tout simplement d'une originalité incroyable. J'avouerai avoir ri en pensant que quiconque pourrait se défendre à l'aide de post-it en ces lieux. Mais AJE regorge de surprises plus rocambolesques les unes que les autres. Alors j'attends impatiemment de te voir à l’œuvre pour ce qui est de ton art d'attaque.
Quant à ta biographie. Je n'ai vraiment rien à dire. Elle est on ne peut plus complète, on cerne avec aisance l'ampleur de ton personnage et de son caractère particulier ainsi que son background. Un gros plus.
Le test RP est nickel aussi.
En somme, je n'ai vraiment rien à redire, à part peut-être quelques petites fautes d'orthographe qui peuvent parfois se trouver sur le chemin de notre lecture mais qui n'enlèvent rien à l'intérêt de celle-ci.

C'est don avec un très grand plaisir que je te valide !
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Tu seras dans notre petit monde sous les ordres de ton Élu, Stiigma, mais celui-ci étant actuellement absent, tu pourras contacter ton Élu primordial, ou bien même n'importe quel autre Élu de la forteresse de Layca pour te venir en aide. Et puisque tu me sembles on ne peut plus motivé, je t'assigne d'office le rang de Parrain. Viendra un jour ou tu guideras le chemin de plus jeunes que toi dans notre monde !

D'ici là, amuse toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Benedict Adriel    

Revenir en haut Aller en bas
 

Benedict Adriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Lazy confessions, crazy intentions | Adriel
» Sherlock !
» SHERLOCK
» Adriel Edenhell
» Crime passionnel ~ Adriel Edenhell// Jared Leto
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ Fiches et journaux-
Sauter vers: