AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Spencer Nightingale is " As Cold As Ice"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Spencer Nightingale is " As Cold As Ice"   Mar 26 Juil - 9:38

    Fiche de
    Spencer Nightingale


    © Lust, Full Metal Alchemist


    Nom : Nightingale
    Prénom(s) : Spencer
    Sexe : Féminin
    Rang : Le texte au-dessus de votre pseudo. Si ce champ n'est complété, le staff le fera pour vous, uhuhu.
    Orientation sexuelle : Bisexuelle
    Âge : 29
    Origines : Facultatif
    Divinité servie :
    Élu dominant :
    Grade :


    Don et Arme Utilisée :

    Le Pavot de Perséphone


    Description Physique :

    Entretien n°11 entre Spencer Nightingale, établie comme enfant surdouée au QI de 147, et son psychologue, Dr.Jason Akkers
    - Dit-moi Spencer, comment t’imagines-tu dans 20 ans, c'est-à-dire quand tu auras 29 ans ? Tu as une idée Spencer ?

    - Oh là ! Vous en avez des questions un peu bizarres Mr. Syco… Psycol… Sycoplog… Mr. Docteur ! Moi, dans 20 ans, je serais belle, très belle. Parce que je prendrais très soin de moi. Et parce que moi, et bah, je serais forcement très jolie, pas comme ma maman et mon papa. Je mettrais plein de maquillage, pour être encore plus belle ! J’aurais une peau super comme ça. D’ailleurs, j’espère que mon nez va rester comme ça… Parce que je l’aime bien moi. Il est tout petit, et tout droit, et tout fin. Comme ma silhouette plus tard j’espère. Oh oui ! Je serais super « bien gaulée » comme Papa dit à l’autre femme quand ils jouent ensemble. Parce que j’ai l’impression qu’il n’y a que les femmes comme ça qui s’en sortent dans la vie. Regardez ma maman ce qui lui est arrivé parce qu’elle n’était pas jolie. Donc il faudra que j’aie une jolie poitrine. Bien ronde, comme ça, et bah, tout le monde m’aimera. Et puis mes cheveux, je les ferais boucler, parce que je n’aime pas trop les avoir tout raides, comme ma maman. C’est pas beau, et en plus, je pourrais pas y cacher mes toutes petites oreilles. En fait, la seule chose que j’aime bien chez ma maman, ce sont ses yeux. J’ai les mêmes ! Ils sont verts et tout brillants. On dirait des étincelles de rayons verts ! Mais tout le monde s’en fiche de ses yeux, c’est qu’une binoclarde alors elle les cache tout le temps. J’espère que je n’aurais pas de lunettes… Au pire, je mettrais des lentilles. De couleur peut être ? Rouge ! Pour changer un peu ! Comme ça, ils seront en accord avec mes futures lèvres, minces et rougeoyantes. Après, je ne sais pas trop moi… Je suis très sportive déjà. Alors peut être serais-je devenue une sorte d’athlète, avec de fortes épaules et de longs bras puissants. Oh, je n’en sais trop rien. Une chose dont je suis sure ! Je voudrais… des jolies petites mains et de mignons doigts allongés, décorés d’un verni éclatant ! Rouge, pourquoi pas ? Tout d’une seule teinte ! Oh, et puis j’ai remarqué un détail aussi. Les femmes que les hommes ils aiment, elles ont toutes une taille super fine, et des hanches super courbées. Je voudrais bien une silhouette pareille, même si je dois faire des régimes draconiens. Juste, il faudra que je fasse attention à ne pas avoir des jambes toutes squelettiques. C’est vraiment moche ça ! Des cuisses bien rondes et bien fermes, c’est mieux que des sacs d’os. Enfin voilà quoi, j’aimerais bien être jolie. La vie semble tellement plus facile pour les personnes qui n’intéressent que par leur apparence.

    - Je vois Spencer. Tu as une vision très claire de ton avenir, c’est une preuve de grande maturité. On se revoit à la prochaine séance. D’accord ?

    Description Mentale :

    La musique hurlait, depuis six longues heures maintenant. J’étais là, logée, chaudement, entre ces doux coussins molletonnés qui embrassaient mes courbes, épousaient ma forme et m’installaient confortablement. Je ne me souvenais plus comment je m’étais retrouvée ici. Puis, tout me revint, comme un « Bang ». Un seul « Bang », précédé d’un « Clic-Clic ». J’avais été chargée. La sécurité, depuis bien longtemps, avait été retirée. Plus rien ne me retenait. Ce fut alors le coup d’envoi. La gâchette enclenchée, le percuteur relâché, je m’incendiai. A la faveur de cette exceptionnelle pyrotechnie, je filai droit. Un long conduit m’arracha un cri, savamment étouffé. Ce fut alors la seule et unique seconde où je vis pleinement ma détentrice avant de m’éloigner d’elle et de faire irruption dans cette cervelle encore bouillante. Moi, balle d’un silencieux, ai bien des choses à vous raconter sur cette seconde.

    Même avant cela, j’avais ressenti certaines choses venant de ce mystérieux personnage. Ses mains d’abord. Quand elle m’avait inséré dans le canon. Moites, trempées même. Ses paumes glissantes jouaient avec moi, en tremblant un peu. De la peur ? Oh, ça… Non. De l’excitation je dirais. Elle savait ce qu’elle faisait, elle en fantasmait même, en me faisant rouler du bout du doigt le long de ses lignes de chance et de destin. Elle me ballotait, au rythme des allers et venues de son imagination vrillée qui me voyait transpercer dans une effusion de sang des plus théâtrales l’encéphale de sa future victime. Parfois par un œil, parfois par le front. Le plaisir qu’elle en retirait semblait sans limite. Elle resta là des heures avant de se décider à m’insérer délicatement dans le magasin, impatiente de revoir mes petits reflets cuivrés. Ce rituel –si je puis dire- terminé, c’est avec beaucoup de violence qu’elle fit claquer le revolver et ma nouvelle salle d’attente avant le grand « Bang ». Déterminée, elle fit glisser sensuellement l’arme le long de sa cuisse avant de la ranger dans l’étui tout collé à son porte-jarretelle. Ca, elle savait y faire. En sensualité. Même les cliquetis du pistolet, qu’elle faisait volontairement durer, traduisaient parfaitement la douceur et le charme qu’elle mêlait à ses actes sanguinaires.

    Je me souviens encore du parfum dont elle s’était parée, comme si elle allait voir un vieil ami, de son intrusion chez cette victime et des pas de velours qui suivirent. C’est avec beaucoup de finesse et d’intelligence qu’elle était entrée ici, rampante telle une ombre. Et enfin, l’instant tant attendu. Quel doux moment se fut quand elle fit coulisser la rampe le long de l’engin pour m’amener jusqu’au canon ! Que de luxure et d’érotisme dans ce simple geste de glissement ! Ses bras se levèrent. Méthodiquement, elle cibla la tête, s’attardant précisément pour ne pas rater son coup. Un regard un seul sur cette prodigieuse faucheuse marmonnant une dernière litanie entre ses lèvres irisées :

    « Je sais qui tu es. Je sais ce que tu as fait. Car je t’entends penser, comme j’entends chacun d’entre vous, monstres. Ainsi dit ma chanson préférée : « You’re as cold as ice, but someday, you’ll pay the price ». Paye aujourd’hui, de ma main, tes crimes inexpiables. »

    Sur ces mots, elle tira, les yeux embrasés d’une furie meurtrière qu’elle ne considérait pas comme irrationnelle. Car elle était convaincue, au fond elle, qu’ils pensaient réellement ce qu’elle entendait d’eux. C’était là sa démence. Délirante et psychotique, aux allures de rédemptrice, elle semblait vouloir punir ces abominations, finalement irréelles. Elle condamnait l’Homme, et non pas les hommes. Elle châtiait l’Origine et méprisait la conséquence. Elle fauchait n’importe qui, au hasard de sa psychose, exterminant les pécheurs, voulant éradiquer le Péché. C’est presque tout ce qu’il y a à savoir sur cette Dame Noire. Du moins je le crois sincèrement, en toute humilité. Je ne suis après tout que le porteur de son message.


    Signes particuliers : Comme sous entendu plus haut, Spencer souffre d'un trouble psychotypique de la personnalité. Elle est convaincue d'entendre les pensées des gens et donc tue ceux qui ne penseraient pas d'une manière adéquate.
    Talents spéciaux : Ne jamais, jamais, rater sa cible.
    Aimez-vous les rhododendrons ? Les fleurs fanent bien trop vite, à quoi bon les aimer?

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Non.
    Citation : " You're as cold as ice, but someday you'll pay the price" Cold as Ice by Foreigner
    Biographie : 15 lignes minimum


    Test RP
Revenir en haut Aller en bas
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Spencer Nightingale is " As Cold As Ice"   Ven 16 Sep - 18:48

Pas de signal de vie depuis presque 2 mois. Nous en concluons que le sujet est décédé et rapatrions la fiche à sa juste place : le cimetière !

En cas de miraculeuse résurrection, veuillez contacter le staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Spencer Nightingale is " As Cold As Ice"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» sorciere mf
» revenge is a dish best savored cold.
» Les jeux d'horreur
» Cold heart snakes [Valeska]
» My heart has become a cold and impassive machine. - Lyria
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: