AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Claire Bal Blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Claire Bal Blanc   Mer 20 Juil - 12:48

    Fiche de mon Personnage


    Izayoi Sakuya © Touhou


    Avant Propos :
    Je reprend le jeu de rôle sur forum après une très longue pause, d'autant plus que je n'aime pas vraiment faire des posts longs. Je m'excuse d'avance pour la taille de ma fiche, les erreurs et maladresses qui auraient pu s'y glisser.

    Nom : Bal Blanc
    Prénom(s) : Claire
    Sexe : Féminin
    Rang : Comme vous voulez ~
    Orientation sexuelle :Hétérosexuel.
    Âge : 17 ans
    Origines : Française

    Divinité servie : Oppse.
    Élu dominant : Filippa.
    Grade : Pantin
    Don : Contrôle du Temps
    Claire ne connait pas son don, et pourtant, si elle avait seulement conscience de ce qu'elle est capable de faire, la jeune fille aurait surement beaucoup moins de problèmes. Car le pouvoir qui a été attribué au pantin lui permet de ralentir, d'accélérer ou d'arrêter le temps, de manière consciente ou non.
    Les conséquences de ces manipulations sont celles auquel on peut s'attendre : ralentir le temps la fera paraître anormalement rapide aux yeux de son entourage, à l'inverse, accélérer le temps la rendra extrêmement lente, enfin, arrêter le temps à un point A et le rétablir une fois à un point B situé trois mètres plus loin donnera l'illusion d'une téléportation.
    Néanmoins, manipuler le temps n'est pas sans inconvénients, loin de là. Même le monde grotesque de Belzeneff n'échappe pas totalement aux lois de la physique (sauf quand il décide du contraire), et le pouvoir de la pauvre fille ne fait pas exceptions. Ainsi, elle a de très bonnes raisons de n'utiliser ce pouvoir qu'à contrecœur :

    - Plus le temps ralentis, plus il fait froid. Quand le temps est arrêté, la température est égale au zéro absolu. A l'inverse, plus le temps est accéléré, plus la température augmente. Notez que ceci affecte aussi bien la température ambiante que celle des objets. Étant donné que Claire est en partie immunisée à son pouvoir, arrêter le temps n'équivaut pas à une mort certaine dans l'instant qui suit, mais reste extrêmement risqué.
    - La lumière et les couleurs sont elles aussi affectées, au fur et à mesure que le temps ralentis, les couleurs deviennent plus fortes et l'environnement devient de plus en plus lumineux. A l'inverse, accélérer le temps rend les objets plus sombres et moins saturés.
    - La solidité des objets est aussi affectés par l'état temporel : Si le temps s'accélère, les objets deviennent plus fragiles, tandis que s'il ralentit ils deviendront plus résistants, quand le temps est arrêté ils deviennent indestructibles.
    - Évidemment, toutes interactions de la jeune fille avec son environnement dépendent aussi de l'état du temps. Plus le temps sera lent, plus le décalage entre son action et sa conséquence sur son environnement sera important. Ainsi, si elle arrête le temps pour donner un coup de poignard dans une motte de beurre, cette dernière ne se coupera pas sous l'effet de l'action (étant donné qu'elle est devenu indestructible), mais elle enregistrera l'énergie cinétique du coup de couteau, et se pliera à celle-ci au moment où le temps reprendra son cours. Ceci s'applique aussi pour le son.
    - Les seuls objets qui ne sont pas affectés par ces changements (ou très peu), sont Claire et les objets avec lesquels elle est en contact. Une fois que le contact est rompu, il ne peut pas être rétablis (si elle tiens quelqu'un, arrête le temps, puis lâche cette personne, elle ne pourra pas la « réanimer » en la touchant une seconde fois).
    - Enfin, Claire ne peut pas remonter le temps, les paradoxes que cela entrainerais ne le lui permette pas.

    Arme(s) utilisée(s) :
    Elle possède une dague en argent, un cadeau de son père pour son seizième anniversaire. Elle ne possède aucune autre arme pour le moment, mais ce n'est pas vraiment comme si elle savait en utiliser une de toutes manière.

    Description Physique :

    La première chose que l'on remarque chez la jeune fille, c'est sa chevelure argentée arrangée dans une coupe courte, assortie de ses deux nattes se terminant par des rubans verts. Cette couleur de cheveux, elle l'a bien évidemment obtenue après son passage dans le monde de Belzeneff. Néanmoins, cela doit être à peu près la seule chose étrange dans son apparence, car ce détail mis à part, Claire est parfaitement normale.
    Son visage aux traits doux accentue la blancheur de sa peau, et attire le regard vers ses pupilles d'un bleu limpide. Une beauté froide, au corps à la musculature dynamique faisant de Claire une beauté sculpturale aussi dure que le marbre.
    Bien que sa taille soit dans la norme, ses longues jambes la font parfois paraître plus grande qu'elle ne l'est réellement, et renforce cette aura distingué qui semble l'accompagner partout où elle va.
    D'autant plus que sa manière de se tenir et de se déplacer montre sa bonne éducation, c'est une jeune dame dans la fleur de l'âge.

    Description Mentale :

    Chez elle, elle était la reine. Riche, intelligente, forte, rien n'arrivait à la cheville de ce génie.
    Évidemment, même si son père lui avait appris la modestie, Claire ne pouvait s'empêcher de s'enorgueillir de son physique, de ses capacités et de sa position. Un mépris pour les autres habilement dissimulé sous un masque de froideur, une fierté menaçante se lisait dans son regard, et chacune de ses interactions était habilement calculée :
    « Je n'ai pas de temps à perdre, je dois être la meilleure, être exceptionnelle ne suffit pas. »
    Elle se haïssait de n'avoir que 20, elle détestait l'idée de ne jamais pouvoir être capable de défier des hommes lors des compétitions sportives, le fait qu'elle ait à apprendre des choses d'autres personnes la dégoutait.
    Claire n'avait pas besoin des autres, se reposer sur eux serait un échec.

    La solitude et l'anxiété qui résultait de sa manière de penser, elle la comblait avec la compagnie de sa seule amie de confiance, et les visites qu'elles donnait à son père lui redonnait foi en ses idéaux. Ou plutôt, son père lui-même était le centre et l'origine de ses idéaux. Claire voulait récupérer ce génie perdu, rongé par la folie. La gloire qui lui avait échappé, les découvertes qu'il n'avait pu faire, ce serait à la jeune fille de s'en occuper.

    Mais au plus profond elle, il y avait chaleur qu'elle désirait secrètement, elle ne pouvait pas le trouver dans ce monde étouffé par son orgueil. Ou plutôt, elle s'interdisait de la trouver. La joie, l'honnêteté, l'amitié, le bonheur menaient à la complaisance, ils était des obstacles à son objectif. Tout du moins, jusqu'à ce que Claire arrive dans ce monde hostile.
    Ici, ses connaissances étaient inutiles. Ici, ses capacités ne signifiaient rien. Ici, les règles qu'elle avait appris à maîtriser n'avaient plus cours. Son amis, son père, sa mère, plus personne n'était là. Seulement un monde stupide et grotesque aux règles idiotes. Ainsi elle devait tuer son prochain afin de rester en vie elle-même ? Quel éternité ! Elle n'a rien ici, autant mourir maintenant.
    Claire ne sait pas se battre, elle n'aime pas se battre, son don ? Si seulement elle savait le maîtriser ! Jamais la jeune fille n'avais souhaité un tel destin.
    Mais il reste cet espoir fou : retourner chez elle, retrouver son monde et tenter de refaire sa vie si cela n'était pas trop tard.

    Déboussolée, brisée, la fragilité de Claire a été mise à nue par son passage dans cet autre monde. Toujours angoissée à l'idée du combat, elle fait tout pour l'éviter. Les élus la terrifient autant qu'elle les détestent, et Belzeneff bien plus encore. Cependant, et la jeune fille s'en veut pour ça, ce monde titille sa curiosité, tout comme ses nouvelles capacités. Mais surtout, il est possible que son père et son oncle soit ici. Et la jeune fille ne peut quitter ce monde sans les avoir retrouvés.

    Signes particuliers : Cheveux argentés.
    Talents spéciaux : Excellente mémoire, très douée en cuisine, elle peut finir un roman en une journée.

    Aimez-vous les rhododendrons ? Je préfère les glaces. [Réponse validée par Astaroth. Des glaces au rhododendrons ? o_ô]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Non, à son grand malheur. La seule chose dont elle ne se souvient pas est son "interrogatoire".
    Citation : « Nous sommes tous dans le même bateau après tout. »
    Biographie :

    La jeune fille qui me fait face semble avoir son regard fixé sur le lointain, elle porte une simple chemise blanche et une jupe courte d'un bleu sombre. Son regard lointain, son maintient strict, l'expression figée de sa bouche, tout chez elle est d'un sérieux presque effrayant.
    La lampe du plafond se balance doucement au rythme de ses grincements, faisant ainsi danser les rares ombres du béton immaculé de la salle d'interrogatoire. J'ouvre mon dossier, et en sort les notes que j'avais fais en prévisions des questions que je devais lui poser.
    La session s'ouvrit de manière très simple.

    « Bonjour mademoiselle Bal Blanc.
    -Bonjour monsieur l'inspecteur. »

    Un ton bienveillant, mais son visage était resté impassible.

    « Avant d'en venir à ce qui nous intéresse, je dois vous poser quelques questions sur votre famille et votre identité. Nous pourrions nous en passer, mais malheureusement c'est la procédure.
    -Faites. »

    Son regard semblait encore plus grave qu'il ne l'était au départ.

    « Vous vous appelez donc Claire Bal Blanc et vous êtes née le 16 Septembre 1992 à Lyon, exact ?
    -Oui.
    -Vos parents déménagent en 1994 pour s'installer à Paris, savez-vous pourquoi ?
    -Ma mère avait reçu une promotion sur la capitale. Mais c'était aussi l'occasion pour elle de se rapprocher de sa famille.
    -Quel profession exerçait votre père à cette époque ?
    -Il était professeur d'archéologie à l'université de Lyon. Une fois à Paris il a commencé à se consacrer à la Zététique.
    -Quel était son domaine de recherche ?
    -Les phénomènes surnaturels causant des disparitions. Il possédait peu de connaissances en physique, alors il s'est surtout intéressé au recensement de ces phénomènes dans les cultures ésotériques asiatique et pré-islamique.
    -Pourquoi cela ? »
    Son regard se durcit, était-ce sa réaction à ma trop grande curiosité, ou les regrets dont étaient imprégnés ces souvenirs qui la faisait réagir ainsi ? On aurait pu s'attendre à ce qu'elle me reprenne, mais la jeune fille répondit à ma question calmement.

    « -Il pensait y découvrir des liens avec la vague de disparition qui a commencé en 1990. Son frère fait partie des victimes disparues.
    -Et donc, au travers de ses recherches, il cherchait un moyen d'expliquer sa disparition soudaine ?
    -C'est ça.
    -A-t-il eu des résultats ?
    -Aucun, ces évènements sont apparemment sans précédents.
    -D'accord... Revenons en à vous, vous semblez avoir fait toute votre scolarité dans des écoles privée.
    -Oui, mon père n'aimait pas l'idée que j'aille dans des écoles catholiques, mais mes grands-parents ont insisté pour que je reçoive une éducation religieuse.
    -Vous êtes baptisée ?
    -Non.
    -Je lis aussi que vos résultats étaient assez impressionnants, vous n'avez pas sautée de classe ?
    -Je ne voulais pas trop m'avancer et que cela entraine une baisse dans mes résultats.
    -Vous semblez avoir aussi un passif sportif plutôt exceptionnel, obtenir la première place dans une compétition nationale d'athlétisme n'est pas donné à tout le monde. Surtout avec des résultats scolaires tel que les vôtres.
    -Tout ceci est normal et attendu de moi. Mais pourquoi parlez-vous de « passif » ? Je suis toujours dans un club d'athlétisme.
    -Oups, désolé. Pendant cette période vos parents ont divorcés n'est ce pas ? Quand exactement ?
    -Le verdict a été rendu le 16 juin 2001. »

    Elle donnait l'impression de réciter ces mots. Sa capacité à se souvenir des choses est impressionnante, cependant elle a aussi quelque chose d'un peu glauque, presque morbide.

    « -Votre mère a obtenue une garde exclusive, pourquoi ?
    -Mon père a été diagnostiqué comme étant atteint de paranoïa.
    -C'est ce qui a causé le divorce ?
    -C'est un peu plus long que ça. En 1999 mon père a fait un voyage à Damas pour ses recherches, puis un second aux Bermudes. Lorsqu'il est rentré, il a abandonné la Zététique et s'est mis à étudier l'ésotérisme, notamment tout ce qui touchait à la téléportation et aux voyages dimensionnels.
    -Le nom de Belzeneff vous évoque quelque chose ?
    -Non, pourquoi ? A-t-il un rapport avec ses recherches ?
    -Oh non, ce n'est rien. Hum, comment ces changements ont affectés vos rapports ?
    -J'ai toujours été très proche de mon père, quand j'ai eu onze ans j'ai commencée à lui rendre visite régulièrement afin de m'occuper de lui.
    -A onze ans ?
    -Oui.
    -Et, que pensiez-vous de tout ça ?
    -De l'état de mon père ? Même à sept ans je le considérais comme un homme raisonnable. J'ai étée assez choquée par son changement soudain. Mais je m'y suis faite. Il ne m'a jamais parlée de ce qui avait causé ce changement chez lui.
    -En fait, je parlais surtout de ces délires ésotériques. »

    A la mention du mot « délire » elle fronça les sourcils. Elle ne semblait pas vouloir me prouver le contraire, parler en mal de son père la mettait simplement mal à l'aise.

    « Les théories soutenant l'existence d'autres formes de vie ou d'autres dimensions se basent souvent sur le postulat que nous ne percevons qu'une infime partie de l'univers qui nous entoure.
    Personnellement, je préfère considérer tout cette univers non percevable comme non-existant. Par conséquent, la question de croire ou non à l'existence de mondes parallèles ne se pose même pas.

    -Je vois. Dans ce cas, il ne me reste qu'une dernière question à vous poser mademoiselle Bal Blanc.
    -Allez-y.
    -Je vois que vous êtes blonde sur votre photo d'identité. Alors, depuis combien de temps vos cheveux sont-ils blancs ?»



    Test RP


C'était un jour comme un autre. Je revenais de mon entrainement, et, comme à mon habitude, profitais de l'occasion pour rendre visite à mon père. Le métro commençait à se remplir de ceux qui rentraient de leur travail, aussi je fis en sorte de raccourcir cette étape autant que possible, me joignant ainsi dans la batailles de ceux qui tentaient d'attraper leur train à la dernière minute. Évidemment, même fatiguée j'arrivais à surclasser tout le monde à ce petit jeu, et fuyant l'odeur d'urine et d'air vicié dont étaient imprégnés les quais, je m'extirpais du souterrains pour atterrir dans le quartier où il habitait.
L'appartement dans lequel vivait mon père se trouvait dans une impasse à l'aspect misérable, la plupart des logements n'étaient pas libres à l'achat ou à la location pour causes sanitaires, ce qui n'empêchaient pas certaines personnes peu scrupuleuses d'en profiter. Mon père vivait au dernier étage, convaincu que de là il pouvait facilement garder un œil sur toutes les allers et venues du quartier, bien que ce n'était pas ce qui lui faisait le plus peur.
Ignorant l'interrupteur cassé, je toque à la porte crasseuse. Aucune réponse, j'étais habituée à ce genre de choses, il devait encore être barricadé dans son bureau, le nez dans un livre. Je sortis mon double de clé, mais alors que ma main se posait sur la poignée de la serrure, je compris tout de suite que celle-ci n'était pas fermée. Était-ce seulement possible ? Cette porte était toujours fermée à clef, cela m'avait même pris des efforts considérables pour convaincre mon père de retirer les trois verrous qu'il avait installé. Mal à l'aise, je poussais timidement la porte pour être accueillie par l'odeur de pourriture et de papier humide qui infectait l'appartement. De nombreux papiers, principalement des rapports et des pages déchirées de livres, tapissaient l'entrée. Plusieurs d'entre elle étaient couvertes de traces de pas, se dirigeant vers la porte, cela signifiait-il qu'il était sortis ?

Je sortais rapidement du couloir pour constater que le salon, ou la pièce qui était censée faire office de salon, était dans un désordre inhabituel. Même si les névroses de mon père l'avait amenée à un mode de vie douteux, ce dernier restait régulé par une logique difficile à percevoir, mais bien présente. Ici, il n'y avait aucune trace de l'organisation avec laquelle il rangeait habituellement ses « recherches ». Les stores étaient ouverts, cela voulait donc dire qu'il m'avait vu arriver, dans ce cas, s'il était sortit, j'aurais du forcément le voir dans les escaliers. Que se passait-il ? Je me surpris à caresser instinctivement mes bras avants de m'avancer vers sa chambre.
Le glissement du papier, le craquement des lattes de bois, dans ce silence j'étais devenu sensible à chacun de ces sons, et au fur et à mesure que je m'approchais de son bureau, une peur soudaine m'envahit. Comme si, derrière cette porte se cachait un animal, un monstre, quelque chose de bien plus horrible et dangereux que n'importe quel prédateur.

Ne-t'approche-pas
--

Pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de vouloir entrer dans cette pièce.

Si-tu-ouvre-cette-porte--

Et avant même que je ne m'en rende compte, ma main en avait poussé la porte.

Fuis--

Des ténèbres. La pièce était plongée dans le noir, j'arrivais à voir des signes sur les murs, mais au moment où mes yeux s'étaient habitués à l'obscurité, et que je pouvais les distinguer clairement, je détournais le regard. Ce n'était pas quelque chose qui devait être vue, il fallait que je rentre chez moi, tout de suite.
Les yeux fermés, je cherchais le cadre de la porte quand mes doigts entrèrent en contact avec quelque chose d'étrange, que je n'avais jamais touché auparavant. C'était chaud et visqueux, ce contact me surpris et j'ouvris les yeux. C'est à ce moment précis que, la pièce se retourna. Je hurlais alors qu'un craquement sinistre accompagnait la chute de toutes les masses de livres qui m'entouraient, les grimoires et vieux tomes qui défilaient devant mes yeux me montraient des images d'horreur : des sacrifices, des tueries, des viols, deux êtres horribles, enchainés et obligés de regarder ce spectacle hideux tandis qu'un dernier semblait se délecter de l'expression de leur visage.
Mon dos ne rencontra pas le sol, mais une boue noire et froide dans laquelle je commençais à me noyer. Un son infernal de crissements métalliques et de flammes me déchirait les tympans, un vent mauvais soufflait les derniers sont connus qui pouvait me parvenir. Ce vent portait une odeur de pin, de sang, de sable, et de pourriture. Le niveau de la boue descendait, pour se changer en un sol de brindilles et en un paysage forestier.
Puis le néant, le son, les odeurs, tout ça n'était plus. Seulement une forêt monochrome qui semblait s'étendre à perte de vue. Les arbres, la terre et le ciel m'envoyaient une lumière qui me déchirait les pupilles, comme si tout ce qui m'entourait était un miroir reflétant la lumière du soleil. Cependant, le pire était le froid, un froid mordant, insoutenable, le simple fait de me frotter les bras me faisait hurler de douleur, alors qu'aucun son ne sortait de ma bouche.Où suis-je ? Comment est ce que j'étais arrivée ici ? Une seule idée m'animait à présent : Fuir.
Je me mis à courir, le vent anormalement lourd et glacé me lacérait les jambes, mais je savais que je ne devais pas m'arrêter. Je devais trouver de l'aide, vite, très vite, quelqu'un devait me sortir d'ici. J'étais habituée à briser des records, pourtant, à ce moment, ils me paraissaient tous plus ridicules les uns que les autres.
Pourtant, ce n'était pas assez rapide. Le froid devenait de plus en plus mordant. Ce que je subissais ne pouvait pas se comparer à plonger dans un lac gelé. Aveugle, gelée, tombant à chaque arbre et à chaque racine qui venait me barrer le chemin, mon corps se retrouva très vite dans un état déplorable. Couverte de sang et de blessures, je ne savais pas où je me trouvais, je ne comprenais pas ce qui se passait, néanmoins j'avais la certitude que ma mort était proche.
Avant même que je ne m'en rende compte, j'étais dans une ville, et appelais à l'aide chaque personne que je pouvais rencontrer. Mais tous restaient immobiles, ils ne m'adressaient même pas un regard. Leurs vêtements étaient plus solides que le diamant, et plus glacials que tout ce que j'avais pu connaître.
Mes doigts rougis par le sang étaient devenus bleus, mes membres étaient si engourdis que chaque mouvement était une torture, et je tombais très vite à genoux, la douleur du choc m'arracha un dernier cri, et ce fut l'apothéose :
Les ténèbres, un bruit assourdissant qui me transperça les tympans, une chaleur insupportable, tellement de couleurs que j'en avais la nausée.
Tout, ou presque, semblait être revenu à la normal. Néanmoins, je ne pouvais pas m'en réjouir, car la chaleur était telle que mes os semblaient sur le point d'imploser. Non, ils implosaient. Traversée par une douleur sans nom, terrifiée, torturée, je vomis sang, bile et urine avant que ce qui restait de mon être ne s'évanouisse. L'idée que ma conscience s'effaçait, d'être libérée de ces tourments permis à ma raison de survivre.

Dans le ciel, un rire strident m'accompagna alors que je retombais dans les ténèbres, je ne compris qu'un mot :

« Nyolo. »
Revenir en haut Aller en bas
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Claire Bal Blanc   Jeu 21 Juil - 14:49

Nyolovenue ~

Belzeneff il aime bien la fiche, il trouve que c'est très bien pour une personne qui reprend le RP et que ça se voit même pas même s'il y a quelques fautes d'aurtograffes !
D'ailleurs, pas de problèmes pour tes préférences RPiques, il y a pleins de sortes de joueurs sur le forums et personne ne te demandera de faire des posts longs tant qu'ils respectent les 10 lignes minimum. Il y a des pions qui font très longs et détaillés et d'autres qui préfèrent aller à l'essentiel nous sommes donc sûrs que tu trouveras ton bonheur sur le forum.

L'interrogatoire dans l'histoire est ceci dit un peu étrange. Nous sommes désolés, ce n'était pas bien précisé dans le contexte mais il se fait ici, sur la fiche. Nous allons te poser quelques questions pour savoir dans quel camp tu vas bien atterrir. Mais il se peut qu'avant ton arrivée sur AJE, nous nous soyons amusés à te faire passer un vrai interrogatoire avec une illusion à nous, donc nous ne te demanderons pas de revoir ton histoire.

Voilà le célèbre questionnaire. Amuse-toi bien !
    Claire comme de
    l'eau de source *baf* !


    Et la lumière fut !
    Salut Claire ! Alors, tu as apprécié ton petit voyage jusqu'à AJE ?
    Penses-tu que tu y retrouveras ton pôpa ? En un seul morceau je veux dire...
    Belzeneff il est tellement fort qu'il fait aussi option coiffeur ! Nous avons refait ta coloration ! Avoue que ça te va vachement mieux quand même !
    On aurait pu refaire pleins d'autres choses aussi mais nous étions un peu paresseux. Tu voudrais changer quelque chose d'autre dans ton physique ?
    Ah Paris, la capitale de l'amûr. Nous aimerions bien visiter Paris ! Tu as un endroit à nous recommander ?
    Dernière petite question : c'est quoi ton parfum de glace préféré ?


Code du questionnaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Claire Bal Blanc   Jeu 21 Juil - 15:11

    Claire comme de
    l'eau de source *baf* !


    Et la lumière fut !
    Salut Claire ! Alors, tu as apprécié ton petit voyage jusqu'à AJE ?
    Je ne veux pas en parler. Qui êtes vous d'abords ?"AJE", c'est l'endroit où nous nous trouvons ?
    Penses-tu que tu y retrouveras ton pôpa ? En un seul morceau je veux dire...
    Comment savez-vous ça ?! Qu'est ce que vous essayez d'insinuer ? Est ce que vous savez si mon père est ici ?
    Belzeneff il est tellement fort qu'il fait aussi option coiffeur ! Nous avons refait ta coloration ! Avoue que ça te va vachement mieux quand même !
    C'est...Hein ? Quoi ? C'est vous ? Vous... Je me fous de mes cheveux ! Où est mon père ! Je veux retourner chez moi !
    On aurait pu refaire pleins d'autres choses aussi mais nous étions un peu paresseux. Tu voudrais changer quelque chose d'autre dans ton physique ?
    Je vais...Hu ? Hein ?! N...Non ! S'il vous plait ! Ne changez rien d'autre !
    Ah Paris, la capitale de l'amûr. Nous aimerions bien visiter Paris ! Tu as un endroit à nous recommander ?
    Je...Je...Hum...L...Les Ch...Champs Elysée ? Je ne sais pas, je vous en prie, laissez-moi tranquille... Je me débrouillerais pour rentrer, alors laissez-moi...
    Dernière petite question : c'est quoi ton parfum de glace préféré ?
    A la rose. C'est une bonne réponse ? Vous n'allez rien me faire hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Oppse
PNJs ☬ Your Divine Master

PNJs ☬ Your Divine Master
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Claire Bal Blanc   Sam 23 Juil - 17:13

Bonjour Claire !

Bienvenue sur le forum et merci de ton inscription.
Nous sommes ravis de t'accueillir sur le forum pour ta reprise de RP \o/ (Ça se dit comme phrase ? o_o On va dire que oui).

Ta fiche est tout ce qu'il y a de plus convenable, je n'ai rien à y rajouter. J'aime bien l'histoire du père qui enquête sur les disparitions, je trouve que c'est une bonne idée, je n'y aurais moi-même pas pensé.
Si tu souhaites retrouver ton paternel sur AJE, il y aura toujours moyen d'en faire un prédéfini. N'hésite pas à contacter un administrateur pour cela, nous serons ravi de t'aider !

Je te valide, donc !



Tu seras nouvelle chez Filippa ! Félicitations tu es son premier pion ! Tu verras, c'est une personne des plus charmantes tant qu'on ne s'en prend pas à Astaroth. N'ayant pas de parrain à sa disposition, je dirais à son Bras Droit Riviere de s'occuper de toi !
Amuse-toi bien parmi nous et si tu as une quelconque question ou difficulté, garde en mémoire que le staff est à ton entière disposition !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Claire Bal Blanc   Dim 4 Mar - 21:08

Suppression du compte et déplacement de la fiche pour cause de non-recensement.

Si jamais il te prend l'envie de revenir parmi nous ou que tu souhaites simplement nous contacter (questions, contestation, gnufion), n'hésite pas.

Merci d'avoir participé à cette grande aventure qu'est AJE.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Claire Bal Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 

Claire Bal Blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Fiche] Claire (Alias Ipodiane)
» Colère de Zatoïshwan
» [Moc] Germal, Garima et Nero !
» MTG Cards - Altered Art
» Pandawa claire comme l'eau (Panda 130 sur Brumaire)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: