AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luz
✛ Obscene Doll ✛

✛ Obscene Doll ✛
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Lun 27 Juin - 20:41

A crow at night


Il faisait désormais nuit sur l'échiquier absurde qu'était le monde d'alea jacta est. Une nuit épaisse, pourvue d'un ciel sans étoiles. La cité, recouverte d'un épais voile noir qui ne permettait pas de voir à plus de un ou deux mètres devant sois, était presque entièrement déserte, plongée dans un lourd silence. Comme si le temps était figé. Tout était calme, seuls quelques rares bruits de grillons se faisaient entendre au loin dans la végétation.
Marchant d'un pas las, on pouvait apercevoir une fine silhouette féminine surplombée d'une cascade de cheveux si blancs qu'on pouvait les distinguer dans la nuit. Et dans la pénombre, deux billes rouges perçant, qui ne se laissaient nullement impressionner par le noir puisqu'ils n'y étaient pas sensibles. Les pans de sa robe noir et blanche, virevoltant légèrement dans le mouvement de sa marche, avaient quelque chose de majestueux et d'inquiétant à la fois. On aurait dit un corbeau.
Luz, clope au bec comme à son habitude, inspira une profonde bouffée, recracha très lentement la fumée, et la regarda d'un air étrangement vide s'élever gracieusement dans la nuit. Elle appréciait le silence qui régnait à cette heure, ainsi que l'atmosphère lugubre qui avait selon elle toutefois quelque chose d'apaisant. C'était en partie pour ça qu'elle avait donné rendez vous à son nouveau pion en pleine nuit. Et, bien sûr, cela l'amusait beaucoup de faire le faire s'entrainer dans la pénombre alors qu'elle y voyait parfaitement. C'était une difficulté supplémentaire pour lui et un énorme avantage pour elle lorsqu'il s'agissait de se dissimuler dans l'ombre.
Il fallait bien donner un aspect divertissant à la chose, Luz n'était pas friande de baby-sitting et commençait vraiment à se lasser de récupérer tous les nouveaux arrivants. Sérieusement, es-ce qu'Astaroth l'avait pris pour une nounou ? Un nouveau, hop, Luz! Ça devait bien le faire rire, de lui en coller autant sur le dos. D'autant que pour le plupart, elle ne les connaissait pas encore. Malheureusement, son maître lui avait fait remarqué -ou ordonné, mais passons, elle n'aime pas utiliser ce terme pour elle-, qu'il fallait qu'elle s'en occupe un minimum. C'était un peu son rôle, parait-il, blablabla. Une gamine, fourrée dieu sait ou, sûrement bouffée par un crocodile, une aveugle, qui du coup s'est probablement paumée depuis longtemps, et le prochain, il va lui manquer tous les membres ? SOS, cas sociaux, Luz à votre service.
Soupirant, elle jeta son mégot par terre sans l'écraser, le laissant se consumer seul. Dimitri, il s'appelait ? Elle n'en était même pas sûr. En toute honnêteté, elle avait choisit de rencontrer celui-là car on lui avait rapporté qu'il fumait. Elle n'était pas d'humeur à bavarder et à faire les présentations et autres conneries pendant trois plombes, alors elle s'était simplement arrêtée sur l'idée d'un petit entrainement, histoire de savoir au moins si il y avait quelque chose à en tirer. Et puis, d'un autre côté, ça faisait maintenant un petit moment qu'elle n'avait pas combattue, ça la changerait.

Arrivant enfin à proximité du terrain d'entrainement, elle y aperçut quelqu'un, probablement le Dimitri en question à qui elle avait donné rendez-vous. Elle s'arrêta un moment pour l'observer de loin. Étant donné la pénombre, impossible qu'il la remarque. Sa première impression du jeune homme fût...inexistante. A vrai dire, il ne dégageait rien. Une coquille vide. Grand, maigre, ses cheveux étais épais et profondément noir. Il était étrangement stoïque et dépourvu de toute parcelle de vie, d'énergie. Elle était tout de même trop loin pour distinguer son visage, mais il n'empêche qu'il avait vraiment quelque chose...quelque chose de rien. Le néant. Fidèle à elle même, cette idée plût à la poupée. L'impression de gouffre que laissait ce étrange jeune homme aurait probablement déplut à n'importe qui et inspirer le malaise, mais pas à Luz. Cela la rendait juste un peu curieuse. Peut être y avait t-il quelque chose de vaguement intéressant à creuser, finalement... Et puis, il avait presque quelque chose de charismatique, dans cette non-existence.

Luz, intriguée et dèjà un peu plus motivée à rencontrer sa nouvelle marionnette, disparue dans le sol, métamorphoser en ombre. Complétement camouflée par la nuit, elle glissa jusqu'au jeune homme. Une fois devant lui. elle se laissa lentement sortir du sol, et apparut progressivement. Bah oui, autant faire une belle entrée, après tout. La vue de cette étrange poupée glacial aux cheveux blancs et aux yeux rouges sortir peu à peu du sol avait réellement quelque chose d'impressionnant et d'inquiétant. On aurait presque pût l'assimiler à un film d'épouvante, et c'était justement ça qui l'amusait. Maintenant qu'elle n'était qu'à quelques centimètres de lui, il pouvait bien la voir malgré la nuit.
Une fois à sa hauteur, elle plongea son regard inquisiteur dans celui de Dimitri. Complétement vide, comme tout le reste, voilà qui n'était pas une surprise. Ses yeux étaient un véritable trou noir, ils en donnaient presque le vertige. Il ne dit mot, attendant visiblement qu'elle prenne la parole. De toute évidence, son caractère était tout aussi indifférent que le reste. Es-ce qu'il était vivant, au moins ? Elle resta face à lui silencieusement quelques instant, l'observant ainsi de plus prés. Il avait de multipls tatouages sur les bras. Son visage aux joues creuses ne dégageait pas d'émotion non plus et sa peau était affreusement terne. S'en était impressionnant. Existait-il réellement quelqu'un qui avait l'air moins vivant qu'elle ? Cette pensée lui fit esquisser un mince sourire qui vint étirer ses lèvres fines.
Elle se décida finalement à lui adresser la parole.

- Je ne m'attendais pas à un mort-vivant...

Son sourire s'élargit dans une expression malsaine qu'on lui connaissait bien. Celle qui signifiait "Je vais bien m'amuser avec toi."

- Luz, enchanté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri
Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné

Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Mer 29 Juin - 11:11

Tout était sombre. Il n'y avait rien à regarder, rien à penser, rien à ressentir. Le ciel était d'un noir aussi profond que les entrailles du monde elles-mêmes. Il n'y avait aucune lune, et aucune étoiles. Cela aurait pu paraître inquiétant pour une quelconque personne, mais Dimitri lui, ne s'était jamais senti aussi bien. L'air était plus tiède, et la brise, fraiche. Comme si enfin, son corps réagissait normalement. Ni chaud, ni froid. Son cœur semblait éteint, et son esprit ne vagabondait nulle part. Stoïque, comme souvent. Mais une sérénité flagrante, au fond des yeux. Sauf que dans le noir, on ne voit rien. Et le regard de Dimitri était aussi noir que le ciel. Ses lèvres étaient sèches, gercées, ses yeux plissés, ses cheveux en batailles. Il avait l'air un peu mort, ou vide. Mais bon dieu, qu'est-ce qu'il se sentait bien. La seule chose qui effleurait ses pensées, c'était la délectation. Son souffle était calme, et paisible. En fait, si on l'observait bien, il avait cet air presque bienveillant de grand-frère. Pourtant, peut-être cette jouissance était-elle fausse, car derrière cette sérénité, il y avait réellement de nombreuses choses à penser.

Son excursion dans le désert lui avait permis de rencontrer son parrain, Milady. D'après ce qu'elle lui avait expliqué, ce monde était celui, en quelques sortes, de deux divinités ennemis. Il y avait donc des camps, et une hiérarchie. Milady était un grade au dessus de celui de Dimitri, qui n'était qu'un pion. Et il y avait les élus primordiaux, leurs élus et leurs bras droits. Dimitri attendait son élue dominante, dont il ne connaissait pas le nom, et dont il ne connaissait même pas le visage. Au fond, qu'est-ce que cela pouvait faire ? Il ne se passerait sûrement rien de bien captivant ou éreintant. D'autres explications ? Peut-être. Dimitri s'en fichait. Il aurait préféré suivre Milady, pouvoir la regarder, indéfiniment. Toujours aussi fasciné par son allure froide et inquiétante.

La brise changea. Non, ce n'était pas la brise. En fait, il y eut comme un souffle glacial qui griffa la nuque de Dimitri. Comme un hurlement murmuré. Il releva la tête vivement, et fixa devant lui pour assister à un spectacle assez inquiétant. Du sol, sortit une femme aux cheveux d'un blanc étonnant et aux prunelles rouges. Il était assis, et elle était assez impressionnante, vu d'en bas. C'était donc elle, son élue ? Il y avait quelque chose qui sortait du commun, gravé sur son visage. Comme une cruauté, encré profondément. Dimitri soupira. Agacé, peut-être ? Oui. Tout le monde ici se prétendait cruel et mauvais.
Ça l'énervait, l'agaçait, l'exaspérait, l'ennuyait. Pourtant, Dimitri ne s'ennuyait pas vraiment. Il était intéressé par beaucoup de choses, mais pas par ça. Mais mieux valait éviter de dire tout haut ce qu'il pensait, au risque de s'être fié à son ressenti ou de l'agacer, elle, à son tour. D'ailleurs, elle arborait un fin sourire plutôt malsain..

- Je ne m'attendais pas à un mort-vivant...

Ce fut au tour de Dimitri de sourire. Mort-vivant, oui, on le comparait souvent à ça. Sûrement parce qu'il restait de marbre à tout et semblait mort. Son esprit n'était jamais réellement là, toujours dans une autre dimension, même si son corps fatigué restait dans le présent. Il ne réagit pas, quand cette femme sourit encore plus. Ce sourire oppressant lui donnait un air vraiment dément. C'était assez.. non, pas drôle mais, sur une femme, c'était étrange. Mais à quoi bon cacher que cela l'inquiétait. Bon sang, cette aura malsaine et enivrée de folie qui semblait l'envelopper. Elle enchaîna..

- Luz, enchanté.

Luz.
Très beau prénom en soit. Qui lui convenait, d'une certaine manière. Que répondre à cela ? Elle connaissait peut-être déjà son nom à lui.. ? Peu importait, il se releva, tirant une cigarette de sa poche. Briser l'obscurité en sortant une allumette le fit hésiter. Le paysage était si étrange et apaisant.. Le détruire, avec une toute petite flamme était stupide. Pourtant, il le fit, et tira une longue bouffée qu'il expira sur le côté, même si enfumer ce visage pâle lui aurait plu, car la fumée donnait toujours un côté étrange à tout, même sur une figure déjà totalement mystérieuse.
Lassé, il se contenta de minauder..

- Dimitri. Qu'est-ce qu'on fait là ?

Une légère pointe d'arrogance teintait sa voix. Flûte. Tant pis, il avait envie de finir au plus vite avec ce.. rendez-vous. Cette Luz l'inquiétait, et il avait plus envie de passer la nuit à rêvasser qu'à batailler ou autres.


Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz
✛ Obscene Doll ✛

✛ Obscene Doll ✛
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Ven 1 Juil - 17:38

- Dimitri. Qu'est-ce qu'on fait là ?

Luz esquissa un mince sourire amusé en entendant le ton presque présomptueux et bien trop insolent de son nouveau jouet. Le plus drôle, c'est que cet écart au respect qu'il lui devait semblait totalement involontaire. Un peu comme s'il ne pensait pas véritablement à mal mais qu'il était seulement blasé, désintéressé. Il était clair que le jeune Dimitri n'était pas enchanté par ce rendez-vous nocturne et voulait en finir au plus vite. Mais après tout, c'était bien normal. Il fallait avouer qu'elle aussi, elle s'en serait bien passé. Mais quitte à être obligée de rencontrer ses pantins, autant rendre les choses divertissantes.
Elle s'approcha un peu plus du brun, et pris la mâchoire de celui-ci dans sa main droite pour examiner son visage. Dieu comme il était inexpressif. Puis, elle pinça ses joues de manière à lui forcer un sourire.

- Allez, réjouis-toi. On va passer un très bon moment tous les deux...

Elle le lâcha finalement et s'écarta un peu de lui, prenant soin d'attraper au passage la cigarette qu'il avait dans la bouche pour la porter à ses propres lèvres et tirer une profonde bouffée, recrachant la fumée au visage de son interlocuteur d'un air mauvais. Esquivant totalement la question du jeune homme, elle enchaîna après quelques instants de silences.

- Il paraît que tu viens juste d'arriver, alors permet moi de te souhaiter tout d'abord un très agréable séjour éternel dans notre monde, dit-elle d'un ton faussement doucereux en soulevant le menton de Dimitri avec l'extrémité d'un de ses éventails. Comme tu l'auras compris, je suis ton élue, et à mon grand désespoir, je suis censée m'occuper de toi... Je n'ai aucunement envie de blablater pendant des heures pour t'expliquer le pourquoi du comment de je-ne-sais-quoi, alors on va partir du principe que quelqu'un d'autre t'as déjà expliqué tout ce que tu dois savoir, et passer là dessus. D'accord ?

Ne lui laissant aucunement le temps de répondre, elle fit disparaître l'éventail et s'enfonça à nouveau dans le sol, pour disparaître totalement quelques secondes après. Elle avait l'avantage du contexte, avec la nuit, son ombre était totalement fondue dans le reste du décors, ce qui allait lui permettre de se déplacer absolument n'importe tout en toute discrétion.

Alors qu'elle n'était plus visible, sa voix s'éleva tout de même dans la pénombre.

- Montre moi un peu ce que tu vaux, mon petit zombi.

Luz était bien curieuse de savoir si Dimitri savait se battre un minimum, lui qui avait l'air si éteint et faiblard avec son corps maigrelet. Il ne semblait pas bénéficier d'une véritable force physique, et niveau réflexe, il ne devait pas être extraordinaire non plus vu sa vivacité. Il transpirait la fatigue. Avait t-il quand même un point fort ? De la stratégie peut être ? Il paraissait plutôt intelligent et perspicace malgré tout, et un bon stratège pouvait aisément venir à bout d'un adversaire techniquement plus fort, elle le savait. Ou avait-il un don particulièrement efficace ? Voilà qui pourrait être intéressant. Au vu des apparences, il n'y avait pas grand chose à en tirer. Mais elle avait appris à ne pas se fier aux apparences, il était bien possible qu'il cache son jeu. Elle espérait être agréablement surprise.
Après tout, à son arrivée ici, elle était loin d'être une très bonne combattante par nature. Certes, elle était rapide, mais elle était physiquement faible et ne s'était jamais battue de sa vie. C'est uniquement en s'entrainant avec son élu dominant qu'elle avait acquis son niveau actuel, en apprenant à utiliser son don et grâce à son esprit stratégique. Un don utile et un esprit bien aiguisé, voilà qui comblait bien des lacunes.

Toujours sous sa forme d'ombre, Luz passa juste en dessous de son adversaire et, sortant ses mains du sol, le saisit par les chevilles pour le faire tomber à terre. Puis, elle réapparut sous forme humaine, sautant au dessus de Dimitri pour se placer à califourchon sur lui, plaçant sous éventail sous sa gorge en lui adressant un large sourire. Enfin, elle se décida à lui laisser le temps de riposter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri
Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné

Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Ven 1 Juil - 20:38

Avant propos:
 



De cette femme, émanait vraiment quelque chose de fascinant et d'effrayant. Peut-être était-ce du au fait que cette vision d'une poupée blanche à moitié morte au milieu d'une nuit noire comme un gouffre rappelait légèrement des films d'horreurs ? Mon regard était braqué sur ses prunelles rougeâtres, comme si j'essayais d'y plonger, sauf que je me heurtais à des images horrifiantes et à un mur d'épines dévastateurs. Son esprit était scellé, et la seule expression dominante était toujours cette même cruauté. Ses intentions n'étaient pas de discuter calmement, non.. Je le sentais très bien. Et j'étais curieux, de connaître un peu sa gestuelle, ses réflexes, ses mimiques. Chaque détails m'intéressaient. C'était la même chose avec tout le monde quasiment, mais surtout avec ce genre de personne. Ces personnes qui dégagent un sentiment fort qui atteint le regard de tous. Et je devais avouer qu'elle m'avait eu, Luz. J'étais complètement fasciné, envoûté, effrayé.. dégoûté ? Tout un flot de ressenti bouillonnait. Mais pour une fois que ce n'était pas mes propres sentiments, j'étais ravi. L'air était toujours le même. Sauf que ma méfiance s'était éveillée. Depuis quand ne m'étais-je pas montré méfiant ? L'attachement. Oui, je m'étais attaché à deux personnes alors que j'étais perdu ici, et désormais j'étais méfiant des intentions des autres envers moi. Parce que je voulais revoir Milady.. Et surtout Kamui, car je sentais que les occasion se feraient rares.
C'est volontairement que je coupais court à ces pensées pour reporter mon attention sur mon élue, qui s'était approchée, saisissant ma mâchoire entre ses doigts frêles. Ses mains me parurent très chaudes, mais j'en déduisis qu'elles devaient être d'une froideur extrême. Pas étonnant. Elle tira sur mes joues, comme pour me faire sourire, mais je restais stoïque, presque exaspéré.

- Allez, réjouis-toi. On va passer un très bon moment tous les deux...

Luz recula, non sans attraper ma cigarette au passage pour en tirer une longue bouffée et me l'expier en plein visage. Un sourire vint se dessiner sur mes lèvres, tandis que j'inspirais cette fumée toxique, la sentant se répandre dans mes poumons. Aucune toux ne m'effleura. J'avais remarqué que lorsque je n'avais ni chaud, ni froid, je ne toussais pas. Tant mieux, car je préférais ne pas devoir afficher ma faiblesse tout de suite.
Ces mots ne m'avaient pas vraiment atteints. Je la sentais toujours légèrement ironique, et ça ne me présageait rien de bon. J'étais fatigué, et lassé.. Le soupir qui me brûla les lèvres ne sortit pas. Autant ne pas.. l'agacer encore plus. J'avais été « insolent », elle s'était peut-être vexée.

- Il paraît que tu viens juste d'arriver, alors permet moi de te souhaiter tout d'abord un très agréable séjour éternel dans notre monde. Son ton était faux, légèrement ironique, comme précédemment. Mon menton se haussa, alors qu'elle pointa un éventail sur ma peau. Il semblait tranchant. Décidément.. Et elle enchaîna : Comme tu l'auras compris, je suis ton élue, et à mon grand désespoir, je suis censée m'occuper de toi... Je n'ai aucunement envie de blablater pendant des heures pour t'expliquer le pourquoi du comment de je-ne-sais-quoi, alors on va partir du principe que quelqu'un d'autre t'as déjà expliqué tout ce que tu dois savoir, et passer là dessus. D'accord ?

Sans me laisser une seule seconde pour hocher la tête ou prononcer un mot, Luz disparut dans le sol. Cette fois, mon corps se redressa, tandis que mes yeux s'agrandirent sous l'effet de la surprise. Je remuais discrètement le visage pour tenter de l'apercevoir mais elle semblait vraiment s'être enfoncée dans le sol. Était-ce là son don ? Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il avait un très gros avantage, celui de la surprise. Je n'en revenais simplement pas.
Sa voix résonna, comme sortie d'outre-tombe, creuse, froide. Un frisson dévala mon échine. Elle avait vraiment un côté dément.. L'adrénaline naquit à l'intérieur de moi, excitation, incompréhension..

- Montre moi un peu ce que tu vaux, mon petit zombi.

Prenant mon souffle, je déposais la main sur mon nunchaku qui dépassait de ma poche, bien que ce fut inutile. Son don était plus subtile, je m'attendais à malheureusement devoir utiliser le mien, qui l'était moins, subtile. Mes yeux guettaient, de droite à gauche, pour tenter de l'apercevoir. Mais ils ne virent rien. Et je ressentis à nouveau ce murmure froid, comme un souffle, le même qui m'avait effleuré avant qu'elle n'arrive. Ainsi, elle avait utilisé son don avant même d'arriver. Trop de malsain chez elle.. Non, au fond, ce n'était pas négatif. Pas pour moi. Je crois que j'adorais ça.
Cette aura irréelle, réveillait en moi l'excitation. Un peu comme si d'un coup, la vie revenait m'habitait un peu. Et mon visage semblait se décrisper, quelques émotions abstraites filtraient, sans me déranger. Luz était effrayante, elle allait m'en faire baver, mais je m'avouais qu'elle m'étais bénéfique. J'avais l'impression de ne plus être un simple corps animé.

Deux mains se saisirent de mes chevilles et me firent basculer en arrière. Je tombais lourdement sur le dos, écorchant mes coudes que s'étaient placés de façon à amortir la chute. Je fus sonné, une ou deux secondes, le temps de voir Luz ressortir du sol et se placer sur moi, pointant à nouveau l'extrémité tranchante de son éventail sur ma gorge. Elle souriait à s'en fendre les mâchoires, et j'esquissais à mon tour un sourire, moins franc, qui se voulait refoulé.
Le plus rapidement possible, je tirais mon nunchaku de ma poche, me faisant presque violence car Luz me gênait légèrement pour l'attraper. D'un mouvement de poignet assez maladroit je dois dire, j'enroulais la chaîne de mon arme autour du buste de Luz, je redressais mon corps pour la faire tomber sur le dos. A présent, c'était moi qui était sur elle. Bien que, je m'appuyais d'une main sur le sol pour ne pas... l'écraser. Mon sourire se détendit légèrement, et mon regard se faisait provocateur.
Ce n'était pas mon genre.. Mais à la guerre, comme à la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz
✛ Obscene Doll ✛

✛ Obscene Doll ✛
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Dim 3 Juil - 16:41

Alors qu'elle était à califourchon sur Dimitri, légèrement penchée vers lui, elle cru apercevoir dans son regard une pointe de vivacité, d'intérêt. Et, sur ses lèvres fines habituellement si impassibles se dessinait presque un vague sourire. Étonnée et satisfaite d'avoir enfin attirée son attention, elle se laissa quelque peu distraire. Il fallait bien avouer que cette inadvertance n'était pas totalement involontaire et qu'elle cherchait surtout à découvrir ce dont il était capable, curieuse.
Le brun avait donc sortit un nunchaku et, l'enroulant autour de son buste, la fit basculer en arrière, inversant ainsi les rôles. Le sourire de son adversaire fût alors plus prononcé, comme s'il était assez content de ce retournement de situation. De même, elle remarqua que son regard avait à nouveau changé et se faisait désormais plus provocateur. Voilà qui était intéressant, de la provocation était peut être la dernière chose qu'elle attendait de quelqu'un comme lui. Il était moins léthargique qu'il ne le laissait paraître, une fois bousculé un peu.
Intriguée par ce changement d'attitude, elle ne tarda pas à lui rendre son sourire d'un air sournois et joueur. Certes, son mouvement était quelque peu maladroit, mais il avait toutefois une certaine habileté et plus de force et de rapidité qu'il n'y paraissait. Il y avait un net potentiel à creuser. Avec un peu d'entrainement, il pourrait facilement se démarquer. De plus, il semblait avoir beaucoup de sang froid, il n'avait pas paniqué face à un adversaire inquiétant et un affrontement improvisé. En général, Luz était habituée à effrayer facilement les autres. Et le sang froid était une qualité primordiale dans un combat, et en particulier pour gravir les échelons de la hiérarchie.
Mais il n'avait toujours pas fait usage de son don, voilà qui était bien étrange. Peu être ne le connaissait-il pas encore, ou bien ne savait pas du tout s'en servir volontairement ? Ou alors, celui-ci s'utilisait-il dans un contexte bien particulier ? Dans tous les cas, hors de question de le laisser s'en tirer sans satisfaire cette curiosité. Elle le pousserait à bout pendant des heures s'il le fallait, le ferait atteindre ses limites les plus extrêmes, peu importe, elle devait savoir. Quel genre de pouvoir pouvait-il bien cacher derrière ce masque ?

Ce qui était sûr, c'est qu'elle voulait lui enlever ce petit air victorieux de son visage. Certes, il l'amusait, mais elle détestait être sous-estimée. Pensait-il l'immobiliser aussi facilement ? Voilà qui était bien mal la connaître. Ne savait-il pas que le propre des ombres, c'était d'être immatérielles et insaisissables ?

Elle se redressa légèrement, du moins du mieux qu'elle le pouvait à cause du poids de Dimitri sur elle, et vint murmurer à son oreille.

- Ne crie pas victoire trop vite.

N'ayant pas quitté sa cigarette depuis le début du combat, et celle-ci étant toujours dans sa bouche, elle l'écrasa contre le cou de Dimitri.
Puis, lentement, elle se métamorphosa et se fondit à nouveau dans le sol, disparaissant et laissant Dimitri assis par terre, son nunchaku à la main. C'est ça, qui était pratique avec son don. Elle pouvait facilement se tirer de presque toutes situations en s'évadant sous sa forme d'ombre, s'en était presque de la triche d'en faire usage face à un nouveau, surtout en pleine nuit, mais qu'importe.

Un instant plus tard, Luz réapparue quelques mètres plus loin. Immobile, elle se contenta de fixer le jeune homme pendant quelques secondes, puis s'alluma nonchalamment une nouvelle cigarette, par pure provocation. Elle soupira en recrachant la fumée, prenant un air ennuyé.

- Peu mieux faire. Tout ce que tu m'as montré, c'est que tu étais vivant et capable de bouger, ce dont je commençais à douter. Mais c'est encore loin de mes attentes. Il va falloir te remuer si tu ne veux pas finir coupé en quatre. Je me ferais un plaisir de disperser tes membres un par un, et il faudra aller supplier Astaroth de demander à Oppse de te les remettre. Je ne perdrais pas de temps avec un boulet, végétatif qui plus est.

Il ne s'était pas trop mal défendu, mais elle voulait aller encore plus loin, persuadée qu'il avait encore pas mal de choses à montrer. Il fallait l'agacer, le rabaisser, pour qu'il se motive vraiment à révéler tout son potentiel. Plus il était en colère, plus il aurait envie de prouver sa valeur, mieux c'était. Et agacer et rabaisser les gens, c'était son domaine de prédilection.

Elle déposa sa cigarette au coin de ses lèvres et se précipita soudainement à toute allure sur lui. Alors qu'elle arrivait à sa hauteur, elle sauta dans les airs pour retomber en piqué au dessus du jeune homme.
Bien sûr, il allait tenté d'esquiver, et au vu de sa rapidité, il risquait fortement d'y arriver. Mais Luz avait pris ses précautions à ce sujet. Pendant qu'elle lui parlait quelques instants plus tôt, elle avait pris soin d'allonger son ombre discrètement dans le noir, afin qu'elle s'enroule autour des chevilles de son adversaire, l'immobilisant.
Elle savait que c'était le plus souvent dans ce genre de situation désespérée que le don se manifestait instinctivement chez les nouveaux. C'était donc en le plaçant dans un contexte vraiment dangereux ou il était bloqué qu'elle avait le plus de chance d'apercevoir ses pouvoirs. Et dans le cas contraire, elle pourrait toujours... le décapiter, à tout hasard ? L'arbre aux lucioles n'était pas très loin après tout, il réapparaitrait dans les environs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri
Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné

Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Dim 3 Juil - 20:40

Les minutes filaient. Elles filaient, beaucoup trop vite. Je sentais mon cœur tambouriner dans ma poitrine. L'adrénaline. Mon corps était fébrile. Évidemment. La peur ? Non, elle ne m'effleurait pas vraiment. Mais j'étais troublé. Toujours ce parfum de mort autour de cette poupée blafarde. Ce parfum insalubre et glauque. Un parfum sans odeurs, sans saveurs. Elle ne sentait rien. Même en la humant, même en glissant son nez sur chaque recoins de sa peau, on ne sentirait jamais rien. Et c'était entre autres ça, qui la rendait cruelle rien que par l'apparence. Ma respiration était saccadée, je tentais vainement de calmer mon souffle qui se faisait rageur. Mais Luz décida de ne pas me faciliter la tâche. En même temps, le jour où elle l'a facilitera, à qui que ce soit, je me ferais du soucis.
Elle remua légèrement entre la chaîne de mon arme, mon poids entravant ses gestes, et releva son visage jusqu'à mon oreille. Ma respiration s'arrêta. Son souffle m'effleura, me faisant presque défaillir. Ce n'était pas de l'attirance, non, peut-être un peu.. Mais c'était à la fois plus et moins que ça. Elle m'inspirait quelque chose, me faisait ressentir quelque chose d'étrange. Oui, elle réveillait la colère et la hargne en moi. Deux sentiments que je jurerais n'avoir jamais ressenti. C'était ça qui me mettait dans cet état. Et puis, Luz était trop fascinante. Sa voix se fit murmure, dans des mots provocateurs..

- Ne crie pas victoire trop vite.

C'était prévisible. Mais je n'eus pas le temps de penser d'avantage, qu'elle prit sa, enfin ma, cigarette entre ses doigts pour me l'écraser dans le cou. Au moment même, ou sous le coup de la surprise et de la douleur, je lâchais prise et m'effondrait, Luz fondit à nouveau dans le sol.
Non, elle ne m'avait pas brûlé. Mais j'avais l'impression que l'on m'avait enfoncé une aiguille de glace dans la chair, c'était réellement douloureux. Sauf que je n'avais guère le temps de chercher à apaiser la fine blessure. Je roulais sur le dos, pour la voir, plus loin, allumant une nouvelle cigarette, lasse. La colère torturait mon estomac, mes dents grinçaient, mes sourcils s'étaient froncés.

- Peu mieux faire. Tout ce que tu m'as montré, c'est que tu étais vivant et capable de bouger, ce dont je commençais à douter. Mais c'est encore loin de mes attentes. Il va falloir te remuer si tu ne veux pas finir coupé en quatre. Je me ferais un plaisir de disperser tes membres un par un, et il faudra aller supplier Astaroth de demander à Oppse de te les remettre. Je ne perdrais pas de temps avec un boulet, végétatif qui plus est.

J'inspirais bruyamment, grognais presque. Cette ironie, cette cruauté gratuite, elle commençait vraiment à m'énerver. Le ton désinvolte, le regard méprisant. D'une certaine façon, j'étais un peu comme ça dans les périodes où j'étais apathique et agacé. Mais pas aussi rageant. Pas comme elle !
Coinçant la cigarette entre ses lèvres, elle se précipita vers moi, et une fois tout près de mon corps qui était toujours pitoyablement vautré au sol, elle s'élança dans les airs.
Quand je voulus me relever, je sentis deux serpents invisibles autour de mes chevilles. Alors son don n'était pas utilisable que depuis son corps. Elle pouvait commander des sortes d'ombres également.
Je bouillonnais. Littéralement. Je sentais l'intérieur de mon corps prendre feu. Ce dernier se battant contre la glace de la blessure qui semblait couler en moi. Mes poumons se mirent à me faire mal. Mes mains tremblaient. Et pourtant, lorsque son corps s'apprêtait à atterrir, je parvins à la saisir violemment par le cou et la coller au sol, d'une force qui m'était inconnue. Son crâne semblait s'être cogné..
Je me redressais légèrement, à nouveau au dessus d'elle, quand je sentis cette petit électricité au bout de mes doigts. Ma tête voulut exploser. Serait-ce toujours le même supplice dès que j'utiliserais mon don ? Ma main était crispée sur le coup gracile de Luz. Son corps à elle se raidissait petit à petit. Reprenant conscience, et retirant ma main, je restais quelques secondes immobile.
Puis, conscient du fait que j'avais la situation en main, j'attrapais sa cigarette bien que j'eus cette envie irrésistible de tousser, et plongeait mes prunelles dans les siennes. J'essayais de ne pas laisser les émotions prendre le dessus. Pourtant, elles se bousculaient à l'intérieur. Colère, douleur, confusion.

Je tirais une longue bouffée de la cigarette, et soufflais la fumée au visage de Luz, comme elle l'avait fait, plus tôt. Son corps ne bougeait plus, mais elle vivait toujours. Le temps avait été très rapide mais je n'avais pas du lui conférer énormément de poison.
Mais je me sentais horriblement mal. J'avais envie de vomir, et mon corps était de plus en plus tremblant et bouillant. Chaud et froid à la fois. Sauf que je ne pouvais baisser les bras maintenant. Luz m'avait bien trop remonté, et je ne voulais toujours pas afficher mes points faibles.
Pour tenter d'oublier, de penser à autres choses, et de garder la situation en main pour le moment, je cherchais une remarque qui aurait pu la suivre dans son ironie et sa provocation..

- Désormais, c'est moi qui doute de ta capacité à bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz
✛ Obscene Doll ✛

✛ Obscene Doll ✛
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Sam 30 Juil - 0:05

Tandis qu'elle retombait au dessus de son adversaire aux chevilles immobilisées, Luz sentie une main puissante entourer son cou avec une force et une rapidité inatendue. En quelques secondes, elle se fit violemment plaquer à terre. Son crâne cogna lourdement contre le sol. Au dessus d'elle, Dimitri, le regard étonnament vif, ne la quittait pas du regard, un regard brûlant, d'exitation et de colére réprimée. Ils restérent quelques instants immobiles, à se fixer l'un et l'autre. Se jugeant et se défiant subtilement sans avoir besoin de prononcer un seul mot. Etrangement, c'était comme si, d'une certaine maniére, ils se comprenaient. Malgré le silence le plus complet et l'absence total de mouvement, quelque chose se passait. Un échange, imperceptible mais électrique, fougueux. Un fin mélange d'adréaline, de provocation.

Le jeune homme se redressa légérement, sans détacher son regard insistant. Luz, soutenant ce regard sans la moindre confusion, lui adressa un mince sourire de satisfaction. Comme elle s'en doutait, ses paroles cruelles et rabaissantes avaient parfaitement fonctionnées. Bien qu'il tentait de rester le plus impassible possible, il était de toute évidence piqué à vif. Il bouillonait de rage. C'était exactement ce qu'elle avait cherché. Reveiller quelque chose. Quelque chose de fort, d'agressif. Et ce sentiment de victoire d'avoir, à son insu, réussit à le mannipuler, à l'amener là ou elle le voulait, n'était pas sans lui déplaire.

Sa vitesse et sa force étaient impressionante pour un nouvel arrivant, particuliérement en contraste de sa léthargie apparente. Et il en avait surement encore en réserve. Bien que Luz n'avait pas cherché à riposter, trop curieuse de connaître la suite, elle devait quand même avouer que même si elle avait essayé d'éviter, elle n'était pas complétement sûr qu'elle aurait totalement réussit. Mais même si quelque part, elle regrettait de ne pas savoir ce qui se serait passé si elle s'était vraiment défendue, elle savait qu'elle avait choisit le seul moyen pour vraiment découvrir toutes ses capacités les plus enfouies. Quitte à se placer en position de difficulté et accepter de se retrouver presque vulnérable. Esperons qu'il ne se mette pas à la sous-estimer pour autant, ce serait une bien naive erreur de sa part. Les nouveaux avaient rapidement tendance à développer un égo surdimensioné, il n'y avait rien de plus agaçant.

- Tu me sembles bien contrarié... J'espére que je ne t'ai pas fait de peine. Aurais-je touché des points sensibles ? Se moqua t-elle d'un ton très faussement inquiet et compatissant sans quitter son sourire mesquin.

Avant même qu'il ai eu le temps de reppliquer, elle ressentie une sensation étrange à son cou. Comme une légére décharge électrique provenant des doigts de son adversaire, qui crispa alors sa main. Il semblait lui même ressentir une certaine douleur. Son don ? Pourtant, il ne se passa plus rien. Etait-ce un don qui agissait à retardement, comme un... poison ? L'élue ne tarda pas à avoir sa réponse. Alors que Dimitri, attrapant sa cigarette au passage pour en tirer une large bouffée, se redressa, elle sentit son corps se raidir. Bientôt, elle réalisa qu'elle était incapable d'esquisser le moindre mouvement. Plus rien ne lui obeissait, aucune réaction. C'était donc ça... Intéréssant, vraiment très interessant. C'était un pouvoir pratique, discret mais efficasse, plus dangeureux qu'il n'y paraissait. Il suffisait que Dimitri réussise à établir à contact de quelques secondes sans forcément que son adversaire s'en rende compte, pour que l'ennemi soit vulnérable et à sa merci pendant quelques instants. Redoutable, surtout si il apprenait à le développer. Avec le temps, il pourrait certainement augmenter les effets, allonger leur durée, et limiter les conséquences que l'utilisation avait sur lui.

- Désormais, c'est moi qui doute de ta capacité à bouger.

Si elle avait pu, Luz aurait éclaté de rire. Malgré les efforts qu'il faisait pour le masquer, le jeune homme semblait non seulement physiquement affaiblit, mais confus et toujours bouillonant de colére. De le voir essayer de toute ses forces de paraître impassible et serein, ironique pour se calquer sur Luz, c'était hilarant. Dérriére son masque de vide et d'indifférence, il semblait au final très emotif. Amusant.

Luz était toujours immobilisée. Comme il était nouveau, l'effet du poison ne durerait certainement pas très longtemps. En attendant, il fallait trouver un moyen de se protéger jusqu'a ce que ça se dissipe, pour éviter qu'il profite de cet handicap pour l'attaquer. Et, il fallait bien le dire, la jeune fille n'aimait pas être dominée ainsi. Heureusement, comme son utilisation du don n'était pas encore parfaite, il n'avait pas bloqué sa possibilité de se transformer. Elle se fondit donc à nouveau dans le sol. Luz n'avait pas bougé, elle était toujours au même endroit, dans la même position, les effets du poison étaient toujours les même. C'était uniquement sa consistance qui était modifiée, et qui la rendait intouchable. On ne peut ni blesser ni attraper une ombre.

Peu à peu, elle sentit son corps de décontracté à nouveau, ses sensations revenir. Quelques instants aprés, le poison s'était totalement dissipé. Toujours dans le sol, elle s'adressa de nouveau à lui :

- Net progrés, félicitations. Tu vas peut être m'être utile finalement, mais esperons que je n'ai pas besoin de t'insulter à chaque fois pour que tu te mettes en marche.

Réapparaissant dérriére lui, elle enroula les prolongements de son ombre autoru des chevilles, et ses fois-ci également des poignets et du cou de Dimitri, l'étranglant légérement avec pour lui rendre la pareille. Elle le contourna et vint se positionner face à lui. S'approchant de son prisonnier, se collant presque, elle passa délicatement ses doigts le long de sa joue avec un petit sourire en coin, puis s'écarta de nouveau.

- On va s'arreter là, j'en ai vu suffisament. Pour un zombi, tu ne t'en ai pas trop mal sortit. Assez pour que j'accepte officiellement de m'occuper de toi. Venant de ma part, ce n'est pas rien, alors tâche de ne jamais me décevoir. Si tu continu sur cette lancée et que tu ne t'éparpilles pas, tu peut facilement monter en grade en peu de temps. Comme ça, je serais épargnée d'une corvée de baby-sitting en moins.

Elle soupira, puis se décida à poser la question obligatoire comme Astaroth le lui avait demandé, allumant une nouvelle cigarette.

- Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri
Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné

Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Lun 8 Aoû - 9:47

    « Les larmes, douces gouttes de cristal, glissent sur ses joues d'albâtre. D'une blancheur presque maladive, elles laissent des traces de sécheresse sur cette peau si pure. Comme si un Fléau laissait une cicatrice de mort, sur un champ éternel. Ses prunelles noirs, profondes et brisées, envahies par ces larmes. Douces gouttes de cristal. Ses lèvres closes, à jamais. Toujours ce sourire, infime sourire squelettique, lutant pour tirer ses magnifiques lèvres vers le haut. Et ainsi, le visage tombe, dans une marre de couleurs. Douces gouttes de cristal aux multiples effluves... »



Parfois, l'esprit est si loin, que le corps s'oublie. Parfois, les pensées flirtent avec le néant, si lointain, que les yeux se perdent. Dimitri était bien loin oui... Immobile, les pupilles rivées sur le sol, rien ne l'atteignait. Ce souvenir était venu, lentement, il était venu s'incruster dans ses pensées. Il demeura, de longues minutes. Puis s'effaça. Comme tous les rares souvenirs qui venaient le noyer dans les abysses. Petit à petit, il reprit conscience. C'était un peu comme si il avait perdu connaissance. Il cligna des yeux frénétiquement pour s'habituer à nouveau à l'obscurité. Reprendre le fil des évènements là où il l'avait perdu en apercevant le même premier visage qu'à son réveil... Il aurait voulu savoir qui elle était. Mais ce n'était guère le moment. Car son élue, Luz, était toujours là. Son corps s'était encore une fois enfoncé dans le sol, mais il perçut sa voix. Beaucoup plus creuse qu'à la normale, lorsqu'elle utilisait son don.
Rien de bien captivant. Des félicitations ? A quoi bon... Dimitri était perdu. Il se laissait faire, totalement. Oubliant l'excitation qui l'avait habité précédemment, oubliant les provocations si efficaces de Luz. L'image cristalline était partie mais le mal demeurait. Le corps brûlant, la sueur commençant à rouler sur son front, les soubresauts du cœur et la fatigue. Il sentit les ombres de l'élue s'enroulaient, un peu plus autour des chevilles, et autour de ses poignets et de son cou. Elles l'étranglaient et le rendait vulnérable, à la merci de n'importe qui. Mais peu importait. Sa barrière faciale de stoïcisme était toujours là, certes. Mais derrière, tout partait en lambeaux, en cendres, en charpies. Les griffes du souvenir lacéraient tout sur leurs passages, sans merci, sans pitié. Juste avec la rage de déchirer.
Elle s'approcha. Luz. Elle s'approcha dangereusement de Dimitri, frôlant sa joue de ses doigts fins et froids. Habituellement... Le jeune homme aurait reculé la tête, pour lui montrer qu'elle commençait à l'agaçait. Mais il restait complètement immobile, le regard bas, tandis que Luz parlait à nouveau...

- On va s'arrêter là, j'en ai vu suffisamment. Pour un zombi, tu ne t'en ai pas trop mal sortit. Assez pour que j'accepte officiellement de m'occuper de toi. Venant de ma part, ce n'est pas rien, alors tâche de ne jamais me décevoir. Si tu continu sur cette lancée et que tu ne t'éparpilles pas, tu peut facilement monter en grade en peu de temps. Comme ça, je serais épargnée d'une corvée de baby-sitting en moins.

Monter en grade ? S'éparpiller ? Décevoir ? Sottises. Dimitri continuerait à errer, recherchant en vain la chaleur du soleil, la réelle chaleur. Et la froideur du vent et de la pluie. Monter en grade ne l'intéressait guère. Il voulait juste revoir les deux seuls êtres qui avaient réussi à l'apaiser un temps soit peu.
Rapidement, l'odeur du tabac effleura les narines de Dimitri. Elle allumait encore une cigarette ? Fumeuse invétérée.. Même le jeune homme ne fumait pas autant. Il l'observa, relevant les yeux légèrement tandis qu'elle lui demandant si il avait des questions. Plus aucun petit sourire ne touchait son visage. Ni celui de Luz et encore moins celui du brun. Mais il réfléchit. Il en avait tant, des questions. Malheureusement, la plupart des réponses qu'il attendait ne devait pas être en possession de personnes comme Luz. Kamui peut-être ? Mieux valait ne pas le citer en sa présence...
Il était toujours enlacé par les ombres.. Autant combler le silence même inutilement, pour qu'elle le détache. Dimitri avait du mal à respirer.. D'autant que l'utilisation de son don le secouait de l'intérieur.

- Monter en grade... Quel en est l'intérêt ?


Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz
✛ Obscene Doll ✛

✛ Obscene Doll ✛
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Lun 8 Aoû - 14:22

Le jeune homme aux yeux noir était resté inhumainement immobile, presque figé. Plus rien ne se dégageait de lui, la fougue qui l'avait habité quelque instants plus tôt s'était totalement dissipée. Envolée. Il ne restait qu'une coquille vide et inerte, inlassablement silencieuse, infiniment lointaine. Son regard était absent, fixant un point invisible devant lui, perdu dieu sait ou. Dimitri avait disparu. Son corps, toujours présent, n'était plus habité à présent. Il ne réagit pas, ni lorsque l'ombre s'enroula autour de lui, ni même lorsque l'élue glissa ses doigts glacée sur sa peau blême. Quelque chose était mort à l'intérieur. S'en était presque douloureux à voir.

- Monter en grade... Quel en est l'intérêt ?

Il avait tout perdu. L'envie, la motivation, la détermination. Tout lui semblait insensé, inutile, fade. Il lui manquait cruellement quelque chose, quelque chose à quoi se raccrocher, quelque chose qui le fasse vivre, et pas seulement exister. Mais lui même ne devait pas savoir ce dont il avait besoin. Ce qui lui manquait, ce qui le torturait. Quelque chose, quelqu'un peut être. Mais ce qui était sûr, c'est qu'il avait besoin de plus. Aujourd'hui, il n'était plus humain. Il n'avait plus de goût, de saveur, de plaisir.

Luz n'était pas connue pour sa compassion, loin de là. Les sentiments humains, elle les méprisait. Ils vous affaiblissent, vous rendent dépendant, et il n'y a rien de plus misérable que de s'y laisser aller, de se brider d'émotions et de liens inutiles qui vous enchaînent. Elle méprisait ceux qui étaient assez faibles pour être malheureux. Mais au fond, le vide, ce n'était pas quelque chose qui lui était inconnu. La douloureuse sensation de quelque chose d'incomplet, le néant, la frustration permanente. Comme si le temps s'était un jour arrêté, et jamais reparti. Ne plus s'extasier de rien. Ne plus être réellement impatient, comblé.
Au fond, il n'y a rien de plus cruel que ce gouffre continu. Et tout ce qu'on peut faire, pour y échapper ne serais-ce qu'un instant, c'est se distraire. C'était le choix qu'elle avait fait. Quelque part, Luz n'était plus humaine. Tout était simulé, tout n'était là que pour l'occuper, une seconde de plus, encore un peu. Il n'y a rien, pour soigner le néant, si ce n'est de le combler d'illusions.

Le monde absurde et insensé d'Alea Jacta Est en était le parfait reflet. Une guerre infini, répétitive, des êtres immortels, condamnés à continuer indéfiniment quelque chose qu'ils ne comprennent pas, qui ne les concerne pas. Ici, tout le monde était logé à la même enseigne. Tout le monde, au fond, cachait quelque part ce même vide, ce manque indescriptible de quelque chose d'insaisissable. Ici, plus rien n'existait.

La jeune élue aux cheveux blancs était resté silencieuse quelques instants, n'esquissant pas le moindre mouvement, stoique, le visage figé comme celui de son interlocuteur. Elle n'exprimait rien, elle non plus. Pas une once de moquerie, de mesquinerie. Elle ne le quittait pas des yeux, le transperçait presque, comme si elle cherchait, lisait quelque chose en lui. Comme si elle regardait à l'intérieur. Puis, elle pris une expression sérieuse qu'on lui connaissait rarement. Une expression presque grave.

- Je ne sais pas ce qui t'est arrivé pour que tu en perdes ton âme et ton humanité, pour que tu cesses de vivre. Le fait est qu'aujourd'hui, tu es brisé. Et quelque soit ton grade, ce n'est ça qui t'apportera ce qui te manque. La seule chose qui pourrait te faire revivre, ça serait quelqu'un. Le contact d'une personne qui donnerait un sens, une raison d'être, d'exister. Je n'accorde pas réellement d'importance aux autres et à ce qu'ils apportent, mais je dois bien avouer que les rencontres, c'est une des rares choses qui changent vraiment les gens. Trouve quelqu'un d'important, quelqu'un pour qui tu as envie de te battre, quelqu'un qui te comble.

Elle inspira une nouvelle bouffée de fumée et la recracha doucement dans l'air. Il était difficile de savoir si elle s'adressait vraiment à Dimitri, ou si elle se parlait plus à elle même. Ce qui était sûr, c'est qu'elle semblait quelque peu différente, et regretterait probablement bientôt d'avoir laisser paraître cette facette d'elle même, de s'être laissée toucher, ne serais-ce qu'un infime instant.

- Pour répondre à ta question, que tu as sans doute posé sans t'y intéresser mais seulement histoire de dire quelque chose... Monter en grade, ça ne te servira qu'a être plus libre. L'importance hiérarchique, la domination des autres, ça ne t'apportera rien. Ça ne contente que les faibles, qui en ont besoin pour se sentir importants. Mais la liberté de choisir, c'est primordial. C'est ce qui fait ton identité. Ne vivre que pour appliquer à la lettre les ordres d'autrui, ne vivre que pour quelqu'un d'autre, ça ne fera qu'empirer les choses. Alors, monter en grade, ça ne te sera pas utile, mais c'est une condition nécessaire si tu veux... guérir.

Lentement, d'un geste de la main, elle fit se dénouer les ombres enroulées autour du jeune homme, laissant celui-ci retomber à terre. Elle ne tarda pas à repprendre son éternel air moqueur comme si elle ne l'avait jamais quitté.

- Et puis, au pire, monter en grade, ça pourra toujours te servir à eviter la corvée de vaisselle... ou à pouvoir torturer les petits nouveaux, crois moi ça occupe, et ça peut vite devenir amusant.

Son sourire s'effaça à nouveau. Elle se rapprocha de Dimitri, et se pencha vers lui, prenant le menton de celui-ci entre ses doigts fins.

- En tout cas, j'espére que tu trouveras.

A peine eu t-elle le temps de finir sa phrase que le jeune homme fût vivement transperçé au coeur par une pique d'ombre matérialisée qui s'était glissée dans son dos. Son corps inerte retomba au sol, et, quelques secondes plus tard, se disperça dans la nuit. Se relevant, Luz attendit qu'il ai complétement disparue avant, d'elle même, se fondre une nouvelle fois dans le sol, laissant inhabité le théâtre de cette conversation nocturne qui, pour la premiére fois depuis longtemps, avait éveillé un certains intérêt chez elle.



Spoiler:
 


Dernière édition par Luz le Dim 14 Aoû - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri
Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné

Pinceau Viscéral 埉 L'Empoisonné
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   Dim 14 Aoû - 9:40



Je venais de me rendre compte. Il y avait une musique qui tournait en boucle, au fond de mon esprit. Une chanson, que j'avais entendu il y a longtemps. Du chant, quelques cris, une musique magnifique. J'essayais de m'en défaire, mais elle s'acharnait. Elle s'accrochait au rebord du gouffre dans laquelle je l'avais poussé. Ses ongles se plantaient dans la terre. Ma chair. Elle me déchirait. Chaque note brisait une partie de moi. C'en devenait douloureux. Je relevais les yeux, vers Luz. En face de moi, toujours debout. Stoïque comme moi. J'imaginais des chaînes, accrochées à ses poignets, et la chanson continuait. Ma tête me donnait l'impression de grossir, frôlant l'explosion. J'aurai voulu la prendre entre mes mains. Mais les ombres me tenaient toujours. Froides.
Une partie de moi hurlait. Brisait les chaînes, les ombres, les barrières tout. Et je me voyais, hurler, enfin. Faire sortir tout ces tourments qui se développaient comme la gangrène, me rendant malade jours après jours. Un besoin de violence prenait forme au fond de mon ventre. Une boule d'épines, tambourinant, le sang ruisselant sur les pointes, prête à sortir à n'importe quelle occasion. J'aurai pu tout faire à cet instant. Arracher la tête de Luz, saccager n'importe quel endroit que je trouvais, défier n'importe qui. Mais plus puissante que la boule d'épine, il y avait la douleur. Qui continuait de me grignoter. Comme des insectes sur un cadavre. Je percevais presque les grattements, en moi.

Les paroles de l'élue n'atteignaient toujours pas mon esprit. Je serrais les dents, tellement j'avais mal à présent. Le cœur si lourd, que mon corps partait en avant. Et j'avais ce pressentiment étrange qu'il allait se passer quelque chose. J'ignorais. La chanson continuait. Les mots se perdant dans la musique. Elle ne sortait pas. Elle faisait exploser mon cerveau, elle faisait tambouriner le sang contre mes tempes. Les grattements aussi continuaient. Mon corps semblait mourir, mon esprit l'était déjà. Je devenais fou. Tremblements. Luz avait parlé de mon mal. Elle avait vu à travers mon masque...
Encore une fois, sa voix s'éleva dans l'air. Répondant à ma question absolument inutile, qui n'avait été là que pour combler le silence afin qu'elle me détache. Elle évoqua une seconde fois ma douleur. Elle me parlait de guérison. Si elle savait... En moi, grandissait le genre de douleur qui ne s'efface jamais. Qui ne fait que grandir, et grandir jusqu'à posséder entièrement un corps et un esprit. Le mot fatalité convenait plus. Son ton n'était plus aussi dur que tout à l'heure. Luz ? Presque compatissante ? Était-elle empathique ? Au moment où je me disais qu'elle n'était pas aussi froide qu'il n'y paraissait, elle reprit son air ironique. Dommage...

La musique se fit sourde. Les ombres s'étaient défaite. Je m'écroulais au sol. Mon menton cogna le sol dur. L'étourdissement me fit voir des fleurs. Des orchidées, et des lys, tout autour de moi. Je me relevais. Le pressentiment s'intensifiait. La douleur aussi. Un poing serré, un autre vint se poser à l'emplacement de mon cœur. Comme si j'allais pouvoir me l'arracher et respirer à nouveau. J'avais comme une plaie dans le torse, une plaie rougeâtre que je ne cessais de triturer de mes doigts sales.
Luz s'accroupit devant moi. Prenant mon menton blessé entre ses doigts.

- En tout cas, j'espère que tu trouveras.

Un hurlement. Pas le mien. Dans la chanson ? Sûrement.
Quelque chose venait de se planter violemment dans mon cœur. Une, deux seconde je restais à moitié assis, sentant mon organe mourir. Sentant la douleur s'effacer. Dernière bouffée d'air, longue et intense. Et je tombais au sol, inerte.
Mon corps restait là-bas, mais comme toujours, mon esprit divaguait ailleurs. Je revoyais le même visage. Identique. Pâle, les yeux en amande. Les larmes. Le sourire brisé. La mémoire m'était quasiment revenue sur ce visage. J'avais son nom, qui se disputait sur mes lèvres. She... Elle pleurait. A chaque fois que je la voyais, elle pleurait. Mais son sourire était toujours là. Sheny... Qui était-elle ? Je le savais, au fond de moi. Pourquoi ça n'explosait pas ? Shenyan.

Ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre de fumeurs. [PV Dimitri] [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Verticale Clos des Papes etc.
» Clos de Tart 1999
» Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat
» Clos St-Jacques à Gevrey-Chambertin
» Louis Jadot Moulin à Vent Clos de Rochegrés 2002
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✎ L'Aire d'Entraînement-
Sauter vers: