AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Rika - Voodoo Child

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Rika - Voodoo Child   Ven 24 Juin - 17:28

    Fiche de
    Rika

    © Rika Furude

      Nom : Kirisaki.
      Prénom : Rika.
      Sexe : Féminin.
      Rang : Voodoo Child.
      Orientation sexuelle : Je suis une enfant, je suis asexuée. Hanyuu, elle, préfère les hommes.
      Âge : 10 ans.
      Origines : Japonaises.

    Divinité servie : Oppse.
    Élu dominant : Astaroth.
    Grade : Élue.

    Don : Magie Vaudou
      Hanyuu représente à elle toute seule mon pouvoir. Elle n’est qu’une poupée pour certains. C’est exact, mais bien plus encore. Hanyuu est la projection de la femme que je ne serai jamais. Forte, indestructible, vaillante, tenace, Hanyuu est mon unique fantasme. Grâce à elle, je vis. Tout comme elle ne peut exister que par ma volonté. La Magie que je lui insuffle fait qu’elle reste toujours à mes côtés, prête à me protéger. Elle ne parle pas, elle ne vous voit pas et elle ne vous entend pas non plus. Il n’y a que moi qui compte pour elle. Hanyuu ne sait pas ce que signifie la pitié. Comme moi. Parfois, elle n’en fait qu’à sa tête, elle aime certaines choses, en déteste d’autres. Je l’ai voulu ainsi car elle n’est pas qu’un objet pour moi. Hanyuu est une guerrière, elle est très rapide et sait utiliser sa faux comme personne. Elle n’a jamais peur, n’a jamais mal et tous les coups que vous lui porterez vous seront renvoyés. Même démembrée, Hanyuu continuera à me protéger, et moi, je la soignerai.

    Arme(s) utilisée(s) : C’est Hanyuu qui se bat, moi je ne sais pas. Je garde tout de même un poignard dans ma poche. On ne sait jamais.

    Description Physique :
      Rika : Je mesure un mètre trente-trois. Oui, je suis petite par rapport à mon âge. Je suis très mince et mon visage pâle me donne un air continuellement maladif. Avant, j’étais brune et mes yeux étaient noirs. Désormais, je possède de longs cheveux bleus foncés et mes prunelles sont violettes. Ma chevelure, je préfère la laisser flotter autour de moi que de l’attacher, et puis, ça évite que l’on me dévisage. Quand je réfléchis, j’aime assez me cacher derrière. Sinon, je suis toujours vêtue de façon traditionnelle. Japonaise, je précise. J’aime les vêtements amples et confortables. Le rouge et le blanc sont mes couleurs préférées, j’en porte donc très souvent.

      Hanyuu : C’est une grande femme d’un mètre quatre-vingt qui en impose. Bien proportionnée, elle est athlétique mais reste féminine. Hanyuu possède des longs cheveux argentés qui cascadent jusqu’au creux de ses reins. Ses yeux sont laiteux car elle ne possède pas de pupilles en règle générale. Lors des combats, ses yeux sont violets, comme ceux de Rika. Normal, puisque c’est la petite fille qui les lui prête pour y voir clair. Rika habille Hanyuu de la même façon qu’elle. Il n’est pas rare qu’elles portent toutes deux les mêmes vêtements d’ailleurs. Ce que l'on remarque surtout chez Hanyuu, ce sont les deux cornes de bélier sur sa tête.

    Description Mentale :
      Secrète & Volubile. Je suis silencieuse, je ne cache rien, très franche mais je ne me force jamais à entretenir une conversation. Moins j’en dis, mieux je me porte. Je suis méfiante, je n’aime pas les autres, ces êtres de chair et de sang. Mes poupées ne me décevront jamais, à elles, je dis tout. Hanyuu est ma confidente, ma sœur, ma mère de substitution, mon univers. Ce que je fabrique et fais vivre ne peut me trahir et encore moins me faire du mal. Je suis une princesse de conte de fées, mes sujets sont nombreux, fidèles et dévoués.

      Ruse & Candeur. J’élabore de tortueuses stratégies pour arriver à mes fins. Je pèse le pour, le contre, je parle tout haut, demandant l’avis des mes jouets. Je trompe parfois, j’aime assez que l’on me considère comme une fillette inoffensive. Je zozote, je suce mon pouce, j’emploi un langage de bébé butant sur des mots simples. Non, ça ne m’amuse pas mais être prise au sérieux, c’est être embêtée, alors, non merci. Je suis candide dans mes jeux, c’est un partage, je n’exige jamais. Et puisqu’on ne me désobéit pas, je suis toujours joyeuse lorsque j’utilise mes poupées.

      Calme & Violente. Je suis pondérée, sage, presque immobile en toutes occasions. Ma voix est contenue, basse et douce. Hanyuu possède ma violence enfouie, ma rancœur, ma haine et mes pleurs. Chacune de mes créations est le prolongement de mes pensées et de mes terreurs. Moi, je couds un nouveau jouet pour me débarrasser de ce que je ressens. Faut-il dire qu’elles possèdent toutes une partie de mon âme ? Oui.

      Ombre & Lumière. Je suis lugubre, sardonique, désabusée et surtout indifférente à la réalité. Mon monde est celui que je créé, rien d’autre. La mort est mon euphorie, elle m’inspire, me fait vivre. Le sang ne m’effraie pas, je l’aime bien. Je complimente toujours mes poupées lorsqu’elles en sont barbouillées.

      Intransigeante & Tolérante. J’ai horreur du mensonge. Je n’en dis jamais. Mais ma vérité ne sera peut-être pas la vôtre. J’ai tout vu, tout entendu, plus rien ne me surprend. D’ailleurs, je me fiche bien des autres. Je vous écoute mais je ne vous entends jamais. Ce que vous êtes, ce que vous voulez et ce que vous faîtes, ça m’est égal, je n’attends rien de vous puisque vous n’êtes pas importants pour moi. D’ailleurs, vous n’existez même pas. Vous ne servez qu’à une chose : Jouer avec mes poupées et donc par extension, jouer avec moi.
    Signes particuliers :
    Toutes les poupées de Rika sont aveugles. Lorsqu’elle les utilise, elle leur prête ses yeux. Durant ce temps, Rika est donc frappée de cécité à son tour.
    Talents spéciaux :
    Rika est une excellente couturière. C’est elle qui fabrique ses poupées (Essentiellement de chiffons, outre Hanyuu) et leurs vêtements.
    Aimez-vous les rhododendrons ? Non, ça pue [Réponse validée par Astaroth. C'est toi qui pue D:]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ?
    Oui et non. Ce sont Hanyuu et les autres créations de Rika qui possèdent chacune quelques brides de sa mémoire.
    Citation : « Fear is how I fall, confusing what is real. »

    Biographie :

      PROLOGUE

      Un homme et une femme. Mariés ensemble. De cette union, naquit une petite fille bien jolie, fierté de ses parents. La mère mourut trop tôt, l’homme, inconsolable, en devint comme renfermé. La grand-mère du veuf lui trouva une nouvelle épouse, une maman pour sa petite fille de trois ans. L’homme accepta, non pas par désir mais pour avoir la paix. La nouvelle femme était gentille mais guère satisfaite de cette union arrangée. Elle donna un garçon à l’époux neurasthénique puis elle s’en alla peu après. Elle était belle la nouvelle épouse, et jeune aussi. C’est avec un homme marié qu’elle s’enfuit, abandonnant bébé et époux. La petite fille s’est occupée du bébé, c’est elle qui en est la mère en quelque sorte. L’homme, lui, s’est enfermé dans son chagrin et sa colère sans jamais jeter un œil sur sa progéniture.

      Ils sont frères et sœurs. A moins qu’ils ne soient mère et fils. Elle le dorlote son beau poupon, elle le soigne et le nourrit. Lui, il n’aime qu’elle. Avec passion et possessivité. D’ailleurs, quand il sera grand, ils se marieront. Ils grandissent les deux enfants, ils vont à l’école et toutes les nuits, elle le rejoint dans son lit. Ils rient, se racontent des histoires dans le noir et… Se font des choses que personne ne doit savoir. Ils le décident, à la majorité du garçon, ils quitteront la maison et la campagne pour l’anonymat d’une grande ville. Là-bas, ils pourront cacher ce que tout le monde réprouve : L’inceste.
      INNOCENCE

      Ils l’ont fait. Ils ont choisi Tokyo, cette grande métropole où personne ne pose de questions. Il a pris le nom de sa mère, et elle, celle de la sienne. Ils sont mariés, ils habitent dans un petit studio au dix-huitième étage d’un immeuble décrépi. La sœur ne travaille pas, elle aime rester chez eux, et puis, elle est d’une santé fragile depuis toujours, le moindre effort lui est difficile. Le frère, l’époux, travaille dans un bureau, il a de l’énergie, il est le plus fort des deux. Ils sont heureux, ils ne craignent rien ni personne, ils s’aiment au grand jour ou presque.

      Il n’y a pas beaucoup de place dans leur cœur pour autre chose que leur amour. La sœur donne naissance à une petite fille. Elle s’en occupe comme d’une poupée, mais ce n’est pas son bébé, c’est un objet qui parfois fait du bruit. L’épouse commence à voir des choses qui n’existent pas, elle entend des voix, elle a peur. Le frère se moque un peu mais il ne s’inquiète pas. La petite fille grandit vite, silencieuse, comme si elle ne voulait pas déranger ses parents qui s’aiment tellement. Sa mère se blesse souvent. La mère dit qu’en se faisant mal, les voix disparaissent. La fillette la croit et bientôt, elle aide sa maman à se taillader les cuisses ou les bras. Maman n’aura plus mal à la tête si je plante une aiguille dans son œil. Rien n’est bizarre, à la maison, tout est normal. C’est ce qu’elle dira à son institutrice qui s’étonne de ne jamais voir les parents de la fillette.

      Elle a quatre ans. Elle rentre du jardin d’enfants toute seule. Elle est débrouillarde, d’ailleurs, elle sait déjà compter. La fillette accompagne sa mère partout, observatrice, prenant le relais lorsque l’adulte ne se sent pas bien. Elle rentre donc, grave et si sérieuse pour une enfant de son âge. Elle entend un grand cri, elle lève les yeux. Son immeuble parait si haut vu d’en bas. Elle voit quelque chose qui chute, ça va très vite, elle voit des bras, des jambes et puis… Il y a le visage de sa mère. Blafard mais souriant. La tête qui rencontre le bitume, explose. Du sang tâche les joues rondes de l’enfant, ses vêtements, ses souliers. Elle ne crie pas, elle ne pleure pas non plus. Des voisins tentent de l’arracher au spectacle du corps disloqué. Mais non, elle reste plantée là. Le frère, l’époux prévenu, arrive. Lui, il rira, puis il se penchera vers la fillette, murmurera,

      « Il faut que tu ranges tout là-haut, quand elle reviendra, tout devra être à sa place. Tu sais comme elle déteste le désordre. »

      Il a pris la main de la fillette dans la sienne et ils sont rentrés. Le frère a nié la disparition de la sœur. La petite fille a remplacé la femme qui occupait le foyer. L’école la journée, le lit de son père la nuit. Mais chut, c’est un secret et puis maman sera fière de la fillette. Elle l’aura si bien relayé auprès de l’époux. Ce n’est pas un jeu de faire tout comme une adulte, c’est la réalité. C’est ce qu’elle dira à l’institutrice qui s’inquiétera de la voir martyriser ses petits camarades. Il y aura une enquête, on lui posera beaucoup de questions auxquelles elle répondra avec la candeur de ses six ans. Il n’y aura plus de studio, il n’y aura plus d’époux, on l’enlèvera au frère. Que deviendra-t-il l’époux ? Il s’en ira rejoindre sa sœur, sa mère, car sans elle, ni aucun autre substitut, il ne ressent plus rien. Il sera mort le mois suivant.

      L'EVEIL

      Elle habite dans une maison. Elle a de nouveaux parents. Et même un petit frère. Ces gens disent qu’ils sont sa famille. La femme espérait depuis longtemps une petite fille. La fillette se recroqueville sur elle-même, préférant ne plus rien dire. La dernière fois qu’elle parla à un adulte, on lui retira son père alors… Ce n’est pas qu’elle ne les aime pas, ce n’est pas non plus de l’amour. En fait, elle s’en fiche, elle s’évade, ce qu’ils racontent, elle ne l’entend même pas. Elle décide de parler à quelqu’un qui ne lui répondra pas, à quelqu’un qui ne se servira pas de ses mots pour lui faire du mal. May, c’est comme ça qu’elle appelle sa toute première poupée. La fillette refusera de faire quoique ce soit sans elle. Dans sa nouvelle école, les autres se moquent d’elle et de cette manie de toujours se trimballer une poupée à son âge. Elle préfère se renfermer et ne rien répondre… Quand on ne parle pas, les autres se lassent et vous laissent tranquille. Elle l’aura compris très vite.

      On dit qu’elle est surdouée, qu’elle comprend plus vite que tout le monde. Et alors ? La petite s’en fiche mais quand on la met dans une école spécialisée, c’est un peu mieux. Elle n’aime pas trop les enfants. Ni les adultes en fait mais ce n’est pas important. Sa nouvelle mère lui apprend à coudre, elle est gentille mais elle lui parle comme à une demeurée. Et même qu’elle lui donne des ordres parfois, ça la fillette, déteste. May n’est plus toute seule. La fillette fabrique autant de poupées qu’elle le peut, comme si en avoir toujours plus comblait un manque. Sa chambre en est remplie et toutes les nuits, elle leur parle, les cajole, les habille et les déshabille.

      Comme pour sa mère, la vraie, les Voix sont apparues. Seulement la nuit, dans ses rêves. La fillette n’a pas mal, alors elle ne se blesse pas comme sa maman. Au contraire, les Voix, elle les aime bien. On lui parle d’un lieu qui existe ailleurs, de tout ce qu’elle serait capable d’y faire. On ne la berce pas de jolis contes avec une fin heureuse, non. On lui raconte le sang, la mort, les cris, la souffrance. La fillette préfère cette version là de l’histoire, elle lui parait plus réaliste. Alors, elle écoute. Elle n’en parle à personne sauf à ses poupées. Elle dessine les contours de ce monde fabuleux. Elle peint les Voix, leurs traits, leurs ailes. Les adultes s’inquiètent car elle semble absente, elle dort trop bien trop. Ce qu’ils ne savent c’est que la fillette est déjà loin, là-bas, dans ce monde qui l’attire tellement.

      Est-ce vraiment rêver ? La réalité de Tokyo est fade, sans saveurs, la fillette a enfin trouvé comment se sauver. Les parents travaillent, le petit frère n’est pas là, alors, c’est dans la cuisine qu’elle se rend. Le couteau terriblement affuté, elle joue un peu avec. Elle a un regard désolé pour ses poupées qu’elle ne peut emmener avec elle mais tant pis, elle en fabriquera d’autres là-bas. Le couteau sur sa gorge tendre, s’enfonce. Et tout ce sang. Le sien.


      LA REALITE

      En ouvrant les yeux, je me suis dit que je le faisais pour la toute première fois. Indifférente à mon environnement, j’ai toutefois reconnu les images. On ne m’a pas menti, Les Voix n’ont rien enjolivé, tout ici est comme on me l’avait dit. J’ai un peu erré au début. Le grand jeu, la guerre, je savais déjà tout des enjeux. Je n’ai pas peur, on me prépare depuis trois ans. Et puis, elle est entrée dans mon univers. Je pensais qu’elle n’était qu’une âme errante que l’on ne devait pas approcher. J’avais tort. Le fantôme, son visage, je l’ai reconnu. Ma mère, la véritable. Et même si ses cheveux sont gris et que ses yeux sont vides, je sais qu’elle l’est. Je lui ai parlé, ma voix m’a fait un drôle d’effet dans ce silence opaque et lugubre. Elle ne m’a pas répondu mais elle m’a enlacé, comme si elle me reconnaissait à son tour. J’ai fantasmé son retour, pas celui de mon père, mais le sien à elle. Elle est apparue et me protège comme une louve. Je lui ai donné le nom de maman, Hanyuu. Elle n’est pas de chiffons comme les poupées que je fabriquais. Elle a un véritable corps que j’aime toucher. Ma plus belle création, celle que je ne compte partager avec personne.

      Hanyuu est toujours à mes côtés. Pour ne pas qu’elle s’ennuie, je lui ai offert des amies de chiffons. J’ai compris que Hanyuu était mon cadeau de bienvenue. Peut-être est-ce Oppse ou Belzeneff qui me la mit dans les bras. A moins que ce ne soit Astaroth. Mais ce n’est pas important. Maintenant que je suis là, je les remercie tous les trois pour Hanyuu en faisant toujours ce qu’ils me demandent. Et ce que je fais, je le fais très bien, il parait.


    Test RP

Ma plus grande peur serait que l’on me renvoi au Japon. Là-bas, je redeviendrai la fillette sur qui Hanyuu ne veillerait plus. Alors, je dois faire mes preuves. Comme n’importe qui d’autre, il faut que je prenne part au Grand Jeu. Bien sûr que je m’en fiche, bien sûr que je suis tout de même reconnaissante. Pour prouver ma bonne volonté, il faut que je me batte. Je ne suis pas quelqu’un de violent, d’ailleurs, je n’en aurai pas la force. Hanyuu saura tout cela elle. Je lui explique donc mes plans. Qu’elle ne sera pas qu’une simple présence silencieuse à qui je parle, mais une guerrière qui nous permettra de rester ensemble. Elle comprend tout et même si elle ne me sourit pas, je sais qu’elle est d’accord.

Trouver une cible fut facile, il faut toujours s’en prendre au camp adverse. Je n’éprouve rien pour l’homme que nous avons choisi. Il est grand, plus grand qu’Hanyuu, il semble très fort mais pour une enfant comme moi, le physique n’entre jamais en considération. Peut-être que ma volonté de bien faire m’égare mais avec Hanyuu, je me sens comme invincible. Mes peurs sont les plus fortes. J’ai un peu hésité, j’ai serré ma poupée dans mes bras, comme pour y puiser le courage qui me fait défaut. Il y eut ce phénomène étrange, comme une décharge électrique qui a parcouru mon corps. Je sais que je suis un peu magicienne lorsque je le désire, mais là, je n’ai rien fait. A moins que ce ne soit inconscient ? Je me suis sentie plus légère, comme soulagée de mes frayeurs. Envolé ce flot de souvenirs qui menaçait de me faire hurler.

J’ai fermé les yeux ordonnant avec conviction à mes yeux de me quitter pour aider Hanyuu. J’ai réussi, mes prunelles m’ont déserté, je n’y vois plus rien. Je suis en sécurité dans les ténèbres. Hanyuu veille sur moi, je ressens sa présence et comme lorsque je rêve, ce qu’elle fait, je le vois défiler dans ma tête. Ses pensées, je ne les connais pas, elle est libre d’agir à sa guise, je ne m’impose jamais à elle. Sans doute est-ce pour cela qu’elle m’est tellement attachée. Je rêve de son corps qu’elle déplace plus vite que celui de l’homme. Je fantasme sa faux qui égratigne le torse masculin. Tuer quelqu’un, c’est de la triche ici, certains reviennent à la vie ensuite. Ce n’est pas grave, il faut surtout qu’Astaroth sache que je suis aussi capable que tous les autres. Qu’Oppse sache que ma place est ici et pas ailleurs. Hanyuu possède ma conviction et mes désirs, l’homme, elle le met en pièces. Je ne souris pas, ce qu’elle lui fait est normal, tout ici est normal, supplanter autrui avant qu’ils ne te supplantent. Logique. Les jolies fins n’existent pas.

Elle se nourrit de ma Magie mais lorsqu’elle se penche pour planter ses dents dans l’épaule de l’homme à terre, je comprends. Hanyuu possède ma rancœur, ma haine, tout ce que je ne sais pas correctement exprimer. Hanyuu dévore l’homme et tout ce qu’il représente. Et lorsqu’enfin, elle se redresse, mes yeux me reviennent. Je me sens aussi rassasiée qu’elle mais je suis stoïque. Je ne suis pas une guerrière mais je suis vorace… Des hommes, des femmes, des enfants, il va m’en falloir d’autres, j’aime assez qu’ils se sentent impuissants face à Hanyuu. Mais peut-être est-ce leurs cris que je préfère ? Le tout premier combat de Hanyuu laisse ses marques. D’abord, deux petites excroissances sont apparues sur son crâne… Et puis, elle a grandit encore plus.

Les chairs qu’elle dévore lui font gagner en puissance, cela parait si logique que je l’ai félicitée, lui plaquant un baiser sur sa joue glacée. L’Elu du cadavre ne saura peut-être pas lui redonner vit à celui-là ? Si c’est le cas, j’ai trouvé comment faire pour qu’ils ne trichent plus jamais. Duper, c’est mentir, mentir, je ne le supporte pas.

Plus tard, j’ai reconnu et compris ce que représentent les cornes de Hanyuu. Tel le bélier d’ordinaire sacrificiel, Hanyuu représente la force de la nature, si paisible en temps normal, si violent lorsqu’il protège ce qui est important pour lui. Quel meilleur totem aurais-je pu avoir ? Aucun.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rika - Voodoo Child   Sam 25 Juin - 14:14

J'avise les zoulous du coin Admins que j'ai terminé.
En espérant n'avoir rien oublié Mwahahahaha !
Revenir en haut Aller en bas
Oppse
PNJs ☬ Your Divine Master

PNJs ☬ Your Divine Master
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rika - Voodoo Child   Sam 25 Juin - 23:56

Bonsoir Rika,

Premièrement permets-moi de te souhaiter la bienvenue sur ce forum et de te remercier de ton inscription.
Passons directement à ta fiche, veux-tu ? Alors je vois que tu as pris Rika, une Élue, c'est un morceau de choix que tu as là. Et c'est avec grand plaisir que je t'annonce que tu réponds parfaitement aux critères attendus pour ce personnage.
Le style est simple, clair et impeccable. C'est exactement ce que j'attendais de Rika. Je suis totalement fan ♥ J'adore tous les petits rajouts, surtout sur tes marionnettes qui sont une partie de toi-même et contiennent des fragments de ta mémoire. Cela apporte beaucoup plus de profondeur au personnage et à ses pouvoirs. L'histoire est parfaitement découpée et bien racontée. En plus je n'ai pas vu une faute sur ta fiche et pour cela je t'adresse mes félicitations. De plus la mise en page est nickel.
En somme j'ai beaucoup aimé lire ta fiche. Ton travail me fait chaud au coeur et c'est donc sans hésitation que je te valide et t'accorde le post d'Élu par le personnage de Rika.



Te voilà validée !
Amuse-toi bien dans le monde d'AJE et n'oublie pas de regarder ta messagerie dans la mesure où Astaroth ne devrait pas tarder à te contacter pour remplir toutes les formalités nécessaires à ton accession au grade d'Élue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rika - Voodoo Child   Dim 4 Mar - 21:10

Suppression du compte et déplacement de la fiche pour cause de non-recensement.

Si jamais il te prend l'envie de revenir parmi nous ou que tu souhaites simplement nous contacter (questions, contestation, gnufion), n'hésite pas.

Merci d'avoir participé à cette grande aventure qu'est AJE.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Rika - Voodoo Child   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rika - Voodoo Child

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Massive voodoo
» Test boite à photo Massive Voodoo
» Joyeux anniversaire Erika !!!!!!
» Mamou ♦ Stella [en cours]
» Les aventures de Voodoo - Tome 2
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: