AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Filippa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Filippa    Jeu 23 Juin - 18:05

    War and Anger shall reign. The clash of iron
    can be heard. By blindness you're driven insane




    Personnage de Shinigamigirl


    Prénom : Filippa.
    Sexe : Féminin.
    Rang : On verra bien ♥
    Orientation sexuelle : Au vu de son apparence, Filippa n'a jamais souhaité avoir de relations sur Alea Jacta Est et n'en aura probablement jamais. Elle ne peut qu'aimer par les sentiments.
    Âge : On ne demande pas son âge à une demoiselle, malotru ! Heureusement, Filippa est une bonne âme et vous répondra en rigolant qu'elle a évidemment vingt ans bien que la réalité se situerait plutôt au dessus de la trentaine. Cependant, son apparence n'aidant pas, on veut bien lui accorder le bénéfice du doute.
    Origines : Inconnues.

    Divinité servie : Oppse.
    Élu dominant : Astaroth.
    Grade : Élue.

    Don : Grâce de la Licorne
    « À l'instar de ce légendaire animal, l'essentiel du pouvoir de Filippa réside dans sa corne centrale argentée grâce à laquelle elle peut produire un unique rayon de lumière dorée dévastateur qui anéantit absolument tout sur son passage. La trajectoire de ce rayon est strictement verticale et ne peut être changée. Ceci dit, Filippa peut contrôler la puissance du rayon en augmentant ou diminuant par exemple son épaisseur et sa longueur. Ainsi, il lui arrive souvent de ne générer qu'un minuscule point de lumière au bout de sa corne pour éclairer un endroit sombre. Aussi, lorsque son rayon atteint une certaine puissance, il peut la projeter en arrière ou en avant. Sa corne est particulièrement vulnérable et si elle est touchée, Filippa est en proie à d'affreuses douleurs et peut se voir incapable d'utiliser son don. Pour remédier à cela, elle a accroché un pendentif en forme de croix autour de sa corne qui entoure celle-ci d'un champ de protection pouvant refléter des attaques mineures. Il est cependant possible de briser sa protection à l'aide d'un assaut assez puissant.
    Le sang de Filippa possède d'importantes propriétés régénératrices à tel point qu'en quantité suffisante il peut renfermer les blessures profondes et servir d'antidote à des poisons virulents. Ceci dit, une fois extrait du corps de l'Élue, il perd rapidement ses vertus bienfaitrices, aussi il est conseillé de se servir directement à la source.
    Enfin, dotée d'un instinct animal, Filippa possède une sorte de 6ème sens qui l'avertit immédiatement des intentions des personnes autour d'elle. Elle peut ainsi aisément repérer un individu qui lui veut du mal comme déceler les mensonges. Bien entendu cela ne fonctionne pas sur les personnes immunisées psychiquement ou qui sont dotées d'un très bon jeu d'acteur. »

    Arme(s) utilisée(s) : Combattante d'expérience douée dans les armes blanches, Filippa se sert de plusieurs couteaux de lancer ainsi que d'une imposante hallebarde, apte à décapiter quelqu'un. Elle offre un soin tout particulier à ses armes et fabrique elle-même les carreaux pour son arbalète. Elle use toutefois cette dernière avec parcimonie, les carreaux étant contraignants à fabriquer. Néanmoins, pendant que Filippa combat, les piques acérés surgissant dans les crins de sa queue peuvent facilement blesser ses adversaires lorsqu'elle fait claquer sa queue comme un fouet. Piétinant de ses sabots les pauvres pantins tombés au sol, les piques toxiques surgissant dans son dos promettent des hallucinations à ceux qui y touchent. Toutefois, le poison dont elles sont enduites se dissipe rapidement dans le sang et n'entraîne pas la mort. Ses cornes peuvent aussi servir de bélier pour défoncer les cages thoraciques de ses ennemis.

    Description Physique :

    Une chose est certaine : il est absolument impossible de ne pas remarquer Filippa. Partout où elle passe immanquablement les yeux se tournent. L'Élue est une femme très grande, dépassant facilement le mètre quatre-vingt. Mais sa taille n'est qu'un détail en comparaison du reste de son corps. En effet, celui-ci est plus équin qu'humain, bien que ses formes plantureuses voudraient nous prouver le contraire. Comme une licorne, sa tête de cheval est surmontée d'une corne argentée aiguisée tel un rasoir mais se tordant en un angle étrange en son milieu, rendant l'excroissance plus fragile encore. De derrière ses oreilles surgissent deux cornes violettes torsadées, rappelant cette fois-ci celle d'un bouc. En guise de crinière, on aperçoit une longue et magnifique chevelure d'un blond éclatant, reflet des soins attentifs de sa propriétaire à son égard. De la même manière, les crins du bout de sa queue sont blonds et un oeil un tant soit peu observateur y verra les deux piques tranchants, ressemblant à sa corne centrale, qui en émergent. Si ses pieds ne sont autres que deux sabots luisants, ses mains sont en l'occurence bien humaines. Cependant, on notera encore deux excroissances à chacun de ses coudes, comme si deux piques avaient voulu naître à cet endroit mais s'étaient finalement recouverts de peau. Et en parlant de peau, il vous sera impossible de voir Filippa rougir car c'est de cette couleur qu'est son épiderme. Non pas un rouge atroce qui explose vos pauvres yeux mais un rouge étonnamment agréable à regarder et qui s'harmonise parfaitement au violet qui couvre son visage et ses oreilles et lui raye l'extrémité de ses membres, de sa queue et le bas de son dos. Les piques toxiques surgissant dans son dos sont aussi de cette même couleur, et gare à celui qui s'en approcherait. Détail intéressant, quand le regard a passé son enviable poitrine et arrive sur son omoplate, on remarque que Filippa possède un tatouage noir en forme de pique qui est très certainement un vestige de son ancienne enveloppe charnelle. Coquette, elle est friande de bijoux, plus particulièrement ceux en argent car ils s'accordent avec sa corne. Il est très fréquent de voir des bracelets tinter à ses poignets ou à ses chevilles, ainsi qu'un collier scintiller à son cou. De plus, elle se maquille parfois les yeux afin de souligner ses iris argentés. Quant à ses vêtements, mis à part quelques retouches qui sont nécessaires à faire dessus, la jeune femme peut se permettre de porter plus ou moins ce qu'elle veut tant qu'elle s'y sent à l'aise.

    Au final, on pourrait tout de même facilement s'étonner qu'une telle créature puisse tenir sur deux sabots. Pourtant, on ne peut qu'admirer la grâce et la souplesse avec laquelle l'Élue semble se déplacer. Au contraire, il lui est inconcevable de marcher à quatre pattes. Si ce n'était pas une incapacité physique, ce serait son éthique qui le lui interdirait. Lorsque Filippa galope, c'est sur ses deux pieds, par grandes enjambées agiles ; et elle bat n'importe quel pantin à la course ! sauf si, bien évidemment, son adversaire est doté d'un don lui procurant un avantage.

    Description Mentale :

    On reconnaît surtout de Filippa son caractère doux et calme, qui fait d'elle une personne très appréciée dans le camp d'Oppse. Comme elle le faisait avec ses filles de joies, elle couve les marionnettes sous son giron d'un amour maternel. Être sous les ordres de Filippa, c'est être sous les ordres d'une femme de confiance vers qui on sait pouvoir se tourner. Elle écoutera d'une oreille patiente et attentive toute personne qui en a besoin et tentera de la soulager, lui prodiguant de surcroît des conseils souvent judicieux. De plus, si vous avez gagné son estime ou son amitié, vous pouvez être certain que Filippa ne vous abandonnera jamais. Elle serait capable de tout pour défendre les gens qu'elle apprécie si cela n'entrave pas sa morale ou le dévouement qu'elle porte à son camp. Ce dernier n'est d'ailleurs plus à prouver car sur le champ de bataille, nulle hésitation ne vient percer son regard lorsqu'elle fauche ses ennemis. Combattante d'expérience, elle ne rechigne pourtant jamais à aller accueillir les nouveaux venus car c'est de bon coeur qu'elle les guide dans les méandres de cet univers, sachant y faire avec les caractères les plus farouches. D'un zèle exemplaire lorsqu'il s'agit d'exécuter ses tâches, réfléchie dans ses paroles autant que dans ses actes, Filippa est un quelqu'un qui ne lâche jamais ses objectifs et qui achèvera toujours un travail qu'elle a commencé ou qu'on lui a donné. Ordonnée, minutieuse, elle exécute les ordres sans broncher et met un point d'honneur à réaliser les choses aussi parfaitement que cela est possible. Ayant une mémoire remarquable et la capacité de deviner si un homme ment ou non, il est difficile de lui faire des cachotteries ; au contraire, la sincérité et la franchise sont deux qualités que la jeune femme apprécie. Le proverbe « faute avouée à moitié pardonnée » lui va très bien, mais cela dépend du degré de la faute, bien entendu, car Filippa sait quand sévir et il n'est jamais très agréable de se faire réprimander par l'Élue. Il semble aussi que la jeune femme ait des yeux et des oreilles partout dans le camp, étant toujours au courant de tout ce qui peut s'y passer. Très sociable, elle s'entend avec beaucoup de personnes au sein du camp mais, si en règle général elle ne fait jamais de jugement hâtif, il lui arrive parfois de détester quelqu'un sans qu'elle ne le connaisse vraiment, juste à cause d'un fait ou de sa conduite au quotidien. Respecter les règles, la politesse, est quelque chose que Filippa juge indispensable, ayant une très mauvaise opinion des personne agissant en contraire de ses principes.

    En effet, bien que Filippa ait une personnalité relativement paisible, elle n'en reste pas moins une femme forgée dans la rigueur, d'une morale stricte qu'elle déteste par dessus tout voir bafouée. Si elle se montre un peu sévère, c'est souvent justifié et elle agira toujours dans l'optique qui lui paraît la meilleure. Il est néanmoins déconseillé de s'attirer ses foudres car la demoiselle est d'une rancoeur assidue -mais vous pourrez peut-être y remédier en lui offrant un beau bijou ou des fleurs, je dis bien peut-être - ; de la même manière, il ne faut jamais Ô grand jamais traiter Filippa de cheval auquel cas vous ne devrez vous en prendre qu'à vous-même si vous prenez un coup de hallebarde dans la figure. Non mais, quel toupet !

    Signes particuliers : Tout son corps ? Sinon le tatouage noir qu'elle porte à l'omoplate gauche et le fait qu'elle s'énerve rapidement lorsqu'on la traite de cheval. On dit aussi que la demoiselle est très sensible aux fleurs et aux bijoux, surtout lorsqu'on les lui offre.
    Talents spéciaux : Douée dans divers types de combats, plus particulièrement les armes blanches et le combat à mains nues. Filippa possède en outre une bonne connaissance de l'univers d'Alea Jacta Est, sait coudre (elle retouche elle-même ses vêtements) et elle sait comment s'y prendre pour apaiser le Dragon d'Oppse (si-si, c'est un talent...).
    Aimez-vous les rhododendrons ? Je raffole des fleurs ♥ [Réponse validée par Kamui (& Astaroth, parce qu'il est content) FILIIIIPPAAAAAAAAAAAA \o/]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ? Oui.
    Citation : Rise Against - Behind closed doors.

    « Although we have no obligation to stay alive
    On broken backs we beg for mercy, we will survive
    I won't be left here
    Behind closed doors. »
    Biographie :

    « - A présent, laissez-moi.
    - Bien, monsieur. »

    L'assistant s'inclina devant le politicien avec respect, le même que celui qui imprégnait ses paroles, puis il se retira, silencieux comme une ombre. L'homme, à présent seul, soupira avant de poser une main sur son front fatigué. Son autre main était partie à la recherche de la poignée d'un des tiroirs de son bureau, probablement pour y sortir un dossier à régler. Bruit coulissant, froissement de papiers puis un nouveau soupire. Apparemment, la feuille qu'il recherchait semblait lui échapper. L'homme se pencha au-dessus de la gueule béante du tiroir, fronça les sourcils et retira plusieurs couches de paperasses, songeant qu'il n'aurait qu'à les trier une par une afin de trouver la bonne. Alors qu'il devait être aux trois-quart d'avoir vidé son tiroir, il s'arrêta subitement. Là, une liasse de feuilles venait de glisser de ses mains. L'homme la récupéra en grognant et, alors qu'il s'apprêtait à la ranger, quelque chose attira son attention. Le « classé confidentiel » tamponné en lettres capitales sur la première feuille du dossier peut-être ou bien... la photo accrochée par un trombone à cette dernière. Il s'en saisit vivement.

    On sait tous que les photos ont la fâcheuse tendance de gâcher la beauté de l'être photographié, néanmoins, celle-ci semblait faire exception à la règle ; même figée sur papier, on ne pouvait qu'admirer la beauté de la femme qui s'y trouvait et déplorer de ne pas pouvoir l'avoir en réalité en face de soi. Des souvenirs et peut-être du désir semblèrent éclairer un instant les yeux de l'homme. Il dégagea la paperasse de son bureau afin de se faire de la place et déposa la photo et le dossier. En dessous de la case où se trouvait la photo, on obtenait quelques informations sur l'identité de la jolie femme. Ainsi on apprenait qu'elle s'appelait Maria, qu'elle avait trente-quatre ans, qu'elle mesurait un mètre quatre-vingt-cinq, ce qui était bien au-dessus de la moyenne féminine. On trouvait aussi sa profession :

    Prostituée.

    Le politicien esquissa un sourire lubrique. Il se souvenait parfaitement de cette femme à présent. On ne connaissait pas grand-chose d'elle et ses services avaient eu du mal à reconstituer son passé. Gamine orpheline, sa mère est morte peu de temps après l'accouchement et l'identité du père est jusqu'à ce jour restée inconnue. Recueillie par une famille paisible, sans histoire mais pauvre, il semble que Maria ait toujours cultivée une certaine indépendance. Voulant très certainement rembourser sa famille d'accueil pour les soins qu'ils lui avaient prodigués depuis sa naissance, on sait qu'elle travailla dès qu'elle put puis finalement se prostitua, très jeune. Et quoique que pouvait en dire ses parents d'adoption, il faut croire que cela n'empêcha pas la jeune femme de poursuivre dans cette voie. Apparemment, Maria se lia rapidement d'amitié avec les autres « travailleuses » ces dernières étant sûrement touchées par la condition et l'assurance de la jeune femme. N'y a-t-il rien de plus dégradant pour une femme que de vendre son corps ? Il sembla pourtant que c'était pour Maria un moyen comme un autre de gagner de l'argent et cela lui permettait de se débrouiller financièrement.

    Et ainsi plusieurs années s'écoulèrent, Maria n'ayant pas cherchée à poursuivre des études et vivant de son « métier » et continuant d'envoyer régulièrement de l'argent à son ancienne famille. Ayant noué de nombreuses relations, Maria décida, avec l'aide de plusieurs filles de joie, de reprendre un bordel voué à l'abandon. Ses vingt ans étaient révolus mais sa beauté ne s'était pas amoindrie. Mais surtout, sa conviction était toujours présente. Les demoiselles réussirent leur pari et redonnèrent vie à la maison close, réussissant à convaincre d'autres « travailleuses » de se joindre à elles. Ainsi leur notoriété s'agrandit au fil du temps et des gens des quatre coins du pays vinrent bientôt pour profiter de leurs... services. Grâce à sa patience et son assiduité, Maria se retrouva à la tête de la maison close et du quartier. S'occupant comme d'une mère de celles qu'elle nommait amoureusement ses « filles, » veillant sur elles au quotidien, elle savait aussi comment gérer ses affaires. Dirigeante à la main de fer gantée de velours, la fréquentation de son établissement ne cessa d'augmenter avec les années, attestant de sa prospérité.

    On sait que Maria recueillie elle-même de nombreuses filles, les rassura, les forma et les garda sous son aile. Elle n'avait jamais refusé qui que ce soit, mettant un point d'honneur à offrir à ces filles une vie décente, qu'elles ne vivent plus dans la honte de leur choix. C'est pourquoi on l'admirait et la respectait dans le quartier et partout ailleurs. Néanmoins, on n'en oubliait pas le morale de fer de cette femme, qui sévissait lorsqu'on désobéissait à ses directives. Mais ses prostituées savaient que ses agissements étaient justes et lui portaient beaucoup d'estime. Sa sévérité était à l'égal de sa droiture et, au contraire, elle savait se montrer généreuse et récompenser les filles qui le méritaient.

    Cependant, il faut croire qu'une réputation ne suffit pas à écarter les dangers. Tout semblait aller pour le mieux mais un jour, tout bascula : on retrouva des cadavres de ses prostituées. Un tueur en série s'en prenait à son établissement, assassinant sans vergogne ses filles de joies. Chaque jour un nouveau meurtre. Des jeunes recrues sans expériences comme des prostituées plus vieilles. Mais, mis à part leur patronne bien-aimée, qui se souciait réellement du sort de ces catins ?

    L'homme avait arrêté sa lecture du dossier. Il connaissait déjà la fin de l'histoire et l'identité du tueur. Maria aussi. Par quels moyens l'avait-elle retrouvé ? Sûrement grâce à ses relations avec les malfrats de ce monde et à ses charmes. Aidée de la mafia, pervertissant la police, elle avait atteint son but. Acharnée, la petite et bien décidée à venger ses filles. Il avait été épaté lorsqu'il l'avait rencontré pour la première fois, en chair et en os. Aussi belle que les dires avec un éclat farouche, digne d'une lionne, dans le regard.

    Dommage qu'il faisait trop sombre dans le hangar ce jour-là et qu'il n'ait pu voir le soleil jouer dans ses cheveux blonds. Dommage qu'ils aient dû l'enlever et l'attacher à une chaise. Ils n'avaient pas réussi à la détourner de son objectif. Si elle avait promis le silence, peut-être l'aurait-ils relâchée. Mais rien que cette idée était risible : la patronne n'était pas quelqu'un de facilement impressionnable. Si elle avait voulu tourner le dos, c'eut été lorsqu'elle avait découvert qui était le tueur en série. Et même là elle était allée trop loin.

    Dommage qu'il ait dû lui tirer trois balles dans la tête pour qu'elle se taise et balancer son adorable corps dans l'eau vaseuse d'un port. Les preuves qu'elle avait contre lui pouvaient mettre sa carrière politique en péril. Il était arrivé dans de trop haute sphères pour se faire descendre par cette harpie.

    Toutes ces catins avaient évidemment eu le sort qu'elles méritaient. Elles n'étaient que plaies et vices ans la société qu'il prônait. Il ne regrettait rien.

    Surtout pas d'avoir joué les assassins.

    ~*~

    Son souffle l'avait quittée si vite lorsque les balles lui avaient perforé le crâne, mais il semblait que tout n'était pas terminé.

    Elle s'était réveillée dans un nouveau monde. Hélas, elle ne se souvenait plus de rien, ni de son passé, ni de son nom, ni de son apparence. Mais c'était peut-être mieux ainsi car elle n'aurait certainement pas pu vivre avec les fantômes non-vengés de ses filles de joie. De la même manière, sa nouvelle enveloppe charnelle ne lui fit aucun effet ; c'était pour elle comme si elle avait toujours vécu avec cette apparence hybride. Quant à son nom ? On lui en trouva un nouveau : Filippa. Seules restaient donc inchangées ses manières d'autrefois. Accomplissant ses tâches avec rigueur, vivant selon sa morale de toujours, elle réussit à grimper les échelons de la hiérarchie. Ce n'est plus d'une maison close dont elle s'occupe cependant son expérience d'avant semble retrouver son écho dans ce nouveau monde. L'Élue a su rester, reste et restera fidèle à elle-même.



Dernière édition par Filippa le Dim 26 Juin - 22:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Filippa    Dim 26 Juin - 22:00



    Test RP

    « Calme-toi. C'est n'est pas une hache que tu utilises mais une épée. »

    Assise sur le sol dans le tapis de ses jupons, Filippa observait d'un oeil critique les deux jeunes gens qui se battaient, sa fière hallebarde plantée dans la terre à ses côtés. Elle était reveillée depuis fort longtemps, ayant besoin chaque matin d'un temps considérable pour se préparer. Non pas que l'Élue soit spécialement superficielle, cependant, les particularités de son corps nécessitaient, avec leur inconvénients, de soins supplémentaires. Elle devait vérifier l'état de ses nombreuses épines, brosser les crins de sa crinière et de sa queue, aiguiser si besoin les lames qui surgissaient à l'extrémité de cette dernière... En outre, il n'était pas rare qu'en se réveillant le matin elle découvre son matelas et ses draps déchirés par inadvertance pendant son sommeil, chose qu'elle ne pouvait ni prévoir ni empêcher. Filippa devait alors prendre un temps pour recoudre les tissus ou en matérialiser de nouveaux si ceux-ci étaient trop endommagés et donc irrécupérables. L'habillement pouvait aussi se révéler une tâche longue et ardue, bien que la jeune femme sache se montrer habile lorsqu'il s'agit par exemple de nouer un corset entre ses épines dorsales. De plus, elle passait obligatoirement en revue toutes ses armes afin de s'assurer de leur état ; elles devaient être prêtes à trancher la chair d'un Laycaïste à tout moment.

    En bref, ces habitudes - ou plutôt nécessités - qui étaient devenues un rituel quotidien au fil du temps, rendaient Filippa particulièrement matinale. Cependant, elle ne s'en était jamais plaint et cela ne l'empêchait pas d'exécuter correctement ses tâches. Ces heures que d'autres passaient à dormir elle les utilisait pour se préparer, c'était tout.

    C'était donc parfaitement réveillée et en forme qu'était l'Élue. L'Aire d'entraînement était déserte puisqu'il était l'heure où, en principe, la plupart des pantins d'Oppse prenaient leur petit-déjeuner voire grappillaient de précieuses minutes supplémentaires dans les bras de Morphée. Que faisaient-ils ici, alors ? C'était assez simple : Filippa avait surpris les larbins en train de musarder sur la pelouse. Arrivant dans un joli claquements de sabots, elle leur avait lancé :

    « Eh bien, si tôt sur l'Aire d'entraînement ? Ma foi, c'est une excellente chose ! Montrez-moi ce que vous savez faire ! »

    Les deux pantins s'étaient relevés en vitesse, confus. Ils la saluèrent maladroitement sans néanmoins faire une quelconque remarque. Si son ton était joyeux, on pouvait nettement sentir le reproche caché derrière. En effet, certains avaient tendance à considérer ce lieu comme un parc ce qui excédait légèrement l'Élue, d'autant plus que ces deux-là n'avaient sûrement rien fait d'utile pour le moment qui leur permette de se montrer si oisifs. Au mieux ils pourraient être à l'Agora et faire semblant d'attendre une mission, au cas où on ait besoin d'eux. Enfin, pas d'effort, pas de réconfort. Par conséquent, on allait les faire suer un peu !

    Le claquement et le sifflement des lames était une mélodie bien plus douce aux oreilles de l'Élue que le chant des oiseaux. Cependant, ces deux pantins-ci manquaient d'habileté et des fausses notes résonnaient dans leur combat. L'un semblait vouloir empaler son adversaire, l'autre passait surtout son temps à éviter les coups. Ils savaient se défendre mais manquaient de pratique. L'Élue leur donna quelques conseils. Après un petit quart d'heure d'entraînement, Filippa jugea qu'ils méritaient une pause. C'était suffisant pour aujourd'hui et le but n'était pas de pomper leur énergie : ils seraient peut-être appelés plus tard à partir en mission, il fallait par conséquent les garder frais et disponibles.

    Elle leur demanda finalement d'arrêter, ce qui dû soulager les pauvres pantins. Elle espérait que la mauvaise habitude de larver sur l'Aire d'entraînement leur passerait, au moins pendant quelques temps. Afin d'en être certaine, l'Élue rajouta :

    « J'espère que vous serez ici demain matin, à la même heure. »

    Venant de la part de Filippa, il ne pouvait y avoir aucun doute : c'était un ordre. Ce n'était pas comme si perdre un quart d'heure de son existence allait changer quoi que ce soit mais un second entraînement forcé devrait définitivement leur faire passer l'envie de recommencer. Ils hochèrent la tête, la mine déconfite. Ils s'apprêtaient à partir lorsque la voix de l'Élue les coupa à nouveau dans leur élan, comme un coup de fouet :

    « Une minute. Comme après chaque combat, n'oubliez pas de vérifier l'état de vos armes et de vous en occuper. Mais je ne doutais pas que vous alliez le faire, n'est-ce pas ? »

    Un sourire étira le visage équin de Filippa tandis que les joues des pantins viraient à l'écarlate. Ils déguerpirent non sans la saluer une dernière fois et lui assurer qu'ils le feraient. Bien, au moins ils étaient obéissants et respectueux.

    Ayant d'autres tâches plus importantes à accomplir que de blâmer des marionnettes fainéantes, l'Élue se leva avec souplesse, récupérant son hallebarde. Elle partit en direction de la Tour, lieu où elle pourrait planifier les missions du jour et échanger les dernières nouvelles avec ses pairs. En effet, sa journée ne faisait que commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Oppse
PNJs ☬ Your Divine Master

PNJs ☬ Your Divine Master
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Filippa    Lun 27 Juin - 0:15

Bonsoir Filippa,

Bienvenue sur le forum et merci de ton inscription.
Je suis enchantée de voir que quelqu'un a eu le courage de prendre Filippa. Il faut dire qu'à priori ce n'est pas un personnage très facile à jouer et encore moins à décrire. C'est peu dire à quel point je suis heureuse de voir que ma Filippa a trouvé un joueur *-*
Alors, alors la fiche est tout simplement par-fai-te. Je n'ai absolument rien à y redire. D'abord l'orthographe et le grammaire sont irréprochables, le style est clair et agréable à lire et le personnage est très bien respecté.
Vraiment félicitations ! Je t'accorde le rôle de Filippa et la place d'Élue avec graaaand plaiiiisiiir !



Amuse-toi bien sur le forum !
Garde un oeil ouvert sur Skype ou sur ta boîte MP dans la mesure où Astaroth te contactera bientôt pour finaliser touts les petits détails nécessaire à la prise de fonction de ton poste d'Élue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Filippa    Dim 4 Mar - 21:10

Suppression du compte et déplacement de la fiche pour cause de non-recensement.

Si jamais il te prend l'envie de revenir parmi nous ou que tu souhaites simplement nous contacter (questions, contestation, gnufion), n'hésite pas.

Merci d'avoir participé à cette grande aventure qu'est AJE.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Filippa    

Revenir en haut Aller en bas
 

Filippa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Prélude :: ✎ Cimetière-
Sauter vers: