AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Lun 20 Juin - 12:59

    J'te jure des fois. On a des envies qui nous prennent, comme ça. Au début, c'est petit, c'est chiant, ça chuchote. Mais ça reste calme. Puis ça devient pernicieux, ça se rappelle à toi lorsque tu ne t'y attends pas. Et au fur et à mesure, ça prend ton intégrité en otage et ça commence à hurler dans ta tête sans que tu ne puisse rien faire. Et là, au bout d'un moment, tu craques.

    J'étais tranquillement affalé sur mon lit en train de ne rien faire. La nuit j'avais tapé sur du pions Laycien et ça défoulait foutrement bien. Mais en revenant, me sentant crevé, je m'étais écroulé sur mon lit sans même prendre la peine de me déshabiller, et je m'étais mollement endormi. Au bout de quelques heures, j'avais levé un oeil, mais ce fut bien la seule chose que j'eus la force de faire. Quelque part en moi, quelqu'un chuchota que je devrais prendre une bonne douche pour me réveiller. Je jetai un regard torve à la porte de ma salle de bain, puis je refermai les yeux.
    Un peu plus tard, je finis par me lever, le combat entre ma paresse et ma faim ayant enfin abouti. Conclusion, l'estomac est plus fort que la fainéantise. J'engloutis un déjeuner (car il était bien treize heures) gargantuesque, composé de viandes en tout genre, de patates sautées (j'avais eu la patience de les faire sauter, vous vous rendez compte ? Quoiqu'on aimerait bien faire sauter autre chose, mais bon.), et enfin d'un énorme bol rempli de fraises à la crème. Oui, je sais, ça fait pas très viril, mais qu'est-ce que c'est bon les fraises à la crème ! Sans dec', qui n'aime pas les fraises à la crème dans ce bas-monde ?
    Bon bref, je déjeunai tranquillement, et tout d'un coup la douce odeur de ma voisine sortant de la douche et offrant son corps à la lumière du soleil au zénith, perchée sur son balcon, parvint à mes narines. Mon cerveau eut deux réactions. La première fut de décaler ma chaise dans mon studio suffisamment pour apercevoir la jeune femme (ou tout du moins son dos et ses petits seins ronds), et lui lancer :


    "Quelle douce apparition ! Ta nuit a-t-elle été si mouvementée pour te doucher à cette heure-ci, chère Lilas ?"

    J'eus pour toute réponse un gloussement délicat, et les tétons roses prirent la fuite. Elle était mignonne, mais elle avait presque autant d'aventures que moi, la petite coquine. Je me demandais parfois comment elle faisait pour suivre mon rythme.
    Et sinon, la deuxième réaction (à laquelle je ne prêtai que peu d'attention) fut une petite voix me chuchotant que je ne sentais pas très bon, contrairement à ma charmante voisine, aussi parfumée que son prénom.
    Je me relevai, fis consciencieusement la vaisselle (je suis bon à marier, j'vous dis.),puis je pris ma guitare par la bandoulière, attrapai mon long cuir rouge, et sortis en claquant la porte. Je déambulai tranquillement dans les rues de la jolie cité, en grattouillant gentiment sur ma guitare que j'avais mise en option sèche. Un peu de musique douce ne fait de mal à personne. Je marchai ainsi en fredonnant jusqu'à m'assoir à la fontaine au milieu de l'Agora. Puis, pris d'une pulsion metalleuse comme cela m'arrive parfois, je me levai d'un coup, passai en option électrique, et commençai à partir dans un vigoureux Number of the Beast d'Iron Maiden.
    Cela eut l'effet escompté, puisque bientôt une petite trentaine de personnes s'étaient amassées autour de moi. Bientôt, la foule fut en délire. Je poussai parfois quelques cris gutturaux qui faisaient s'envoler les premiers rangs et qui soulevaient les jupes des filles qui éclataient de rire.
    A un moment, je gérai mal un de mes cris, glissai et tombai de dos dans la fontaine (classe, je dis.) Puis je me relevai comme si de rien n'était, je saluai mon public qui m'ovationna comme il se doit, puis je partis d'un pas pesant.

    Mais c'était trop tard. Trempé comme je l'étais, le démon fit son oeuvre, et bientôt je me retrouvai devant... Les Thermes ! Je craquai, puis entrai dans l'imposant bâtiment. Je pris une place côté hommes (bien que la partie mixte soit sympathique tout de même, mais je devais vraiment me laver, donc bon.), et me rendis dans les vestiaires où je me déshabillai tranquillement. Je fermai le casier avec soin, y ayant calé mes habits, mes grosses rangers, ma chère guitare et mon cuir. Puis, serviette autour de la taille et le buste fièrement bombé (et musclé et merveilleux et vaste et... je fais ma propre pub, so what ?), j'entrai dans les bains.
    Je m'y décrassai et me rinçai soigneusement, puis propre comme un sou neuf j'entrai dans le bassin principal. Je vis avec étonnement une sorte de cercle vide de baigneurs autour de l'un d'entre eux. Je levai un sourcil et m'approchai un peu, posant ma serviette sur le bord du bassin. Et soudain, j'aperçus mon cher, cher Astaroth. Un grand sourire étira mes lèvres, et je nageai vers lui le plus naturellement du monde. Ça tombait foutrement bien quand même, car j'avais quelque chose à lui demander.
    Je parcourus les derniers mètres en apnée, et sortis d'un bond derrière lui.


    "COUCOU !!"

    Le tout fort bien grunté, évidemment. Je m'assis tranquillement à côté de lui (comme si de rien n'était, comme s'il n'était pas l'être le plus puissant de la ville, comme s'il ne me détestait pas du tout.), puis je fis la conversation comme une adolescente qui retrouve sa meilleure copine après trois jours de longue et horrible séparation.

    "Comment va, mon p'tit Élu chéri ? Les amis, les amours, les guerres, les massacres ? Nan, sinon plus sérieusement, tu saurais où est Lovely ? Ça fait dix jours qu'elle a disparu, et je commence à me dire que c'est un peu long. Mais sinon t'as le droit de me parler de touuuuuut tes malheurs parce que je suis un adorable metalleux qui t'écoutera sans s'offusquer de tes frasques et de tes vices."

    Un gros cœur aurait orné la fin de ma phrase, l'effet sur lui aurait été le même, je pense bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Dim 26 Juin - 2:43

C'était une journée peu intéressante qui s'annonçait et elle avait commencé tôt pour Astaroth. Se réveillant aux alentours de 8 heures quand les premiers rayons de soleil avaient fait leur apparition à travers les épais rideaux de la demeure de l'Élu, le Dragon s'était lascivement étiré dans ses somptueux draps puis avait constaté qu'il avait encore passé la nuit seul. Se disant qu'un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal, l'enfant d'Oppse s'était levé après cinq bonnes minutes à bailler dans ses draps, plutôt réticent à entamer une nouvelle journée qui ne lui promettait rien de bien original. En effet, hormis cette épineuse histoire de disparition de son Élue, Garnet, qui lui occupait encore l'esprit. Ces derniers jours, l'humeur de l'Élu Primordial avait tendance à être particulièrement mauvaise, si bien que chacun avait pris soin à le laisser tranquille, surtout après qu'on ait retrouvé les restes de quelques malheureux pions dans son bureau dévasté à la Tour. Personne ne l'abordait, sinon quelques-uns de ses fidèles Élus et encore, avec beaucoup de prudence, et cela lui convenait très bien. En dépit de sa tumultueuse nature et de ses envies brutales, le Dragon avait de temps en temps besoin de se poser seul dans un coin, à réfléchir - car oui, cela lui prenait quand le besoin se faisait ressentir - ou pire encore à méditer sur quelques problèmes. À vrai dire, il aimait parfois s'enfermer dans l'Église pendant des journées entières pour adresser ses vœux les plus attentionnés auprès de Mère Oppse ou tout simplement pour y observer la vie que menait la petite fourmilière humaine sur Terre.

Mais après ces quelques jours au calme, le devoir l'appelait, plus fort et plus pressant que jamais. Il y avait des mesures à prendre, des annonces à faire, des entrainements et des missions à mener et surtout, des soldats à examiner. Avec la disparition de Garnet, c'était toute une partie de ses troupes qui se retrouvait sans maître et l'armée d'Oppse était dans un état de désordre qui lui déplaisait. D'autant plus qu'il avait déjà du se résoudre à s'occuper personnellement de quelques-uns des nouveaux venus, à savoir la candide Lovely et son Parrain plus agité, l'agaçant Kurk. Il fallait d'urgence réfléchir sur un, voir plusieurs successeurs potentiels au poste de Garnet. Et pour cela, quoi de mieux qu'un petit tour dans la Cité ? Cela lui changerait assurément les idées.
S'habillant en vitesse d'un simple pantalon noir et d'un T-Shirt moulant - mais pas trop s'il vous plaît - blanc, il passa son indémodable cape bleu sur ses épaules, attacha sa ceinture sertie de son fidèle katana et partit errer au milieu des pions, non sans attraper au passage une pomme d'un rouge sanglant qui trônait sur le saladier du buffet par pure gourmandise et histoire de se dérouiller les crocs.

Croquant à pleines dents le fruit juteux, l'Élu se rendit d'abord sur l'Agora, y supervisa un moment la réunion soigneusement tenue par Rika et sa poupée Hanyuu puis partit en direction du champ d'entrainement, ignorant les regards des passants qui s'écartaient à son passage ou le saluaient respectueusement. Sur place, il n'y vit qu'un couple rouler dans l'herbe et un pauvre nouveau pantin qui semblait avoir du mal à soulever l'épée qu'on lui avait donné. Soupirant, Astaroth se dit ironiquement qu'il se faisait vieux et que les choses n'étaient plus ce qu'elles étaient. En même temps, il était encore un peu tôt et la session quotidienne d'entrainement n'était pas sur le point de débuter. Ne désirant pas attendre il fit demi-tour et se rendit à la Tour dans le tout nouveau bureau aménagé rien que pour lui dans une décoration simple, mais toujours aussi raffinée avec ses beaux meubles en bois taillés. Il se demanda quel Élu pouvait bien avoir matérialisé de tels objets correspondant parfaitement à ses goûts, pensa d'abord à Luz puis à Filippa. Il eut la vague idée de se rendre chez cette dernière pour le simple plaisir de lui faire la conversation, mais se souvint qu'elle devait avoir beaucoup de travail dans les sabots et que c'était également plus ou moins son cas. S'asseyant à son bureau, il entreprit donc d'éplucher quelques rapports peu enrichissants sur les derniers affrontements, missions et expéditions effectués même si d'habitude il préférait déléguer ce genre de tâche administrative à un Élu ou à un Bras Droit.

Alors qu'Astaroth était plongé dans son travail depuis plusieurs heures, un bruit désagréable parvint à ses oreilles et le fit sortir - sans aucun regret - de sa paperasse. Voyons... Le son d'une guitare, la voix éraillée d'un camionneur en rut, des gloussements d'une foule en délire, ce ne pouvait être que... S'avançant vers la fenêtre, il y jeta un rapide coup d'œil et repéra bien vite le manteau en cuir rouge pétant d'un si mauvais goût de l'ex rock-star. Kurk bien entendu... Astaroth étouffa un grognement agacé, songea à démonter sa chaise pour en jeter quelques bouts en direction du chanteur en lui hurlant de se taire mais en voyant qu'il se rétama majestueusement dans la fontaine, se ravisa et retourna à ses affaires en bougonnant :


- Combien de fois lui ai-je dit de ne PAS me casser les oreilles avec sa musique de barbare à ce décoloré décervelé ?

Quand tous les documents furent triés et soigneusement rangés - c'était rare qu'Astaroth fasse consciencieusement ses devoirs d'Élu mais quand il le faisait, il le faisait bien - il se dit qu'un petit tour aux Thermes lui ferait le plus grand bien et qu'après tout il l'avait bien mérité. En plus, malgré la foule qui devait s'y trouver, il serait tout de même en paix, surtout que c'était bien le dernier endroit où il croiserait cette brute de Kurt. Les voyous de sa trempe ça ne se lave pas... si ?

*
- COUCOU !!

Sentant l'eau s'écarter en sa direction, l'Élu se retourna d'un bond, lâchant le minuscule dragon d'eau qu'il avait parvenu à faire s'enrouler autour de ses doigts et eut l'heureux réflexe de lever le bras pour dissiper la salve sonique lancée - volontairement ou pas - par... Kurk.

- Un simple « Bonjour, Élu vénéré, comment allez-vous en ce beau jour de Juin ? » aurait suffi.

Mais sans broncher, le jeune - et imprudent - surexcité se mit à lui débiter à toutes allures un discours dont il n'avait que faire jusqu'à ce que...

- tu saurais où est Lovely ? Ça fait dix jours qu'elle a disparu, et je commence...

Il fallut un moment pour qu'Astaroth réalise qu'il avait bien entendu ce qu'il avait cru entendre. La réaction fut immédiate :

- Idiotisch Gitarrenspielen auf... Sans finir sa phrase, Astaroth attrapa le métalleux par la peau du cou et lui fit amoureusement boire la tasse, pressant vigoureusement sa nuque sous l'eau.

- Tu as perdu Lovely ? Incapable ! Mais comment t'as fait ton compte, bougre d'idiot ? Une fille comme Lovely ça disparait pas comme ça, piouf dans les airs ! Je sais que c'est un charmant oiseau mais quand même ! Et il t'a fallu dix jours pour t'en rendre compte et venir m'en parler ? Par Mère Oppse, mais tu sers...

Réalisant que déjà qu'en temps normal Kurk ne l'écoutait pas des masses, lui passer un savon alors qu'il avait les deux oreilles sous l'eau n'était pas l'idée la plus lumineuse qui lui avait traversé l'esprit, Astaroth relâcha sa prise et croisa les bras avant de se rasseoir, la figure visiblement encore plus renfrognée qu'avant.

- Bon l'important c'est de retrouver Lovely. Tu l'as pas envoyé se balader seule en dehors de la Cité j'espère ? Jetant un coup d'oeil à son interlocuteur, une lueur mauvaise s'alluma dans l'unique oeil fendu du Dragon tandis qu'il reprenait sur un ton affreusement menaçant : Ne me dis pas que tu lui as volé sa vertu ou pire que tu l'as laissé fréquenter ces imbéciles de marionnettes de Layca, sinon je te jure que je t'arrache ce qui fais de toi un homme à mains nues. Et venant d'Astaroth, il est dur de savoir s'il était sérieux ou pas quant à sa menace.

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.


Dernière édition par Astaroth le Jeu 7 Juil - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Ven 1 Juil - 20:38

    Si j'avais eu le temps de répondre, beaucoup de choses auraient pu être confiées à mon gracieux Elu. La phrase la plus pertinente qui me vint à l'esprit fut cependant "Mais tu sais que je suis allemand et que je te comprends mon Elu chéri ?".Sauf que bien évidemment, je n'en eus pas l'occasion. Ma tête, miraculeusement, fut sous l'eau. Je notai quand même, de un que ce cher Astacrotte parlait allemand (je comprenais du même coup pourquoi les hauts gradés me regardaient avec inquiétude lorsque je donnais ma nationalité), et de deux qu'il n'était pas très content. Et que lorsqu'il n'était pas très content, il écoutait plus sa force que sa tête, puisque je n'entendais rien à ce qu'il me disait sous vingt centimètres d'eau. Et puis de trois quand même, il était intelligent de se graver en mémoire qu'il était vraiment fort. Je veux dire, vraiment. Je suis quelqu'un de plutôt costaud et pas fluet, mais il m'avait foutu la tête sous l'eau comme si j'avais été un gosse de quatre ans et de dix-sept kilos.
    Enfin, il consentit à me relâcher. Je sortis en inspirant un grand coup alors qu'il continuait à papoter. J'ouvris la bouche pour répondre à sa première question, mais il reprit en commençant à spéculer sur mes actions. Bon, je sais que j'ai une vie décousue, mais quand même ! C'est quoi ces suppositions hautaines et presque méchantes ? J'vais m'plaindre à la SPP ! La Société de Protection des Pions ! (même si j'en n'étais plus vraiment un)
    Bon, d'abord, commencer à lui répondre. Je me calai contre le rebord du bassin, répondant avec le moins de cynisme possible. Maman Oppse sait que j'aurais bien aimé pourtant, mais le Astaroth avait l'air encore plus sur les nerfs que d'habitude, et je ne voulais décemment pas mourir pour l'avoir trop énervé. Déjà, il m'écoutait, et c'était un miracle (même s'il était méchannnnnt.) Je pris un faux air de vierge effarouchée.


    "Oh non, s'il vous plaît, Élu vénéré, ne m'arrachez pas ce qui fait de moi un homme (viril du moins), je vais répondre de ce pas. Je l'ai pas déflorée, je l'ai pas vendue. Je l'ai perdue. Un jour elle est partie en me disant joyeusement qu'elle allait cueillir des fleurs dans Claurofyl, et qu'elle reviendrait le soir pour l'entraînement. Elle s'était drôlement améliorée pour faire ses petites illusions. Elle m'avait promis de se cacher sous l'une d'elles pour voyager, refusant que je l'accompagne. Mais le soir, elle n'est pas revenue. Je me suis dit qu'elle devait faire école buissonnière, et j'ai laissé passer. Mais le lendemain soir, elle n'était toujours pas revenue."

    Astaroth pouvait très bien m'interrompre à ce moment là. Anticipant la possible réplique acide qu'il pouvait -très justement- me balancer, j'enchaînai.

    "Alors oui, je ne t'en ai pas parlé plus tôt parce que pour une absence de deux ou trois, limite quatre jours, tu m'aurais certainement envoyé sur les roses. Et puis, ces derniers jours, t'étais plutôt occupé, donc j'ai pas pu te prévenir. Enfin, j'ai essayé, mais Leeroy qui m'a croisé à ce moment-là m'a conseillé de battre en retraite si je ne voulais pas mourir. J'ai obéi."

    Je sortis une main de l'eau, fermai le poing en faisant craquer les jointures, qui blanchirent un peu. Notez quand même que je tutoie notre Élu primordial sans aucun remords.

    "Alors j'ai commencé à la chercher au bout de son troisième jour d'absence. Et je te jure, Asta, je te jure que j'ai cherché. Si t'as pas entendu quelqu'un gueuler et grunter dans les rues ces derniers jours, c'est parce que j'étais tout le temps dehors. J'ai parcouru tout Alea Jacta Est, je suis même arrivé pas loin de la cité de Layca. On m'a pourchassé pendant presque une journée, mais j'ai fini par semer les Layciens que je n'avais pas vilainement amoché ou tué. Mais je l'ai pas trouvée. J'ai passé la forêt au crible fin. Tous les jolis endroits. Même les plus angoissants. Le petit oiseau, on dirait qu'il s'est évaporé."

    Nan, mais sérieux, ça me faisait vraiment chier. Lovely, elle était toute choupinette, pas méchante pour un sou, qu'on aimerait vraiment aider, encourager, voir grandir pour qu'elle vole de ses propres ailes. Et ça m'emmerdait de l'avoir perdue, comme ça, d'un coup. Sans rien retrouver d'elle, absolument rien. Même pas un cadavre. Même pas un rire de Belzy qui passerait par là. Même pas un bouquet de fleurs abandonné sur le bord d'un chemin. Pas un seul signe de la gamine.
    Alors oui, il pouvait me dire tout ce qu'il voulait, mais j'avais quand même respecté mon boulot de Parrain. J'étais allé jusqu'à mettre ma vie en jeu, à lorgner près du territoire ennemi pour retrouver une écervelée de gamine qui aime tout le monde et qui ne comprend pas que c'est la guerre et que tout le monde n'est pas aussi gentil qu'elle le pense.
    Et oui, il pouvait commencer à me taper dessus, car on voyait bien que ce n'était pas la première mauvaise nouvelle qu'il accusait ces derniers jours, et qu'au moins ce serait quelqu'un de solide qui encaisserait. Mais j'pense qu'à force de l'emmerder et le titiller gratuitement, Astaroth n'avait pas compris que j'étais quand même un bon gars. Bon, très chiant, je l'admets haut et fort.


    "J'te promets que ça m'emmerde beaucoup plus que ce qui paraît."
    Bon, j'en eus marre de cette ambiance, et j'ajoutai :
    "Et sinon, Élu vénéré, comment allez-vous en ce beau jour de Juin ?"

    Si cracher un peu sur moi tous ses soucis pouvait le dérider un peu, ce serait mieux pour toute la ville, hohoho. De quoi, ça fait pas sérieux quand c'est moi qui le dit ? Mais je vous emmerde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Jeu 7 Juil - 23:57

Par la barbe (invisible) de Belzeneff ! Que ce type-là était ennuyant. À peine avait-il sorti sa tête de l'eau qu'il se mit à parler, parler, parler sans s'arrêter à un tel point, que l'Élu regretta bien vite son geste et hésita de nouveau à lui refaire faire un tour avec les quelques rares poissons du bassin qui n'avaient pas encore pris la fuite. Si le sujet n'était pas aussi grave, Astaroth se serait bouché les oreilles plutôt que de laisser son cerveau être envahi par son agaçant charabia. Bon d'accord, ce que disait Kurk était, pour une fois, important, mais le Dragon n'y pouvait. Dès que cet homme ouvrait la bouche, il lui prenait une violente envie de vomir par les oreilles absolument tout ce qu'il lui racontait. Et c'était sans parler des moments où il se mettait à... Comment disait-il déjà ? Gunter... Ganter... Grunter, il me semble. Avec sa guitare là, Astaroth avait parfois envie de se fracasser la tête contre les murs plutôt que de devoir subir la cacophonie acerbe que ce prétendu chanteur appelait musique. Un de ces jours il faudrait qu'il coupe les cordes de cet infernal instrument et qu'il aille tirer les oreilles du forgeron fou qui lui avait donné une telle horreur.
Ceci dit, il fit l'effort, ô combien douloureux, d'écouter le récit de la pipelette ambulante, non sans se demander si ce type n'était pas en réalité une femme pour pouvoir sortir autant d'âneries à la minute. Un rapide coup d'oeil vers l'entrejambe du métalleux fou le ramena à la triste réalité : il n'y avait que les individus du sexe faible qui soient aussi bavards qu'une pie. D'ailleurs il se surprit à penser que sa menace de castrer le mâle à mains nues n'était pas des meilleures parce qu'en réalité ça le tentait pas plus que ça. À vrai dire, l'idée même de devoir toucher directement à sa virilité lui donnait des frissons de dégoût. Il fallait croire que la colère du Dragon n'était pas assez forte au point de se déchainer sur le membre de son pion. Ceci dit, ça ne lui retirait pas le moins du monde l'envie de lui clouer le bec une bonne fois pour toutes.
Astaroth soupira en classant méticuleusement toutes les informations que lui donnaient Kurk, séparant l'essentiel pour jeter le superflu, c'est-à-dire pour ne pas retenir grand chose : Lovely perdue, fouillé AJE, pas trouvée, Layca. Option numéro une : Kurk mentait sur toute la ligne et cherchait juste à royalement l'emm*rder ou bien c'était lui qui était responsable de sa disparition... Hum, toute compte fait, Kurk était peut-être un crétin pas né, mais pas à ce point-là. Et puis dans le fond, c'était un bon gars. Entre mâles, ça se sentait ces choses-là. Sans quoi, il ne lui aurait jamais confié Lovely, quoique maintenant il commençait à franchement regretter cette négligence de sa part. M'enfin, il devait réellement l'avoir perdue. Restait donc plus que l'option numéro deux : il disait la vérité et ça, c'était franchement plus embêtant parce que ça impliquait pleins de choses qui allaient lui prendre la tête.


- Bon écoute Kurk, si Lovely n'est pas réapparue dans l'arbre aux lucioles c'est qu'elle est forcément en vie quelque part. Vu le profil de la gamine elle a pas du survivre toute seule sur AJE en camping sauvage. Donc la seule hypothèse plausible c'est que des pions de Layca l'aient recueilli et enrôlé. En plus je vois bien la petite idiote suivre gentiment les Laycaïstes en sautant partout. Avec un peu de chances, ta Lovely est en train de se la couler douce dans la Forteresse de Layca. Fantastique ! Il allait devoir monter une attaque au coeur même des défenses ennemies pour récupérer une nouvelle enrôlée par l'adversaire. L'idée même le fatiguait. À moins que...
Astaroth grinça des dents et sa mine s'assombrit. Plaçant ses coudes sur ses genoux pour appuyer sa tête sur ses poings fermés, l'air soucieux, il se mit à fixer une point invisible de son unique oeil. Les gens autour d'eux s'étaient dispersés et la plupart d'entre eux avaient quitté l'endroit, sentant que l'ambiance allait rapidement dégénérer étant donné qu'on avait dérangé le Dragon dans sa baignade.

- Dis-moi, tu as entendu ce qu'il était arrivé à Garnet, Kurk ?
Une question qui sous-entendait beaucoup de choses. Belzeneff aurait-il également emporté l'âme de Lovely ? Mais dans quel intérêt ? Comment un pion aussi insignifiant que Lovely aurait pu compromettre ou même s'attirer le courroux du marionnettiste encapuchonné ? Celui-ci s'était-il donc mis en tête d'anéantir ses soldats un par un ? Non, non. Inutile de partir sur des conclusions aussi hâtives. Lovely devait être chez Layca et un point c'est tout.
- Tu n'as pas rencontré Belzeneff par hasard ?

Un râle las sortit de la gorge de l'Élu qui ne put s'empêcher de donner un coup modéré au-dessus de la nuque du Parrain avant qu'il n'ait eu le temps de répondre. Geste anodin, comme ça, par pure pulsion. Oh ça faisait un bien fou que de sentir la paume de sa main rebondir contre l'arrière du crâne vide du prétendu chanteur.

- Comment crois-tu que je vais ? Une des mes Élues a été exterminée par Belzeneff, visiblement j'ai un pion qui s'est envolé dans la nature et maintenant j'ai un crétin pas foutu de me vouvoyer qui me colle aux basques ! D'ailleurs, je m'en fiche, je vais pas envoyer une bande de gus qui ont autre chose à faire à la boucherie aux portes de l'ennemi pour une mioche paumée. Tu n'as qu'à utiliser ton pouvoir sur un ou deux bonhommes de Layca pour les interroger ou bien demander à Xiao Mao de s'infiltrer pour trouver des informations. Une de mes pions qui rejoint le camp adverse, ça ne doit pas passer inaperçu quand même.


_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Mar 12 Juil - 9:22

    La réponse d'Astaroth ne présageait, bien évidemment, rien de bon. Même dans mon crâne endormi et ramolli par la chaleur, je sentais que j'étais dans la merde si je devais me mettre à chercher Lovely. Attends. La forteresse de Layca ? Comment je pourrais infiltrer la forteresse de Layca, bordel ? Je faisais tourner l'idée dans ma tête, et plus j'y réfléchissais, plus je me disais que ce serait une opération suicide d'aller la chercher seul. Mais vu les petits soucis hiérarchiques chez les gradés d'Oppse ces derniers-temps, je ne pouvais pas me permettre de demander à l'Elu primordial de me prêter un escadron pour que je parte à la rescousse du gentil petit oiseau. Et même si ça me crevait de l'accepter, je devais admettre que c'était un peu la merde.
    Je frottais pensivement les quelques poils mal rasés de mon menton en songeant à sa dernière phrase, et je ne pouvais m'empêcher de douter sérieusement de sa véracité. Lovely était peut-être très naïve, mais sa crédulité avait des limites... Non ? Elle savait très bien qu'elle serait en danger si elle s'approchait trop de chez les Laycaïstes. Je lui avait suffisamment répété, assené, rentré dans le crâne que même si elle en rencontrait des gentils envers elle, d'autres n'hésiteraient pas à la hacher menue. Et violemment, en plus. La dernière fois que je lui avait expliqué, elle avait compris.
    J'hochai la tête lorsqu'Astaroth me demanda si je savais ce qui était arrivé à Garnet.


    "Les bruits courent que Belzy l'a enlevée, mais je t'avouerai que je n'ai pas eu de réponse claire quand j'ai posé la question."

    Je ne m'étendis pas sur le sujet, me doutant qu'il était relativement risqué d'en parler avec l'Elu qui venait de perdre un précieux élément. Il me posa une autre question. Je m'apprêtai à répondre que non, la seule fois que j'avais vu Belzeneff c'était à mon arrivée sur AJE, et qu'il m'avait magnanimement recousu la jambe, mais Astaroth ne m'en laissa pas l'occasion, me tapant à l'arrière du crâne et continuant de parler, à moitié pour lui-même, à moitié en se soulageant sur moi. Puis il me conseilla d'interroger des pions de Layca. Je fronçai le nez. Pas vraiment une bonne idée ça. Et puis soudain je réalisai quelque chose.

    "Astaroth."

    J'avais du mal à capter son attention, et ça me faisait un peu chier, car pour une fois que je venais lui parler sérieusement, il était de très méchante humeur, et s'attendait certainement à ce que je raconte n'importe quoi. Quoique, je vais pas l'en blâmer, je suis vraiment trop chiant avec ce mec. Mais il le mérite, nan ? Pas possible d'être aussi colérique quoi. Et pourtant il avait des amis. Des amis qui devaient être soit très maîtres d'eux-mêmes, soit excessivement calmes ou timbrés. Mmh.

    "Lovely ne peut pas être à la forteresse de Layca. Je l'ai suffisamment briefée là-dessus, et on avait bossé sur cette éventualité avec son pouvoir. Tu sais, elle pouvait créer des illusions. On s'était débrouillés pour lui créer une illusion qui la faisait ressembler à une gerbe de fleurs lorsqu'elle était en forêt, et à une brise lorsqu'elle était autre part. Et même si elle n'était pas très puissante, elle avait beaucoup travaillé, même un Bras Droit s'y est laissé prendre une fois."

    Je secouai la tête, pensif.
    "Un Elu ne se déplacerait pas pour emporter Lovely chez les Laycaïstes, elle n'est pas assez puissante, et son don n'est pas vraiment utile en combat. Mais si Belzeneff... Pourquoi aurait-il..."

    Merde, je pouvais pas terminer mes phrases, quoi, c'était pitoyable. Mais je n'osais pas y penser, ça me prenait trop la tête. Je repensai à Xiao Mao.
    "Le petit chat a d'autres affaires bien plus importantes que de retrouver un oiseau perdu... Surtout si elle n'est pas à la Forteresse."
    J'eus un rire presque gêné. Le pauvre Asta morflait ces derniers temps, quand même.
    "Désolé hein. Déjà tu me trouves pas d'Elu pour ne plus avoir à faire la nounou avec quelqu'un que t'aimes pas spécialement, mais en plus ce quelqu'un te perd un p'tit pion."
    Bien malgré moi, mon don de jukebox télépathique s'activa, passant dans la tête de mon cher Elu Primordial et la mienne Shine on you Crazy Diamond, des Pink Floyd. Ok, ce n'était pas du metal, mais j'arrêtai bien vite la musique dès que je me rendis compte qu'elle s'était activée, alors que le son doux de la guitare de David Gilmour laissait une sorte d'écho triste à l'intérieur de nos crânes.
    "Mmh, tu vas peut-être pas me croire, mais c'était involontaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Mer 20 Juil - 10:55

Pas de Belzeneff en vue. Étrange… Si le marionnettiste fou avait enlevé Lovely, il l'aurait probablement fait savoir comme lors de la mort de Garnet durant laquelle il avait laissé en vie son Bras Droit en guise de témoin. En temps normal, Belzeneff était une divinité plutôt… encombrante, qui ne perdait jamais une occasion de se manifester et de rappeler à tous que c'était lui qui dirigeait le monde d'AJE. Il semblait encore plus étrange qu'il fasse disparaitre une nouvelle seule, sans laisser aucune trace de ses agissements ou de ses motivations. Une pensée qui rassura l'Élu et le conforta dans l'idée que la petite Lovely devait probablement être quelque part chez Layca.

- Astaroth.

Damn. Le ton qu'il avait utilisé pour prononcer son nom était affreusement sérieux. Se pourrait-il que, pour une fois, Kurk ne lui sorte quelque chose d'intelligible ? L'unique pupille fendue du Dragon revint alors à son interlocuteur, attendant patiemment ce qu'il avait à dire. Après tout, il était parfaitement vrai que la situation n'était pas à la rigolade et ça, même le métalleux pouvait le comprendre.
Le Parrain lui expliqua alors qu'il était purement impossible que son pion disparu ne se soit fait kidnapper les soldats de Layca et ce, pour plusieurs raisons qui paraissaient totalement vraisemblables. Ceci dit, ce raisonnement ne l'arrangeait pas du tout car il le remettait indéniablement sur la piste de Belzeneff qui était largement plus ennuyeuse. Mais il fallait bien reconnaitre que les propos de son interlocuteur étaient censés et que son sérieux n'était pas à remettre en question, ce qui était plutôt étonnant compte tenu du personnage. Donc, ce type savait se montrer raisonnable de temps à autres et ça, Astaroth le réalisait pour la première fois. Bien qu'il n'en démontra aucun signe, sinon un léger hochement de tête, le Parrain venait de monter un tout petit peu dans son estime. Mais pour combien de temps ?
Toutefois, le Dragon n'eut pas le temps d'ajouter quoi que ce soit que l'instinct de pipelette de Kurk revint au galop, enchérissant sur Xiao Mao et enfin sur quelques excuses minables dont - dans le fond - il n'en avait que faire bien qu'il sentait de la sincérité dans ses paroles. Mais quitte à faire des excuses, autant les formuler poliment ou proposer une solution de réparation à la place. Enfin… Astaroth soupira en se disant que venant de la part de Kurk, c'était déjà pas mal. Il ne répondit pas immédiatement, la tension étant retombée, et laissa son esprit naviguer entre les remous du bassin et la chaleur presque étouffante qui était maître des lieux. Il méritait bien ce petit moment de détente, voir même plus. Pourquoi avait-il fallu que l'autre ne débarque dans ses pieds pour non seulement l'agacer, mais en plus lui annoncer une nouvelle des plus contrariantes ? Ce fut alors qu'un air étrange apparut dans un recoin de sa tête. Une mélodie qu'il n'avait jamais entendue de sa vie et qui ne lui disait donc absolument rien. À vrai dire, il n'avait jamais été attiré par la musique "moderne" à savoir le rock, la pop, le rap et même la musique moins moderne comme le jazz, le blues… Sur la musique tout court en fait, à l'exception de quelques morceaux classique. Astaroth n'était pas un mélomane dans l'âme mais il savait apprécier une bonne partition de piano ou de violon lorsqu'il en entendait une. En tout cas, il n'y avait qu'un responsable possible à cette intrusion musicale de son esprit : Kurk. Mais avant qu'il n'ait eu le temps de lui lancer un regard noir et de briser son pouvoir en utilisant le sien, le Parrain se rendit compte de son erreur et stoppa tout de suite la chanson avant de lancer bêtement qu'il ne l'avait pas fait exprès.


- Encore heureux que c'était involontaire… Bougonna le Dragon. D'ailleurs encore heureux qu'il ne lui ait pas envahi l'esprit avec un de ses habituels airs de barbare composés de guitares électriques folles et d'un chanteur qui hurlait comme un porc qu'on égorgeait. Là, Astaroth aurait été sans doute beaucoup moins magnanime, mais estimant qu'il était fatigué de devoir sans cesse réprimander Kurk et qu'il avait autre chose à lui dire, il décida de passer l'éponge sans pouvoir s'empêcher d'ajouter : Un Parrain aussi âgé que toi qui ne maîtrise pas son don… Y'a de quoi rire.
En y repensant ça faisait un moment que Kurk était Parrain… Un jour peut-être, il faudrait consentir à lui donner une promotion. Un jour… Ce n'était pas la place qui manquait chez les Bras Droits, mais il faisait encore difficilement confiance au métalleux pour lui accorder une telle responsabilité et surtout, il fallait trouver quelqu'un qui accepte de prendre un phénomène pareil en Bras Droit… Hum en y réfléchissant il y avait peut-être… Bref, retournons au vif du sujet.

- Belzeneff a autant de raison que Kamui de vouloir s'en prendre à Lovely : absolument aucune. Et s'il l'avait fait, il l'aurait probablement clamé aux quatre coins du monde comme lorsqu'il a anéanti l'âme de Garnet. Étant son Parrain, il serait sûrement déjà venu te voir pour te narguer à propos de sa disparition s'il en était le responsable. À moins que cela ne fasse partie de son plan… Il s'arrêta un moment, fit craquer ses doigts, signe qu'il réfléchissait, puis finit par reprendre en haussant les épaules : On verra bien. Dans l'immédiat j'ai d'autres affaires plus urgentes. Même si l'absence d'un pion est problématique, Lovely n'était pas essentielle à la vie de la Cité. Fais ce que tu veux de ton côté et de tâche d'essayer de trouver quelques informations à son sujet. Je ferais signaler sa disparition et j'en parlerais aux autres Élus pour t'aider.

En réalité, Astaroth avait des hypothèses plus sombres, plus macabres sur les agissements de Belzeneff ou de Kamui mais il ne souhaitait pas en faire part à Kurk. Faire courir le bruit que l'ennemi tramait quelque chose de très mauvais pour lui risquait de sérieusement nuire à sa réputation et il ne voulait ni inquiéter personne, ni faire un peu plus d'ombre sur sa puissance et son autorité en tant qu'Élu Primordial. Il fallait qu'il en parle seul à seul avec ses Élus. La conversation pouvait donc s'arrêter ici. Cependant, il y avait encore une dernière chose qui tracassait le Dragon. Tournant la tête vers le chanteur, il le fixa un moment, la mine pensive avant d'ajouter :

- Es-tu simplement venu me parler de Lovely ou as-tu quelque chose d'autre en tête ? Si oui, je te suggère de m'en faire part sur le champ avant que je ne mette fin à ce charmant entretien.

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Dim 31 Juil - 17:18

    Les chers petits Élus, surtout les Primordiaux, se prennent bien trop la tête. Je regardai le pauvre mec, dont on voyait clairement le soucis peint sur le visage à l'encre indélébile. Même la chaleur étouffante du bassin ne parvenait qu'à creuser ses rides de soucis qui se faisaient plus visibles ces temps-ci. Non pas que notre cher Astaroth se fasse vieux, mais il fallait bien avouer qu'il avait besoin d'un break. Que bien évidemment je ne devais pas réellement lui accorder avec tous les soucis que je lui apportais.
    D'ailleurs, il me fis sentir un peu plus ma position d'intrus en me balançant une petite pique à propos de mon pouvoir. J'eus un sourire ironique.

    "Oui, enfin, je pense avoir fait mes preuves quant à mes capacités à utiliser mes pouvoirs, hein."
    Fallait pas déconner non plus. J'étais très fier de mon petit entraînement personnel, et de mes capacités innées à apprendre aux autres petits Pions à comment user de leurs pouvoirs tous plus bizarres les uns que les autres. Regardez, la petite Lovely. Elle qui n'aurait pas fait de mal à une mouche, je m'étais débrouillé pour qu'elle soit capable de se débrouiller toute seule sans se faire tuer à chaque coin de rue ennemie. Enfin, ne parlons pas de ça, c'est chiant. Elle avait disparu, hein, le petit oiseau. Peut-être allait-elle revenir. Il suffisait juste que je ne l'ai pas cherchée au bon endroit, au bon moment, pour que finalement retourner Alea Jacta Est d'est en ouest et du nord au sud n'ait servi à rien.
    Puis mon cher Élu me donna les directives à suivre quant à la suite des événements. Finalement, il restait quelqu'un de dévoué à son travail. Il fallait dire que j'étais directement sous son commandement, et donc Lovely sous sa responsabilité. Compréhensible qu'il ait fait quelque chose à ce sujet. Ou pas ?

    Puis il me demanda si j'avais quelque chose à ajouter. A demander. Moi ? Non, rien. Attends. Je réfléchis. J’espérais que je réfléchissais pas trop lentement, sinon c'était la merde. Vu comment il était, je supposais qu'il était prêt à écouter n'importe quelle ânerie, n'importe quelle demande, et de la considérer réellement. A quel point pouvais-je lui demander quelque chose qui me vaudrait un blâme direct dans des conditions plus ordinaires ? Je sais que je cherchais la petite bête, mais c'était pour la bonne cause ! Il ne s'en rendait pas compte, mais je lui tenais une compagnie des plus agaçantes qui lui permettait, dans tous les cas, de parler un peu de ses soucis, même à moitié. Il avait dit beaucoup plus qu'il aurait bien voulu l'avouer. Et je ne pensai pas que ma télépathie musicale ne se soit activée par pur hasard. Ni que cette chanson soit sortie de nulle part. Je me répétai doucement les paroles dans la tête. Puis j'en soufflai quelques mots. Il me comprendrait, on se comprenait tous, quelle que soit la langue employée.

    "You were caught on the crossfire of childhood and stardom,
    Blown on the steel breeze.
    Come on you target for faraway laughter,
    Come on you stranger, you legend, you martyr, and shine!"

    J'eus une petite pause pour récupérer mon souffle, puis repris la parole assez vite pour expliquer mon geste.
    "Les paroles correspondent beaucoup à Lovely. Je me demande si Belzeneff ne l'aurait pas suffisamment manipulée pour qu'elle nous revienne... Différente ? Mmh."

    Je restai un court instant silencieux, puis je pris ma décision. Cela faisait quelques temps que cette idée me trottait dans la tête. Je n'avais rien osé faire car aucune occasion ne s'était présentée, et que je n'avais pas eu la grande envie de me faire allumer la gueule. Mais maintenant que le p'tit Asta était devant moi à me demander si je désirais quelque chose, fallait carrément pas chipoter. Je pris une grande goulée d'air, puis je me plongeai un instant dans l'eau. J'arrêtai de gesticuler, puis je me lançai.
    "Oui, j'ai autre chose en tête, même si Lovely est le plus gros de mes soucis actuellement. Sauf que toi, t'as l'air bien, bien plus emmerdé. Les Élus sont bien trop souvent en dehors de la Cité, en mission. Les Pions tombent et s'écrasent au sol comme des fruits trop murs qu'on n'a pas eu le temps de faire pousser avec attention. Est-ce que..."
    L'unique oeil de l'Elu me transperçait de part en part. C'était parti pour la grande question.
    "Est-ce que tu voudrais plus d'aide de ma part ? Je veux dire, de l'aide... Enfin tu vois. J'ai pas de mal à aider les pions à s'entraîner, et j'ai un bon contact humain. Et contrairement à ce que tu penses, je peux être discipliné. Regarde. Je te fais chier, mais j'ai jamais fait d'insubordination et j'ai toujours obéi à tes ordres."
    Je passai une main derrière ma tête, grattant le cuir chevelu, sentant sous mes doigts mes cheveux blanc argenté. Je me sentais un peu tout nu sous son regard. Bon, le sens propre était vrai, mais le sens figuré lui aussi.
    "Au fait, au cas où tu en doutes, je suis parfaitement sérieux."
    A en adopter un visage sérieux d'où ne pointait ni ironie, ni sens de l'humour. A en faire une demande réelle, qui pourrait l'aider à avancer dans cette guerre sans fin qui nous broyait tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Jeu 22 Sep - 1:48

On avait beau le taquiner le métalleux, il fallait quand même bien admettre que depuis le temps, il avait développé une sacrée maîtrise de son pouvoir. C'était pas comme s'il infestait régulièrement par accident les oreilles de tout ceux qui l'entouraient. Et Oppse seule savait combien les gaffes de ce genre arrivaient aux pions peu attentifs à leurs dons. Et même si celui de Kurk pouvait paraître ridicule à première vue, il avait le chic pour vraiment agacer les ennemis. De plus, ses vagues soniques pouvaient s'avérer vachement utiles en combat. En y réfléchissant il était pas si superflu que ça le chanteur fou. Juste passablement... Argh. Voilà qu'il se remet à fredonner. Agaçant ! Voilà ! Agaçant. Mais curieusement, il était d'un agacement supportable. Le genre de type qui tapait sur les nerfs et que moins on voyait, mieux on se portait mais qui également finissait par nous manquer quand il était pas là. Attention, employons le terme « manquer » dans un sens purement platonique. C'était juste que bon, quand Kurk frappait dans la Cité, il frappait fort et bien. Il avait cette manière d'enchainer les gourdes originales au moins. Et quand Kurk s'absentait et bien... c'était calme. Non pas qu'Astaroth n'aimait pas la tranquillité, bien au contraire, mais disons que parfois on s'ennuyait quand la Cité était parfaitement silencieuse et dénuée de jeunes filles en admiration - et parfois en petite tenue, détail non négligeable - devant cette icone musicale allemande. En fait, Kurk, c'était un peu devenue une mascotte. Un élément infime mais indispensable au paysage de la Cité. Ou alors, toute cette réflexion n'était qu'un vague prétexte à la lassitude de notre Élu Primordial qui n'avait ni l'envie, ni le courage, de cogner sur la tête du Parrain. Bon sang, c'était qu'il commençait à se faire vieux Astaroth. Bientôt, il deviendra un vrai bisounours. Ou une loque. À condition que les bisounours et les loques aient une affinité particulière avec les demoiselles à forte poitrine et pratiquassent l'arrachage de tripes en guise de passe-temps favori, biensûr.

- Les paroles correspondent beaucoup à Lovely. Je me demande si Belzeneff ne l'aurait pas suffisamment manipulée pour qu'elle nous revienne... Différente ? Mmh.

Un léger ricanement retentit dans l'air : Tu cherches trop loin. Cette chanson est bien trop dramatique pour Lovely. Faisant craquer ses doigts avec un soupir : Si Belzeneff nous ramène une Lovely serial killeuse alors je devrais l'engager pour former les nouveaux pions et le mettre à ta place.
L'idée même de retrouver une Lovely transformée en psychopathe pas finie le fit vaguement sourire tandis qu'il s'enfonçait un peu plus dans les eaux chaudes et voluptueuses du bassin, l'esprit embaumé par la vapeur tiède qui s'en émettait. On était bien là. Même aux côtés d'un idiot qui nous rabâche les oreilles comme quoi ça va pas bien en ce moment. Il avait brusquement l'air pensif celui-là d'ailleurs. Oui pensif, parce que même les créatures au cortex cérébral endommagé par la musique forte du XXIème siècle étaient encore capables de penser. Même de manière rudimentaire.
Il plongea et revint à la surface, seulement pour lui pourrir la vie avec une réflexion particulièrement irritante. Merci Kurk. Comme si Astaroth n'était pas bien au courant que c'était la panique dans ses rangs et qu'il était dans la mouise jusqu'au cou. Une moue soudainement nettement plus boudeuse s'afficha sur la figure de l'Élu qui se laissa couler un peu plus profond dans le bassin jusqu'à ce que les bulles ne lui chatouillent le bas du menton. Encore un peu plus et les oreilles passeraient sous l'eau et éventuellement il serait libéré du baratinage du blanc-bec à grande gueule. Toutefois, l'unique oeil du Dragon restait fixé sur son interlocuteur comme si, malgré tout, il lui donnait toujours son attention. Ou bien peut-être était-il menaçant, prêt à bondir sur cet importun qui osait le déranger dans son probable unique moment de la journée quitte à mettre de côté cette paresse addictive qui avait pris le dessus sur son irascibilité habituelle.


- Blup.
Fut le bruit comique qui s'échappa de la bouche de l'Élu qui faillit boire la tasse en manquant de glisser, frappé de surprise. Kurk ? Lui proposer de l'aide ? Oh cela semblait trop beau, trop noble pour être vrai. Il y avait quelque chose d'insinué dans cette belle proposition. Et Astaroth devinait aisément là où venait en venir le Parrain. Se redressant rapidement, il réagit au quart de tour, un sourire mi-narquois, mi-cruel aux lèvres :
- TOI faire du bénévolat ? Aurais-je donné un coup de trop sur cette petite tête ? Appuyant ces paroles d'une nouvelle tapette sur l'arrière du crâne du chanteur, il croisa les bras et continua d'une voix railleuse, son unique oeil fermé : Serais-je en train de rêver ou tu viens de tenter de me soumettre une subtile demande de promotion ? JUSTE après m'avoir annoncé que tu as perdu un de tes pions, évidemment. Pas forcément le bon moment pour formuler une requête de ce genre. Il va falloir trouver mieux que ça pour me persuader d'accepter. Qu'est-ce qui te fait croire que t'as le potentiel de devenir Bras Droit ? Tu serais prêt à seconder un Élu ? À chaperonner d'autres Parrains et s'assurer qu'ils fassent bien leur boulot ? À surveiller des pions, les trier et les répartir aux mains de différents Parrains ? Laisse-moi rire...
Cependant, il rouvrit une paupière et la pupille reptilienne se planta à nouveau dans la direction du Parrain dans une expression à la fois inquiétante et amusée :
- Mais... Il est vrai qu'en ce temps de crise, il serait judicieux de reconsidérer tous les outils à sa disposition. Même les plus incongrus d'entre eux doivent avoir leurs habilités et ce serait du gâchis de les laisser de côté. C'est vrai que jusqu'ici tu t'es... pas trop mal débrouillé. Je suppose que de toutes façons, ça peut pas être plus mal de te donner une chance. Sortant la main droite de l'eau, il pointa son index vers le futur Bras Droit. Mais UNE chance alors écoute-moi bien et tâche de pas foutre tout ça en l'air, parce que je te jure que si tu foires je te reléguerais au rang de moins que rien et je ferais de ton existence un enfer pour les prochaines années à venir. On commence à être sérieusement en manque de personnel pour le ménage des geôles des souterrains tu sais ? Alors re-examine ta proposition et réfléchis aux conséquences de ce que tu demandes avant de te lancer dans quelque chose qui te dépasse.

Le regard inquisiteur, insistant, il s'arrêta pour marquer un temps de pause en espérant ne pas avoir parlé dans le vent. Cette décision se devait d'être mûrement réfléchie, il était hors de question de lancer des postes importants comme ça, sous le coup d'impulsion et des réclamations impulsives du premier péquenaud venu. Cependant, depuis le temps qu'il avait Kurk dans les pattes, l'Élu avait bel espoir qu'il était sûrement venu le moment où l'insolent guitariste devait gagner un peu plus d'importance. Après une minute de silence aussi pesant que l'air ambiant alourdi par l'humidité brûlante des bassins d'eau chaude, il tourna la tête vers son interlocuteur et reprit la parole d'une voix infiniment grave, le sourcil froncé, le regard sévère :

- Kurk, veux-tu oui ou non devenir Bras Droit ?
Hors RP:
 

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Jeu 6 Oct - 19:59

    Dans d'autres circonstances, si la demande n'avait pas été si grave, et si le pouvoir de mon cher Élu n'avait pas été si grand, j'aurais éclaté de rire devant la tronche qu'il me tira alors. Et puis, le blup ! S'il vous plaît, l'onomatopée de la mort ! Et puis sa tête, son œil écarquillé, son déséquilibre dans l'eau brûlante ! C'était à se plier en deux. Mais tout cela se fit bien gentiment et silencieusement dans ma tête vide de metalleux, parce sinon je pouvais creuser ma tombe dans la minute qui suit. Même pas besoin de tombe en fait, il réduirait mon pauvre corps à l'état de petits morceaux, si nombreux qu'on ne pourrait pas tous les retrouver dans le large bassin.
    Lorsqu'il reprit enfin ses esprits, il me tint des propos très méchants ! Vui d'abord, il se moquait de moi et de mon bénévolat. Puis je réfléchis un instant. Attendez. J'avais demandé à plus l'aider, c'est vrai. Mais je ne voyais pas ça comme une augmentation bordel ! En plus on était même pas payés pour ce boulot ! D'où le fait de proposer mon aide était-il pour mon propre intérêt, nan mais oh ? Je sacrifiais gracieusement mon temps et mes capacités pour l'aider à rester en surface, et voilà comment il me traitait ! Ah, stop ! Ca s'améliore. Ouais j'pourrais faire tout ce qu'il me disait. Parce que de un, j'sais vachement bien organiser les choses. Ouais, dans mes albums je glissais du progressif, et je vous assure que le progressif demande une sacrée organisation. Alors s'occuper de quelques pions et de leurs Parrains, fingers in the nose !

    Mais je pensai sincèrement ce que j’avais proposé, et ça me faisais un peu chier qu’il me prenne si peu au sérieux. Sauf que je l’avais mérité. Le fait d’annoncer tout de go la disparition de Lovely et demander de monter en grade, c’était… Risqué. Risqué et audacieux. Et un peu con aussi. Tout moi en fait !
    Il pointa un doigt vengeur vers moi, presque menaçant. J’avais presque l’impression de recevoir une sentence de mort, c’était super flippant. En plus, les gens autour de nous n’étaient toujours pas reparus, effrayés devant tant de… D’émancipation de l’Elu Primordial. Nan, le mot ne convient pas, mais bon. Je ne trouve pas autre chose. Il prononça encore quelques phrases, pour me foutre la pression au maximum. Bien sûr, je t’ai demandé un poste plus important juste pour faire le con. Je ne suis pas abruti au point de demander quelque chose tout en me sachant incapable de le faire, quoi.
    Et puis il se tut. Il me laissa patauger dans mes pensées, remettre tout en ordre (ou alors il se créait un petit effet, ce qui était foutrement possible), être bien certain de ce que je demandais. Peut-être qu’en fait il attendait une réponse précise. Une ultime petite pique de ma part. Quelque chose, une réaction qui lui permette de revenir sur sa décision. Mais non. Le silence pesait de plus en plus.

    Finalement, soit il en eut marre, soit il en eut marre. Et il me balança la phrase d’une façon qui me fit l’effet d’une demande en mariage. Le fait qu’on soit entièrement nus dans un bassin brûlant n’arrangeait pas les choses. Mais bon, il faut savoir quand rester sérieux, et là il l’était sacrément. Je fus tenté, sacrément tenté, de lui dire un « oui je le veux » ! Mais, me doutant de recevoir une baffe en pleine tronche (et une baffe d’un mec qui ressemble à une bête sauvage lorsqu’il se bat, c’est pas vraiment génial, vous ne trouvez pas ?) , je me retins. Quelques secondes passèrent où je pesai une dernière fois le pour et le contre. Pourquoi lui avais-je demandé ça ? Est-ce que je voulais vraiment l’aider ? Est-ce que j’allais vraiment être utile ?
    Je pris doucement ma respiration, puis je me lançai.


    « Ja, ich will das Werden. »

    Bras Droit. Il fallait que je le devienne, n’est-ce pas ? Il était bien temps que je fasse mes preuves à l’œil du sévère Elu qui ne parvenait pas, définitivement pas à me prendre au sérieux. Et ce n’était pas seulement des preuves. Les Pions tombaient un par un, les Elus disparaissaient. Les promotions étaient données largement, mais consciencieusement. La cité d’Oppse vivait une crise qu’il fallait à tout prix traverser en évitant un maximum les dommages collatéraux. Et je savais que je pouvais aider, rien qu’un petit peu.

    « Normalement, je serai capable d’organiser les Pions. Et je m’entends suffisamment bien avec tout le monde pour être presque sûr que je pourrais bien épauler mon Elu. »

    La question qui tue germa soudain à mon esprit. Oh mais bien sûr ! La question la plus importante, hein.
    « Au fait, tu as déjà pensé à quelqu’un pour mon Elu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth
Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres

Administrateur sadique ❦ Mangeur de membres
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Jeu 24 Nov - 8:50

Le silence qui s'était imposé entre les deux interlocuteurs était bon signe. Il était la preuve que Kurk était en train de méditer sur la proposition de l'Élu, qu'il avait pleinement conscience de l'importance d'une telle décision. Il aurait parié que ça bouillonnait à l'intérieur du crâne argenté de l'allemand. Pour peu, il aurait même presque dit que quelques volutes de fumée qui s'élevaient du bassin provenaient de ses oreilles.

- Ja, ich will das Werden..

Astaroth avait tourné la tête, observant les quelques rares baigneurs qui étaient restés. En effet, seuls les plus courageux osaient partager le bassin de l'Élu Primordial. Il était quelques fois arrivé que perturber la baignade du Dragon fut considéré comme un acte de provocation et, comme on peut bien se l'imaginer en raison du caractère olympien de notre personnage, Astaroth ne s'était pas fait prier pour répondre à une telle insolence. Les plus sages évitaient donc de s'approcher de trop près de l'Élu. Il n'était jamais agréable de se baigner dans un mélange hétéroclite de sang et de tripes.
Bref, si Astaroth n'avait pas le regard rivé vers une direction opposée au barbare musical, ce dernier aurait pu voir l'esquisse d'un sourire satisfait s'afficher sur ses lèvres. C'était la réponse à laquelle il s'attendait. Mine de rien, la demande était risquée mais être intrépide portait parfois ses fruits. Parfois, il fallait savoir foncer vers l'avant sans regarder derrière soi en dépit des dangers de l'entreprise.
« Qui ne tente rien n'a rien. » Disait-on.

- Ça ne te va pas d'être aussi formel. Soupira-t-il en revenant au, désormais Bras Droit. Il était curieux de voir Kurk aussi sérieux. Curieux mais pas si désagréable. Une pause de temps en temps était toujours appréciable.

- Et biensur que tu as intérêt à savoir organiser les pions puisque c'est ton rôle. Ne put-il s'empêcher de railler avant que ses lèvres ne s'étirent en son habituel et trop bien connu sourire narquois quelque peu effrayant. Adoptant un ton nettement plus moqueur il s'empressa d'ajouter : Parce que tu pensais vraiiiiment que j'allais te dire aussi facilement le nom de ton futur Élu ? Tout ce que je consens à te révéler pour le moment c'est qu'il s'agit d'un nouvel Élu très, très prometteur. C'est une demoiselle... Il s'arrêta à peine une seconde, cherchant le bon adjectif qui pourrait correspondre à l'excentricité de la personne mentionnée. Singulière. Tu verras. Mais je suis sûr que tu t'entendras très bien avec elle... ou... Il lui semblait en avoir déjà dit trop, aussi, il se tut et se leva, mettant fin à sa phrase après quelques instants de suspens, les yeux brillant d'une lueur espiègle. Lui.

Se dirigeant vers la sortie du bassin en constatant avec satisfaction qu'on s'écartait sur son passage, il coupa court à la conversation : Je vais l'informer de ta promotion. Je pense qu'avec ces quelques indices tu devrais facilement trouver ton nouveau supérieur sans quoi, je doute sérieusement que tu aies les capacités mentales requises pour ce nouveau poste. Quoiqu'il en soit, j'irais lui parler de toi. Je suis sûr que vous allez vous entendre à merveilles.
En y réfléchissant, mettre ces deux-là ensemble était une idée de génie. Comment n'y avait-il pas songé auparavant ? L'excentricité de ce drôle d'Élu saurait probablement calmer le tempérament intenable de Kurk. Nul doute qu'ils allaient former un beau couple, un couple certes particulier, mais un couple définitivement amusant. Ne restait plus qu'à voir s'ils seraient efficaces ensemble. Cela promettait d'être amusant. De plus, il serait débarrassé de l'irritant guitariste. Il était tout de même grand gagnant dans cette histoire, si compter que ce dernier ne profite de sa montée en grade pour semer la zizanie auquel cas, il n'hésiterait pas à le reléguer au rang de nouveau petit pion après lui avoir arraché les cordes vocales.
Ah, il allait oublier ! Se tournant une dernière fois vers Kurk, il ajouta :


- Je déteste devoir te dire ça mais puisque tu es désormais Bras Droit, ton don va devenir un peu plus puissant dans les jours qui suivent. Tache de ne rien détruire. Ce n'était pas une excellente nouvelle mais c'était une conséquence naturelle découlant de cette décision. Oh, tant pis, maintenant qu'il n'était plus son Élu, Kurk irait casser les oreilles à quelqu'un d'autre. Hochant la tête en guise d'adieu, il se retira alors.
Hors Jeu:
 

_________________
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    YOU'RE LIVING BUT YOU'VE GOT NO SOUL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleajactaest.jdrforum.com
Kurk
Notre Viril à tous

Notre Viril à tous ☙
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   Ven 6 Jan - 12:01

    On aurait été dans une histoire à l’eau de rose débile, j’aurais été une gamine plate et chiante, je lui aurais tiré la langue. Malheureusement, votre serviteur étant une star du metal sexy au possible, je dus me contenir et simplement lever un sourcil à ses railleries.
    Puis il continua en me disant quelques trucs sur mon Elu. Elue. Heu. What ?
    Dans ma tête, je ne parvenais pas à trouver de qui donc il voulait parler. C’était pas normal. Je tentai de me concentrer, mais ça marchait pas vraiment. Je soupirai, me disant que de toute façon je saurais bien assez tôt qui était cet Elu surprise. C’était comme les… surprises. On savait pas à quoi s’attendre. Là j’avais un peu peur quand même.


    « Ah, bah ça me fait plaisir de savoir que je vais bien m’entendre avec mon nouveau supérieur ! »
    Quoi, c’était officiellement plus mon supérieur direct, donc j’avais le droit à un peu de raillerie… Non ? NONNNN ? Je le vis donc se lever, se préparant à sortir du bassin que toute la dignité permet lorsqu’on est nu comme un ver. Autour de nous il n’y avait plus personne. J’entendais des chuchotis stressés un peu plus loin se demandant si je n’avait toujours pas un bras en moins.

    BEN NAN CONNARDS, J’EN SUIS UN EN PLUS !!

    Ahah, je suis drôle. Puis mon cher Elu Primordial eut une dernière phrase à cet entretien. Great, j’allais avoir la conclusion. Mmh, plus de puissance ? C’était bon ça. J’avais hâte d’essayer.

    « Chouette alors, je pourrai vérifier si je peux déraciner des arbres en chuchogruntant maintenant ♥ »
    Je le vis partir en hochant la tête. Ben quoi ? A mon arrivée sur AJE je déracinais des arbres tout le temps puisque je parvenais pas à me contrôler… Mmh, si je gagnais en puissance il allait falloir faire de la rééducation ! A noter : ne pas utiliser de gentils pions tout neufs comme cobayes, sous peine de punition imminente et… douloureuse.
    « A la prochaine Asty, et bonne chance pour la suite ! »
    Bien qu’en soi la remarque fut parfaitement sincère, je doute que le gentil Elu la prit au premier degré. Il partit sans se retourner, et je pus sentir qu’il était plus que soulagé de me voir en dehors de ses pattes.

    Je m’avançai près des autres baigneurs, qui me demandèrent tous en même temps comment j’allais.

    « Oh, parfaitement bien, je viens d’être promu Bras Droit ! »
    Le silence qui s’imposa fut religieux. On ne me répondit pas, je haussai les épaules puis je repartis du bassin. Arrivé aux vestiaires, je continuai de réfléchir à qui pouvait bien être mon Elu. Je me rhabillai en y réfléchissant, je repartis dans la rue en y réfléchissant, je rentrai chez moi en claquant la porte, toujours en y réfléchissant. J’allai m’allumer une clope sur le balcon pour penser posément à tout ça. J’entendis un rire léger. Je sentis un parfum à mes narines. Coulant un regard vers la gauche, j’eus le plaisir de voir ma voisine Lilas, à présent plus habillée que plus tôt ce matin. Elle me regarda un instant

    « Qu’est-ce qui t’arrive, beau grunter ? T’as l’air patraque. »
    « Je m’ennuie. », répondis-je en exhalant de la fumée en sa direction, un sourire aux lèvres. Elle sourit et partit du balcon.

    ♥♥♥

    Une charmante jeune femme étalée lascivement sur mon torse, et quelques dizaines de minutes plus tard, je m’allumai une nouvelle clope. Elle vit ma façon de mordiller le bout de la cigarette.

    « Bon alors, maintenant que ça va mieux, qu’est-ce que tu as ? »
    « Ben j’ai été promu Bras Droit, mais je sais pas de qui… Un ou une nouvel(le) Elu(e) il paraît. »
    Lilas prit une cigarette dans mon paquet ouvert puis l’alluma pensivement. Puis un sourire se peint sur son visage, et elle me souffla la fumée au visage.
    « Tu savais que Stramoine avait été promu ? »
    Je la regardai, éberlué. Puis je réfléchis un instant aux dernières paroles d’Astaroth. Oui, ça ne pouvait être que ça. Je soupirai longuement, et passai un bras autour du dos de ma jolie voisine.
    « Ah, le bâtard. »
    Ce devrait être la conclusion.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conversation dans le plus simple appareil [mon viril Elu <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Nuit tombe. Deux âmes obscures attendent dans la taverne.
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés
» Devenir Receleur dans les RR, possible ?
» Casting de théatreux dans une cave enfumée
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs terminés-
Sauter vers: