AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Martyr ou partyr ? [4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Martyr ou partyr ? [4]   Mar 3 Mai - 14:31

Et la lumière ne fut plus ! Dans un fracas terrible, tous les pions tombent les uns à côté des autres, formant un cercle parfait.

La voix aiguë de Belzeneff s'élève du plafond.

- Nyolo ! Voici la vierge Marie sacrifiée pour vous ! Nous vous présentons l'une de nos plus vieilles copines de primaires, c'était notre première amoureuse ! On s'est fait notre premier bisou NYOLO !

Alors que Belzeneff rougit en se dandinant comme une collégienne pudique, la salle se dévoile aux yeux des pions.
La pièce est circulaire, derrière chaque pion est suspendu un squelette en chocolat. Chaque squelette est de la taille et de la morphologie du pion qui se tient face à lui. Tous ont un élément qui rappelle le pion qu'il représente. Pour Luz une longue chevelure blanche, Alvaro une rapière, Linoa deux émeraudes au fond des orbites du crâne, Melyana, du lierre, Leeroy un masque, Leera une tenue d'écolière, et Stiigma un squelette de renard... Mais étrangement, là où aurait du se tenir Jiang Wei, il y avait un autre brun. Le squelette derrière lui portait un sac contenant des billes d'enfant multicolores.

La voix tonitruante de Belzeneff ricana, hystérique

- Jiang Wei s'est fait manger par Belzeneff Nyolohohoho ! Mais pour pas que vous vous sentiez tout seuls sans le grand maître du Lotus vert, nous vous avons offert un cachalot ! Il est un peu boomant mais pas méchant ! Nyolo ! Mais regardez plutôt qui se tient sur scène ! N'est-elle pas belle notre vierge de fer ?!

Dans un grondement sourd, le rideau de fer se leva, dévoilant une estrade et un immense cercueil circulaire, tenant debout. Similaire à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], les longs pics qu'elle contient sont recouvert d'un chocolat liquide, teinté d'une étrange couleur rouge. Sur le dos de la belle métallique est inscrit un chiffre, gravé dans la fonte qui compose l'objet de torture « 2 ».

- Owi la jolie madame ! Quelle tristesse que la maman de Jésus soit morte en martyr... Peut-être qu'elle aurait mieux faire de partyr ?!

Un grincement s'élève de l'un des pans de la salle. Dans le dos de la dame de fer, le long du mur de la pièce, se tient une porte entrouverte. Dans cette pièce sombre se tient une immense balance à plateaux. Sur l'un des plateaux repose un petit coffre, dont le poids indiqué semble être de plus de 300kilos. Un système de loquet scelle le coffre, mais un fil d'acier semble relier les deux plateaux de la balance. Peut-être qu'en s'y mettant tous ?

Face à la dame de fer se tient une autre porte. Aucune serrure n'y est visible. Impossible de la déplacer.

- Alors nyolo, il vous plait mon petit manoir ? Nous avons un point d'honneur à le rendre paisible et agréable ! Nous devirons peut-être en faire une maison d'hôte. Nous sommes sûrs que pour Halloween, ça ferait un malheur ! Ho et, nous allions oublier... Des pommes ou des bananes ? Non, enfin, des pommes ? Des bananes ? Des pêches ? Ha non. Un œuf !

N'attendant pas la réaction de pions, Belzeneff jette du plafond un oeuf qui semble abriter une petite créature endormie. Les pions en feront-ils une omelette, où trouvera-t-on une poule couveuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alvaro
Ψ Narcissique Impitoyable Ψ

Ψ Narcissique Impitoyable Ψ
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Martyr ou partyr ? [4]   Ven 6 Mai - 22:10

Je n’avais pas prêté d’attention particulière aux nouveaux arrivants. Ce n’était autre que deux guignols de chez Oppse. Le militaire pédophile et la poupée aux cheveux délavés s’étaient joint à notre petite Chocolate Party. Je n’étais guère étonné d’apercevoir l’armoire masquée draguer l’un des nôtres. Il n’était décidément bon qu’à papillonner à droite et à gauche… J’aurais honte à la place de ses congénères d’avoir un pareil énergumène dans nos rangs. L’autre par contre, avait fait preuve d’initiative et s’était mise à chercher ici et là le moindre indice. La contemplant avec attention, je la vis sortir subitement un œuf en chocolat qui fut ni plus ni moins subtilisé par Belzeneff d’un geste vif et désordonné comme d’habitude. Ces nyolos aigus me donnaient un mal de crâne incroyable et quelle en fut mon désespoir lorsque celui-ci le jeta avec vigueur l’œuf sur le sol dans un impact assourdissant après l’avoir levé au ciel, se prenant probablement pour cet horrible singe sorti du cerveau cramoisi des producteurs Disney. Une immense tornade s’échappait de l’œuf dans un sifflement de mort, et alors même que j’étais assis confortablement sur le sol, je me retrouvai à voltiger au cœur même de la tornade. Ou allait-il donc bien nous emmener cette fois-ci… ?

Crack, Bang, Paf, Boom, tous ensembles, nous étions tombés dans une chute synchronisée et parfaitement organisée. L’atterrissage fut plutôt douloureux, mais quelle en fut ma surprise lorsque je vis que nous nous étions tous retrouvé en un cercle parfait. Comment une tornade pareille pouvait-elle se conclure de la sorte… ? Belzeneff avait beau me fatiguer et me sembler plus fou et cauchemardesque qu’une Maïté dopée a la ciboulette, ses pouvoirs n’en restaient pas moins fascinants. Me frottant le dos alors que je me remettais sur pied, je fus surpris par un objet situé derrière-moi. Le contemplant avec précision, cette espèce de…Squelette en chocolat faisait exactement ma taille, et de plus, elle semblait porter une rapière qui ressemblait extrêmement à la mienne. Etait-ce là une sorte de présage maléfique de la part de cet abominable Belzeneff ? A tous les coups il ne voulait que nous faire peur en présentant une sorte de clone cadavérique de nous-même. De plus, comme chacune de ces poupées en chocolats étaient suspendues, cela donnait une forte impression de pendaison. Un environnement plutôt glauque, mais tout ce chocolat permettait de rendre la chose bien moins atroce et lui donnait même un côté loufoque des plus ridicules. Tapotant le squelette qui me revenait, je provoquais alors à nouveau Belzeneff.

‘’Aaah, Belzeneff… Tu aurais pu au moins t’appliquer au niveau facial ! Si cette vulgaire statue de chocolat est sensée me représenter, alors permets-moi de m’en sentir vexé. Voilà donc tout ce que t’inspire mon sublime visage ? Un vulgaire crâne de chocolat vide et dénué de toute originalité ? Je suis déçu de ta performance !’’

Je savais bien que ce genre de propos n’allait rien arranger et même probablement agacer le Roi de la Discorde, mais qu’importe. Autant s’amuser un peu dans toute cette folie ambiante n’est-ce pas ? Je posai dès lors mon regard sur chacun des survivants, ne m’attendant pas à retrouver quelqu’un d’autre que ceux qui étaient présents dans la pièce avant moi. Mais à nouveau, la logique perdait tout son sens, et il avait semblé que dans la frénésie Belzeneffienne nous ayons perdu l’un de nos membres pour en retrouver un autre à la place. Le stratège chinois s’était littéralement évaporé, et nous avions gagné un jeune homme brun pour le moins… ‘’Explosif’’ si je puis dire. Poussant un long soupir, je n’étais pas sûr que nous ayons gagné au change, mais après tout, depuis quand Belzeneff prenait des décisions sensées nous faciliter la tâche ?

En parlant de décisions, Belzeneff ne se fit pas attendre et dévoilai alors sa seconde surprise majeure : Une ‘’Iron Maiden’’ customisée ‘’Pâques Style’’. Comme d’habitude, le chocolat était bien présent, dégoulinant des piques de la statue. Me semblant n’être qu’un artifice visuel, je n’y prêtai pas plus d’attention que ça. Entamant ma marche vers quelque chose qui avait alerté mes sens, J’ignorais purement et simplement les remarques débordant d’enthousiasme de Belzeneff, et je partais déjà en direction de la porte entre ouverte située derrière l’instrument de torture. Une porte entre-ouverte présentait déjà nettement plus d’intérêt qu’une vulgaire Vierge de Fer. Ainsi, poussant légèrement la porte, je découvrais avec curiosité une pièce obscure cachant en son sein une balance à taille humaine. Luisant aux reflets de la pièce éclairée ou je me trouvais auparavant, j’observai avec attention cet objet mystérieux. Deux plateaux y étaient présents, dont l’un occupé par un petit trésor. Ce dernier était fermé et le mécanisme permettant de l’ouvrir semblait dépendre tout simplement de la position des plateaux sur la balance. Affichant 300 kilos, ce qui me paraissait quelque peu irréaliste au vues de la taille du coffre, il fallait probablement faire descendre l’autre plateau, vide, afin d’ouvrir le loquet et pouvoir mettre la main sur le mystérieux contenu. Puisque cette balance était gigantesque, alors peut-être fallait-il que nous nous placions nous-même sur le plateau situé en hauteur ? Qui ne tente rien n’a rien, et puis finalement, cela allait peut-être être amusant de participer à ce petit jeu en tentant de résoudre ces énigmes biscornues. Grimpant sur le plateau, je m’attendais à une réaction bien que mon poids n’excède pas les 300 kilos. Après tout, qu’est-ce qui pouvait bien nous prouver que l’indication n’était pas un simple attrape-nigaud ? Mais je n’obtins absolument rien, ce qui m’apporta une grande déception. Je n’étais donc pas suffisamment lourd pour faire pencher la balance. Je me mis à réfléchir quelques instants… Peut-être qu’en étant plusieurs… Un élément me revint en tête : Le chiffre 2 présent sur la vierge de fer. Etait-ce un indice quant aux résolutions des énigmes ? Ou peut-être un autre attrape-nigaud. Quoi qu’il en soit, il me fallait essayer. Après tout, je n’avais pas d’autre choix si je voulais que les choses avancent. Repensant aux pions présent dans la salle avec moi, je me demandai qui était le plus lourd. Ma réflexion ne dura pas une éternité, et me redirigeant vers la pièce, je m’adressai à la personne la plus apte à m’aider :

‘’Hey toi, le militaire masqué. Tu m’as l’air d’être une armoire bien massive. Figure toi qu’il y a une balance la dedans qui n’attends que toi. Si tu m’aides, alors peut-être qu’on réussira à ouvrir le coffre. Et qui sait, tu gagneras peut-être quelque chose qui te permettra d’augmenter ton charisme et ton skill dans la drague illégale ? Comme par exemple, un objet ou une espèce de potion d’amour ? Peut-être même un aftershave parfumé, tu en as bien besoin semblerait-il… Connaissant le fléau qui nous a plonger ici, le contenu du coffre ne peut en aucun cas être quelque chose de bien transcendantal, alors je n’en serais même pas étonné au fond… ‘’

Bien que mon ton soit des plus moqueurs, j’espérais que la matière grise du Soldat soit en quantité insuffisante pour que la simple idée d’obtenir un objet aussi futile suffise à le motiver à m’offrir un coup de main. Qu’il était vil mais particulièrement plaisant de se moquer des Oppsédés… Mais il ne me fallait pas être trop méchant, sans quoi je n’allais jamais réussir à obtenir de l’aide de leur part. Mais après tout, s’il refusait, il restait bien assez de Laycaistes dans le coin pour tenter de résoudre ce problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Martyr ou partyr ? [4]   Mer 11 Mai - 20:47

Le flash lumineux était intense. Linoa, éblouie, ferma les yeux presque instantanément par réflexe. Presque. La puissance de la lumière immaculée lui donna un puissant mal de crâne. Elle se tenait le front, comme si une telle action pouvait endiguer la douleur irriguant son cerveau. Après un très court instant de chute libre, Linoa rencontrait le sol avec une violence inattendu. Son merveilleux fessier endoloris, elle peina à se relever sans aucun repère visuel. Belzneff commença alors à débiter des paroles sans aucun sens, mais cela n'avait que peu d'importance pour elle; le but premier de ces paroles était de semer le doute et l'incompréhension dans les esprits. En revanche, sa voix stridente et suraiguë avait beaucoup plus d'importance pour Linoa et son cerveau en ébullition. Lors de son affreux discours, la lumière se ralluma et Linoa dût cligner des yeux plusieurs fois avant de recouvrer la vue. Après plusieurs secondes, Belzeneff se décida enfin à se taire. Un œuf, il a pas parlé d'un œuf? Réalisant tout d'un coup l'urgence de la situation, Linoa se jetta en direction de l'endroit ou l'oeuf allait s'écraser, juste à temps pour lui assurer un atterrissage en douceur sur son ventre. Elle regarda l'oeuf avec curiosité tout en se maudissant pour la souffrance infligée à son crâne. A quoi pouvait-il bien servir? Elle le garda en main, et se releva, tout en analysant enfin la pièce dans laquelle elle se trouvait.
Ils étaient tous répartis sur ce qui semblait être un cercle dont le centre était confondu avec le centre de la pièce, circulaire également. Derrière chacun des compagnons de fortune, étalé avec plus ou moins de classe sur le sol, se trouvait un squelette en chocolat, squelette qui semblait être une copie trépassée et chocolatée d'eux même. Elle examina son double. Il avait de jolis émeraudes brillants de mille feux incrusté dans les orbites, pour rappeler les yeux vert pur de Linoa. Pour le reste, c'était un squelette d'un classicisme absolu, comme le faisait remarquer cet égocentrique d'Alvaro, de l'autre côté de la pièce dans une tirade rageuse à l'encontre de Belzeneff.
Linoa reporta son attention sur la pièce, dont le centre était occupé par un objet de torture qui aurait pu être effroyablement dégoûtant dans un environnement normal, mais tout ce chocolat environnant donnait à la scène une atmosphère si irréelle qu'il était difficile de se sentir oppressé. Alvaro, visiblement en train d'analyser lui aussi son environnement, chose étonnante suite à sa précédente inactivité revendiquée, sembla n'accorder que très peu d'attention à cet élément pourtant central. Elle l'examina avec plus d'attention. On pouvait facilement broyer n'importe quoi dans ce terrible sarcophage.

« Ce truc sert forcément à quelque chose... Peut être que... »

Mais Linoa fut brutalement retirée de ses pensée par la voix d'Alvaro. Il interpella avec peu de finesse un des serviteurs d'Oppse avec lesquels les compagnons Laycaistes étaient bien obligés de coopérer. Il venait de sortir de la pièce adjacente à la salle circulaire. La salle contenait une balance. Son idée était de faire grimper l'armoire à glace en armure pour essayer de la faire bouger. Attendant la fin de sa tirade, Linoa secoua la tête et leva les yeux au plafond. Un jour, il payera cher son impertinence. Néanmoins intriguée par cette balance, elle décida d'y jeter un œil elle même.

« 300 Kilos ? Alvaro, tu crois VRAIMENT que notre serviteur d'Oppse soit aussi lourd ? Je doute même que tous ensemble, on arrive à un tel poids.. Il doit y avoir un autre moyen... »

Elle revînt dans la salle principale, bien décidée à essayer ce à quoi elle avait pensé plus tôt. Elle se dirigea d'un pas assuré vers son double squelettique. Réalisant qu'elle l'avait toujours dans ses mains, elle posa l'oeuf à terre, et se saisit du squelette à son effigie. Elle le traîna jusqu'au centre de la pièce, le jeta dans l'objet de torture. Après un instant d'hésitation, elle pris son courage à deux mains, referma le sarcophage d'un coup, s'attendant au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: Martyr ou partyr ? [4]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Martyr ou partyr ? [4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Serbie. Du martyr à la victoire. 1914-1918.
» Ordre de notre dame des martyrs
» [MODERN - CONTROLE] MARTYR LIFE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ RPs terminés-
Sauter vers: