AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ★ Stramoine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: ★ Stramoine    Lun 11 Avr - 13:04

    Fiche de
    mon Personnage


    ©Grell Sutcliff, Kuroshitsuji

    Nom : Je ne l’ai jamais su ; de là où je viens, il s’agissait d’une chose inutile.
    Prénom(s) :Stramoine ; si mon prénom est celui d’une fleur mortelle et hallucinogène, ce n’est pas pour rien, sachez-le !
    Sexe :Il semblerait que, depuis que j’ai atterri ici, un changement est eu lieu, alors je me dois de répondre masculin…
    Rang : Faites vous plaisir ♥
    Orientation sexuelle :Je ne suis attiré que part les beaux spécimens masculins ; à la base, je suis tout de même une femme totalement hétérosexuelle.
    Âge : 24 ans
    Origines : Tsigane

    Divinité servie : Oppse
    Élu dominant : Leeroy
    Grade : Nouveau, c’est tellement plus drôle de gravir les échelons au fur et à mesure.
    Don :Le maître des cartes,

    Connaissez-vous la composition du jeu de tarot ? 56 arcanes mineurs, réparties en quatre catégories : le dernier (lié à la terre), le bâton (lié au feu), l’épée (lié à l’air) et la coupe (lié à l’eau), dont 10 cartes sont des numéros allant de 1 à 10, et quatre cartes de cours qui sont le roi, la dame, le cavalier et le valet. Chacun cartes d’une même famille à un pouvoir lié à son élément. Mais Stramoine ne peux invoquer que les quatre figures ; les autres cartes ne servent qu’à rallonger la durée de présence des quatre cartes de cours. Le roi, la dame, le cavalier et le valet de denier ont pour objectif de soutenir et de protéger, ceux de la coupe doivent soigner, les bâtons torturent et les épées blessent pour tuer. Mais chacune à une particularité : le roi de denier ne sait pas se battre, même s’il doit défendre les autres, la dame est une flemmarde pour qui ses ongles sont plus important que la vie de son maître. Seul le cavalier et le valet sont loyaux, mais le cavalier est tête-brulé, et le valet n’est pas réellement un excellent combattant. Le maître des cartes de coupe est un timide incapable de prendre une décision de lui-même. Sa dame est de nature douce et ne sait pas faire la différence entre alliés et ennemis. Leur cavalier n’est pas réellement doué pour les soins, et le valet a un pouvoir de soins bien moindre que les trois autres. Le roi de bâton s’évanoui quand il y a trop de sang dans les environs, la dame a pour habitude finir par plaindre sa victime, le cavalier s’existe tellement pendant le combat qu’il tue le torturé et le valet… et bien, aussi doué soit-il pour torturer, récupérer des informations, ce n’est pas son fort. Et enfin, le roi d’épée n’accepte de se battre que contre des personnes qui aiguisent son intérêt, la dame uniquement face à des hommes qu’elle trouve beau, le cavalier contre des femmes, et le valet contre des personnes dont il est persuadé de la faiblesse.
    Mais ce jeu est également composé de 22 arcanes majeurs, que je peux également invoquer ; chacune d’entre elle possède un pouvoir et un rôle particulier :
    Arcane 1 : Le bateleur : lame du commencement ; il représente les quatre éléments à la foi. Il permet de préparer le combat. D’un regard, il peut tout savoir d’une personne : passé, présent et futur. Son pouvoir est ce à quoi sert le jeu de tarot en temps normal.
    Arcane 2 : La Papesse : Carte de la réflexion. Elle possède la réponse à n’importe quelle réponse que l’on se pose, mais n’accepte de ne répondre qu’à une question par jour, et parfois peut refuser quand elle juge la question stupide ou non pertinente.
    Arcane 3 : L’Impératrice : Arcane de l’intellect. C’est une femme capable de créer des stratégies sans faille (sur le papier uniquement), mais encore faut-il réussir à la convaincre de vous aider !
    Arcane 4 : L’Empereur : Lame de la réalisation. Elle forme une paire avec l’Impératrice. Cette dernière ne peut rien refuser à son homme, et seul lui peut réaliser correctement les plans de celle-ci.
    Arcane 5 : Le Pape : Carte de la pureté : Là où la Papesse sait répondre aux questions, lui sait poser les questions qui dérange et déstabilise. Rencontrer l’un des deux personnages de ce couple entraine forcément un changement, aussi infime soit-il, de la personne, grâce aux questions sans réponses, ou celle qui en ont eut une.
    Arcane 6 : L’Amoureux : Arcane de l’amour. En touchant une personne, il peut le faire tomber amoureux de n’importe qui, quelque soit son sexe, du moment que la personne qu’il a touché l’a déjà rencontré par le passé. Son effet est à sens unique (il faut qu’il touche également l’autre personne pour que ce ne soit pas le cas), et il se dissipe uniquement lorsque l’Amoureux disparaît.
    Arcane 7 : Le Chariot : Lame du mouvement. Présent dans son chariot tiré par un cheval noir et une jument blanche, elle représente également le contraste et l’opposition. Son don vient de là. Cette lame obtient un pouvoir inverse à la personne qu’affronte Stramoine, permettant d’annuler son effet. Cependant, elle ne peut être appelé que lorsque son maître affronte une personne, pas plus.
    Arcane 8 : La Justice : Arcane du choix juste. Une jeune femme tenant une lame, apparaît. Au dessous de Stramoine, ou de l’un de ses alliés et de l’une des personnes en face d’elle, apparaît le plateau de la balance. Dès lors, les deux personnes doivent prendre un choix : voir les blessures de la personne la plus blessée ramenées au même niveau que celles de l’autre, ou bien voir les plaies de celui dans le meilleur état se multiplier pour atteindre le même niveau que celle de l’autre. Aucune d’entre elle ne peut quitter le plateau avant que l’accord n’est eu lieu. Si la décision prendre trop de temps, la Justice abaisse sa lame, et coupe les fils de la balance, et, automatiquement, les blessures des deux protagonistes se retrouve au même niveau, mais plus importante que celles que le plus blessé des deux avaient.
    Arcane 9 : L’Ermite : Carte de la connaissance. Il connaît tout. Absolument tout. Et pas uniquement les réponses aux questions que l’on se pose. C’est une carte très utile quand on ne sait quel chemin suivre, ou ce que l’on doit faire ; elle vous conseille, et nus expose les faits, sans prendre de décision à notre place.
    Arcane 10 : La Roue de la Fortune : Lame de l’imprévu, et de l’imprévisible. Tant qu’elle est présente, tout est possible. L’impossible devient possible. Et à l’inverse, le possible est impossible. Sa durée de présence est très limitée.
    Arcane 11 : La Force : Arcane de la soumission. Elle est représentée par une femme accompagnée d’un chien, qui parle extrêmement bien (la femme, pas le chien). Elle soumet des gens à l’aide de la force des mots, et non de celle physique. Une fois qu’une personne lui est soumise, elle peut lui faire faire ce qu’elle souhaite, dans une certaine mesure. Si la personne n’est pas au bord du suicide, elle ne pourra la pousser à la faire, par exemple.
    Arcane 12 : Le Pendu : Carte de la liberté perdue. Le pendu n’est pas représenté par un homme, ou une femme, mais part un enfant un peu farceur qui s’amuse à immobiliser les personnes qu’il touche pour ensuite les pendre par les pieds. Mais le nombre de personne qu’il peut empêcher de bouger est de un. Pas plus. Et cette personne ne pourra pas bouger tant que l’enfant sera présent.
    Arcane 13 : l’Arcane Sans Nom : Lame de la mort et du renouveau. Représenté sous la forme d’un homme dansant avec un squelette, il peut ressusciter une personne morte, sans passer par la case Elus.
    Arcane 14 : La Tempérance : Arcane de la fin de résurrection. Elle forme une paire avec l’arcane précédente. Si l’Arcane Sans Nom ressuscite, la personne qui bénéficie de ses soins garde toutes ses blessures, et seule Tempérance peut les soigner dans leur totalité. Et si elle n’intervient pas rapidement après son prédécesseur, la personne va finir par décéder à nouveau. Donc, pour faire appelle à l’Arcane Sans Nom, Tempérance doit aussi être présente.
    Arcane 15 : Le diable : Carte du chaos, et des péchés capitaux (luxure, orgueil, envie, colère, avarice, gourmandise et paresse). Tant que le Diable est présent, le péché capital le plus présent chez les personnes présentes devient leur trait de caractère principal, et il leur dicte leur conduite.
    Arcane 16 : la Maison de Dieu : Lame de l’illumination. Elle est l’opposée du Diable. Donc, si le diable exalte les péchés capitaux, la Maison de Dieu fait la même chose, pour les sept grandes vertus (chasteté, humilité, charité, joie, générosité, tempérance et ardeur).
    Arcane 17 : l’Etoile : Arcane de la source de la vie : Tant qu’elle est là, personne ne peut mourir. Mais dès qu’elle disparaît, ceux dont la vie était en sursis décède immédiatement.
    Arcane 18 : La Lune : Carte du vide : Elle fonctionne de paire avec le Soleil. Pour que l’une puisse se servir de son pouvoir, l’autre doit être là, et se servir en même temps de son propre don, sans quoi, aucune d’entre elles n’agit. La lune possède la capacité de rouvrir des blessures physiques anciennes aujourd’hui refermées.
    Arcane 19 : Le Soleil : Lame de l’énergie : À l’inverse de la Lune qui rouvre des blessures, les lui referme. Mais l’utilisation de son pouvoir doit être synchrone avec celui de la Lune.
    Arcane 20 : Le Jugement : Arcane de l’écoute intérieur. Il possède un don de télépathie qu’il peut partager avec les personnes qu’il souhaite.
    Arcane 21 : Le Monde : Carte de l’achèvement et de la totalité. C’est une carte un peu particulière dont le don permet de faire fusionner une carte, temporairement, à Stramoine. Ainsi donc son corps prendre certaine particularité physique de la carte, et il sera capable de se servir du pouvoir de cette carte.
    Arcane 0-22 : Le Mat : Lame sans numéro. Cette lame est très particulière. Stramoine ne choisi pas de l’invoquer ; c’est lui qui choisit quand intervenir. Son don est assez étrange. Lorsqu’il apparaît, les gens autour de lui semblent perdre la notion du temps et de l’espace, comme s’il était ailleurs. Quand ils se réveillent de cet état second, ils ne sont plus là où ils étaient quand le Mat est apparu, et ce dernier s’est volatilisé avec son maître. Il n’apparaît que quand la situation est réellement critique pour Stramoine, n’aimant pas utiliser son don.
    Pour l’instant, Stramoine ne pourra invoquer que les rois, dames, valets et cavaliers des quatre catégories, un seul à la fois… Une fois qu’il aura prit conscience de son don, et qu’il saura s’en servir un minimum, bien entendu. C’est au niveau de parrains qu’il pourra invoquer certains arcanes majeurs, et c’est à partir de celui de bras droit qu’il pourra se servir des arcanes marchants par paire. Et comme Astaroth m'a si gentiment demandé de préciser que le temps d'invocation des cartes étaient limitées, et que Stramoine ne peut pas choisir la carte qui apparait, ceci est aléatoire; comme lorsque l'on tire une carte d'un paquet, et bien, je le fais. (Est-ce bon maintenant Astaroth?)

    Images pour illustrer les invocations:

    Spoiler:
     

    Arme(s) utilisée(s) :Disons que Stramoine et le combat, cela fait deux. Laissez-le avec une épée, et il sera capable de se coupe un bras. Cependant, tirer à l’arc et lancer des couteaux, hors cadre d’un combat, ceci, il sait faire. Et très bien, même. Aussi, n’est-il pas étonnant de le voir avec une ceinture retenant cinq ou six coutelas (la tronçonneuse sera pour plus tard ; incarner un personnage qui a pour avatar Grell et qui n’a pas de tronçonneuse, c’est tout simplement impossible).

    Description Physique :

      Voyez-vous cet étrange personnage qui se détache de la foule ? Oui, oui, le seul être vraiment remarquable parmi tous ces parfaits petits moutons de Panurge. Je parle bien de cet énergumène à la démarche féminine, et aux bottines dont les talons frappent en un rythme binaire les pavés des rues. Non, non, il ne s’agit pas d’une femme, mais bel et bien d’un homme. Remercions le monde d’Alea Jacta Est pour ce dernier détail, car c’est grâce à lui que notre jeune ami est si facilement reconnaissable : une femme, même dans un corps d’homme, continue de se comporter entant que telle. D’où la longue, trèèèèèèès longue cascade de cheveux qui s’amuse à toucher le sol quand son propriétaire se met à genou. Pour la couleur, et cette longueur démesurée, sachez que le changement d’univers en est encore la cause ; aviez-vous déjà vu une ou un funambule avec des cheveux de cette longueur, et de couleur rouge ? Avec de nombreuses mèches plus courtes se réfugiant sur ses yeux, ou plutôt ses lunettes ? Oui, parce qu’en plus, notre artiste est hypermétrope. Chose qui, si c’était réellement le cas dans le monde réel, relèverai du suicide, pur et simple, pour un funambule. Il réussirait à se prendre les pieds dans ses cheveux, et perdre ses lunettes reviendraient à perdre son équilibre ; chute assurée. Mais sinon, il faut reconnaître que ces cheveux lui donnent un certain charme, proche de son vrai caractère, mais qui se marie très bien avec le personnage qu’il joue. Un hypermétrope maladroit, cela attire la sympathie, n’est-ce pas ? Quoi ? Vous voulez que je continue de le décrire ? Bon, ben, si vous voulez, je n’ai rien à faire pour le moment. Alors voyons… continuons sur la lancée du visage, puisque c’est par là que j’ai commencé. Tiens, décrivons ses lunettes. Leur forme est, pourrait-on dire, un triangle. Un triangle un peu déformé. Pour la couleur, on reste dans un traditionnel marron. Petit plus hic : un petit crâne qui pendouille sur chacune des branches ; chic et choc. Et, en général, les gens qui remarquent ce petit détail insignifiant lance au propriétaire des lunettes un étrange regard. On ne peut pas plaire à tout le monde. Il faut dire que ledit propriétaire (je parle toujours de Stramoine) ne fait pas non plus d’effort pour plaire. Toujours su point de vue physique, on est d’accord. Il aurait pu avoir un regard doux. Un regard rassurant. Un regard banal même. MAIS NON. Monsieur préfère un regard amusé, comme si tout était… inutile et insignifiant. Chaque action, chaque mot, chaque personne. Même face à son propre reflet, il garde ce regard. Regard qui, par ailleurs, ressort particulièrement bien. Il faut dire que le vert de ses yeux tranche avec le rouge du reste. Seule chose conservée de son corps d’origine (bon, les organes aussi, mais je ne vais pas vous faire une description interne de Stramoine… non ? Cela ne vous intéresse certainement pas… Dites-moi que cela ne vous intéresse pas…). Je disais donc que ses yeux, de couleur vert kiwi pas assez mur, contrastait totalement avec le reste de son corps et sa tenue, les faisant ressortir d’une manière qui aurait pu ne pas être inquiétante, mais qui l’est. Peut-être est-ce dû à son sourire. Un sourire moqueur, allant de paire avec l’expression de ses yeux. C’est pour cette raison que ses yeux paraissent inquiétants. Si jamais il ne souriait pas de cette manière… voir même s’il ne souriait pas du tout, je suis persuadé que ses yeux paraîtrai banals. Mais c’est pour cela qu’on l’aime Stramoine ; parce qu’il est inquiétant, tout en attirant la sympathie. Je vous vois venir : "Mais comment cet homme peut-il attirer la sympathie ? " La réponse à cette question est très simple : tout le reste de son corps dégage un sentiment de quiétude. Tout d’abord sa taille. Pas exceptionnellement grande, sans être incroyablement petite. Lorsque l’on est artiste de cirque une petite taille est un atout non négligeable ; même en dehors d’un cirque, elle s’avère très pratique. Pour se glisser entre deux murs. Pour se faufiler dans un trou. Pour passer inaperçu. Quoique, ce dernier point n’est pas celui dont profite le plus Stramoine, comme vous l’avez tous compris. Sinon, ses tenues, elles aussi, mettent les gens à l’aise. Un homme vêtu de vêtements féminins, ou vieillot, cela ne fait-il pas rire ? Car oui, mesdames, mesdemoiselles messieurs, Stramoine ne portent que robes, jupes, chemises, et capes. Voir quelques rares pantalons. Très rares pantalons. Mais toutes ses tenues ont un défaut : elles laissent apparaître les diverses cicatrices présentes sur les bras et les jambes de notre jeune ami. Toutes dû à des chutes répétées. Elles sont donc irrégulières, et plus ou moins appuyées, à l’inverse de celles qui pourraient être dû à une lame. Mais plus encore que les cicatrices, ce que l’on remarque sur lesdits membres sont leur manque d’épaisseur. On pourrait s’attendre à plus développer de la part d’une personne qui sollicite à ce point son corps, ses bras et ses jambes tout particulièrement. Mais n’est-ce pas là l’un des atouts primordiaux de Stramoine ? Personne ne s’attend à ce que ces petits bras ou ses petites jambes puissent faire mal.


    Description Mentale :

      Quoi ? Je dois aussi vous dire QUI il est ? Mais apprenez à le connaître, comme cela, vous aurez votre réponse. Hein ? Vous n’avez pas le temps d’apprendre à le connaître ? Bon, alors je vais bien devoir le décrire. Par où commencer ? Ah, mais oui, bien sûr : sachez que tout ce que vous verrez de lui n’est que ce qu’il voudrait bien vous montrez. Ne soyez jamais sûr que ce qu’il vous dit est vrai ; neuf fois sur dix, c’est mensonge. Si bien que lorsqu’il dit la vérité, personne ne la croit. Personne ne sait qui il est réellement à cause de ces mensonges permanant. On a presque l’impression qu’il s’est créé une seconde personnalité, qu’il présente avant de rentrer lui-même en action. Mais il sait qui il est. Et qui il n’est pas. Il n’est pas cet idiot, naïf et maladroit, qui semble si fragile, si facile à briser… Tant qu’il n’a pas réellement comprit à qui il a à faire, ou que la situation n’est pas trop dangereuse, il reste ce personnage qui n’est pas lui ; c’est une façon comme une autre de se protéger du danger qui l’entoure. Mais il est difficile de savoir quand le passage se fait du personnage au réel Stramoine ; il ne cesse pas de parler de lui à la troisième personne, et en disant elle, pas encore habitué à être un homme. Mais là où avec son autre identité, il n’utilise que la troisième personne, son véritable lui peut employer des pronoms de la première personne, seule différence majeur. Si on exclut leur langage. Pour parler du caractère à proprement parler… Tout d’abord, Stramoine est plutôt rusé. Pas exceptionnellement. Juste ce qu’il faut pour savoir quand, et comment, s’enfuir quand la situation commence à sentir mauvais. Mais il n’est pas un lâche pour autant ; il sait faire la part des choses. Il ne confond pas pour autant stupidité et imprudence. Quoique… quand on part du principe que risquer sa vie l’amuse au plus haut point, c’est sûr que les avis peuvent diverger sur la question. Quand on y réfléchit, en fait, il n’est pas capable de faire cette différence. Ou alors, il l’a fait, mais s’en fiche, ce qui est fort probable quand on connaît le personne. Car les choses l’indiffèrent. Toutes les choses. Rien ne l’intéresse, à part sa famille. Et quand je parle de famille, je parle bien sûr de cirque. Le cirque est sa seule passion. Tirage de carte, funambulisme, aide pour les autres numéros, Madame Loyal, directrice… tout lui manque, même si il ne le montre pas. Il aurait aimé pouvoir, ici aussi, montrer son spectacle pour émerveiller et effrayer. Qui sait, peut-être trouvera-t-il un nouveau public dans ces terres ? Que faut-il savoir d’autre sur lui ? Et si nous parlions de ses peurs ? Car Stramoine est humain. Il a donc des peurs, comme tout le monde. Quelles sont-elles ? Il possède une peur phobique des lieux clos ; cela est-il surprenant lorsque l’on a vécu en plein air, et que le seul lieu clos que l’on n’ait jamais connu est une chambre d’hôpital ? Il a également une peur phobique de l’eau, en grande quantité. N’espérait jamais le voir à la mer, ou dans une piscine. Personne ne sait d’où vient réellement cette peur, même pas moi ; il a dû manquer de se noyer étant petit, c’est la seule explication que je vois. Sinon, il a une véritable aversion pour les poissons, loin d’être aussi marqué que les deux précédentes peurs. C’est juste qu’il trouve leur petit corps répugnant. Il ne faut pas chercher bien loin. A l’inverse, il est passionné par les poisons divers et variés. Avec son nom, ce n’est pas très étonnant. Il connaît le nom et l’effet de la plus part des plantes dangereuses présentes sur Terre. Les retrouvera-t-il sur Alea Jacta Est ? Ou bien son petit carnet verra de nouveau nom s’ajouter ? Au même titre, il apprécie les animaux. Tous les animaux. Avec une préférence pour les serpents, petites créatures qu’Alim, son ami, manipule. Et oui, à force de les fréquenter, il s’est mis à les aimer. Cela n’a rien de bien surprenant, n’est-ce pas. Que pourrais-je encore dire ? Oh, j’ai une idée. Savez-vous quel trait le Diable et la Maison de Dieu accentuerait chez lui ? Le diable exalterait la paresse, trait qui n’est pourtant pas très fort chez lui (je vous laisse deviner ce qu’il en est des autres pêchers capitaux), et la Maison de Dieu s’occuperait de sa joie ; j’imagine que vous avez tous compris à quelque point Stramoine est d’un naturel joyeux. Et encore, vous n’avez pas idée de jusqu’où cela peut aller. Et j’espère réellement pour vous que jamais, jamais, vous ne le saurez.


    Signes particuliers : Outre le fait qu’il parle de lui à la troisième personne, et en disant elle ? Non, je ne vois pas.
    Talents spéciaux :C’est un artiste de cirque ; il a donc plusieurs talents qui en découlent : il est contorsionniste, très doué dans le lancer de couteau, doté d’un très bon équilibre et d’une agilité hors norme. Il semble par ailleurs très bien s’y connaître en plantes empoisonnées.
    Aimez-vous les rhododendrons ? Sinon, c'est très bon en brochette, cuite au feu de bois. [Réponse validée par Tonton Astaroth. Bon courage pour le reste de la fiche ❤]

    Votre personnage est-il victime d'amnésie ?Nieeeeeet !
    Citation : "La vie est un rêve, mais rêver n’est pas vivre."
    Biographie :


    Extrait du journal de Monsieur Loyal
    22 décembre19XX

    "Ce soir, nous accueillons un nouvel élément dans la troupe. Pour le moment, elle est un peu jeune pour monter sur les planches, mais je suis sûr que, plus tard, elle sera une grande étoile. Bienvenue à toi, Stramoine, fille de la nuit et de l’hiver. Ma fille. Dommage qu’il faille qu’une étoile s’éteigne pour qu’une autre se réveille. Je ferais en sorte que ta mère, où quelle soit en ce moment, puisse être fière de toi. Elle savait qu’elle se supporterait pas ta venue au monde ; la maladie qui la rongeait a eu raison d’elle. Tu es tout ce qui me reste d’elle, je saurais prendre soin de toi. La troupe m’y aidera. Il y a quelques jours, une femme et son très jeune fils, Alim, nous ont rejoint, j’espère que ma petite s’entendra avec lui ; c’est tellement rare deux enfants en bas âges dans un cirque, au même moment.
    […] J’espère également qu’elle portera avec fierté son nom ; je comprends les raisons qui t’ont poussé à le choisir, ma chérie. La stramoine n’est pas sans raison surnommé pomme épineuse. Qui pourrait penser d’une fleur à l’aspect si fragile qu’elle est mortelle ? J’imagine que tu souhaites que notre fille grandisse avec l’idée de ressembler à cette fleur, pour que personne ne puisse s’en prendre à elle. Sache que ton souhait sera exaucé. Personne ne pourra s’en prendre à elle. "


    Extrait du journal de Monsieur Loyal
    22 décembre 19XX

    "Cela fait aujourd’hui 7 ans que ma petite fleur est venue au monde. La plante a bien poussé. Elle n’est plus un frêle petit bourgeon. Elle est devenue une fière plante qui résiste au froid. Le vent la fera plier, à la manière d’un roseau, mais ne pourra la briser. L’eau peut la submerger, elle s’en sortira. Mais elle n’en reste pas moins une fleur qui vit trop près d’un feu. Si elle ne fait pas attention, un rien peu la consumer. Cependant, n’est-ce pas ici la vie que nous avons choisie en devenant itinérant du spectacle ? Stramoine est la digne fille de sa mère. Aussi douée qu’elle pouvait l’être à son âge. Peut-être plus encore. Elle était née contorsionniste ; cela lui servirait dans ses numéros futurs, quel qu’ils soient. Dans notre cirque, c’est tout les postes que l’on essayait, peut importe ses prédispositions. Mais Stramoine est destinée à devenir funambule. C’est écrit dans ses gènes. L’aisance avec laquelle avance sur le fil est assez impressionnante pour une fillette de son âge. Mais ce n’est pas pour autant la peine de négliger le reste. D’autant qu’elle s’amuse beaucoup à être touche-à-tout avec Alim, même si ce dernier semble moins enchanté. Il sait déjà qu’il veut faire comme son père : fakir. Il faut croire qu’aujourd’hui, les jeunes reprennent le flambeau de leurs parents.
    […] Aussi proche soit-elle d’Alim, la petite est loin d’être sociable. Elle ne s’entend pas réellement avec les autres membres de la troupe, exception faite de Lisa, notre voyante. Stra’ semble enchantée par le tirage de carte. Par la magie également, mais elle ne supporte pas le magicien actuel de la troupe et le lui fait savoir. Le pauvre a déjà perdu trois lapins, deux colombes, un chapeau et de nombreux paquets de cartes dans cette guerre qui les oppose. Et elle ne semble pas prête de s’arrêter. Il faut vraiment que je trouve un moyen de canaliser ma gamine, ainsi qu’un moyen de mettre un terme à tout cela. Et rapidement, sans quoi Richard risque de nous quitter… Même cela risque d’être après ma propre mort. D’après Lisa, elle ne devrait pas tarder. Je ne verrais pas le quatorzième anniversaire de Stramoine. Au moins, j’aurais pu voir sa première représentation ; c’est ce soir qu’Alim et elle montent pour la première fois sur scène. Elle ne semble pas stresser. Elle n’a pas besoin de l’être, j’ai le trac pour deux. "


    Extrait du journal de Monsieur Loyal
    23 décembre 19XX

    "Qui aurait pu croire que la soirée se terminerait comme elle s’est finie ? Certainement pas moi. Stramoine non plus, sans aucun doute. Tout s’était bien déroulé pendant le numéro d’Alim. Aucune anicroche. Peut être aurait-il dû vérifier à la fin, une fois revenu dans les coulisses, que tous ses petits compagnons rampants étaient bien à leur place, ainsi la suite aurait été évitée. Mais nous n’avions pas de moyen de savoir qu’elle allait arriver. Le numéro qui suivait le sien était celui de ma fille. Il s’est rapidement vu écourté. Je ne sais pas COMMENT le serpent à réussi à atterrir sur la plate-forme du fil, mais le fait est qu’il y est arrivé. Et il a eu l’excellente idée de se redresser quand Stramoine arrivait dans sa direction. Tu te doutes bien que, voir un serpent se redresser alors que l’on ne s’y attend pas, cela fait un choc ; c’est ce qui est arrivé à ma petite. Elle a perdu l’équilibre, et est tombée au sol. Toute la salle a pu entendre le craquement de sa jambe lorsque cette dernière a atterri dans le filet de protection. Et le cri retentissant qu’elle a poussé par la suite ; elle va s’en rappeler de sa première montée sur la piste. Résultat ? Double fracture du tibia, malléole fêlée, et l’astragale brisée. Il lui faudra de la rééducation ; nous avons été obligés de nous séparer du reste de la troupe. Elle ne peut pas rester plusieurs années au même endroit. Ce serait la mort du cirque sinon. Les gens se lassent bien vite de voir le même spectacle. C’est pour cette raison que nous nous assurons de le varier. Mais ce n’est pas le sujet du jour. C’est donc la fin du cirque. Je vais laisser la direction à Bachar, le père d’Alim. Il sera un bon directeur à mon avis. Malheureusement, je n’en serais jamais sûr. D’ailleurs, le fils souhaite rester avec moi. Et le père comprend totalement qu’il s’inquiète pour Stramoine ; ne s’agit-il pas de sa seule amie ? Il m’a donc demandé de prendre bien soin de lui ; de toute façon, nous faisons tous partis de la même famille. Stramoine, elle, n’a qu’une envie : remontrer sur scène, mais cette fois, sans filet. Là où j’ai eu la peur de ma vie, elle s’est contentée de ressentir une poussée d’adrénaline qu’elle souhaite revivre. Come quoi…"

    Extrait du journal de Monsieur Loyal
    12 juillet 19XX

    "Deux ans se sont écoulés depuis la chute de Stramoine. Aujourd’hui, elle remarche tout à fait normalement, et peut enfin reprendre son entrainement. Si tu avais pu, cher journal, voir son sourire à cette nouvelle. On avait l’impression que l’on venait d’annoncer à un gamin qui n’avait jamais vu la neige que cette année, noël serait blanc. Mais tout était à refaire. Il fallait trouve une nouvelle troupe. De nouveaux artistes. De nouveaux numéros. La tâche sera ardue. Vu de l’extérieur, on peut se dire qu’il s’agit d’une chose facile ; comment fait-on pour recruter des artistes qui appartiennent déjà à des troupes, et qui n’ont aucune envie de les quitter ? Mais la chance est peut-être avec nous. Nous avons rencontré à l’hôpital Ethan, lanceur de couteau de son état, recherchant désespérément un cirque pour l’accueillir. En temps normal, les cirques sont plutôt une affaire de famille, mais le notre allait être différent, était-ce une bonne chose ? "

    Extrait du journal de Monsieur Loyal
    4 mai 19XX

    "Et bien, qui aurait pu croire que c’est une fois que le cirque commencerait à être reconnu que je mourrai ? Enfin, je ne le suis pas encore, puisque je peux écrire dans ce journal. Mais c’est la dernière fois que je le ferais. Je n’en aurais plus la force. Je me demande si je perdrai ma lindra* pendant mon sommeil, ou bien si elle se détachera de moi en plein jour. J’espère que ce sera le premier des deux cas qui arrivera ; ce sera certainement moins douloureux. Je savais que cette maladie aurait raison de moi. J’aurais apprécié qu’elle arrive à un autre moment. C’est maintenant que je n’ai plus le temps de les faire que je me rends compte de tout ce que j’aurais aimé faire.
    […] Dès que je serais plus, ma petite Stramoine s’occupera du cirque, reprenant mon rôle, avec Alim pour l’épauler. Elle en a fait du chemin, à présent. Ce n’est plus la petite qui avait besoin de moi pour la conseiller pour que son numéro soit beau. Non, aujourd’hui, elle n’a plus besoin d’elle. Le papillon a bridé sa chrysalide et a pris son envol. Elle est reconnue entant qu’artiste à part entière dans le monde du cirque. Et pas uniquement dans celui du cirque. A côté de cela, elle continue de tirer les cartes pour ceux qui le lui demandent. Je pense qu’elle le fait pour Lisa. Elle la considérait comme sa propre fille. Elle doit lui manquer. Au moins mon enterrement servir à quelque chose ; elles pourront se revoir. Si tant est que la troupe arrive à les contacter après mon décès. Peut-être pourrait-elle prendre ses dispositions dès maintenant si je me décidais à leur en parler. Oui, je le ferais. Plus tard. Peut-être…"


    *littéralement, rêve. Elle représente l’âme d’un tsigane. Lorsque ce dernier meurt, d’après le folklore, elle se détache de son corps.

    Extrait du journal d’Alim
    9 mai 19XX
    "… Aujourd’hui, j’ai vécu mon premier enterrement. C’est une expérience assez… étrange. Bien loin de ce à quoi je pouvais m’attendre. Je croyais que c’était une chose triste, où les gens étaient vêtus de noirs, et pleuraient. Bon, des pleurs, il y en a eu ; les miens. Mais pour le reste… il ne faut pas croire tout ce que l’on voit à la télévision. La troupe, la nouvelle comme l’ancienne, buvait de la bière, et chantait les chansons que notre cher monsieur Loyal appréciait. Les enterrements tsiganes sont bien loin des enterrements conventionnels. Il a duré tout le jour et toute la nuit. Stramoine m’a surprise. Elle était le membre le plus proche de sa famille. Elle n’a pas versé une larme. Elle ne semblait même pas peinée. Par contre, après que Lisa lui ait tiré les cartes, en souvenir du temps passé, elle semblait mal. Très mal. Qui se sentirait bien en apprenant que, premièrement, la mort de son père était connue par ce dernier depuis longtemps et qu’il ne lui en a parlé, et que, secondement, d’ici sept ans, cette même personne quitterait ce monde ? Je te le demande? Qui ? Personne. C’est rassurant de savoir que Stramoine est encore humaine. Il y a des jours où je me demande vraiment si c’est le cas. Elle semble si… éloignée de nous. Mais je suppose que ce n’est qu’une impression. Tout va changer, maintenant qu’elle est devenue directrice de la troupe. Je crois. J’imagine. J’espère… vraiment…"

    Extrait du journal d’Alim
    22 décembre 20XX

    "22 ans. Stramoine a 22 ans aujourd’hui. Cela fait 5 ans que son père est mort. Pourtant, elle n’a pas changé. La mort la laisserait-elle donc indifférente ? Même si il s’agit de sa propre mort ? Cela fait déjà cinq ans que l’on lui a prédit. Il n’empêche qu’elle continue de monter sur un fil sans filet de protection en dessous ; a-t-elle réellement conscience qu’elle risque sa vie ? "Je sais. Mais n’est-ce pas ce qui est agréable, justement, de savoir que tu risque ta vie à chacun de tes pas ? Que si tu n’es pas parfaitement sûr de ce que tu fais, tu vas t’écraser au sol ? Que le moindre bruit, la moindre perturbation, pourrait causer ta chute ? C’est ça qui est génial quand tu monte tout là-haut. " C’est ce qu’elle m’a répondu quand je lui ai posé la question. Cela fait vingt-deux ans que je vis avec elle, il n’empêche que je ne l’ai jamais comprise. Cette fille est un réel mystère que je n’arriverai, sans doute, jamais à percer. Mais cela ne m’empêche pas de… non, rien. J’allais dire quelque chose de stupide. Comme d’habitude. "

    Extrait du journal d’Alim
    29 décembre 20XX

    "Pourquoi ? Pourquoi ? Mais pourquoi cela a-t-il dû arriver à nouveau ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ce soir ? Ce n’était pas comme si je n’avais pas été prévenu mais quand même… Même elle était prévenue. JE l’avais prévenue. Elle savait le danger qu’elle courrait en évoluant sans sécurité. Mais n’était-ce pas là l’un des atouts de son numéro ? Les gens venaient du presque n’importe où pour la voir. Elle était une étoile qui brillait plus fortement que les autres… et elle s’est éteinte. Elle est partie dans un autre monde, comme Lisa l’avait prédit. Cependant, elle est chanceuse. Ce monde aurait pu être celui des morts. Elle, n’est que tombé dans un profond coma. Qui sait quand elle en ressortira ? Pas les médecins en tout cas. Mais ce n’est pas grave. J’attendrai qu’elle se réveille. Je serais tous les jours auprès d’elle. Je serais patient. Un jour, elle en sortira, de son coma. Un jour, nous pourrons à nouveau former une troupe et sillonner les routes. Un jour, je pourrais enfin lui dire que… Un jour, je pourrais enfin le lui dire. Réveille-toi vite Stramoine. S’il te plait. Je t’attends. Je t’attendrais aussi longtemps qu’il le faudra. "

    Test RP


Post suivant (mieux vaut prévenir que guérir).


Dernière édition par Stramoine le Sam 16 Avr - 19:37, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: ★ Stramoine    Lun 11 Avr - 13:06

    Test RP



Le soir où ma vie bascula...


    La salle était pleine. Comme tous les soirs. Et comme tous les soirs, je souriais à cette idée. Notre spectacle n’était pas encore fini, malgré ce que certains pouvaient dire. 20h30. Encore un quart d’heure, et nous pourrions commencer. Les deux jumelles s’étiraient dans un coin. Alim recomptait pour l’ixième ses serpents. Cheryl essayait de calmer l’un de ses chevaux qui, pour une raison particulière, semblait bien excité ce soir. Charles vérifiait que le passage des cages à la scène était bien en place. Jo et Jack répétait une dernière fois leur jonglerie. 20h35. Arlequin et Pierrot regardait s’ils n’avaient rien oublié. Ethan plaçait ses couteaux autour de sa ceinture tandis que son assistante s’assurait que la roue tournait correctement. 20h40. J’échangeai quelques mots avec le magicien, pour être sûr que tout était bien en place. Enfin, le spectacle peut commencer. Tous les artistes n’attendent plus qu’une chose ; que j’entre en piste.
    Dans la salle, les rires et les mots s’élevaient encore. Mais me voir m’avancer sur scène suffit à les taire. Tous retenaient leur souffle. Qu’allais-je pouvoir leur raconter ? Je n’avais ni micro visible, ni haut-parleur, mais chacun entendit ma voix retentir sous le chapiteau.


    -Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir à vous. Je me nomme Stramoine, et je serais votre guide pour ce soir. Vous venez de pénétrer dans un étrange monde qu’est le notre. Sachez qu’ici, l’impossible devient possible.

    Je venais de disparaître dans un nuage de poussière, comme pour justifier mes dires. Les murmures s’élevèrent à nouveau dans la salle. Où pouvais-je donc être passé ? La salle plongée dans le noir fut tout d’un coup assaillit par un jet qui fixait un trapèze, où j’avais élu domicile. La magie n’est-elle une chose incroyable ?

    -Comme je le disais à l’instant, ici vos yeux vous jouerons des tours. Mais ce n’est que pour mieux vous émerveiller. Que diriez-vous d’à présent commencer, maintenant que les présentations sont terminées ? Je vais céder ma place à deux petites filles. Ne vous fiez ni à leur âge, ni à leur taille. Sur le trapèze, elles sont certainement les meilleurs. Aussi opposé que le jour et la nuit, accueillons Sélène et Laïna, nos mini-voltigeuses.

    Un nouveau nuage. Je cédai ma place aux deux jumelles. Mais je n’avais pas le temps d’admirer leur numéro. Ceci, c’était le rôle des spectateurs. Moi, je devais uniquement m’assurer que la suite se passerait bien. Le suivant devait être celui de Cheryl, il fallait donc l’aider à s’occuper de ses chevaux et de ses accessoires, et l’excité devait être calmé. Heureusement, cela fut possible à temps. Alim n’était pas doué qu’avec les serpents. Des applaudissements se firent entendre. Ah, les petites avaient terminé. Cette fois-ci, ce fut au milieu des spectateurs que l’on pu m’apercevoir.

    -Ne vous avais-je pas dit qu’elles étaient merveilleuses ? Le numéro suivant demande le plus grand silence dans la salle, certaines des bêtes de Cheryl n’apprécie pas les trop gros bruits ; vous ne voudriez pas être responsable de la chute de notre voltigeuse, n’est-ce pas ? A présent ma belle, la piste est tout à toi.


    Un nouveau nuage. Dans les loges, on félicitait les deux petites pour leur prestation. J’aurais pris le temps de le faire si j’avais su ce qui m’attendait. Après Cheryl, Alim rentrerait en scène, puis les jongleurs. Il fallait pouvoir d’abord nettoyer la piste ; les chevaux de la belle n’avaient pas encore compris que ce n’était pas un lieu pour faire leur besoin, même pendant leur spectacle. Ce jour-là, rien. Pas le moindre crottin sur le sable. Seulement un tonnerre d’applaudissement pour notre jolie voltigeuse. Puis ils cessèrent, et des murmures s’élevèrent à nouveau dans la salle. Où allais-je apparaître cette fois-ci ? Sur les structures métalliques pour annoncer Alim, et en plein cœur de la piste pour Jo et Jack. Toujours les mêmes applaudissements pour ces deux numéros. Ce fut le même succès pour notre magicien, notre duo lanceurs de couteaux, ainsi que pour Charles et Ethan. La nuit était bien avancée à présent. Il ne restait plus qu’un numéro. Un seul numéro final, avant le tour de piste final des artistes. Le mien. Je n’occupais pas que le Monsieur Loyal et le dirigent de la troupe. J’étais une artiste à part entière. La funambule de la troupe. On disait que je dansais sur l’épais fil de métal. Que je pouvais ensorceler d’une simple dance. D’où mon surnom de sorcière du fil. Quand j’exécutais mon numéro, j’étais vêtue d’une robe aux manches larges, se stoppant au milieu de l’avant bras. Un fil de couleur rouge tenait la manche légèrement au-dessous du coude. Le reste de la robe était lâche, retenu au niveau de la taille par une autre ficelle de même couleur que celle citée précédemment. Le tout se terminait par une jupe courte, s’arrêtant à mi-cuisse, qui donne l’impression d’une superposition de couches de tissus. Dessous se trouvait un short très court de couleur sombre. Une tenue pratique à cacher sous la robe style victorienne que je portais pour le reste du spectacle. Et à présent, c’était à mon tour de rentrer sur la piste.


    -Mesdames, mesdemoiselles, messieurs. Nous arrivons à la fin du spectacle. Un dernier artiste va à présent exécuter son numéro. Celle qu’on surnomme sorcière du fil va, pour vous émerveiller et vous effrayer, danser. Merci, une fois encore, de bien vouloir rester silencieux. Le numéro que vous vous apprêtez à voir est réalisé sans filet, et sans fil de soutient. Une chute pourrait lui être fatale. Veuillez faire place à notre funambule…

    Un nouveau nuage de poussière. Un dernier nuage de poussière. J’étais à présent sur le rebord du fil, prête à commencer. Je n’avais qu’une chose à faire avant :


    -...Stramoine.

    La musique débuta. Je n’étais plus la présentatrice de la soirée. J’étais redevenue celle que j’étais réellement. Je n’avais plus besoin de jouer un rôle. J’avais juste à être moi-même. Une expiration un peu plus forte que la normale, et ma dance commença.
    Dans un premier temps, tout se déroula sans problème. Rien ne laissait prévoir de ce qui allait arriver. La salle était silencieuse, pas un bruit ne s’élevait dans les airs. Les yeux étaient suspendus au moindre de mes mouvements qui mettaient ma vie en jeu. Elle n’avait pas de réelle signification pour moi. Vivre ou mourir, peu m’importait ; tout le monde finit par décéder, un jour ou l’autre. Autant que cela arrive un jour où l’on fait une chose que l’on aime, n’est-ce pas ? C’est pour cette raison que mes numéros étaient si appréciés ; je n’avais pas peur de ce vide mortel sous mes pieds. Peut être aurais-je tenue un discours différent en sachant ce qui m’attendait. Ma dance arrivait à son terme quand le drame se produisit. La monture qui avait problème à Cheryl refit des siennes, brisant la longe qui la retenait, s’enfuyant sur la piste, rencontrant dans sa course le pilier qui retenait mon fil au-dessus du sol. Le choc fut tel que je ne pus me rétablir. On prétend qu’avant de mourir, on revoit sa vie défiler. Ce ne fut pas mon cas. Peut être est-ce parce que je ne suis pas réellement morte. J’ai vécu cette chute au ralentie, entendant les gens crier dans le public, voyant mes compagnons se précipiter pour essayer de me rattraper. Ils arrivèrent trop tard. Personne n’aurait pu éviter que je m’effondre au sol. J’ai senti ma cage thoracique se bloquer lors de l’impact, puis je me suis retrouvée sans souffle. Un voile noir, lentement, est tombé sur mes yeux. Le rideau venait de tomber. Des coulisses, on pouvait entendre un étrange cri.


    - Nyolooooooooooooooooooooooooooooooooo !


Revenir en haut Aller en bas
Belzeneff
Le Créateur ✜ Nyolo !

Le Créateur ✜ Nyolo !
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: ★ Stramoine    Dim 17 Avr - 15:54

    Un éphélant avec un parapluie...
    Sur une corde tendue o_o ?


    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    Nyolo ! Contorsionniste ?
    Je peux te mettre dans ma
    boîte à allumettes ?
    Ohoho Nyolo ! Alors, tu aimes ton nouveau corps ? Ça fait quoi de plus être du faible sexe ? Merci qui ? MERCI NOUS !
    Mais oui, mais oui, nyolo ! Et sinon j'ai entendu dire que tu aimais les cartes ? C'est laquelle ta préférée ?
    Et les animaux ? Tu aimes les animaux ? Ramasser du crottin de cheval, c'est nyolo-epic, je le conçois...
    Ah oui et même les chats ? Tu sacrifierais un chat pour nous ?
    Ouais nous n'avons pas d'idées de questions en fait... NYOLO ! Belzeneff est en manque d'inspi. C'est pas trop gênant quand même ?
    De toutes façons c'est pas comme si t'avais le choix. Nyolo-hihihihi. Toi tu poserais quoi comme question à notre place ?
    Nous aimons bien tes cheveux... Pouvons-nous les emprunter pour s'en faire... a shiiny carpeeet ?


Code du questionnaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: ★ Stramoine    Dim 17 Avr - 17:28

    Un éphélant avec un parapluie...
    Sur une corde tendue o_o ?



    Nyolo ! Contorsionniste ?
    Je peux te mettre dans ma
    boîte à allumettes ?
    Ohoho Nyolo ! Alors, tu aimes ton nouveau corps ? Ça fait quoi de plus être du faible sexe ? Merci qui ? MERCI NOUS !
    Mais, mais, mais... Starmoine n'a rien demandé! Son nouveau corps n'est pas pratique pour faire ce qu'elle aime! Elle veut son ancien corps... Bon, il faut quand même reconnaître que celui-ci est pas trop mal, physiquement parlant. Merci.
    Mais oui, mais oui, nyolo ! Et sinon j'ai entendu dire que tu aimais les cartes ? C'est laquelle ta préférée ?
    Oh owiiiiiiii, Stramoine aime les cartes. Les siennes seulement. Sa préférée est le pendu, carte avec beaucoup de signification, et un aspect qui fait qu'on ne se méfie pas d'elle.
    Et les animaux ? Tu aimes les animaux ? Ramasser du crottin de cheval, c'est nyolo-epic, je le conçois...
    Oui, oui, Stramoine aime beaucoup les animaux. Moins que ses cartes, mais elle les aime bien. Du moment que ce n'est pas elle qui s'en occupe...
    Ah oui et même les chats ? Tu sacrifierais un chat pour nous ?
    Un chat? Pourquoi un chat? Pour Belzeneff, Stramoine sacrifierait n'importe quoi, tant que ce n'importe quoi est à votre hauteur. Ce qu'il faudrait vous sacrifiez, c'est unt roupeau d'éléphant tout entier.
    Ouais nous n'avons pas d'idées de questions en fait... NYOLO ! Belzeneff est en manque d'inspi. C'est pas trop gênant quand même ?
    Le manque d'inspiration est une chose qui arrive même au meilleur. La preuve, vous et Stramoine en sont victimes. Donc pourquoi cela la gênerait-elle?
    De toutes façons c'est pas comme si t'avais le choix. Nyolo-hihihihi. Toi tu poserais quoi comme question à notre place ?
    A votre place, Stramoine ne poserait pas de questions; Stramoine n'aime pas les gens. Mais Stramoine aime les questions de Belzeneff.
    Nous aimons bien tes cheveux... Pouvons-nous les emprunter pour s'en faire... a shiiny carpeeet ?
    Euuuh... Stramoine tient à ses cheveux. Mais Stramoine promet à Belzeneff que si un jour, elle se les coupe, elle demandera à son coiffeur de les garder pour vous les offrir
Revenir en haut Aller en bas
Oppse
PNJs ☬ Your Divine Master

PNJs ☬ Your Divine Master
avatar

Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: ★ Stramoine    Mar 19 Avr - 20:31

Bonsoir Stramoine !

Bienvenue sur le forum et merci de ton inscription ! Oui je sais, cela fait déjà un moment que tu es parmi nous, mais bon, on a une partie de la team qui est partie meumeuter avec des vaches violettes et du coup le forum tourne un peu au ralenti. Désolée pour le temps d'attente et merci de ta patience !

Alors voilà, j'aime beaucoup ta fiche et ton personnage, en particulier le test RP. C'est long mais ça passe tout seul car c'est un plaisir de te lire. Tout est vraiment travaillé, malgré quelques petites fautes vicieuses mais pas gênantes. Ton pouvoir est très détaillé et cherché.
Pour tout ces efforts, je t'attribue une jolie étoile pour encourager les autres membres à te lire et à prendre exemple sur toi ★
Félicitations !

C'est donc sans aucune hésitations que je te valide !
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Bien entendu tu seras dans mon camp et sous les ordres de Leeroy.
Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Place dans l'échiquier (click ?)

MessageSujet: Re: ★ Stramoine    

Revenir en haut Aller en bas
 

★ Stramoine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alea Jacta Est :: ✗ Épilogue :: ✎ Fiches et journaux-
Sauter vers: